Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 18:00
179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

Notre article précédent présentait notre «Introduction au règne de Rama VII (Prajadhipok) (1925-1935) » (178), qui n’était en fait qu’un plan de travail, une première piste pour nous orienter dans nos recherches et nos choix d’articles. Nous avions remarqué que nous avions déjà rencontré le roi Rama VII surtout lors de notre histoire des relations franco-thaïes. (In 29*)  

 

Le site officiel de l’Ambassade de France notait qu’entre les deux guerres : « Le Siam et la France intensifient leurs relations : aux liens politiques et diplomatiques classiques, s’ajoutent la coopération militaire (le futur Roi Rama VII fut condisciple du Général de Gaulle à l’Ecole de guerre) et des relations culturelles étroites, dont témoigne le séjour à Paris de nombreux étudiants siamois. Certains d’entre eux, comme Pridi Banomyang, joueront ensuite un rôle très important dans le développement de la Thaïlande moderne. »

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

Nous avions alors, non sans ressentir l’humour du site, évoquer le rôle  effectivement important qu’avaient tenus certains étudiants siamois à Paris, dans le coup d’Etat du 24 juin 1932, qui allait instaurer le 10 décembre 1932, la 1ère monarchie constitutionnelle et parlementaire. On avait là une « révolution » qui mettait fin, sans effusion de sang, à plusieurs siècles de monarchie absolue, qui mettait fin aussi à une « Histoire » siamoise qui se définissait à partir du pouvoir royal. Nous avions relaté l’histoire de ces rois thaïs, ceux de Sukhotaï depuis 1238 (-1436), du Lanna depuis1239, des 33 rois d’Ayutthaya depuis 1351 (-1767), du roi Taksin de Thonburi de  1767 à 1782; et puis de la dynastie Chakri fondée en 1782, avec les différents Rama : Rama I (1782-1809), Rama II (1809-1824), Rama III (1824-1851), Rama IV (1851-1868), Rama V ( 1868-1910), Rama VI  (1910-1925) ;

 

Et aujourd’hui Rama VII qui va perdre le pouvoir absolu après ce coup d’Etat du 24 juin 1932, créant ainsi un avant et un après. Il sera de plus le 1er roi à abdiquer et le seul à ce jour (le 2 mars 1935), et à décéder en exil (en Angleterre le 30 mai 1941).

 

Son règne fut le plus bref de l’histoire de la dynastie (son neveu Ananda mourut avant d’être couronné) ...

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

... mais il allait inaugurer, malgré lui, une nouvelle page de l’histoire du Siam.

                                      ---------------------------------

Nous savions donc déjà  que :

Le Prince Prajadhipok Sakdidej (Rama VII)  avait été couronné le 26 novembre 1925  à l’âge de 32 ans. (8 novembre 1893 - 30 mai 1941).

 

Il est le dernier fils du roi Chulalongkorn (Rama V) et de la Reine Sri Patcharindra. Ce prince timide opta pour une carrière militaire. Il fut instruit à l'Université d'Eton et à l'académie militaire de Woolwich en Angleterre, et plus tard à l’École Supérieure de Guerre en France (condisciple du Général de Gaulle à l’Ecole de guerre bien qu’il n’ait probablement eu aucun rapport avec lui). 

 

 

 

 

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

Quand il  revient au Siam en 1924, il ne peut se douter qu’il sera  le dernier roi absolu et le premier de la monarchie constitutionnelle de Thaïlande. »

(Cf. Article suivant 180, consacré à son enfance, ses études européennes et sa vie au Siam jusqu’à son couronnement en 1925)

Quand Rama VII prend le pouvoir le Siam a retrouvé tous ses droits souverains, mais les finances du Siam sont au rouge.

(Cf. Notre article 177. Le Siam de Rama VI retrouve tous ses droits souverains en 1925)

La crise économique 

 

Le Siam, bien que sorti « vainqueur »  de la 1ère guerre mondiale, va rencontrer assez rapidement la récession économique, car dès 1920 le revenu national est inférieur aux dépenses. Dès son accession au pouvoir Rama VII, forme un nouveau cabinet composé de sept princes et de quatre nobles, venant de l’ancien gouvernement du roi Chulalongkorn, et s’attèle à l’urgence du budget de 1926/27. Tous les ministères seront touchés.

Il élargit les institutions avec un Conseil privé de 200 membres et un Comité plus restreint de 40 membres. Il envisage même dès 1927, le projet d’une constitution ouvrant sur une certaine démocratisation des principales communes (prachaphiban) leur donnant la possibilité  de lever des taxes, et d’avoir leur propre budget. En 1928, il promeut les coopératives d’agriculteurs, conscient qu’elles  peuvent atténuer le choc économique, une loi sur les terres, et il poursuit le programme d’infrastructures initié par ses prédécesseurs, avec les routes, de nouvelles lignes de chemins de fer.

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

Rama VII va tenter de mener une politique économique courageuse, bien que mal vue parmi la bureaucratie et l’Armée  - touchés par les restrictions -  qui vise à réduire les dépenses publiques. Il exprime lui-même sa compassion pour les victimes tout en déclarant qu’il « n’a pas d’autres alternatives »  Mais la crise de 1929 frappe de plein fouet le royaume, entraînant l'effondrement des prix du riz. Ce contexte favorise l'opposition libérale, menée par des étudiants formés à Paris.

 

Son règne devint impopulaire. De plus, le Siam décide de ne pas abandonner l'étalon-or en 1931, ce qui entraîne  la baisse de compétitivité de ses exportations qui se traduisent par des restrictions budgétaires dans la fonction publique et l'armée.

 

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

Il pense alors que la modernisation de son  pays, poussé par l’aile libérale doit passer par une profonde  réforme politique.  Mais le coup d’Etat de 1932 le surprendra.

Le coup d’Etat du 24 juin 1932.

Nous avions évoqué  la création le 17 février 1927, dans un hôtel parisien, d’un groupe « révolutionnaire », par sept étudiants siamois, de ce qui allait devenir le Ratsadon Khana. Ils se donnaient 6 objectifs et se disaient prêt si nécessaire, à renverser le gouvernement et le système de la Monarchie absolue.***

 

De retour au Siam, une centaine de nouveaux adhérents les rejoignent. Ils viennent de l’Armée, de la Marine, des fonctionnaires, et de la société civile, et s’organisent en quatre branches : civile dirigée par Pridi, 

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

...armée dirigée par Luang Phanomyong, marine dirigée par Luang Sinthisongkhamchai et officiers supérieurs par le colonel Phahonyothin.

 

Le coup d’Etat, sera préparé par le Parti populaire, animé surtout par des militaires et  des civils  formés en France et en Allemagne, comme Pridi Phanomyong (alias luang Pradit) (l’idéologue du Parti), le capitaine Phibun Songkhram et le colonel Phahnyothin.

 

Nous avions même dans un autre article (A68. ****)  décrit le déroulement des opérations de cette journée.  Tous les princes et de nombreux hauts fonctionnaires avaient été arrêtés, et le roi en villégiature à Hua Hin avait été  « invité » à revenir à Bangkok pour approuver le projet de constitution qui lui serait soumis, au milieu d’une population passive.  Elle avait pu lire des tracts distribués dans la capitale qui expliquaient les raisons de ce coup à savoir : la monarchie absolue ; l’égoïsme des Princes ne pensant qu’à leurs intérêts malgré la crise, tous les postes confisqués par la famille royale et leurs « favoris » ;  et la corruption de l’administration. 

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

 

 

Nous avions relaté l’écho que cet événement avait eu dans certains  journaux français.

(Nous avions signalé en note la « Chronique de Siam 1932 »  de Lingat, qui avait raconté en détail ce coup d‘Etat, pour le  « bulletin de l’école française d’extrême orient, 1933, volume 33, p. 536 s. ».  Nous y reviendrons.)

Le roi de retour à Bangkok approuvait le projet de constitution le 27 juin, et signait le 10 décembre 1932, une Constitution de type parlementaire qui promettait le suffrage universel et des élections générales tous les quatre ans. 

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

Phraya Manopakorn fut nommé Premier ministre (il était le 1er président du Comité du peuple, émanation du Parti du Peuple). (Cette constitution « démocratique » fera l’objet d’une analyse commentée, elle le mérite.)

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

Le 1er ministre Phraya Mano n’approuvera pas ce Plan et  le 1 avril 1933, ordonnera la dissolution de l'Assemblée Nationale et suspendra  certains articles de la constitution, promouvra  des décrets d’urgence (tel que la loi « anticommuniste »). Pridi sera contraint à l’exil. De nombreux membres du Parti du Peuple se regrouperont alors sous la direction du colonel Phraya Phahol.

Le 15 Juin, Phraya Phahol démissionne du Cabinet en invoquant des «raisons de santé». Le 20 juin 1933, il organise et réussit un contre coup d’Etat, rétablit l’Assemblée Nationale, se nomme 1er ministre.

 

La tentative de coup d’Etat du Prince Boworadet d’octobre 1933 :

 

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

En réaction contre le nouveau coup d’Etat du nouveau Premier ministre Phraya Phahol, et  outré par le droit donné à quiconque de pouvoir poursuivre le Roi, le Général Bovoradej, Ministre de la Défense du précédent gouvernement (et ancien Ambassadeur du Siam en France) soutenu par les Royalistes « constitutionnels »,  tente de renverser le pouvoir.  Des combats eurent lieu de 11 au 17 octobre 1933 pour se terminer par la victoire de l'armée conduite par Phibun.

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

Le roi Rama VII, bien que n'ayant pas de lien avec la rébellion, se trouve politiquement en « porte-à-faux », et ne peut plus accepter une politique qui se fait toujours en son nom. Le couple royal se réfugie à Songkhla, dans l'extrême sud. Il quitte le pays en janvier 1934 pour subir une nouvelle opération de la cataracte aux USA. Il effectue ensuite une tournée européenne (l'Allemagne, le Portugal, la Suisse, l'Irlande et le Danemark).  En septembre 1934, le roi est en Angleterre. 

 

Le roi va  alors désapprouver trois lois  votés qui amendaient le Code pénal, le Code de procédure pénal, et le Code militaire. Il ne peut supporter  que les condamnations à mort puissent se faire désormais sans l'approbation du roi. Le roi pose ses conditions et critique le gouvernement. Le gouvernement refuse, le roi pose un ultimatum le  14 octobre 1934. C’est la rupture.

 

Le roi décide d’abdiquer le 2 mars 1935 dans une lettre envoyée d’Angleterre, où il donne  ses raisons. Dans son discours d'adieu à la nation, il déclare qu'il a abandonné son pouvoir absolu au profit du peuple thaï tout entier et non d'un groupe particulier.

 

 

 

 

 

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

Deux versions sont véhiculées pour sa succession. L’une précise que dans  sa lettre de démission il abdiqua en faveur de son neveu Amanda Mahidol. L’autre, prétend que n’ayant pas désigné de successeur, l'Assemblée Nationale proclama Ananda Mahidon roi, sous le nom de Rama VIII. Cet enfant de dix ans, étudiant en Suisse était le fils aîné du Prince Mahidol de Songkla et neveu du roi défunt. Un Conseil de régence de trois membres fut désigné pour agir durant sa minorité.

 

 

179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

L’ancien roi Rama VII,  désormais le Prince de Sukhothaï, demeurera en Angleterre avec la reine jusqu'à sa mort, le 30 mai 1941.

                                ----------------------------

Il était temps d’étudier plus en  profondeur cette période de l’histoire du Siam, en commençant par l’enfance, les longues études européennes, et le retour au Siam du futur Rama VII, de 1893 à 1925. Ce sera notre prochain article.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------

 

NOTES

 

* 29. Les relations franco-thaïes, Entre les deux guerres. http://www.alainbernardenthailande.com/article-29-les-relations-franco-thaies-l-entre-deux-guerres-67544057.html

 

** Le Lt Prayoon Pamornmontrise, le Lt Plaek Khittasangkla (alias Phibul), étudiant de l’Ecole de l‘Artillerie de Paris, le Lt Thatsanai Mitphakdi, étudiant à l’ Académie de Cavalerie française, Tua Lophanukrom, étudie les  sciences en Suisse, Luang Siriratchamaitri, diplomate à l’ Ambassade du Siam à Paris, Nauep Phahonyotin , étudie en Angleterre, Pridi Panomyong, étudiant à l’ « Ecole libre des sciences politiques » (« Sciences-Po ») devenue « Institut d’études politiques de Paris » en 1945.

 

*** Les 6 objectifs : Le pouvoir au Peuple, la sécurité nationale, le bien-être pour tous, l’égalité, des droits de liberté  pour le peuple, et l’enseignement public pour tous.

 

**** A.68  Il y a 80 ans en Thaïlande,  le 24 juin 1932, coup d’Etat ou  complot ?

(Cf. Le sujet évoqué aussi en nos articles A.5 et A.30), citant les journaux consultés : « l’Action française », « le Figaro », « le Temps », « le Petit parisien », « l’Humanité », « The Economist ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b
commenter cet article

commentaires