Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 18:30
197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

Nous avions vu que Phraya Phahon était devenu le deuxième 1er ministre de la monarchie constitutionnelle le 21 juin 1933 à la suite d’un coup d’Etat. Après de nombreuses crises ministérielles et les élections du 7 novembre 1937 qui avaient amené à l’Assemblée une forte opposition au gouvernement, il avait été contraint de démissionner le 11 septembre 1938. En décembre 1938, un conflit majeur éclata entre le gouvernement et l’opposition de l’Assemblée à propos du budget, sur fond de lutte pour le pouvoir entre civils et militaires. Le 16 décembre 1938,  le colonel Phibun ( พิบูลสงคราม, appelé aussi Luang Pibulsonggram, ou Phibunsongkhram ou Pibul Songgram ou Pibul ou plus simplement Phibun)  était élu par l’Assemblée pour devenir le 1er ministre du troisième  gouvernement de la monarchie constitutionnelle. Il conservait le Ministère de la défense et prenait celui de l’intérieur. (Il sera aussi deux fois ministre des affaires étrangères entre 1939-1942)

 

Une dictature militaire et nationaliste dirigé par le 1er ministre Phibun, commandant en chef de l’armée, et ministre de l ’Intérieur venait de s’installer au royaume de Siam, en maintenant toutefois la vitrine du système parlementaire et en conservant Pridi (ปรีดี พนมยงค์) qui sera son ministre des finances et d’autres « libéraux » dans son gouvernement. 

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

Nul ne pouvait s’en étonner. Nous avions déjà constaté, qu’après avoir maté la rébellion royaliste de 1933, il était devenu l’homme fort du gouvernement, et en septembre 1934 le commandant en second de l’armée de terre et le ministre de la Défense. « Il était convaincu qu’un pays ne pouvait progresser que par sa puissance militaire, et par l’élaboration d’une doctrine qui s’appuyait sur les modèles de l’Italie fasciste, de l’Allemagne hitlérienne et de l’Empire du Japon. » (in notre article 194)  Il va créer d’ailleurs en 1935 le mouvement des Yuwachon (ยุวชนทหาร youwachon thahan, littéralement jeunes-hommes soldats) pour former la jeunesse à la discipline militaire, à la culture physique, et à œuvrer pour le bien et l’unité de la Nation, sous l’autorité d’un chef. 

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

Phibun manifesta d’entrée sa volonté d’éliminer toute contestation et opposition surtout – évidemment -  quand on s’en prenait à sa personne. Ainsi fin décembre, Phibun échappa à deux tentatives d’assassinats qu’il régla par de multiples arrestations qui touchaient aussi bien des membres de la famille royale, des membres de l’Assemblée ou des rivaux militaires. En janvier le chef de la police affirmait avoir découvert un complot royaliste. Des « cours spéciales » furent établies « pour juger entre autres  Rangsit Prayurasakdi, prince de Chainat (un des plus jeunes fils  du roi Chulalongkorn et futur Régent

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

.....et Phraya Suradet, l’un des chefs militaires qui avaient participé au coup d’Etat de 1932. » (Fistié, pp. 169-170) Si certains furent autorisés à quitter le royaume (comme Phraya Suradet), 36 furent condamnés à l’emprisonnement à vie, et dix-huit furent fusillés. La répression policière était implacable  et le message était clair : nulle opposition n’était désormais tolérée, aussi bien « civile » que royaliste. Même l’Assemblée nationale, malgré l’opposition manifestée par quelques députés isolés « ne se risqua plus jamais à prendre position contre le premier ministre, dans une affaire qu’il jugeait importante : au cours de l’année 1939 elle vota toutes les mesures que lui proposa le gouvernement. » (Fistié, p. 169)

 

Le gouvernement Phibun va se caractériser par un militarisme croissant fondé sur un nationalisme virulent et ouvertement « raciste » contre les Chinois et un projet d’assimilation des autres peuples du pays. Elle se traduira par une idéologie, la thainess, avec un programme politique et économique nationaliste, une série de mesures culturelles coercitives (Cf. les 12 décrets d’Etat (ou mandats culturels ou « coutumes » d’Etat) émis entre 1939 et 1942), une propagande active orchestrée par Luang Wichitwathakan, 

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

.... qui avaient pour objectif la fondation d’un nouveau pays, « la Thaïlande » des Thaïs « libres », une grande nation à l’égale des plus grandes, une nation moderne, défendue par son Armée et dirigée par son leader.

 

Une nation libre, forte et indépendante, qui avait certes comme modèle le Japon, mais qui ne voulait pas tomber sous sa sphère d’influence. Nous verrons d’ailleurs que la politique extérieure de Phibun en son début sera pragmatique et fondée sur les rapports de force de la géopolitique mondiale, ce qui – ma foi - est le b.a-ba de toute diplomatie.

 

Nous avions d’ailleurs déjà noté par exemple à propos du Japon, qu’un rapprochement politique et commercial dès 1933 qui avait abouti à un traité signé en mars 1938 (qui accordait aux ressortissants japonais résidant au Siam les mêmes droits civils et économiques que ceux des Siamois), ne signifiait pas un alignement et n’empêchait pas Phibun de déclarer à la radio de renforcer l’Armée car le Japon menaçait d’ envahir la Malaisie en passant par le Siam.

 

Nous verrons d’ailleurs comment le gouvernement Phibun mènera sa politique étrangère en entamant dès juin 1939, des négociations franco-britanniques qui aboutirent à deux accords signés le 12 juin 1940 à Bangkok, pendant qu’il négociait avec le Japon, et surtout comment l’effondrement de la France en juin 1940 avec l’armistice signé le 22 juin avec les Allemands allait annuler ces accords,  modifier les rapports de force, et entrainer la Thaïlande  à entrer en guerre contre la France en décembre 1940 … Une guerre que nous allons évidemment analyser, avec la célèbre bataille navale de Koh Chang du 17 janvier 1941.

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

Dès lors,  - on le comprend-  la deuxième guerre mondiale allait monopoliser l’action du gouvernement.

 

L’attaque de Pearl Harbour le 7 décembre 1941 par les Japonais allait engager les Etats-Unis le 8 décembre 1941 dans la seconde guerre mondiale auprès des Alliés, tandis  que ce même 7 décembre les Japonais débarquaient au Siam, mettant le gouvernement devant le fait accompli. Nous étudierons les conséquences de ce coup de force au sein même du gouvernement divisé, qui aboutira néanmoins au pacte d’alliance avec le Japon, le 21 décembre 1941, qui allait entrainer la Thaïlande à déclarer la guerre à la Grande –Bretagne et aux Etats-Unis le  25 janvier 1942. Dès lors deux camps se formèrent  avec un Phibun dans la collaboration pro-japonaise et une résistance certes limitée mais réelle à l’intérieur menée par Pridi et Luang Adun et une autre plus conséquente, les Free Thaï qui se forma au début depuis les Etats-Unis (Cf. le rôle prépondérant de l’ambassadeur Seni Pramoj)  et l’Angleterre … 

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

La politique de Phibun devenait claire en prenant par exemple un militaire d’origine germano-thaïe, le colonel Prayun, qui professait des idées d’inspiration nazie, comme ministre de l’Education nationale, ou en envoyant Phya Phaon et Luang Thamrong au Japon sceller l’amitié des deux pays et qui aboutit – pour faire  vite - au traité signé à Bangkok le 20 août 1943 après une entrevue entre Phibun et le premier ministre japonais en personne à Bangkok, qui restituait à la Thaïlande les quatre Etats malais cédés à la Grande Bretagne en 1909, entre autres. (Infos dans Fistié)

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

Nous étudierons évidemment les événements qui touchèrent la Thaïlande pendant cette période et dans quelles circonstances Phibun fut contraint de donner sa démission le 1er août 1944.  

 

Le retrait de Phibun et de l’armée créait un nouvel espace politique alors que le Japon n’avait pas encore capitulé (15 août 1945) et qu’il y avait encore 50.000 Japonais en Thaïlande … 

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

Nous verrons comment le nouveau pouvoir de la Thaïlande négociera la fin de la guerre avec les Alliés, avec le retour de Pridi au premier plan (alors Régent unique depuis fin décembre 1941) et la nomination des premiers ministres  Khuang Aphaiwong ( 1er août 1944-31 août 1944) et Tawi Boonyaket (31 août 1945- 17 septembre 1945) assurant l’intérim avant l’arrivée de Seni Pramoj (17 septembre 1945-31 janvier 1946). 

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

Seni Pramoj était le représentant le plus connu des Free Thais, ambassadeur de Thaïlande à Washington qui avait refusé  de remettre la déclaration de guerre aux Etats-Unis et s’était engagé dans la résistance ; ce qui avait décidé les Etats-Unis à ne pas se considérer en guerre contre la Thaïlande. En fait, une tactique de Pridi qui avait nommé tout le gouvernement (A l’exception d’un seul ministre ami de Seni) et à qui Seni avait dit qu’il n’acceptait le pouvoir que jusqu’à la conclusion du traité de paix. (Fistié, p.193)

                                                            --------------------------------

 

Nous avions donc  quelques repères pour écrire ce chapitre important de l’histoire de la Thaïlande (1939-1945) dans lequel  on pouvait distinguer deux périodes, celle  qui allait de la prise de pouvoir de Phibun le 16 décembre 1938 jusqu’à sa démission le 1er août 1944, et celle qui analysait la nouvelle politique thaïlandaise jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale.

 

On avait là une série d’articles possibles qui se devait d’étudier :

 

La politique du gouvernement Phibun qui se caractérise dès 1939 par :

 

Un régime militaire autoritaire ouvert aux « civils », avec l’apparence d’un système parlementaire.

(Cf. La composition du gouvernement, 14 militaires sur 25, mais  avec Pridi ministre des finances et  Nai Direk Chayanam. Cohésion interne jusqu’en décembre 1941. IX Assemblée 16 décembre 1938-7 mars 1942) Voir la prise en main musclée et les premières mesures économiques)

 

Un nationalisme virulent.

 

(La doctrine, la thainess, la répression contre les Chinois et l’assimilation, les 6 premiers mandats « culturels » avec le 1er mandat  du 24 juin 1939 qui  changea le nom du pays, le Siam devenait désormais le  Prathet Thai  (« pays des (hommes) Libres ») ou la Thaïlande. (Tout un symbole)) La propagande et le culte de la personnalité.

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

Une politique extérieure opportuniste qui s’adapte aux événements mondiaux jusqu’au 7 décembre 1941 avec les Japonais qui débarquent en Thaïlande.

 

(L’accroissement des crédits militaires ; Cf. l’évolution selon le contexte géopolitique ; tout d’abord, les deux accords avec  la Grande-Bretagne et la France signés le 12 juin 1940 et le traité signé avec le Japon ; ensuite  les négociations différentes selon les pays ; avec les Anglais (Le traité anglo-thaï en voie de ratification le 31 août 1940) ; Mais avec l’effondrement de la France en juin 1940, le refus de ratifier avec les Français (demande de rétrocession de territoires) ;  La Thaïlande entre en guerre contre la France en décembre 1940. La guerre franco-thaïe (La bataille navale de Koh Chang du 17 janvier 1941 ; la convention de paix signée à Tokyo le 9 mai 1941). Les Japonais débarquent en Thaïlande le 7 décembre 1941. Trois tendances mais Phibun impose son choix. (Pacte d’alliance avec le Japon, le 21 décembre 1941.)

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)

La Thaïlande déclare la guerre à la Grande –Bretagne et aux Etats-Unis le  25 janvier 1942.  

 

(Phibun est nommé « field marshal  » par décision unanime de l'Assemblée nationale du 28 juillet 1941 ; Début décembre 1941 loi martiale, Phibun devient « le « Guide » ; Une politique plus « musclée ». Phibun dans sa collaboration avec les Japonais. La résistance extérieure (Les free Thaï) et intérieure.)

 

197 . INTRODUCTION. LE GOUVERNEMENT DE PHIBUN SONGKHRAM (16 DÉCEMBRE 1938 - 1er AOȖT 1944)
  • Les événements qui contraignent Phibun à donner sa démission le 1er août 1944.

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

* Nos principales sources :

Pierre Fistié, in « L’évolution de la Thaïlande contemporaine », Armand Colin, 1967

Il s’appuie lui-même abondamment sur le  Bangkok Times de l’époque.

Et B. J. Terwiel, in « Thailand’s Political History », River Books, 2011 

---------------------------------

 

Pour les 12 décrets d’Etat (ou mandats culturels ou « coutumes » d’Etat) émis entre 1939 et 1942, in A177.  « Les seins nus de  Thaïlande qu’on ne saurait voir. » http://www.alainbernardenthailande.com/2015/03/a177-les-seins-nus-de-thailande-qu-on-ne-saurait-voir.html

 

30. In « Les relations franco-thaïes » :

 « La deuxième guerre mondiale »

http://www.alainbernardenthailande.com/article-30-les-relations-franco-thaies-la-2-eme-guerre-mondiale-67649933.html

et « 17 janvier 1941: la bataille navale de Koh-Chang. » http://www.alainbernardenthailande.com/article-17-janvier-1941-la-bataille-navale-de-koh-chang-thailande-114422430.html

 

Sur le nationalisme : Cf. A9 ; et A57 :

 

Article 9 : Vous avez dit «  nationalisme thaï » ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-article-9-vous-avez-dit-nationalisme-thai-66849137.html

 

A.57 Qui est Thaï ? Qui est Thaïlandais ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a-57-qui-est-thai-qui-est-thailandais-99435771.html

Sur le nationalisme :

 

A162. De l’usage des étrangers dans un processus de construction nationale en Thaïlande.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a162-de-l-usage-des-etrangers-dans-un-processus-de-construction-nationale-en-thailande-124549105.html

 

168. Le « nationalisme » de Rama VI (1910-1925).

http://www.alainbernardenthailande.com/article-168-le-nationalisme-du-roi-rama-vi-1910-1925-125257916.html

 

Article 45. « Les chinois en Thaïlande. »

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a45-les-chinois-dethailande-sont-ils-integres-84959962.html

 

170. Rama VI face à deux modèles  le modèle « occidental » et le modèle « siamois ».

http://www.alainbernardenthailande.com/2015/02/170-rama-vi-face-a-deux-modeles-le-modele-occidental-et-le-modele-siamois.html

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires