Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 18:01
191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

Phraya Phahonphon Phayuhasena ou plus simplement Phraya Phahon (พระยาพหลพลพยุหเสนา), est né à Bangkok le 29 mars 1887 sous le nom de Phot Phahonyothin (พจน์ พหลโยธิน) (1).

 

Il est le fils du colonel  Phraya Phahon Phon Phayuhasena (พระยาพหลพลพยุหเสนา) ou encore Kim Phahonyothin (กิ่ม พหลโยธิน) d’origine chinoise teochew (teochiu) et de son épouse thaïe Chap  Phahonyothin (จับ พหลโยธิน). 

 

Son éducation

 

Son éducation primaire se fit à l’école du temple Wat Chakkrawanrachawat (วัดจักรวรรดิ์ราชาวาส) à Bangkok.

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

A l’âge de 11 ans (1898), nous le trouvons à l’école du temple Wat phichaiyattikaram (วัดพิชัยญาติการาม), toujours à Bangkok

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

En 1901, il a 14 ans, il est admis à l’école des cadets militaires (Rongriannairoiphrachunlachomklao โรงเรียนนายร้อยพระจุลจอมเกล้า) dont il sort en 1904. 

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

De là et jusqu’en 1908, nous le trouvons, bénéficiaire d’une bourse du gouvernement (sa famille est pauvre et il le restera lui-même toute sa vie) à la très prestigieuse l’académie militaire prussienne de  Lichterfelde, dans la banlieue de Berlin (Hauptkadettenanstalt), le Saint-Cyr ou le West point de la Prusse dont il sortira muni d’un diplôme d’artilleur.  On trouve écrit partout (Wikipédi-aneries) qu’il y fut le condisciple de  Hermann Göring. Nous sommes dans le domaine de la fantaisie la plus totale. Hermann Göring, plus jeune que lui, il est né en 1893, est entré à l’école en 1910 et en est sorti summa cum laude en 1911 alors que Phraya Phahon l’avait quittée depuis trois ans ! (2). 

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

En 1912, enfin et pendant un an, nous le trouvons au Danemark au collège d’ingénieurs de Copenhague où il étudie les « arts mécaniques » (probablement en liaison avec sa spécialité d’artilleur ?) avant de revenir dans son Siam natal.

 

Sa carrière militaire

 

Il retourne toutefois un an en Allemagne pour effectuer un stage en qualité de lieutenant au 4ème régiment d’artillerie. Ce n’est pas là non plus que nous pourrions situer une hypothétique rencontre avec Göring puisque celui-ci était aviateur d’une part et d’autre à cette époque effectuait un périple culturel de plusieurs mois en Italie (2) et (3). Phraya Phahon va suivre ensuite une carrière militaire brillante sinon fulgurante qui, d’un grade de lieutenant subalterne, va le conduire à la tête des forces armées siamoises (4).

 

***

 

Son entrée dans la vie politique

 

Les raisons de son entrée fracassante dans la vie politique restent tout de même mystérieuses. Il est certes issu d’un milieu modeste mais il n’a pas été victime du népotisme qui rongeait le régime et qui fut l’une des causes du coup d’état. Il bénéficie des largesses royales pour suivre l’enseignement de la très prussienne académie de Lichterfelde, il est ensuite intégré comme lieutenant dans un régiment d’artillerie allemand, probablement sur de puissantes recommandations, ce qui n’était pas à la portée du premier venu. Sa carrière militaire enfin se déroule des débuts jusqu’à son accession au poste suprême à 45 ans, un âge où un officier français issu de Saint-Cyr accède au mieux au grade de lieutenant-colonel.  Ce n’est évidemment pas en Prusse qu’il a pu étudier in situ (comme Pridi à la faculté de droit de Paris) ce qu’était un régime démocratique. Ses origines partiellement chinoises sont-elles une explication ?

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

Les chefs militaires du coup d’état, évidemment maîtres du jeu,  ils sont quatre (les quatre ทหารเสือ tahansua, littéralement les « soldats-tigres ») les « quatre mousquetaires ».

 

 

 

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

Indépendamment de Phrayaphahon, leur chef de file, nous trouvons le colonel Phrayasongsuradet alias Thepphanthumsen (พระยาทรงสุรเดช ou เทพพันธุมเสน) (5),

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.
191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

et un lieutenant- colonel, Phraprasatphitthayayut alias Wanchuthin  (พระประศาสน์พิทยายุทธ ou วันชูถิ่น) (7). n>

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

Ils sont la frange militaire du Khana Ratsadon (คนะระษฎร), le Parti populaire) responsable de la révolution de 1932. Trois d’entre eux sont passés par l’armée allemande qui n’était pas une école de démocratie et probablement tous par l’école des cadets, en quelque sorte, une réunion d’anciens élèves. Phraya Phahon est le militaire le plus ancien le plus élevé en grade et considéré comme le leader de facto du parti et de la révolution elle-même. C’est lui qui lut la « déclaration du nouvel Etat siamois » au palais royal, proclamant la fin de la monarchie absolue et l'établissement d’un état constitutionnel. En raison du rôle clé qu'il a joué, il est nommé membre du nouveau cabinet, un cabinet de colonels, du 28 juin au 10 décembre 1932 qui n’est formellement pas composé de ministres mais de « membres du cabinet » dirigé par le contre-amiral Phraya Preechacholayuth commandant en chef la marine royale (8).

 

Nous le trouvons dans le second cabinet, du 10 décembre 1932 au 1er avril 1933 présidé par Phrayamanopakonnitithada  (พระยามโนปกรณ์นิติธาดา) alias Konhutasing (ก้อนหุตะสงห์),  

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

... en qualité de « ministre » aux côtés en particulier de Pridi, autre « ministre », et encore dans le troisième cabinet du même du 1er avril au 20 juin 1933 comme « ministre » (9).

 

Il devient premier ministre (le second dans l’histoire de la tumultueuse démocratie siamoise) dans le quatrième cabinet (21 juin 1933 – 16 décembre 1933) dans lequel Pridi est absent, désigné par décret royal du 21 juin 1933. C’est à cette époque qu’échoue le coup d’état « légitimiste » du Prince Borowadet (11 octobre 1933).

 

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

Nous le trouvons encore comme premier et ministre de l’éducation dans le cinquième cabinet (16 décembre 1933 – 22 septembre 1934), dans lequel Pridi est toujours absent, désigné par décret du 16 décembre 1933.

 

Il est encore désigné comme premier ministre par décret royal du 22 Septembre 1934 dans le sixième cabinet de l’histoire du Siam, du 16 décembre 1933 au 9 août 1937 avec Pridi comme ministre de l’intérieur. Le 2 mars 1935, le roi a abdiqué et, probablement sur les conseils de Pridi, le juriste du cabinet, le pouvoir royal est transmis à la branche Mahidol représentée par le petit prince Ananda. La solution est à la fois formellement très légaliste et bien commode puisque le roi légitime n’a que 10 ans et termine en compagnie de son  jeune frère ses études à Lausanne (10). C’est sous cette législature que le premier ministre promulgue au nom du roi le « code civil et commercial » le 5 juin 1935.

 

Il se retrouve encore premier ministre dans le septième cabinet, par décret du 9 août 1937 et ce jusqu’au 21 décembre 1937 avec Pridi comme ministre des affaires étrangères.

 

 

 

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

***

Dès après le coup d’état, trois factions se dégagent au sein des révolutionnaires, celle de Phraya Phahon et de ses féaux « mousquetaires », le « gratin » des officiers supérieurs de  l’armée de terre, celle de Luang Phibunsongkhram .....

 

 

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

...composée plus spécifiquement de deux sous-factions, celle des officiers subalternes et celle de la marine, et enfin les civils sous la direction de Pridi Phanomyong qui était probablement le seul véritable « démocrate » de l’histoire.

 

Nous avons longuement (9) parlé de la crise constitutionnelle de mars 1933, conséquence inéluctable de la composition tricéphale du premier cabinet ministériel, suscitée par le projet économique de Pridi, le fameux « dossier jaune »  contenant des éléments considérés comme « socialistes » et conduisant à ce coup d’état dans le coup d’état, à l’élimination de Pridi, à la démission de provisoire de Phraya Phahon pour « raisons de santé ». En vérité, ce fut un coup d’état sans effusion de sang (encore un) fomenté par nos « mousquetaires » réalisé le 20 Juin avec la complicité évidente de Pibul (que nous retrouverons comme ministre sans portefeuille dans le quatrième cabinet), conduisant  Phraya Manopakorn Nititada à l’exil à Penang et recevant la bénédiction plus ou moins forcée du roi depuis son palais de Huahin

 
191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

Les cinq années suivantes furent une lutte pour le maintien ou la conquête du pouvoir, révolte du prince Boworadet au bout de quatre mois seulement. Son échec cimente le pouvoir de Phraya Phahon qui se maintient, malgré les divergences internes, par une personnalité écrasante, sa qualité de chef des armées, et le soutien de la faction Pibul que nous retrouvons ministre sans portefeuille dans le quatrième et le cinquième cabinet, comme ministre de la défense dans les trois derniers cabinets (paradoxe bien siamois,  Pibul en tant que ministre de la défense est le supérieur hiérarchique du chef des armées Phraya Phahon mais celui-ci est le supérieur hiérarchique de Pibul au sein du cabinet … ) Cette montée en flèche laisse à penser que, confident du grand vizir, il envisageait peut-être déjà de devenir grand vizir à la place du grand wizir  ? Un scandale immobilier obscurcit le dernier cabinet de Phraya Phahon : des biens de la couronne auraient été cédés à de hauts fonctionnaires à des conditions financières avantageuses mais il semble certain que Phraya Phahon n’y a pas trempé directement. Toujours est-il que des élections défavorables en novembre 1937 le conduisent à présenter la démission de son cabinet en septembre 1938 et que les élections de décembre voient le triomphe de Phibun.

 

La multiplication du nombre des cabinets sous le même premier ministre est significative de ces querelles internes et souvent feutrées mais en dehors des personnages de premier plan (Pridi ou Pibun) les renseignements sur les autres ministres sont embryonnaires (le dernier cabinet de Phraya Phahon comporte 18 ministres, le premier de Pibun en comporte 25) ce qui rend une analyse des ces « remaniements » aléatoire !

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

Mais notre ex-premier ministre n’imite pas Cincinnatus qui retourna cultiver son jardin. 

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

Nous le retrouverons Professeur hors-cadre à l'Université des Sciences morales et politiques, Président de la Ligue de protection et de secours par voie aérienne, Président d’une Commission d'enquête économique, siégeant à la Commission des Lois, indépendamment du poste de chef des armées et inspecteur général des Forces armées royales thaïlandaises qu’il réoccupe du 15 août 1944 au 29 mars 1946.

 

Sans revenir sur la position plus ou moins sinusoïdale du Siam pendant la 2ème guerre mondiale, contentons nous de rappeler  qu’un traité d'alliance avait été conclu avec le Japon  le 21 décembre 1941 et que  le 25 janvier 1942, la Thaïlande avait bel et bien déclaré la guerre aux États-Unis et à la Grande-Bretagne. En avril 1942, Phraya Phahon avait été chargé d’une mission diplomatique au Japon auprès du premier ministre, le tout puissant amiral Tojo, mission sur laquelle les renseignements ne sont pas surabondants sinon inexistants mais qui démontre la confiance dont il jouissait auprès de Pibun (12) et que par ailleurs ses options personnelles ne le rapprochaient pas des Thaïs libres.

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

 

Il fut honoré de multiples décorations, la dernière en date lui fut allouée en 1943 par le roi Rama VIII formellement mais par Pibun, la plus prestigieuse dont peut rêver un thaï, le grand cordon du très illustre ordre de Chulalongkorn  (เครื่องราชอิสริยาภรณ์จุลจอมเกล้า,  Khrueangratchaitsariyaphonchunlachomklao) qui n’est actuellement plus conféré qu’à des têtes couronnées. 

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

Nous avons par ailleurs fort peu de renseignements sur sa vie personnelle, sinon qu’il fut marié à une dame Bunlong Phahonpholphayuhasena (คุณหญิง บุญหลงพหลพลพยุหเสนา) qui ne semble pas lui avoir donné une descendance ?

 

Etait-il un pieux bouddhiste ? Sa biographie ne fait mention d’aucun passage dans un temple comme moine temporaire ?

 

Il était en tous cas un homme probe, ce qui mérite d’être signalé, mort le 14 février 1947 d’une hémorragie cérébrale – il a 60 ans - sa proche famille ne put payer les cérémonies funéraires, ce fut ou ça aurait été Phibunsongkhram, son ancien protégé qui dut les financer de sa poche ?

 

***

 

Sa biographie officielle (1) conclut sobrement le récit de sa vie en le qualifiant de « l’homme qui a transformé la monarchie absolue en monarchie constitutionnelle ».

 

Notes

 

(1) Les renseignements sur sa carrière proviennent, nous pensons que la source est assurée, du site officiel de l’armée thaïlandaise http://www.rta.mi.th/ « pour le pays, les religions, la monarchie et le peuple ». La rubrique qui nous intéresse : http://www.rta.mi.th/command/command11.htm mais la source (en thaï et très partiellement en anglais) est malheureusement sèche comme un livret militaire.

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

 

(2) Source : la vie du maréchal Göring a fait l’objet d’une très volumineuse thèse d’histoire en 1989 « Göring, a biography » par David Irving.

 

(3) L’histoire ne retient que le caractère maléfique de Göring. Celui-ci fut aussi, aux côtés de Manfred Von Richtofen, « le baron rouge », l’un des as parmi les pilotes de chasse allemands avec 22 victoires homologuées.

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

(4) Lieutenant au 4ème régiment d’artillerie à Rachaburi en 1914 ; Lieutenant au 2ème régiment d’artillerie de Bangsu (dans la banlieue nord de Bangkok) en 1915.Il est élevé au grade de capitaine en 1916. Il devient commandant le 9ème régiment d’artillerie de Chachoengsao à l’est de Bangkok en 1917. En 1918, il reçoit le titre de noblesse de « luang » (หลวง) et l’année suivante, il est éleva au rang de major – général (second grade inférieur des officiers généraux, équivalent de lieutenant-colonel). Il est nommé inspecteur général de l’artillerie en 1919 et élevé au grade de colonel en 1923. Il est nommé directeur de l’école d’artillerie de Lopburi en 1926. En 1929, il redevient inspecteur général de l’artillerie. En 1931, il est honoré de son titre de Phraya Phahon Phonphayuhasena et la même année, il devient Inspecteur général, adjoint du chef d'état-major de l'armée. L’année suivante, il devient commandant en chef des armées siamoises, le 11ème dans l’histoire de l’armée royale sous la présente dynastie, poste qu’il occupera sans discontinuer du 6 août 1932 au 18 juin 1933, du 24 juin 1933 au 4 janvier 1938 et du 15 août 1944 au 29 mars 1946.

 

(5) Né en 1892, lui aussi issu de l’école des cadets, il a passé plusieurs années en qualité de sergent dans un régiment allemand jusqu’à son retour au Siam en 1913. 

 

(6) Né en 1889, nous savons peu de choses sur lui. Il est probablement lui aussi issu de l’école des cadets.

 

(7) Né en 1894, il est lui aussi issu de l’école des cadets et a lui aussi effectué un séjour en Allemagne ! Il est le seul des nos mousquetaires à avoir participé à la première guerre mondiale dans le corps expéditionnaire siamois.

 

A la déclaration de guerre en 1917, Phraya Phahon pour sa part fut chargé d’assurer la sécurité de l’évacuation du personnel de l’ambassade d’Allemagne à Bangkok.

1(8) … aux côtés du contre-amiral Phraya Preechacholayuth alias Charubha,  de Phraya Srivisaravaja alias Tianliang huntrakool, de Phrayasongsuradet, de Phraya Rithakkanee, de Phraya Pramuanwichapul, du lieutenant-colonel Phraprasatphitthayayut, du Major Pibulsongkram, du commandant Luang Sindhukamalanavin, de Pridi bien sûr, de Luang Dejesahakorn, de Prayoonbhamaramontri  et de Naebbahalayodhin.

 

(9) Sur ce premier cabinet, voir notre article 190 « Le premier gouvernement de la nouvelle monarchie constitutionnelle du Siam (28 juin 1932 – 21 juin 1933) ».

 

(10) Voir notre article 175 « La loi du palais pour la succession royale en 1924 ».

 

(11) Pour connaître la composition des cabinets siamois, voir le site http://www.cabinet.thaigov.go.th/eng/cab_01.htm ... et la suite…02, 03, etc.

 

(12) Il existe sur cette visite des sources japonaises qui nous sont inaccessibles mais quelques lignes toutefois dans un ouvrage traduit du japonais  « Tensions of Empire, Japan and Southeast Asia in the Colonial and Postcolonial World »  par Ken'ichi Goto et ‎Paul H. Kratoska – 2003. Les discussions auraient porté sur la création d’une grande sphère de prospérité entre les deux pays frères en Asie de l’Est. Sa biographie officielle (1) se contente de faire mention de cette mission sans en préciser ni le but ni le résultat.

 

191. PHRAYAPHAHON, SECOND PREMIER MINISTRE DU SIAM CONSTITUTIONNEL DU 24 JUIN 1933 AU 11 SEPTEMBRE 1938, UN PERSONNAGE ENIGMATIQUE.

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires