Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 18:43
244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Le 9 novembre 2000, un décret royal dissout le Parlement sous le gouvernement du 1er ministre Chuan Likpai. Le 6 janvier 2001 ont lieu les élections générales qui voient la victoire éclatante du parti Thai Rak Thai de Thaksin (ไทยรักไทย, « les Thaïs aiment les Thaïs »)*, (créé le 15 juillet 1998 et se présentant pour la 1ère fois aux élections), avec 248 sièges (40,6%) et la défaite du Parti Démocrate de Chuan Likpai avec 128 sièges (26,6%), sur 500 sièges proposés selon la Constitution de 1997**.

Partis

Votes

   %

Sièges

  Liste

  Const.

  Total

Thai Rak Thai

11.634.495

  40,60

   48

   200

  248

Democrat Party

 7.610.789

  26,60

   31

    97

  128

New Aspiration Party

 2.008.945

   7,00

     8

    28

   36

National Development Party

 1.755.476

   6,10

     7

    22

   29

Thai Nation Party

 1.523.807

   5,30

     6

    35

   41

Liberal Integrity Party

   

     0

    14

   14

Citizen's Party

   

     0

     2

    2

Social Action Party

   

     0

     1

    1

Thai Motherland Party

   

     0

     1

    1

Total

28.629.202

 

100

  400

  500

 

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Un décret royal du 9 février 2001 nomme le Lieutenant-Colonel de Police Thaksin Shinawatra (ทักษิณ ชินวัตร), comme le nouveau 1er ministre.

 

Le Parti Nouvelle Aspiration du général Chavalit Yongchaiyadh va fusionner avec le parti Thai Rak Thai après les élections et va former une coalition avec  le Parti de la Nation Thaïe. Le Parti Démocrate avec le Parti du Développement National seront de nouveau dans l’opposition ; Et Chuan Likpai sera le leader de l’opposition.

 

Le 17 février 2001, le nouveau gouvernement du Lieutenant-Colonel de Police Thaksin Shinawatra est nommé officiellement par décret royal. Il se compose de 37 ministres, avec le retour du général Chavalit Yongchaiyadh qui devient vice-1er ministre et de nouveau ministre de la Défense ; Et les autres hommes forts du moment, qui sont également nommés comme vice-1er ministre, à savoir Suwit Khunkitti, Det Boon – Long (Egalement ministre du travail et des affaires sociales), Pongpon Adireksarn, et Pitak Intrawityanunt. 4 ministres sont nommés au sein de l’Office du 1er ministre.

 

Ce gouvernement officiera du 17 février 2001 au 11 mars 2005, et va connaître quelques changements de postes et démissions, qui sont toujours le signe de tensions  politiques et de rivalités. (Cf. Article suivant)

 

Conformément à la Constitution de 1997, qui accorde un mandat de 4 ans aux élus, le roi dissout le Parlement ; et de nouvelles élections générales auront lieu le 6 février 2005. C’est un triomphe pour Thaksin. Son parti, le Thai Rak Thai obtient une large majorité absolue avec 375 sièges sur 500 parlementaires ; son partenaire dans la coalition, le Parti National Thaï obtient 27 sièges. Le parti de l’opposition, le Parti Démocrate perd encore des sièges et n’a plus que 96 sièges ; Et le Great People's Party (Phak Machacon) nouvellement formé pour ces élections n’aura que 2 sièges.

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Le 11 mars 2005 un décret royal officialise le deuxième gouvernement Thaksin qui sera interrompu par un coup d’Etat le 19 septembre 2006.

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Mais avant d’évoquer l’action gouvernementale de Thaksin durant ces deux gouvernements (17 février 2001- 19 septembre 2006) (Ce sera notre prochain article)il est intéressant de s’arrêter sur sa fulgurante ascension, et sur ce que représente son avènement dans l’histoire de ce pays.

 

L’exercice peut être périlleux car Thaksin divise, est persona non grata aujourd’hui en Thaïlande pour les généraux au pouvoir et a de nombreux ennemis parmi les politiques, les hommes d’affaires, certains milieux de Bangkok, mais est un héros pour la majorité des masses rurales du Nord et du Nord-Est et ceux qui se reconnaissent encore dans ce qu’on a appelé les « chemises rouges ». Michael Peel pour le Financial Times l’interviewant récemment le présente ainsi ***:

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

« Un personnage haï et presque occulte au sein des généraux qui dirigent la Thaïlande et de leurs alliés bien établis. Il reste un héros certain – quoique terni – pour beaucoup de gens dans les zones rurales, où ses gouvernements ont fait des dépenses somptuaires et ont lancé une nouvelle réflexion sur l’ordre social traditionnel. Près de huit ans après son départ de Thaïlande, son ombre continue de planer sur la crise politique déclenchée lorsque les militaires l’ont renversé en 2006 »

 

Curieusement, le premier article de notre blog « A1. Thaïlande, Aux origines d’une crise », basé sur la lecture du numéro  des carnets de l’IRASEC intitulé « Thaïlande, Aux origines d’une crise »****,  nous avait  permis de mieux comprendre la crise profonde de 2010 que traversait la Thaïlande en rappelant ce qu’était la « thaïness » ; ce qui se cachait derrière le « combat» entre les « rouges » et les « jaunes » ; 

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

... et ce que pouvait représenter alors Thaksin. Nous y disions :

 

« L'arrivée au pouvoir de Thaksin comme 1er ministre va bouleverser l’échiquier politique et social, mieux, délégitimer la Thainess et remettre en cause les pouvoirs installés.

 

Il ne s’agit pas ici de juger la fortune colossale acquise, ni des moyens qu’il a dû employer pour l’acquérir, mais des effets de ses actions, contre la hiérarchie installée depuis des lustres (certains ont même vu une remise en cause du pouvoir royal), et pour la fierté retrouvée du peuple du Nord et du Nord-Est.

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Son action reconnue (remboursement du FMI, reprise en main des jeunes, lutte contre la drogue, accessibilité aux soins, gel des dettes, prix soutenu du riz, certains médias enfin favorables, majorité au Parlement…) leur permettait d’oser enfin aborder des questions taboues, de briser le consensus, de prendre en main leur «destinée», de prendre leur « revanche », ou plus simplement de ne plus accepter qu’on leur confisque leurs « votes ». »

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !
Mais quel que soient les jugements que l’on peut porter sur Thaksin, on ne peut que constater son ascension fulgurante et son succès spectaculaire en affaires et en politique des années 1978 à l’année 2001.

 

Notre source sera essentiellement l’excellent article de Nicolas Revise « Le système Thaksin : coup de frein au processus de démocratisation ou « voie thaïlandaise » vers la démocratie ?  (Les Etudes du CERI, N° 115- juin 2005.) et wikipédia.

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

La famille et le policier.

 

Thaksin Shinawat est né le 26 juillet 1949 à Chiang Mai (Nord), au sein d’une famille d’origine chinoise, (dont le grand-père Hakka était arrivé  au Siam vers 1860 et s’était installé à Chiangmai en 1908), qui est riche et influente dans la Province.  Le père de Thaksin est en effet élu député de Chiangmai en 1969, puis de nouveau en 1975, lors de l’intermède dit démocratique de 1973-1976. L’un de ses oncles est également élu député et vice-ministre entre 1986 et 1988.

 

Thaksin entre à l’École nationale de police et en sort en 1973 pour rejoindre la Police Royale Thaïe. Il obtient une bourse pour les Etats-Unis et réussit un master « Criminal Justice » à  l’ Eastern Kentucky University en 1975.  

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

A son retour, « il travaille comme garde et secrétaire d’un ministre, un proche de son père. Il écrit des discours, négocie avec des activistes étudiants, porte des valises de billets pour amadouer des députés et des lobbies influents lors de votes d’importance au Parlement » (N. R.). Il aurait également travaillé dans un commissariat (Où ? Quand ?) avant de repartir aux Etats-Unis pour obtenir en 1978, le titre de docteur en criminologie à l’université Sam Houston à Huntsvilleau Texas.

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Il rentre alors en Thaïlande. Il devient docteur en droit pénal l’année suivante et réintègre son corps d’origine. Mais déjà, parallèlement, il veut réussir en affaires.

 

L’homme d’affaires.

 

Il s’investit dans plusieurs entreprises (vente de soieries, distribution de films) sans  succès (Il aurait eu 50 millions de bath de dettes)Mais en 1981, il comprend tout l’intérêt du système des concessions gouvernementales, et particulièrement celle concernant l’informatisation des  services  publics  thaïlandais, « à commencer par ceux de sa propre administration, à la tête du département informatique de laquelle il se hisse ». (Depuis son retour en Thaïlande en 1978, il va gravir les échelons, en devenant adjoint du Directeur de la Police du service du planning, puis passer à l’Etat-Major, et à la police Métropolitaine ; et monter en grades, puisque en 1987, il est lieutenant-colonel lorsqu’il donne sa démission). Sa femme Potjaman Damapong (Ils se sont mariés en juillet 1976) n’est pas en reste et fonde une petite société d’importation d’ordinateurs de l’américain IBM. (Quand exactement ?)

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Il fonde en 1982, ICSI pour vendre du matériel informatique, non seulement à la police, où il a évidemment gardé des contacts mais aussi aux universités, aux  chemins de fer et aux autres administrations. Mais le succès est encore modeste et ce n’est pas faute d’être entreprenant dans les systèmes de sécurité (SOS), dans les radios de bus  (Bus Sound). Mais en avril 1986, il créé AIS, une société louant des ordinateurs aux entreprises, et  fonde en 1987 « The Shinawatra Computer and Communications Group ». 

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Il démissionne alors de la police, pour se lancer dans le secteur de la téléphonie mobile avec succès, car il a obtenu la concession d'un des trois circuits de téléphones portables et une autre pour l'installation et la gestion de lignes fixes à Bangkok et dans sa banlieue. En 1988, il se joint à Pacific Telesis puis vend ses parts pour fonder sa propre compagnie OBC en 1989, une compagnie de télévision par cable. (Bien aidé par Chalerm Yoobumrung, le ministre de l’Office du 1er ministre en charge de la presse et des médias) Il fusionne avec CP Group's UTV.  En 1989 encore, il fonde Shinawat DataCom, une compagnie de gestion de données et de réseaux.

 

Le 31 août 1990, la Shinawatra Computer and Communications Group  (Aussi connu comme la Shin Corporation) est désormais côté en bourse ; et il crée Shinawatra Satellite, qui opère avec 4 satellites. « En janvier 1993, une fusée Ariane met en orbite Thai-Com 1, son premier satellite,  fabriqué  aux  Etats-Unis pour  une valeur  de  182 millions  d’euros. » (N R). En 1999, la famille Shinawat investit un milliard de bath pour créer l’Université Shinawatra à Pathum Thani. En 2000, il acquiert la télévision iTV … Bref, il y a de quoi se perdre, mais une chose est sûre, en une dizaine d’années, Thaksin  était devenu le  premier  magnat des télécommunications du pays.

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

 (« Revise nous dit que sa  fortune  est  estimée selon  plusieurs  sources,  à  près  de 3 milliards d’euros. Le groupe Shin Corp., dont la famille Shinawat contrôle alors 39,3 % du capital et compte près de 6 000 employés. » (en 2005)) Mais les affaires ne suffisent plus à l’entrepreneur milliardaire, il veut désormais jouer un rôle dans l’histoire de son pays.  Il va donc s’engager en politique, tout en sachant - nous présumons - qu’ une place au sein d’un gouvernement ne peut qu’aider à renforcer sa fortune et son pouvoir.

 

L’homme politique.

 

Il a su nouer des relations importantes puisqu’il entre par la grande porte dès le 25 octobre 1994, comme ministre des affaires étrangères du gouvernement Likpai, à la suite d’un remaniement ministériel. 

 

Il démissionnera  en février 1995.

 

Il rejoint en novembre 1994 le parti Phalang Dharma créé  en 1988 par le général à la retraite Chamlong Simuang, ancien gouverneur de Bangkok et héros des manifestations « démocratiques » de mai 1992. (Cf. Son rôle dans notre article  « 237 – Du 24 février 1991 au 22 septembre 1992 : 19 mois, trois gouvernements, deux élections générales et un massacre »).  Le parti est si divisé que Chamlong lui cède les commandes  en 1995; Mais Thaksin ne parvient pas à apaiser les antagonismes et quitte le parti l’année suivante.

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Il devient vice-1er ministre dans le gouvernement Banhan (13/07/1995-24/11/1996) à la suite des élections de juillet 1995 ; mais il démissionne le 14 août 1996, Banhan ne contrôlant plus le gouvernement. Après la dissolution du Parlement le 27 septembre 1996, le nouveau gouvernement du général Chawalit se met en place, après de nouvelles élections, le 17 novembre 1996. (25/11 1996 – 09/11/1997). A l’issu d’un petit remaniement le 21 juin 1997 : Thaksin est  de nouveau vice-1er ministre. Mais le 2 juillet 1997 la  monnaie  thaïlandaise s’effondre et  la grave crise économique éclate ; Le général Chawalit est contraint de démissionner le 6 novembre 1997. Et on va assister à une nouvelle victoire du Parti Démocrate aux élections et Chuan Likpaï va redevenir 1er ministre. (Du 09 novembre 1997- à la dissolution du 9 novembre 2000. Cf. Notre article  précédent)

 

Mais Thaksin ne renonce pas et créé un nouveau parti, le Thai Rak Thai (TRT) (ไทยรักไทย, « les Thaïs aiment les Thaïs »), le 14 juillet 1998 à Bangkok avec 23 membres fondateurs, des fonctionnaires, des intellectuels, quelques hommes d’affaires de second rang et des anciens du Phalang Dharma » (Qu’il avait quitté en 1996 avec quelques députés). Revise note que les membres de la première heure du TRT, constitue  un « curieux attelage de forces disparates allant de la droite la plus conservatrice à l’extrême gauche, en particulier  les anciens étudiants des années 70 proche du Parti communiste (PCT) ». Mais Thaksin saura aussi attirer des personnalités issues des grands groupes (agro-alimentaires, banques, constructions, services, etc) comme le conglomérat Charoen Pokpand (poulet, télécom), les banques Thai Military Bank et  Bangkok Bank, des promoteurs immobiliers et géants de la construction (ItalThai) ou encore des médias (TV Channel 3), et des hauts fonctionnaires. « Ainsi, de nombreux grands patrons feront leur entrée au Parlement après les élections du 6 janvier 2001 grâce à leur étiquette TRT. » 

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !
Mais Thaksin va aussi œuvrer pour obtenir l’appui des PME et des agriculteurs.

 

Il surfera sur la frustration des petits entrepreneurs après la crise de 1997, abattus par le décrochage du baht et le tarissement de toutes les sources de crédit.  En 1999-2000, la rhétorique du TRT est de plus en plus nationaliste, et  le Parti démocrate apparaît comme le défenseur des banquiers, des bureaucrates et de la finance internationale.

 

Thaksin va aussi se tourner vers les masses rurales (12,7 millions d’agriculteurs) subissant l’effondrement du prix du riz à l’exportation (A cette époque, la Thaïlande est le premier exportateur mondial). Thaksin « bat la campagne, récupère des barons provinciaux de la politique aux solides clientèles et accumule les promesses en direction des paysans et d'un secteur financier lourdement endetté. 

 

Il annonce déjà un moratoire sur les dettes, un prêt d’un million de bahts pour chacun des 77.000 villages de Thaïlande et un accès aux soins hospitaliers pour les plus pauvres moyennant un forfait de 30 bahts. Ces trois engagements seront tenus dès 2001. »(Revise)

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Dans une conjoncture morose, les deux partis concurrents s’affrontent sur la meilleure politique économique  à  conduire lors de la campagne pour le scrutin du 6 janvier 2001.

 

«  Alors  que  les  Démocrates  promettent  de  poursuivre  leur politique libérale, souhaitées par les institutions internationales et les investisseurs (assainissement du secteur financier, privatisation de l’énorme secteur public avec prise de participation étrangère) », le Thai Rak Thai sera plus interventionniste et protectionniste, et flattera la corde patriotique en accusant l’ex-premier ministre « d’être  aux  « ordres  des  Occidentaux »  et  d’avoir  privilégié  les  réformes structurelles aux dépens de l’économie réelle des petites entreprises et des exploitations agricoles.» (N. R.)

 

La campagne électorale se fera en appliquant les mêmes principes d’achat de voix, mais avec des dépenses et des méthodes de marketing politique du TRT sans précédent. « Thaksin arpente inlassablement les campagnes, placardant sa photo jusque dans le moindre village, couvrant les bords des routes et les journaux d’encarts publicitaires. A la veille des élections, son parti revendique 8 millions de membres ou sympathisants. »

244. THAKSIN SHINAWATRA DEVIENT 1er MINISTRE LE 17 FÉVRIER 2001.  UNE ASCENSION FULGURANTE !

Le scrutin est un triomphe pour Thaksin : son adversaire démocrate est laminé. Le TRT obtient 248 sièges sur les 500 de la Chambre des représentants, manquant de peu la majorité absolue. Thaksin devient 1er ministre le 17 février 2001.

 

Notes et références.

 

*Revise note : « La victoire de Thaksin a été entourée d’incroyables péripéties politico-juridictionnelles qui ont failli lui coûter son poste de Premier ministre. Thaksin était en effet poursuivi, dès avant le scrutin, par la Cour constitutionnelle sur plainte de la commission anti-corruption pour avoir masqué une partie de son patrimoine au fisc lorsqu’il avait été brièvement ministre en 1997. Le Premier ministre, fort de sa victoire électorale écrasante, a finalement été blanchi par les juges constitutionnels à une voix de majorité. »

**Cf. Notre lecture de LA « CONSTITUTION DU PEUPLE » DU 11 OCTOBRE 1997. in articles 242.1et 2 et 3. 

*** Cf. Interview de Michael Peel pour le Financial Times http://www.lenouveleconomiste.fr/financial-times/thaksin-shinawatra-ancien-premier-ministre-thailandais-les-hommes-daffaires-apportent-de-lair-frais-en-politique-30214/

****Olivier Ferrari, Narumon Hinshiranan Arunotai,Jacques Ivanoff & Arnaud Leveau, « Thaïlande, aux origines d’une crise »Carnet n°13 de l’Institut de recherche sur l’Asie du sud-est (IRASEC), 120 p. http://www.irasec.com/ouvrage9

 

***

 

Le nom ทักษิณ ชินวัตร se transcrit officiellement Thaksin  Chinnawat. La transcription Shinawatra est celle qu’utilise l’intéressé. Respectons-là donc.

 

                                        ---------------------------------------

 

Mais quel que soient les jugements que l’on peut porter sur Thaksin, on ne peut que constater son ascension fulgurante et son succès spectaculaire en affaires et en politique des années 1978 à l’année 2001.

 

Notre source sera essentiellement l’excellent article de Nicolas Revise « Le système Thaksin : coup de frein au processus de démocratisation ou « voie thaïlandaise » vers la démocratie ?  (Les Etudes du CERI, N° 115- juin 2005.) et wikipédia.

 

La famille et le policier.

 

Thaksin Shinawat est né le 26 juillet 1949 à Chiang Mai (Nord), au sein d’une famille d’origine chinoise, (dont le grand-père Hakka était arrivé  au Siam vers 1860 et s’était installé à Chiangmai en 1908), qui est riche et influente dans la Province.  Le père de Thaksin est en effet élu député de Chiangmai en 1969, puis de nouveau en 1975, lors de l’intermède dit démocratique de 1973-1976. L’un de ses oncles est également élu député et vice-ministre entre 1986 et 1988.

 

Thaksin entre à l’École nationale de police et en sort en 1973 pour rejoindre la Police Royale Thaïe. Il obtient une bourse pour les Etats-Unis et réussit un master « Criminal Justice » à  l’ Eastern Kentucky University en 1975.  A son retour, « il travaille comme garde et secrétaire d’un ministre, un proche de son père. Il écrit des discours, négocie avec des activistes étudiants, porte des valises de billets pour amadouer des députés et des lobbies influents lors de votes d’importance au Parlement » (N. R.). Il aurait également travaillé dans un commissariat (Où ? Quand ?) avant de repartir aux Etats-Unis pour obtenir en 1978, le titre de docteur en criminologie à l’université Sam Houston à Huntsvilleau Texas.

 

Il rentre alors en Thaïlande. Il devient docteur en droit pénal l’année suivante et réintègre son corps d’origine. Mais déjà, parallèlement, il veut réussir en affaires.

 

L’homme d’affaires.

 

Il s’investit dans plusieurs entreprises (vente de soieries, distribution de films) sans  succès (Il aurait eu 50 millions de bath de dettes)Mais en 1981, il comprend tout l’intérêt du système des concessions gouvernementales, et particulièrement celle concernant l’informatisation des  services  publics  thaïlandais, « à commencer par ceux de sa propre administration, à la tête du département informatique de laquelle il se hisse ». (Depuis son retour en Thaïlande en 1978, il va gravir les échelons, en devenant adjoint du Directeur de la Police du service du planning, puis passer à l’Etat-Major, et à la police Métropolitaine ; et monter en grades, puisque en 1987, il est lieutenant-colonel lorsqu’il donne sa démission). Sa femme Potjaman Damapong (Ils se sont mariés en juillet 1976) n’est pas en reste et fonde une petite société d’importation d’ordinateurs de l’américain IBM. (Quand exactement ?)

 

Il fonde en 1982, ICSI pour vendre du matériel informatique, non seulement à la police, où il a évidemment gardé des contacts mais aussi aux universités, aux  chemins de fer et aux autres administrations. Mais le succès est encore modeste et ce n’est pas faute d’être entreprenant dans les systèmes de sécurité (SOS), dans les radios de bus  (Bus Sound). Mais en avril 1986, il créé AIS, une société louant des ordinateurs aux entreprises, et  fonde en 1987 « The Shinawatra Computer and Communications Group ».  Il démissionne alors de la police, pour se lancer dans le secteur de la téléphonie mobile avec succès, car il a obtenu la concession d'un des trois circuits de téléphones portables et une autre pour l'installation et la gestion de lignes fixes à Bangkok et dans sa banlieue. En 1988, il se joint à Pacific Telesis puis vend ses parts pour fonder sa propre compagnie OBC en 1989, une compagnie de télévision par cable. (Bien aidé par Chalerm Yoobumrung, le ministre de l’Office du 1er ministre en charge de la presse et des médias) Il fusionne avec CP Group's UTV.  En 1989 encore, il fonde Shinawat DataCom, une compagnie de gestion de données et de réseaux.

 

Le 31 août 1990, la Shinawatra Computer and Communications Group  (Aussi connu comme la Shin Corporation) est désormais côté en bourse ; et il crée Shinawatra Satellite, qui opère avec 4 satellites. « En janvier 1993, une fusée Ariane met en orbite Thai-Com 1, son premier satellite,  fabriqué  aux  Etats-Unis pour  une  valeur  de  182 millions  d’euros. » (N R). En 1999, la famille Shinawat investit un milliard de bath pour créer l’Université Shinawatra à Pathum Thani. En 2000, il acquiert la télévision iTV … Bref, il y a de quoi se perdre, mais une chose est sûre, en une dizaine d’années, Thaksin  était devenu le  premier  magnat des télécommunications du pays.

 

 (« Revise nous dit que sa  fortune  est  estimée selon  plusieurs  sources,  à  près  de 3 milliards d’euros. Le groupe Shin Corp., dont la famille Shinawat contrôle alors 39,3 % du capital et compte près de 6 000 employés. » (en 2005)) Mais les affaires ne suffisent plus à l’entrepreneur milliardaire, il veut désormais jouer un rôle dans l’histoire de son pays.  Il va donc s’engager en politique, tout en sachant - nous présumons - qu’ une place au sein d’un gouvernement ne peut qu’aider à renforcer sa fortune et son pouvoir.

 

L’homme politique.

 

Il a su nouer des relations importantes puisqu’il entre par la grande porte dès le 25 octobre 1994, comme ministre des affaires étrangères du gouvernement Likpai, à la suite d’un remaniement ministériel. Il démissionnera  en février 1995.

 

Il rejoint en novembre 1994 le parti Phalang Dharma créé  en 1988 par le général à la retraite Chamlong Simuang, ancien gouverneur de Bangkok et héros des manifestations « démocratiques » de mai 1992. (Cf. Son rôle dans notre article  « 237 – Du 24 février 1991 au 22 septembre 1992 : 19 mois, trois gouvernements, deux élections générales et un massacre »).   Le parti est si divisé que Chamlong lui cède les commandes  en 1995; Mais Thaksin ne parvient pas à apaiser les antagonismes et quitte le parti l’année suivante.

 

Il devient vice-1er ministre dans le gouvernement Banhan (13/07/1995-24/11/1996) à la suite des élections de juillet 1995 ; mais il démissionne le 14 août 1996, Banhan ne contrôlant plus le gouvernement. Après la dissolution du Parlement le 27 septembre 1996, le nouveau gouvernement du général Chawalit se met en place, après de nouvelles élections, le 17 novembre 1996. (25/11 1996 – 09/11/1997). A l’issu d’un petit remaniement le 21 juin 1997 : Thaksin est  de nouveau vice-1er ministre. Mais le 2 juillet 1997 la  monnaie  thaïlandaise s’effondre et  la grave crise économique éclate ; Le général Chawalit est contraint de démissionner le 6 novembre 1997. Et on va assister à une nouvelle victoire du Parti Démocrate aux élections et Chuan Likpaï va redevenir 1er ministre. (Du 09 novembre 1997- à la dissolution du 9 novembre 2000. Cf. Notre article  précédent)

 

Mais Thaksin ne renonce pas et créé un nouveau parti, le Thai Rak Thai (TRT) (ไทยรักไทย, « les Thaïs aiment les Thaïs »), le 14 juillet 1998 à Bangkok avec 23 membres fondateurs, des fonctionnaires, des intellectuels, quelques hommes d’affaires de second rang et des anciens du Phalang Dharma » (Qu’il avait quitté en 1996 avec quelques députés). Revise note que les membres de la première heure du TRT, constitue  un « curieux attelage de forces disparates allant de la droite la plus conservatrice à l’extrême gauche, en particulier  les anciens étudiants des années 70 proche du Parti communiste (PCT) ». Mais Thaksin saura aussi attirer des personnalités issues des grands groupes (agro-alimentaires, banques, constructions, services, etc) comme le conglomérat Charoen Pokpand (poulet, télécom), les banques Thai Military Bank et  Bangkok Bank, des promoteurs immobiliers et géants de la construction (ItalThai) ou encore des médias (TV Channel 3), et des hauts fonctionnaires. « Ainsi, de nombreux grands patrons feront leur entrée au Parlement après les élections du 6 janvier 2001 grâce à leur étiquette TRT. » Mais Thaksin va aussi œuvrer pour obtenir l’appui des PME et des agriculteurs.

 

Il surfera sur la frustration des petits entrepreneurs après la crise de 1997, abattus par le décrochage du baht et le tarissement de toutes les sources de crédit.  En 1999-2000, la rhétorique du TRT est de plus en plus nationaliste, et  le Parti démocrate apparaît comme le défenseur des banquiers, des bureaucrates et de la finance internationale.

 

Thaksin va aussi se tourner vers les masses rurales (12,7 millions d’agriculteurs) subissant l’effondrement du prix du riz à l’exportation (A cette époque, la Thaïlande est le premier exportateur mondial). Thaksin « bat la campagne, récupère des barons provinciaux de la politique aux solides clientèles et accumule les promesses en direction des paysans et d'un secteur financier lourdement endetté. Il annonce déjà un moratoire sur les dettes, un prêt d’un million de bahts pour chacun des 77.000 villages de Thaïlande et un accès aux soins hospitaliers pour les plus pauvres moyennant un forfait de 30 bahts. Ces trois engagements seront tenus dès 2001. »(Revise)

 

Dans une conjoncture morose, les deux partis concurrents s’affrontent sur la meilleure politique économique  à  conduire lors de la campagne pour le scrutin du 6 janvier 2001.

 

 «  Alors  que  les  Démocrates  promettent  de  poursuivre  leur politique libérale, souhaitées par les institutions internationales et les investisseurs (assainissement du secteur financier, privatisation de l’énorme secteur public avec prise de participation étrangère) », le Thai Rak Thai sera plus interventionniste et protectionniste, et flattera la corde patriotique en accusant l’ex-premier ministre « d’être  aux  « ordres  des  Occidentaux »  et  d’avoir  privilégié  les  réformes structurelles aux dépens de l’économie réelle des petites entreprises et des exploitations agricoles.» (N. R.)

 

La campagne électorale se fera en appliquant les mêmes principes d’achat de voix, mais avec des dépenses et des méthodes de marketing politique du TRT sans précédent. « Thaksin arpente inlassablement les campagnes, placardant sa photo jusque dans le moindre village, couvrant les bords des routes et les journaux d’encarts publicitaires. A la veille des élections, son parti revendique 8 millions de membres ou sympathisants. »

 

Le scrutin est un triomphe pour Thaksin : son adversaire démocrate est laminé. Le TRT obtient 248 sièges sur les 500 de la Chambre des représentants, manquant de peu la majorité absolue. Thaksin devient 1er ministre le 17 février 2001.

 

Notes et références.

 

*Revise note : « La victoire de Thaksin a été entourée d’incroyables péripéties politico-juridictionnelles qui ont failli lui coûter son poste de Premier ministre. Thaksin était en effet poursuivi, dès avant le scrutin, par la Cour constitutionnelle sur plainte de la commission anti-corruption pour avoir masqué une partie de son patrimoine au fisc lorsqu’il avait été brièvement ministre en 1997. Le Premier ministre, fort de sa victoire électorale écrasante, a finalement été blanchi par les juges constitutionnels à une voix de majorité. »

**Cf. Notre lecture de LA « CONSTITUTION DU PEUPLE » DU 11 OCTOBRE 1997. in articles 242.1et 2 et 3. 

*** Cf. Interview de Michael Peel pour le Financial Times http://www.lenouveleconomiste.fr/financial-times/thaksin-shinawatra-ancien-premier-ministre-thailandais-les-hommes-daffaires-apportent-de-lair-frais-en-politique-30214/

****Olivier Ferrari, Narumon Hinshiranan Arunotai,Jacques Ivanoff & Arnaud Leveau, « Thaïlande, aux origines d’une crise »Carnet n°13 de l’Institut de recherche sur l’Asie du sud-est (IRASEC), 120 p. http://www.irasec.com/ouvrage9

 

***

 

Le nom ทักษิณ ชินวัตร se transcrit officiellement Thaksin  Chinnawat. La transcription Shinawatra est celle qu’utilise l’intéressé. Respectons-là donc.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires