Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 18:01
A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

Nous vous avons parlé des fêtes du nouvel an thaï (1). Elles s’accompagnent souvent çà et là d’un concours de beauté, l’élection de Nangsongkran « นางสงกรานต์ », tout simplement Miss Songkran. Ce n’est pas la pâle imitation des concours de beauté occidentaux mais le rappel d’une vieille légende brahmanique qui remonte à la nuit des temps et qui n’a pas totalement sombré dans l’oubli.

 

Ces sept déesses, les filles du seigneur Maha Songkran (ท้าวมหาสงกรานต์) ou seigneur Kabillabrama (ท้าวากบิลพรหม). Phrom (พรหม)  autrement transcrit Brahma, c’est le dieu-créateur Brahma de la tradition hindouiste qui dans la Ramakian (รามเกียรต์), version siamoise du Ramayana, devient Phra Isuan  (พระอิศวร), le plus grand des trois dieux du paradis. (Il n’y a pas de divinité créatrice dans le bouddhisme theravada). 

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

La légende hindouiste veut que ce dieu nommé Kabilla Phrom ou Brahma aimait parier. Il apprit un jour qu’un un petit garçon nommé Thammabal Kumara, à l'âge de sept ans, était capable de réciter les saintes écritures en public. Apprenant ce prodige, le dieu souhaita vérifier les connaissances du gamin. Il descendit sur terre et posa au garçon trois énigmes ressemblant étrangement à celles posées par le Sphinx à Œdipe sur les trois âges de la vie. 

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

Où se trouve l’aura d’une personne le matin, l’après-midi et pourquoi ne la voit-on pas la nuit ? S’il trouvait la réponse, le Dieu lui donnerait l’une de ses trois têtes (2). Mais si le garçon ne réussissait pas dans les sept jours, c’est lui qui donnerait sa tête au Dieu. Alors que le gamin se désespérait, il entendit un couple d'aigles racontant avec joie qu'ils allaient bientôt se régaler du corps d'un garçon qui n’était pas en mesure de résoudre trois énigmes et se sont donné la réponse. Ainsi, le jour dit le gamin répéta ce qu'il avait entendu des aigles : dans la matinée, l'aura d'une personne apparait sur son visage, alors il le lave. A midi, elle est sur sa poitrine et il la parfume et la nuit, son aura déménagé est descendu à ses pieds; voilà pourquoi il les baigne. Beau joueur, le Dieu se coupa la tête. Il avait sept filles. Elles placèrent la tête de leur père sur un plateau en procession autour du mont Sumeru (ou Meru), lieu sacré de la mythologie bouddhiste avant de le placer dans une grotte du mont Krailat accompagné de trésors et offrandes.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

Depuis lors, à chaque jour débutant un cycle de 365 jours, le premier jour de Songkran, les sept filles vont en chœur ressortir la tête du Dieu leur père et le porter en procession autour du mont Sumeru

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

Chaque année, le jour de Songkran est l’un des sept jours de la semaine. Chacune d’entre elle est à son tour la déesse de l’année. Selon la tradition des anciens brahmanes, le soleil entre dans le signe du bélier le 13 avril, le début du printemps, lorsque les arbres commencent à bourgeonner et fleurir, et les animaux sortent de l’hivernage pour trouver de la nourriture. Avril était signe de vie nouvelle et marque donc  le début d'une nouvelle année. Chacune est censée représente un jour de la semaine selon le jour auquel le nouvel an tombe chaque année.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

Chaque jour a ainsi sa déesse : celle du dimanche est Thungsathévi (ทุงษเทวิ), celle du lundi Khorakhathévi (โคราคเทวิ), celle du mardi Rakhasotthévi  (รากษสเทวิ), celle du mercredi Monthathévi (มนฑาเทวิ), celle du jeudi Kirineethévi (กิรินีเทวิ), celle du vendredi Kamithathévi (กิมีทาเทวิ) et celle du samedi Maothonthévi (มโหธรเทวิ). Thévi (เทวิ) d’origine pali est une créature céleste de sexe féminin, très exactement ce que sont nos légendaires fées. Les créatures célestes (théva เทวา) de la mythologie hindouiste sont effet sexuées ce qui évite aux théologiens de oiseuses et byzantines discussions sur le sexe des anges. Si le premier jour du cycle de 365 jours est un mardi, déesse de l’année sera Rakasotthévi. Voici quelques détails à leur sujet qui permettent de les distinguer.

 

La déesse du dimanche, Thungsathévi, porte des fleurs de grenadier derrière les oreilles, un rubis comme bijou, elle tient un disque dans la main droite et une conque dans la gauche. Elle chevauche un Garuda.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

La déesse du lundi Korakhathévi, porte des fleurs de l'arbre à liège indien (Millingtonia hortensis) derrière les oreilles et une bague en pierre de lune. Elle se nourrit de graisses, tient une épée dans la main droite et une canne dans la gauche. Elle se promène à dos de tigre.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

La déesse du mardi Rakhasotthévi porte des fleurs de lotus en bourgeon derrière les oreilles, son bijou est une agate, elle tient un trident dans la main droite et un arc dans la gauche. Elle boit du sang et fait ses promenades sur un porc.

 

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

La déesse du mercredi Monthathévi porte des fleurs de magnolia derrière les oreilles, son bijou est un œil de chat, elle tient un stylet et une badine, Elle se nourrit de lait et de beurre et chevauche un âne.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

La déesse du jeudi Kirineethévi porte des fleurs de magnolia derrière les oreilles, sa pierre est une émeraude, elle mange des noix et des graines de sésame. Elle a un crochet et un arc dans les mains et monte un éléphant.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

La déesse du vendredi Kamithathévi porte des  nénuphars derrière les oreilles, sa pierre est une topaze, elle se nourrit de bananes, elle porte une épée est dans la main droite et un luth dans la gauche. Elle monte sur un buffle.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)
 

La déesse du samedi enfin Maothonthévi porte des fleurs de jacinthe d'eau derrière les oreilles, sa pierre est un saphir bleu, elle mange de la viande de porc et de cerf, elle tient un disque et un trident comme attributs. Elle monte sur un paon.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

Selon la légende, elles sont hideuses mais l’organisation de concours de beauté pour choisir la « miss Songkran » de l'année incite toujours les gens à penser le contraire et les représenter comme très belles.

 

Mais s’il est important de connaître le jour ou le soleil quitte la constellation du poisson  pour entrer dans celle du bélier, il est également important de savoir le moment de la journée. Chaque déesse a alors quatre positions pour indiquer quand, au cours de la journée, le soleil se déplace de la première constellation vers la seconde : Debout c’est le matin, assise, c’est l’après-midi,  couchée avec les yeux encore ouverts, c’est le soir et  couché avec les yeux fermés, c’est après minuit.

 

Pour célébrer la nouvelle année thaïe 2559 (2016) tombée  un mercredi (13 avril) dans la soirée, la déesse de l’année est monthathevi qui apparait donc couchée les yeux ouverts sur son âne. 

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)
 

L’an passé, le mardi  14 avril 2558 (2015), la déesse était Rakhasotthévi assise sur son cochon.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

Cette légende est évidemment lourde de symboles dont, n’ayons pas honte de la dire, la plupart nous échappent, tout autant qu’ils échappent aux dernières « Miss Songkran » de nos villages.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

NOTES

 

(1) Nos deux articles A103 « Songkran, le nouvel an thaïlandais, entre tradition et modernité » et A146 « Les Fêtes de Songkran ... Il y a 100 ans ».

 

(2)  Ces trois têtes sont le symbole des trois phases de l'évolution humaine (croissance, décroissance, disparition) tout comme les trois dieux du panthéon symbolisent les trois étapes de la vie, Brahma est la création, Vishnu est la vie et Shiva la mort.

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

Les sources en français sont inexistantes, il en est quelques unes en anglais…

http://www.thaiwaysmagazine.com/thai_article/2101_songkran_festival/songkran_festival.html

http://womenlearnthai.com/index.php/nang-songkran-by-thai-artist-sompop-budtarad/

http://www.7wondersthailand.com/showdetail.asp?boardid=849

…et d’innombrables en thaï, par exemple :

http://sawanbanna.bizhat.com/sara/songkran.htm

http://campus.sanook.com/912340/

 

Les postes royales ont édité au mois d’avril 2016 une superbe série de timbres-poste due au dessin de Om Rachawet (โอม รัชเวทย์), l’un des maîtres actuel de la bande dessinée thaïe mise en vente dans tous les bureaux de poste pour quelques dizaines de baths. En voici une partie et la planche complète :

A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)
A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)
A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)
A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)
A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)
A 215 - LA LÉGENDE DES « SEPT DÉESSES DE SONGKRAN » (เจ็ดนางสงกรานต์)

La déesse du samedi enfin Maothonthévi porte des fleurs de jacinthe d'eau derrière les oreilles, sa pierre est un saphir bleu, elle mange de la viande de porc et de cerf, elle tient un disque et un trident comme attributs. Elle monte sur un paon.

 

Selon la légende, elles sont hideuses mais l’organisation de concours de beauté pour choisir la « miss Songkran » de l'année incite toujours les gens à penser le contraire et les représenter comme très belles.

 

Mais s’il est important de connaître le jour ou le soleil quitte la constellation du poisson  pour entrer dans celle du bélier, il est également important de savoir le moment de la journée. Chaque déesse a alors quatre positions pour indiquer quand, au cours de la journée, le soleil se déplace de la première constellation vers la seconde : Debout c’est le matin, assise, c’est l’après-midi,  couchée avec les yeux encore ouverts, c’est le soir et  couché avec les yeux fermés, c’est après minuit.

 

Pour célébrer la nouvelle année thaïe 2559 (2016) tombée  un mercredi (13 avril) dans la soirée, la déesse de l’année est monthathevi qui apparait donc couchée les yeux ouverts sur son âne. L’an passé, le mardi  14 avril 2558 (2015), la déesse était Rakhasotthévi assise sur son cochon.

 

Cette légende est évidemment lourde de symboles dont, n’ayons pas honte de la dire, la plupart nous échappent, tout autant qu’ils échappent aux dernières « Miss Songkran » de nos villages.

 

NOTES

 

(1) Nos deux articles A103 « Songkran, le nouvel an thaïlandais, entre tradition et modernité » et A146 « Les Fêtes de Songkran ... Il y a 100 ans ».

 

(2)  Ces trois têtes sont le symbole des trois phases de l'évolution humaine (croissance, décroissance, disparition) tout comme les trois dieux du panthéon symbolisent les trois étapes de la vie, Brahma est la création, Vishnu est la vie et Shiva la mort.

Les sources en français sont inexistantes, il en est quelques unes en anglais…

http://www.thaiwaysmagazine.com/thai_article/2101_songkran_festival/songkran_festival.html

http://womenlearnthai.com/index.php/nang-songkran-by-thai-artist-sompop-budtarad/

http://www.7wondersthailand.com/showdetail.asp?boardid=849

…et d’innombrables en thaï, par exemple :

http://sawanbanna.bizhat.com/sara/songkran.htm

http://campus.sanook.com/912340/

 

La déesse du samedi enfin Maothonthévi porte des fleurs de jacinthe d'eau derrière les oreilles, sa pierre est un saphir bleu, elle mange de la viande de porc et de cerf, elle tient un disque et un trident comme attributs. Elle monte sur un paon.

 

Selon la légende, elles sont hideuses mais l’organisation de concours de beauté pour choisir la « miss Songkran » de l'année incite toujours les gens à penser le contraire et les représenter comme très belles.

 

Mais s’il est important de connaître le jour ou le soleil quitte la constellation du poisson  pour entrer dans celle du bélier, il est également important de savoir le moment de la journée. Chaque déesse a alors quatre positions pour indiquer quand, au cours de la journée, le soleil se déplace de la première constellation vers la seconde : Debout c’est le matin, assise, c’est l’après-midi,  couchée avec les yeux encore ouverts, c’est le soir et  couché avec les yeux fermés, c’est après minuit.

 

Pour célébrer la nouvelle année thaïe 2559 (2016) tombée  un mercredi (13 avril) dans la soirée, la déesse de l’année est monthathevi qui apparait donc couchée les yeux ouverts sur son âne. L’an passé, le mardi  14 avril 2558 (2015), la déesse était Rakhasotthévi assise sur son cochon.

 

Cette légende est évidemment lourde de symboles dont, n’ayons pas honte de la dire, la plupart nous échappent, tout autant qu’ils échappent aux dernières « Miss Songkran » de nos villages.

 

NOTES

 

(1) Nos deux articles A103 « Songkran, le nouvel an thaïlandais, entre tradition et modernité » et A146 « Les Fêtes de Songkran ... Il y a 100 ans ».

 

(2)  Ces trois têtes sont le symbole des trois phases de l'évolution humaine (croissance, décroissance, disparition) tout comme les trois dieux du panthéon symbolisent les trois étapes de la vie, Brahma est la création, Vishnu est la vie et Shiva la mort.

Les sources en français sont inexistantes, il en est quelques unes en anglais…

http://www.thaiwaysmagazine.com/thai_article/2101_songkran_festival/songkran_festival.html

http://womenlearnthai.com/index.php/nang-songkran-by-thai-artist-sompop-budtarad/

http://www.7wondersthailand.com/showdetail.asp?boardid=849

…et d’innombrables en thaï, par exemple :

http://sawanbanna.bizhat.com/sara/songkran.htm

http://campus.sanook.com/912340/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Thaïlande
commenter cet article

commentaires