Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 18:05
187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Nous avions vu dans un article précédent* que la crise économique mondiale avait eu des effets importants sur la situation sociale des fonctionnaires, des militaires, des salariés et des masses rurales du Centre du Siam, mais que cette crise n’avait provoqué aucun mouvement collectif de mécontentement ou de protestation. Les cérémonies de célébration d’avril 1932, du 150ème anniversaire de la  fondation de Bangkok s’étaient bien déroulées au milieu de la liesse populaire. (Cf. **)

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Ils étaient peu nombreux alors à penser à un renversement de régime et encore moins à savoir qu’un coup d’Etat aurait lieu le 24 juin 1932, qui allait mettre fin à la monarchie absolue et instaurer une monarchie constitutionnelle.

 

Les sources sont nombreuses qui racontent cette date historique, et nous en  avons déjà maintes fois donné les éléments importants. Nous avons même commémoré son 80ème anniversaire dans notre article intitulé « A.68  Il y a 80 ans en Thaïlande,  le 24 juin 1932, coup d’Etat ou  complot ? ». 

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Mais il nous fallait bien – en abordant le règne de Rama VII (1925-1935)-  revenir sur cet événement capital qui a changé le cours de l’Histoire de la Thaïlande. 

 

Il nous a paru intéressant de vous présenter deux versions différentes, voire deux récits de ce Coup d’Etat de 1932. Le premier est de Pierre Fistié relaté dans son livre « L’évolution de la Thaïlande contemporaine », et le second sera une version remaniée de l’article intitulé alors  « A.68  Il y a 80 ans en Thaïlande,  le 24 juin 1932, coup d’Etat ou  complot ? », un récit qui s’inspire de l’article de Robert Lingat, correspondant de l'Ecole française d'Extrême-Orient au Siam, intitulé « Instauration du régime constitutionnel ». (Cf. ***)

 

La version de Pierre Fistié.

 

A/ Les étapes du coup d’Etat.

 

1/ Le 23 juin 1932, le chef de la police informe le Prince de Nakhon Sawan (Paribatra), alors ministre de l’intérieur et chef du Conseil Suprême, qu’un complot va avoir lieu le lendemain. La situation est si calme que le ministre ne tint aucun compte de ces avertissements.

 

 

 

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

2/ Le 24 au matin, des forces d’infanterie et de cavalerie appuyées d’artillerie et de chars d’assaut encerclent le palais royal, le Palais de justice et les principaux ministères et arrêtent tous les princes influents. (A l’exception du Prince Phurachat, qui put s’enfuir et rejoindre le roi à Hua Hin)

 

 

 

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

3/ Le trac du 24 juin.

 

Ce même jour, un tract du « Parti du Peuple » est distribué dans la capitale ; il donne les raisons du coup d’Etat, les objectifs et le programme en 6 points de la future assemblée. (Fistié en donne quelques éléments)

 

4/ L’ultimatum du 24 juin au roi.

 

Un ultimatum, signé par trois chefs militaires (le colonel Phya Phahon (formé en Allemagne, commandant en second de l’armée siamoise et les colonels Phya Song Suradet (formé en Allemagne, professeur à l’Académie militaire)  et Phya Rit Akkaï commandant de l’artillerie) est envoyé au roi avec  la canonnière « Sukhodaya », chargée de ramener le roi, alors dans sa résidence d’été à Hua Hin. 

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

5/ La réponse du roi le  25 juin.

 

Le roi donne sa réponse et se dit prêt à coopérer. (Alors que Phurachat a rejoint le roi en locomotive) Après minuit, le roi est de retour sur Bangkok à bord d’un train spécial. (Il avait refusé de revenir avec  la canonnière « Sukhodaya »)

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

6/ La proclamation du roi du 26 juin.

Le 26 juin, le roi signe une proclamation excusant le Parti du peuple « d’avoir un moment pris comme otages les princes de la famille royale », et approuvant l’établissement d’une monarchie constitutionnelle.

 

7/ Le 27 juin, le roi appose sa signature en bas d’une constitution provisoire présentée par une délégation du Parti du peuple conduite par Pridi. (Fistié consacre 2 pages pour présenter les principaux articles (pp. 130-131))

 

 

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

8/ « L’événement s’était déroulé entièrement dans le calme en dehors de la population dont la passivité était restée totale ». Les boutiques fermées le matin du 24 juin avaient rouvertes l’après-midi.

 

9/ Le 28 juin, les auteurs du Coup d’Etat jouent l’apaisement et rassure l’opposition conservatrice en acceptant l’élu du Sénat, Phya Manophakon, qui occupait le poste de  premier juge à la Cour d’Appel dans l’ancien régime, comme  président du Comité du parti du peuple (1er  ministre). La présidence de l’Assemblée est confiée à Chao Phya Thammasak, ancien ministre de l’Instruction publique de 1917 à 1926.

 

(Une note intéressante précise que ces deux élections n’ont été communiquées à la presse que quatre mois plus tard !)

 

Les premières mesures du gouvernement : mise à la retraite d’une quarantaine d’officiers et avancement pour un nombre égal  (Récompense pour certains auteurs du coup d’Etat ?)

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Communiqué du 3 juillet annonçant la suppression prochaine de l’impôt sur les salaires et son remplacement par un impôt général sur les revenus.

 

 

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Ensuite (mi-p.132) Fistié va évoquer l’élaboration de la constitution, et sa promulgation le 10 décembre 1932, en présentant les principaux articles sur une page et demie. (Elle sera présentée dans un article spécifique ultérieurement.)

 

B/ Les 5 documents écrits du coup d’Etat. 

Fistié évoque donc les documents essentiels qui ont marqué les 4 jours du coup d’Etat de 1932, à savoir : Le tract du 24 juin, l’ultimatum du 24 juin au roi, la réponse du roi du 25 juin, la proclamation du roi du 26 juin, et la Constitution provisoire du 27 juin 1932.

 

Le trac du 24 juin.

Fistié présente ce tract, distribué à Bangkok, qui explique la signification du coup d’Etat. Il en donne un extrait ainsi que le programme en 6 points. Il signale en note que le texte intégral est traduit en anglais dans le livre de Landon, « Siam in transition ».

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Le tract est un acte d’accusation envers le roi, qui a déçu et qui a laissé la classe des princes dominer le gouvernement qui « considère le peuple comme des serviteurs, des esclaves et même comme des animaux, non comme des hommes ». Le tract accuse également « le roi de drainer à son profit personnel le produit des recettes fiscales. » (Fistié rajoute « accusation qui était d’ailleurs de moins en moins justifiée »)

 

 

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Fistié en donne un extrait :

 

« Comprenons-nous bien. D’où vient l’’argent qu’utilisent les personnes de sang royal ? Il vient du peuple. Le pays est pauvre à cause de cette habitude de tirer les richesses du peuple. Des paysans doivent abandonner leurs champs parce qu’ils ne reçoivent pas de profit adéquat. Des étudiants obtiennent des diplômes à la sortie de l’école et ne trouvent pas d’emploi. Des soldats sont renvoyés du service et doivent périr de faim. Ceci est l’œuvre d’un gouvernement au-dessus de la loi (…) Pour ces raisons, le peuple, des fonctionnaires, l’armée et la marine ont formé le Parti du peuple et se sont emparés du pouvoirLe Parti du peuple estime que le moyen d’améliorer les conditions existantes  est d’établir une Assemblée qui puisse réunir les meilleures pensées de nombreux esprits, ce qui vaut mieux que la pensée d’un seul homme. En ce qui concerne le Président de la Nation, le Parti du peuple ne souhaite pas s’emparer de la prérogative royale. Aussi a-t-il invité le roi Prachathipok à être roi sous une Constitution. Il ne pourra agir sans l’accord de l’Assemblée. Le parti du Peuple a annoncé cette intention au roi. S’il refuse ou ne répond pas dans le temps fixé, il sera considéré comme rebelle contre sa race. Il sera alors nécessaire d’avoir une forme démocratique de gouvernement, c’est-à-dire que le président sera un roturier élu par l’Assemblée pour une période déterminée … »

 

(C’est nous qui mettons en gras)

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Ensuite, Fistié présente le programme en 6 points :

  1. La liberté et l’égalité du peuple en matière politique, judiciaire et commerciale doivent être assurées.
  2. La paix et la tranquillité, sans qu’aucun mal ne soit fait à qui ce soit, doivent être garanties.
  3. Une politique économique nationale  doit être élaborée pour garantir à chacun un travail rémunérateur.
  4. Des droits égaux pour chacun doivent être garantis. Aucun groupe ne jouira de privilèges spéciaux aux dépens d’autres groupes.
  5. Le peuple jouira de la liberté sauf dans le cas où celle-ci est en contradiction avec les quatre points ci-dessus.
  6. Le peuple doit recevoir l’éducation la plus complète possible.

 

Fistié ajoute que ce document « se terminait par un appel à la population pour qu’elle qu’elle aide le Parti du peuple à atteindre ces objectifs ». Il signale qu’il semble porter la marque de Pridi et qu’il fut retiré de la circulation deux jours plus tard ; à cause peut-être d’une divergence au sein du Parti du peuple, en considérant que l’ultimatum du 24 juin envoyé au roi et signé uniquement par trois chefs militaires « ne faisait plus  aucune allusion à la possibilité de l’établissement d’un régime républicain. »

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Dans l’ultimatum du 25 juin soumis au roi, effectivement, la référence à la république a été supprimée, comme le montre l’extrait donné par Fistié.

 

« Le Parti du Peuple n’a aucun désir de s’emparer d’aucune manière des possessions royales. Son but principal est d’établir une monarchie constitutionnelle. Nous enjoignons donc votre majesté à revenir dans la capitale pour y régner à nouveau en tant que roi sous la monarchie constitutionnelle telle qu’elle a été établie par le Parti du Peuple. Si Votre Majesté refuse d’accepter l’offre ou s’abstient de répondre dans l’heure qui suit la réception de ce message, le Parti du Peuple proclamera le gouvernement de la monarchie constitutionnelle en nommant un autre prince, qu’il considère comme efficient, pour agir comme roi. »(En note, Fistié nous apprend que l’ultimatum serait paru dans le « Bangkok Times » du 27 juin 1932 !)

 

Le roi allait répondre par un télégramme transmis au commandant du « Sukhodaya » :

 

« … Pour la sauvegarde de la paix, pour éviter d’inutiles effusions de sang et pour épargner au pays confusions et pertes, et plus encore parce que j’ai déjà envisagé de faire ce changement (constitutionnel) moi-même, je suis disposé à coopérer à l’établissement d’une Constitution sous laquelle je suis prêt à servir.

 

En outre, si je refusais de poursuivre mes fonctions comme roi, il serait possible que les puissances étrangères ne reconnaissent pas le nouveau gouvernement. Ceci pourrait entraîner des difficultés considérables … »

 

 « Le 25 à minuit, le roi et sa suite étaient de retour à Bangkok (…) Dès le 26, une proclamation signée de Prachathipok excusait expressément le Parti du Peuple d’avoir un moment pris comme otages les princes de la famille royale, l’approuvait de vouloir établir une monarchie constitutionnelle et légalisait rétroactivement les actes des membres du Parti du Peuple qui se seraient trouvés en contradiction avec une loi existante. (…)

 

Le lendemain 27 juin, le roi apposait sa signature au bas d’une Constitution provisoire dont le texte lui avait été présenté par une délégation du Parti du Peuple à la tête de laquelle se trouvait Pridi. » 

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Fistié présente et commente en deux pages (pp.130-131) cette Constitution provisoire, dont la version anglaise a été publiée dans le Bangkok Times du 28 juin 1932. Nous vous en donnons, ici, les principaux éléments.

 

Après avoir rappelé que l’article 1 déclare que « Le pouvoir suprême du pays appartient au peuple » et que le roi est « la plus haute personnalité du pays » en son article 3 ; Fistié précise que l’article 7  indique les limites de son pouvoir, à savoir : « Pour être légale, toute action du monarque doit  être approuvée et dûment signé par l’un ou l’autre membre du Comité du Parti du Peuple avec le consentement du Comité tout entier ».

 

Le Comité du Parti du Peuple ?

 

Ensuite Fistié traite du Comité du Parti du Peuple qu’il présente, non comme un gouvernement, mais comme une sorte de direction collégiale de l’Etat.

  • Il est composé d’un Président et de 14 membres. (art.32)
  • Les ministres sont responsables devant lui. (art.35)
  • Ils sont nommés par le roi sur la recommandation du Comité. (art.35)

On peut alors se demander comment le Comité a été formé et quelle est sa composition ?

 

L’Assemblée (Le Sénat) ?

Fistié nous dit que le Sénat désigne un de ses membres pour présider ce Comité, avec pouvoir de choisir les 14 autres membres, sous réserve de la ratification de l’Assemblée (art.33)

Ce même Sénat a le pouvoir de démettre le Comité et d’en choisir un autre. (art. 33)

Fistié remarque donc que le Sénat détient le pouvoir législatif (art.8), qu’ « il contrôle les affaires du pays » (art. 9), et que repose sur lui tout l’édifice politique.

Le lecteur est en droit alors de se demander : qui a nommé cette première Assemblée, et quelle en était sa composition ?

Mais Fistié va nous montrer que cette Constitution provisoire est assez complexe, puisqu’elle prévoit que le régime représentatif se ferait en trois étapes (art.10) : la 1ère à 6 mois, la 2ème  qui pouvait aller jusqu’à 10 ans, avec une  3ième prévue ensuite ;  avec un suffrage à 3 degrés.

(Une note rappelle une hypothèse de Vella qui estimait que cette  constitution ressemblait étrangement à celle du Kuomintang, et un constat de Lapomarède qui avait remarqué qu’en 1934, sur les 57 sénateurs dont ils avaient pu retrouver l’origine, 21 se déclaraient avec du sang chinois et en étaient fiers. (Note 15, p. 130))

Pendant la première période de 6 mois donc, le Parti du Peuple allait désigner jusqu’à 70 sénateurs.

Pendant la seconde période, l’Assemblée allait comprendre deux catégories, de même nombre (mais ce nombre n’est pas précisé):

  • Un élu par changwat  de 100 000 habitants et un autre par fraction supérieure de 100 000.
  • Des membres nommés, choisis parmi les sénateurs de la première période.

L’élection devait se faire au suffrage indirect à trois degrés.(art. 12, 13, 14) A savoir : un représentant par village ; lesquels devaient élire un représentant par district ; qui désignaient enfin des  sénateurs pour 4 ans.

 Mais encore, il était précisé que les candidats devaient avoir une recommandation des membres de la 1ère Assemblée. (Un système de cooptation effectivement bien contrôlé !)

Autant dire que le système était verrouillé pour 10 ans par les auteurs du Coup d’état, même si, nous l’avons dit, ceux-ci nommèrent le 28 juin, Phya Manophakon, (qui occupait le poste de  premier juge à la Cour d’Appel dans l’ancien régime), président du Comité du parti du peuple et  Chao Phya Thammasak, à la présidence de l’Assemblée. (Il avait été ancien ministre de l’Instruction publique de 1917 à 1926)

La 3ème période devait commencer avant 10 ans et prévoyait alors un Sénat entièrement élu. (Comment ?)

---------------------------------------------

187. Le coup d’Etat du 24 juin 1932 au Siam.

Commentaires.

 

Chacun peut déjà à ce stade, pour cette version, proposer quelques commentaires.

 

1/ Le coup d’Etat a eu lieu sans combat, dans l’indifférence de la population, et a été très rapide. (Dès le lendemain, le 25 juin, le roi répond favorablement  à l’ultimatum, qui met fin à la monarchie absolue)

 

2/ Le coup d’Etat a été bien préparé. (Surprise, tract, ultimatum le 24, et dès le 27 juin, le roi signe la constitution provisoire, et le 28 juin, le 1er gouvernement de la monarchie constitutionnelle est nommé par les nouvelles instances.)

 

3/ Mais cette version ne dit rien de la préparation du coup, ni de ses acteurs  ni du nouveau Parti du Peuple (ou si peu). (A l’exception des trois chefs militaires qui ont signé l’ultimatum et de Pridi, le chef de la délégation qui a présenté au roi la Constitution provisoire).

 Mais toutefois on apprend que la légitimité du pouvoir vient désormais du peuple et de son  parti auto-proclamé : « le Parti du Peuple ». Ce Parti du Peuple est reconnu par le roi, qui leur reconnait  également le droit de vouloir établir une monarchie constitutionnelle, sous laquelle il veut bien servir.

 

4/ Le trac du 24 juin donne les premiers éléments de la politique et de l’idéologie du « Parti du Peuple » au pouvoir, à savoir :

  • Le pouvoir vient du peuple (désigné ici comme paysans, fonctionnaires, étudiants, soldats) qui a formé « le Parti du Peuple. »
  • Le Parti du Peuple a décidé que désormais le roi régnera sous une constitution et avec l’accord d’une Assemblée élue.
  • Le programme est assez clair : Fin des privilèges, égalité établie, droits égaux pour tous, une économie pour tous qui garantisse un  travail  pour tous. L’éducation, une priorité nationale.

 

5/ On dispose de quelques informations sur l’attitude du roi durant ce coup d’Etat.

  • Le roi prend position rapidement en faveur des putschistes, en donnant ses raisons : éviter un bain de sang ; Et il était déjà prêt à faire ce changement constitutionnel.  On peut bien sûr s’interroger sur ce choix du roi qui mettait fin à près de 7 siècles de monarchie absolue.

(On peut apprendre dans les rapports du lieutenant-colonel Roux, alors attaché militaire à l’ambassade de France que le roi a refusé la fuite à l’étranger que lui avait proposé le Prince Phurachat, venu le rejoindre à Hua Hin. De même, il avait désapprouvé la mobilisation des garnisons de Petchaburi et de Ratchaburi et avait annoncé à la radio  le 1er juillet son soutien sans condition au nouveau régime. ) ****

 

 

6/ le Coup d’Etat, ici présenté, n’est qu’une version possible. Ainsi par exemple Fistié, en présentant la Constitution provisoire, omet d’évoquer l’article 11, qui dit « Seront éligibles à l'Assemblée et aux collèges électoraux d'arrondissement  (tambon) et de changwat les individus de nationalité siamoise, âgés de 20 ans accomplis, qui auront subi avec succès un examen politique préalable d'après un programme établi par l'Assemblée provisoire. »  Or, l’histoire nous a appris ce que l’on peut entendre par « un examen politique préalable ».

 

D’où l’idée de proposer un autre récit, basé sur d’autres sources, de ce coup d’Etat du 24 juin 1932, dans l’article suivant. 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Notes.

 

* 185. « Les effets de la crise économique mondiale de 1929 au Siam. »

**186.  Avril 1932 : Rama VII fête le 150 ième anniversaire de Bangkok.

***A.68  Il y a 80 ans en Thaïlande,  le 24 juin 1932, coup d’Etat ou  complot ? http://www.alainbernardenthailande.com/article-a68-il-y-a-80-ans-en-thailande-le-24-juin-1932-coup-d-etat-ou-complot-107278519.html

 

Pierre Fistié, « L’évolution de la Thaïlande contemporaine », Armand Colin, 1967

Lingat, correspondant de l'Ecole française d'Extrême-Orient, au Siam, « Instauration du régime constitutionnel », pp.541- 547, in « Chronique  de l'année 1932. In: Bulletin de l'Ecole française d'Extrême-Orient. Tome 33, 1933. pp. 411-548. doi : 10.3406/befeo.1933.4629 »

 

D’autres sources :

  • ****La maîtrise de Pimploy Parkpriaw, « La révolution siamoise de 1932, d’après le lieutenant-colonel Henri Roux », basée sur une présentation de 8 rapports militaires du lieutenant-colonel Henri Roux, qui était attaché militaire au Siam, apporte peu à la connaissance du coup d’Etat.
  • « La révolution siamoise du 24 juin 1932, vue par les observateurs français », Mémoire de maîtrise de Anchanin Buddhimmongkol
  • Notre article 179. Ce que nous savons déjà de Rama VII et de son règne. (1925-1935).

 

Extrait : Nous avions évoqué  la création le 17 février 1927, dans un hôtel parisien, d’un groupe « révolutionnaire », par sept étudiants siamois, de ce qui allait devenir le Ratsadon Khana. Ils se donnaient 6 objectifs et se disaient prêt si nécessaire, à renverser le gouvernement et le système de la Monarchie absolue.

 

De retour au Siam, une centaine de nouveaux adhérents les rejoignent. Ils viennent de l’Armée, de la Marine, des fonctionnaires, et de la société civile, et s’organisent en quatre branches : civile dirigée par Pridi, Armée dirigée par Luang Phanomyong, Marine dirigée par Luang Sinthisongkhamchai et officiers supérieurs par le colonel Phahonyothin.

 

Le coup d’Etat, sera préparé par le Parti populaire, animé surtout par des militaires et  des civils  formés en France et en Allemagne, comme Pridi Phanomyong (alias luang Pradit) (l’idéologue du Parti), le capitaine Phibun Songkhram et le colonel Phahnyothin.

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires

Alain le b 19/06/2015 03:33

Rien à dire, simplement "merci" pour votre blog,
On dit jamais assez aux gens .... .
Bonne journée à vs deux!

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 19/06/2015 04:22

Et merci à vous qui appréciez notre "travail".