Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 18:07
H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

On connait cet ouvrage sous le nom de « Suphasit Phra Ruang » (สุภาสิต พระร่วง « les proverbes du roi Ruang ») ou encore de « Bannat Phra Ruang » (บัญญติ พระร่วง « les préceptes du roi Ruang ») attribués au potentat de ce nom qui régnait à Sukhothai, la première capitale d'un Siam uni et indépendant pendant la seconde moitié du XIIIème siècle, un vaste empire autonome s’étendant de la partie supérieure de la Maenam à la mer des détroit et de la Salwin au Moyen Mekong.

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Ce recueil est, par les érudits actuels, attribué à Mahathammaracha Ier (มหาธรรมราชาที่ ๑) ou Lithai (ลิไทย) mort en 1368, petit fils de Ramkhamhaeng. Si celui-ci est ou serait le créateur du premier alphabet thaï, le règne de Lithaï voit la naissance d'une littérature nationale (1).

 

 

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Quelques mots sur la littérature de l’époque de Sukhothai  (1238-1377) :

 

Il nous en reste peu de choses mais les œuvres littéraires de cette période ont été conçues pour réaffirmer l'identité culturelle nationale, la stabilité politique et les valeurs spirituelles, les monarques prenant les devants dans la promotion des arts, de la religion et de l'administration. Ainsi, l'inscription du roi Ramkhamhaeng et d’autres plus ou moins contemporaines rapportent le mode de vie de la population à cette époque dans une société agricole régie par une sorte de système de caste. 

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

La plupart des œuvres littéraires ont été écrits en prose simple. Les œuvres principales sont l’inscription lapidaire du roi Ramkhamhaeng, l’inscription du  Wat Sichum ...

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

et celle du Wat Pa Mamuang

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

... le livre des proverbes de Phra Ruang et le Traiphummikatha.

 

La première est considérée comme la première œuvre littéraire thaïe en écriture thaï. Elle rend compte de la vie du roi Ramkhamhaeng le Grand, du mode de vie de la population, de ses lois, sa religion, son économie et la politique générale (2). 

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

L'inscription lapidaire du Wat Sichum à Sukhothai est attribuée au Vénérable Phra Maha Sisattha Ratchachulamani, qui, venu de Ceylan, prêchait le bouddhisme à Sukhothai. Gravée entre 1347 et 1374 sous le règne du roi Lithai, elle rend compte de l'origine de la décision de la dynastie de la construction des villes jumelles de Sukhothai et Sisatchanalai, de la construction du stupa contenant les reliques de Bouddha, et de la plantation des arbres sacrés en hommage aux reliques. L’alphabet utilisé est pratiquement similaire à celui de la précédente.

 

Les inscriptions lapidaires du Wat Pa Mamuang à Sukhothai sont probablement les premières œuvres littéraires traduites. Les quatre tables comportent le même message en trois langues différentes: thaï, khmer et pali. Elles ont été gravées autour de 1362. Elles décrivent la construction de monuments religieux et la construction d'un monastère dans la forêt pour le roi Lithai, une retraite pour sa pratique religieuse et l'étude du Tripitaka.

 

Les « préceptes de Phra Ruang » attribués à Lithaï sont une collection de dictons traditionnels siamois nés sous la dynastie Phra Ruang dont Lithaï fut le dernier représentant. Ils reflètent la manière idéale de la vie de l'ancienne société siamoise. Ils sont l’objet de cet article.

 
H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Citons enfin le « Traiphummikatha » ou « Traiphum Phra Ruang » (ไตรภูมิกถา / ไตรภูมิrพระร่วง) écrit en 1345 par le roi Lithai. C’est un traité de cosmologie et de philosophie bouddhiste basée sur une étude approfondie de plus de 30 textes sacrés. Il a été écrit en une belle prose riche en allusions et en métaphores. Il n’est pas d’un accès facile. 

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Revenons donc à nos dictons.

 

Un sujet négligé

 

Bien que la langue siamoise ne soit pas moins riche en traditions proverbiale que les autres, il est surprenant de constater combien peu d'attention a jusqu'ici été accordée à ce sujet alors que son intérêt est immense pour le philologue, l’ethnologue l'historien ou le simple curieux qui s’intéresse aux mœurs, opinions, et croyances de ce peuple. Ces cristallisations de la pensée populaire sont des témoignages précieux. L'étude de la gnomique d'un peuple est un moyen d’en appréhender la mentalité dans ses aspects les plus intimes. Fragments négligés de la sagesse locale et précieux documents sur les traditions locales, ils sont l’indice du génie et de l'esprit d'une nation permettant  de découvrir le caractère du peuple, ses modes de pensée et ses façons particulières de vivre, permettant une meilleure compréhension de leurs mœurs et de leurs coutumes, une image que l’on trouve difficilement ailleurs.

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Personne avant Mgr Pallegoix n’avait jamais tenté de présenter une liste de proverbes siamois communs. Mais les proverbes que le prélat nous cite dans sa « Grammatica Linguae thai », dans son dictionnaire, et dans sa description du Siam, peu nombreux, ne semblent pas avoir été toujours choisis parmi les meilleurs (3). Les proverbes siamois ont fait l'objet d'un essai du professeur Lorgeou, consul de France à Bangkok mais nous n’avons pas pu consulter cette monographie (4). Le travail le plus exhaustif, toujours inégalé à ce jour, est celui du colonel Gerolamo Emilio Gerini (5). Son étude volumineuse déborde très largement la question des « préceptes de Phra Ruang » à laquelle nous nous limiterons.

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Ils sont la plus ancienne collection siamoise de proverbes qui a traversé les âges depuis 650 ans. Nous allons y trouver laconisme, esprit caustique, concision, sagesse, perspicacité, bon sens. Elle comporte selon les versions 160 aphorismes, nous n’en citerons qu’une partie mais en suivant la classification de Gerini (6).

 

L’introduction que l’on retrouve sous une forme ou sous un autre est la suivante :

 

« Lorsque le roi Ruang régnait sur le royaume de Sukhothai, il eut une vision claire de l’avenir et a alors donné ses instructions destinée à la terre entière. Chacun doit faire l’effort de les apprendre pour son propre bénéfice et son profit personnel et ne jamais se départir du respect qui leur est dû. Le souverain qui aspirait à l’omniscience a consacré une partie de ses vastes connaissances  à l'instruction de l'humanité ».

 

 

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Quelques dizaines de citations suggestives suffiront à donner en quelques lignes une idée de la morale qu'elles inculquent.

 

Mettons en exergue un aphorisme que Gerini assimile au très orgueilleux « Civis Romanus sum » de Cicéron, caractéristique de cette époque ou le mot « thaï » a le sens de « libre » dans une société hiérarchisée (7) :

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

คนเป็นไทยอย่าคนทาส

Khon pen thai ya khon that

« Un homme libre n’est pas un esclave »

 

A cette époque de guerres fréquentes, le monarque énonce une série de préceptes exhortant à une nécessaire vigilance pendant le temps des hostilités et en temps de paix

 

La guerre

น่าศึกอย่านอนใจ

Na suek ya nonchai

« Dans la guerre sois sans pitié ».

เมือเข้าศึกระวางตน

Muea kha suek rawang ton

« Quand tu entres en guerre prends garde à toi »

ที่ทัพจงมีไฟที่ไปจงมีเพือน

Thi thap chong mi fai thi pai chong mi phuean

« A l’armée tu dois avoir le feu sacré et au retour, des amis »

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

La fierté et l’honneur

 

รักตนกว่ารักทรัพย์

Rak ton kwa rak sap

« Aime-toi-toi même plus que les trésors »

สู้เสียสินอย่าเสียศักด์

Su sia sinya sia sak

« Sacrifie tes richesses mais pas ton honneur »

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

La loyauté et dévotion aux supérieurs

 

อาษาเจ้าตนจนตัวตาย

Asa chao ton chon tua tai

« Sois fidèle à ton prince jusqu’à la mort »

อาษานายจงแรง

Asa nai chong raeng

« Sois fidèle à tes supérieurs avec constance »

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

L’obéissance et le respect

 

จงนบนอบผุ้ใหญ่

Chong nop nop phu yai

« Tu dois respecter tes supérieurs »

ตระกูลตนจงค่านัย

Trakun ton chong khanai

« Honneur à ta famille »

ที่รัก อย่า ดูถูก

Thi rak ya du thuk

« Ne condamnes pas ceux que tu aimes »

คนจนอย่า ดูถูก

Khon chon ya du thuk

« Ne méprise pas les pauvres »

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

La bonté envers les autres

 

โอบอ้อนเอาใจคน

Op on aochai khon

« Gagne le cœur des autres »

คนโหดให้เอนดู

Khon hot hai en du

« Sois miséricordieux avec les méchants »

ข้าเการ้ายอดเอา

Kha kao ray ot ao

« Pardonne les fautes des vieux esclaves »

อย่า ขุดคนด้วยปาก

Ya  Khut khon duai pak

« N’enterre pas les autres avec ta langue »

อย่าถากคนด้วยตา

Ya thak khon duai ta

« Ne les blesse pas par tes regards »

อย่านินทาท่านผู้อืน

Ya nin tha than phu uen

« Ne calomnie pas les autres »

อย่าไฟ่เอาทรัพย์ท่าน

Ya fai ao sap than

« Ne convoite pas le bien d’autrui »

ได้ส่วนมักมาก

Dai suan mak mak

« Ne convoite pas plus que ta part »

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

L’humilité

 

มีสินอย่าอวดมั่ง

Mi sin ya uat mang

« Si tu es riche, ne t’en vantes pas »

อย่าใฝ่สูงให้พ้นศักดิ์

Ya fai sung hai phon sak 

« Ne cherche pas à accéder à de plus grands honneurs »

อย่าตื่นยกยอตน

Ya tuen yok yo ton

« Ne cherche pas à faire tes propres louanges »

ท่านสอนอย่าสอนตอบ

Than son ya son top

« Ne donne pas de leçons à tes professeurs »

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

La piété et les vertus

 

สร้างกุสลอย่ารู้โรย

Sang kusonla ya ru roi

« Accomplissez des bonnes œuvres sans relâche »

ปลูกไมตรีอย่ารู้ร้าง

Pluk maitri ya ru rang

« Construisez des amitiés indissolubles »

ท่านรักตนจงรักตอบ

Than rak ton chong rak top

« Réponds à l’amour par l’amour »

ท่านนอบตนจงนอบแทน

Than nop ton chong nop thaen

« Réponds au respect par le respect »

เอาแต่ชอบเสียผิด

Ao tae chop sia phit

« Adopte le bien et rejette le mal »

โทษตนผิดรำพึงอย่าคะนึงถึงโทษท่าน

Thot ton phit ram phueng ya kha nueng thuengthot than

« Blâme tes fautes avant de blâmer celles des autres » (8)

หว่านพืชจักเอาผลเลี้ยงคนจักกินแรง

Wan phuet chak ao phon liang khon chak kin raeng

« Semez et vous récolterez » (9);

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

La fermeté dans les projets

 

ผิจะจับจับจงมั่น

Phi cha chap chap chong man

« Ce que tu tiens, tiens le avec force »

ผิจะคั้นคั้นจงตาย

Phi cha khan khan chong tai

« Ce que tu serres, serres le jusqu’à la mort »

ผิจะหมายหมายจงแท้

Phi cha mai mai chong thae

« Quand tu as un but, vas jusqu’au bout » (10).

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

La prudence

 

คิดแล้วจึงเจรจา

Khit laeo chueng cheracha

« Réfléchis avant de parler »

อย่าเข้าแบกงาช้าง

Ya khao baek nga chang

« Ne cherches pas à remplacer l’éléphant dans sa tâche »

น้ำเชี่ยวอย่างขวางเรือ

Nam chiao yang khwang ruea

« Quand la rivière est turbulente, ne mets pas ton esquif en travers » (11)

เผ่ากษัตริย์เพลิงงูอย่าดูถูกว่าน้อย

Phao kasatri phloeng ngu ya du thuk wanoi

« Le sang royal, c’est le feu et le serpent, ne le sous-estime pas »

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

La frugalité

 

ของแพงอย่ามักกิน

Khong phaeng yamak kin

« Ne convoite pas des nourritures couteuses »

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

iLa concorde

 

อย่ายลเยี่ยงถ้วยแตกมิติด จงยลเยี่ยงสัมฤทธิ์แตกมิเสีย

Ya yon yiang thuai taek mitit  chong yon yiang samrit taek mi sia

« N’imite pas la tasse en porcelaine qui, une fois cassée ne peut être recollée mais suis l'exemple de la tasse en  bronze, une fois brisé, elle n’a pas disparu ».

ยลเยี่ยงไก่นกกระทาพาลูกหลานมากิน

Yon yiang kai nokkratha pha luklan ma kin

« Imite la poule et la perdrix qui, lorsqu’elles découvrent de la nourriture, la partagent avec leur progéniture ».

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

La politique et la diplomatie

 

หิ่งห้อยอย่าแข่งไฟ

Hing hoi ya khaeng fai

« Quand il y a le feu, ne lutte pas avec le feu »

พบศัตรูปากปราศรัย

Phop sattru pak prasai

« Quand tu rencontres l’ennemi, tiens un discours de paix »

อย่าตีปลาหน้าไซ

Ya ti pla nasai     

« Ne frappe pas le poisson qui va entrer dans la nasse »

อย่าตีสุนัขห้ามเห่า

Ya ti sunak kham hao

« Ne frappe pas le chien qui aboie »

อย่าตีงูให้แก่กา

Ya ti ngu hai kae ka

« Ne frappe pas le serpent pour le compte du corbeau »

อย่ารักลมกว่าน้ำ

Ya rak lom kwa nam

« Ne préfère pas le vent à l’eau »

อย่ารักเดือนกว่าตะวัน

Ya rak duean kwa tawan

« Ne préfère pas la lune au soleil » (12).

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Lorsque des différences se produisent entre un proverbe siamois et son homologue européen, il est intéressant et instructif d'observer comment la même idée a été élaborée et exprimée dans des nations ethniquement si éloignées. Gerini se plaît à tirer la conclusion que la gnomique siamoise, loin d'être  foncièrement divergente de la gnomique européenne, se rencontre plus d'une fois avec elle : dans beaucoup de cas, le sens est le même, l'expression seule diffère ; dans d'autres, le texte siamois est très voisin du texte européen. Proverbes, sentences, aphorismes, adages, apophtegmes, maximes, dictons, maximes des sept sages de la Grèce gravés sur tous les monuments publics d’Athènes, maximes de La Rochefoucaud, proverbes du roi Salomon (le plus ancien collecteur de proverbes !), exprimés en peu de mots sous une forme facile à retenir, furent pendant des siècles l’unique fond intellectuel sur lequel vivait la société. S’ils se ressemblent de façon souvent étrange n’est-ce pas simplement que les règles fondamentales de la sagesse humaine et de la vie en société étaient les mêmes à Rome au temps de Cicéron : « Ne puero gladium dederis » (13) ou à Sukhothaï 1400 ans plus tard : « อย่าให้เด็กเล่นมีดเล่นพร้ » (14).

 

 

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Les origines

 

Plusieurs recensions des dictons attribués au roi Ruang existent avec de nombreuses variantes la plupart du temps insignifiantes. L’une des plus connues a été rédigée lors de la fondation de Wat Pho aux débuts du premier règne de la dynastie actuelle. Cette recension a été gravée, comme beaucoup d'autres textes, sur des dalles de marbre et encastrées dans les murs et les piliers de l'un des nombreux salas qui ornent les cours intérieures de ce monastère célèbre. C’est probablement celle utilisée par Gérini même s’il donne de nombreuses sources imprimées en général du XIXème siècle.

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Certains experts de la littérature soutiennent que cette œuvre littéraire appartient à l'ère Rattanakosin et a ou aurait été améliorée sinon créée dans les débuts de cette époque. Cette contestation qui semble n’être que de morosité iconoclaste a été démontée scientifiquement et au vu d’arguments linguistiques (en thaï) par Madame Chosita Maneesai (โชษิตา มณีใส) professeur de linguistique à l’Université Chulalongkorn (15). 

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Ces contestations relèvent d’ailleurs – ignorance ou mauvaise foi - de l’oubli d’un paramètre essentiel, nous sommes à une époque où la transmission du savoir est orale et peut passer imperturbablement les siècles. Homère a ou aurait vécu au VIIIème siècle avant Jésus-Christ. Les textes homériques ont été transmis par voie orale, chantés par les aèdes. Les premiers fragments écrits les plus anciens datent de la fin du IIIème siècle avant Jésus-Christ, postérieurs de 500 ans, le premier texte complet du Ier siècle après Jésus-Christ.

 

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

Qu’y a-t-il alors d’extraordinaire à ce que les textes de Lithaï aient été psalmodiés pendant des siècles avant de trouver un support écrit ?

 

…Et concluons avec Gerini (et Horace !) « Si quid novisti rectius istis, Candidus imperti. Si non, his utere mecum » (15).

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

NOTES

 

(1) Voir notre article 30 « Le déclin de Sukhotai sous le règne du roi Lithai ».

(2) Voir l’article de Georges Coédès « Notes critiques sur l’inscription de Ramakhamheng », en réalité une traduction complète in Journal de la Siam society, volume 10 de 1913, pp 1-28

(3) Dans sa « Description du royaume thaï ou Siam » volume I, et dans da grammaire, nous avons relevé, qui ne viennent pas du recueil à une exception près (le premier de cette liste) :

« Ne mettez pas votre barque au travers du courant du fleuve ».

« Quand vous irez dans les bois n’oubliez pas votre couteau ».

 «L’éléphant quoiqu’il ait quatre pattes peut faire un faux pas, ainsi le docteur peut se tromper »version siamoise de « errare humanum est ».

«Celui qui nourrit l’éléphant se nourrit de la fiente de l’éléphant ».

«Si vous montez à terre, vous rencontrerez le tigre, si vous descendez dans une «barque, vous rencontrerez le crocodile ».

«La noblesse dénote l’origine, les mœurs dénotent la personne ».

«Si un chien vous mord, ne mordez pas le chien ».

«Celui qui est sous le ciel, comment peut-il craindre la pluie ? ».

« Un femme sans mari, c’est un cheval sans frein, une maison sans toit, un barque sans gouvernail ».

 « Va lentement et tu arriveras au but ».

« Pour sortir une épine du pied, il faut user un autre épine ».

« Les bonzes font les champs sur le dos de leurs ouailles  (glissé non sans malice).

(4)  E. Lorgeou, « Suphasit Siamois » in Bulletin de l'Athénée oriental, 1881·82. L’année n’est pas malheureusement pas numérisée à la BNF.

(5) « On Siamese Proverbs and Idiomatic Expressions » in Journal de la Siam society, pp 1-158.

Né en 1860, Gerolamo Emilio Gerini rejoint l’armée siamoise en 1861 avec le grade de Lieutenant. Il quitte l’armée en 1863 et devient secrétaire du Ministre des provinces du nord. Il voyage et visite le pays. Il acquiert une parfaite maîtrise de la langue thaï et aussi d'autres langues comme le malais, le birman, le khmer et de nombreux dialectes locaux ainsi que du sanskrit et du pali. Il est l’un des fondateurs de la Siam society. Il meurt en 1913 comblé d’honneur sous le titre de พระสารสาสน์พลขันธ์ (Phra Sarasat Phonlakhan). En 2010, le Commandement de l'Armée de Bangkok, au cours d’une cérémonie solennelle, a érigé son buste à l'entrée de son siège, deuxième italien ainsi honoré, le premier était Corrado Feroci alias Silpa Bhirasri, fondateur de l'Université Silpakorn de Bangkok.

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

(6) Le site de Madame Sri Chatsudhi en fait un inventaire probablement complet, en thaï évidemment :

http://www.st.ac.th/bhatips/su_praroung.html

(7) Les matrones du temps de la république romaine se baignaient sans fausse honte nues devant les esclaves qu’elles ne considéraient pas comme des hommes. Le juriste Linguet dans sa « théorie des lois civiles » écrit en 1767 « excepté qu’il ne sait ni mugir ni hennir et qu’à sa mort on ne tire parti ni de sa chair ni de sa peau, il n’y a aucune sorte de différence entre lui et un bœuf ou un cheval ».

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

(8) « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? » (Saint Mathieu – VII – 3)

H4- « SUPHASIT PHRA RUANG » OU LES PRÉCEPTES DU ROI RUANG (LITHAÏ) (1347-1368 ENV.)

(9) « Ut sementem feceris, ita et metes  « comme vous semez vous récolterez » a dit  Cicéron.

(10) « Certum pete finem » « Viser son but » a dit encore Cicéron.

(11) «Ne mettez pas votre barque au travers du courant du fleuve » a traduit Mgr Pallegoix (3).

(12) « Se il sol mi splende, non curo la luna » « si le soleil brille, je ne me soucie pas de la lune » disent les Italiens. « Il vaut mieux manger des puces que de faire bouillir la lune quand son image se réfléchit dans la marmite » disent les Arabes.

(13) « Pas d’épée aux enfants »

(14) Ya hai dek len mit len phra « Ne laissez pas les enfants jouer avec un couteau ou une machette ».

(15) « สุภาษิตพระร่วง : การศึกษาแง่ประวัติวรรณคดี » (« Étude historique sur Suphasit Phra Ruang ») in วารสารมนุษยศาสตร์และสังคมศาสตร์ (Journal des sciences humaines et sociales) vol. 3.

(16) « si vous pouvez améliorer ces principes, dites-le moi; sinon, joignez-vous à moi pour les suivre ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans HISTOIRE.
commenter cet article

commentaires

Cécile 17/11/2016 08:49

Mail parti tout seul... Actuellement, sur quoi peut se fonder le pouvoir politique? Il reste le pouvoir des dignitaires des religions, même si François l'utilise autrement...
Je vous embrasse tous les deux bien fort.

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 18/11/2016 07:17

...en retour