Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

4 mars 2017 6 04 /03 /mars /2017 18:43
INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Nous avons souvent rencontré ces « Phi » en l’existence desquels la plupart des Thaïs continuent, encore au XXIème siècle, à croire dur comme fer. Fantômes, esprits, fées, sorcières ou démons, bon(ne)s ou mauvais(es) tour à tour, nous en avons donné une liste non exhaustive au vu essentiellement de l’article de Phya Anumam Rajathon écrit en 1954, non sans une certaine ironie parfois dubitative mais néanmoins publié dans la très docte revue de la Siam sociéty (1).

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

C’est encore un Phi que nous vîmes intervenir activement dans la confection d’une mixture magique, un philtre d’amour auquel s’est intéressé le roi Rama VI lui-même commenté par le savant anglais sir Francis Gilles toujours dans la même savante revue en 1938 (2).

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Nous avons rencontré à nouveau un Phi malfaisant spécifique à notre région du nord-est, le Phipop (ผีปอบ) dont nous allons reparler, dans un article de l’érudit danois Eric Seidenfaden, toujours dans notre même revue savante  (3).

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Mais nous avons appris avec curiosité et amusement quelques anecdotes ou aventures concernant ces Phi, par exemple la rencontre étonnante d’un diplomate et d’un Phi il y a un peu plus d’un siècle, non pas sous une signature fantaisiste mais sous celle de A. J. IRWIN, un contributeur fidèle de la revue de la Siam society (4).  Ces histoires valent d’être contées car si nous entendons parler des Phi, si nous lisons beaucoup sur eux, il s’agit ici de témoignages probablement fiables provenant de personnes tout aussi dignes de foi. Ce sont ces anecdotes qui ont conduit IRWIN à s’intéresser aux Phi d’une façon assez cartésienne.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Ses recherches se sont heurté à des difficultés, comme celle des personnes possédant certaines croyances et ne voulant pas  en parler, surtout si elles pensent que le Phi en question est dans le voisinage ; ou encore celle  de personnes qui ont rencontré le même Phi et peuvent donner des versions entièrement différentes de son apparence et de ses attributs ; en sachant que le même Phi peut avoir différentes facultés qui lui sont assignées dans les différentes parties du pays.

 

La littérature siamoise sur le sujet – sérieuse entendons-nous - est squelettique. IRWIN a toutefois déniché une brochure de 60 pages de la plume de feu le prince Si Saowaphang (พระองค์เจ้า ศรีเสาวภางค์), intitulée « Propos sur les pouvoirs des Phi et des Philok » (ว่าด้วยอำนาจผีและผีหลอก - Wa duaiamnat Phi lae Phillok), petit ouvrage confidentiel, réédité une seule fois en 1921 (5).

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Le prince s’attache à commenter certains effets attribués par les ignorants à certains Phi précisant qu’ils proviendraient parfois (mais pas toujours) de causes purement naturelles. IRWIN s’est fondé sur la liste de Phi que donne le prince. Celle de Phya Anumam Rajathon n’est pas exactement similaire ; ce qui nous laisse à penser qu’il n’a pas eu connaissance de cet opuscule.

 

Il en existe trois classes :

 

• Ceux qui, liés aux êtres humains, sont des fantômes au sens propre, fantômes de morts ou « corps astral » de vivants.

• Ceux qui ne proviennent pas d’êtres humains ayant leur existence propre mais qui, dans certains cas peuvent être sous contrôle d'un être humain.

• Et enfin les Phi d’un autre monde que l’on ne voit ni n’entend mais dont l’existence est assurée (dans une certaine mesure !).

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Les Phi de la première espèce

 

Dans la première classe, nous devons inclure les Phi Lok (ผี หลอก), curieusement inconnus de Rajathon.

 

Jules, inoubliable fantôme, ami de Fernandel (François Ier - 1937)

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Ce sont ceux que nous pouvons inclure sous le terme générique de « fantômes » en français ou « ghost » en anglais. Ce sont les esprits de morts qui hantent une localité ou une habitation, ils apparaissent dans certaines maisons, principalement anciennes et abandonnées, ou dans des ruines anciennes dans l’intention d’effrayer soit par une présence visible soit par un simple « ressenti ». Un Phi Lok pourrait ainsi s'asseoir sur le bout de votre lit et vous tirer les orteils.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Le Phi et le diplomate.

 

Voici l’histoire du diplomate. « Se non è vero, è ben trovato » : Il y a quelques années, nous dit IRWIN (quand ?) un fonctionnaire du service consulaire d'une puissance étrangère (laquelle ?) est allé s’installer dans une ville de l'intérieur (laquelle ?).

 

Il fut logé dans une maison vide proche de celle occupée par le Haut-Commissaire siamois. Ses serviteurs dormaient au rez-de-chaussée, une sentinelle était postée à l’entrée de la maison. L’étage était complètement fermé, à l'exception d'une porte donnant sur la terrasse-véranda dans la chambre où il dormait. La cage d'escalier se trouvait à l'intérieur de la maison, le rez-de-chaussée était complètement fermé la nuit. Personne ne pouvait donc de l’extérieur pénétrer dans la maison. La première nuit après avoir soigneusement fermé les fenêtres et les portes de sa chambre à coucher, il se retira et se mit au lit. Au milieu de la nuit, il fut brutalement réveillé et jeté au sol. Un examen attentif montra que toutes les fenêtres et la porte principale étaient bien fermées. Il soupçonna une plaisanterie  d’un goût douteux et alla porte plainte à la police. Une enquête fut ouverte qui ne donna aucun résultat. Mais c’était un homme ingénieux qui avait résolu de mettre la main au collet de son assaillant. La nuit suivante, avant de se coucher, il répandit de la farine sur le plancher de sa chambre. Il souffla la bougie et se mit au lit en restant éveillé. Vers minuit, il entendit un léger bruit, sentit ce qui semblait être des mains humaines saisir ses chevilles et le jeter au bas du lit sur le plancher. Il se leva et saisit son assaillant qui s'enfuit probablement par la porte. Il appela les domestiques qui apportèrent de la lumière. On vit les traces de l’intrus, clairement des traces de Phi. Elles avaient la forme d'un cercle presque parfait d'environ deux pouces de diamètre (5 centimètres), avec de petites marques apparemment humaines sur un côté. La piste conduisant à la porte montrait des marques telles qu’elles auraient pu être faites par les ondulations de la peau d'un pied humain mais toujours aucun autres indices quels qu’ils soient sur le propriétaire du pied. L’employé du consulat et le commissaire son voisin convinrent que la seule chose à faire était de lui trouver une autre résidence où il put rester sans souci le reste de son séjour. Les voisins qui avaient vu les traces dans la farine étaient tous convaincus qu'un Phi Lok l'avait chassé de son ancien logement.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Mais,  acharné, de sa nouvelle résidence, il revint une nuit suivante  une lampe à la main et tenant de l’autre la laisse d’un chien féroce appelé « Haw » (« aubépine »). Arrivé au pied du perron conduisant à la maison, le chien refusa de continuer et lui échappa. Il se retourna pour le rattraper quand il s'aperçut que l’animal regardait quelque chose derrière lui. Il vit alors assis sur ses talons à quelques pas un petit garçon d'environ un demi-mètre de haut absolument blanc comme neige de la tête aux pieds. Il se rendit compte que c'était quelque chose d'extraordinaire, son cœur cessa de battre, il se contenta de se tenir debout et de regarder le garçon pendant environ trois minutes. Malheureusement, dans sa frayeur, il fit un pas malencontreux et se cogna la tête contre un mur. Il s’évanouit, ses amis en entendant le bruit sortirent et le relevèrent. Il ne se remit pas de sa frayeur  pendant six mois au cours desquels tous ses cheveux tombèrent : Il avait vu un Phi Lok.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Il existe un autre Phi dont ne parle pas Rajathon, le Phi Am (ผีอำ) qui intervient de la même façon pour chasser les êtres humains qui le dérangent. Il s’assied sur leur poitrine ou leur foie dès qu’ils  se sont endormis dans un endroit inhabituel, sala ou temple. Il ne reste plus alors à la victime qu’à gémir et émettre de sons inarticulés avant que le Phi Am  ne s’en aille.  Mais nous n’avons pas d’histoire à son sujet.

 

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Le Phi  et  le fonctionnaire.

 

En ce qui concerne d’autre Phi fantômes, Phi Prêt (ผี เปรต), Phi Krasu (ผี กระ สื อ) – le plus malfaisant -  Phi krahang (ผีกระหัง)   et Phi Taïhong  (ผีตายโหง) nous en avons déjà parlé (1). Citons simplement une anecdote que nous conte IRWIN concernant un malfaisant Phi Taïhong : Un fonctionnaire d’un service gouvernemental, deux heures après avoir mangé son repas du soir, se leva et commença à parler de façon incohérente et absurde, menaçant de détruite la maison et se comportant comme un fou. Ses amis ne pouvant la raisonner allèrent alors chercher le sorcier pour chasser ce qui était incontestablement une possession par un Phi Taïhong. Celui-ci au cours d’une longue cérémonie prit un clou dont il lui perça un l’ongle du gros orteil jusqu’à la peau non sans prononcer des formules incantatoires, le Phi s’échappa au travers de ce trou et l’homme retrouva immédiatement ses esprits.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Les Phi de la deuxième espèce.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Ils existent par eux-mêmes ne provenant pas par leur origine de corps humains, morts ou vivants. Le premier parmi eux est le Phi Ruan  (ผีเรือน) l' « ange gardien » attaché à chaque maison. Nous le connaissons (1). Il a son autel dans toutes nos maisons,  hommages aux ancêtres. IRWIN nous cite l’existence d’autres Phi, le plus souvent maléfique qu’ignore Rajathon :

 

Le  Phi qui égare les voyageurs.

 

Le Phi Khamot (ผี ขโมด) qui apparaît sous forme d'une étoile sur les plaines la nuit qu’aperçoivent les promeneurs. Dans la saison des pluies, les bateliers qui perdent leur route se dirigent vers lui en pensant qu'il s'agit d'une maison mais il les induit en erreur et les conduit à  leur perte

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Quant au Phi Pungtaï (ผีพุ่งไต้) il s’agit d’une sorte d'étoile filante qui va et vient dans le ciel  la nuit ....

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

... et qu’il ne faut pas confondre avec les étoiles filantes qui  sont pour les Thaïs des « thewada chuti » (เทวดา จุติ), c'est-à-dire des créatures célestes (anges) descendant des cieux pour devenir des mortels !

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Il y a plusieurs Phi dans la jungle, dont le  Phi Chakla (ผีจะกลา) en particulier, dont nous avons une anecdote :

 

Le Phi qui tue.

 

IRWIN a rencontré un vieillard ancien chef de village qui habitait à l'ombre de la jungle. Il n'avait eu qu'une seule épouse avec laquelle il était marié depuis près de cinquante ans, et il disait que sa vie avait été heureuse, et qu'il n'avait jamais connu de peine. Ils avaient eu neuf enfants dont seulement cinq survivaient. Lorsqu’il lui demanda s’il ne considérait pas la perte de quatre enfants comme un malheur, il lui répondit  que trois étaient nés triplés  sans aucune chance de survie et qu’on ne pouvait se plaindre de la mort du quatrième qui était le fait d’un Phi Chakla : Il était parti trois jours dans la jungle avec des garçons de son âge pour chercher des endroits susceptibles de nourrir leur bétail. Ils choisirent un mauvais endroit ennuyés par des Phis prenant forme d’animaux chats ou autres dont on ne pouvait expliquer la présence en cet endroit, qui apparaissaient et disparaissaient autour du camp. Ils curent bon alors de retourner chez  eux. Mais le fils du vieillard n'était plus  le même et, en deux mois, il tomba malade et mourut de dysenterie. Le vieil homme savait qu’Il existait des Phi Pa qui hantent certains endroits de la jungle, où ceux qui tentent d’y vivre ou seulement de dormir ne serait-ce qu’une nuit sont frappés par une maladie mortelle. Ces Phis sont des démons invisibles certes mais bien présents, ils occupent la jungle et même s’ils ne sont pas toujours malveillants, il est bon de rester en bons termes avec eux.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

L’hommage payé par le chasseur au Phi.

 

IRWIN cite encore l’exemple d’un chasseur qu’il avait rencontré et qui, dans la forêt, avait tué un cerf auquel il avait alors coupé un petit morceau du pied, de la lèvre, de la langue, de la paupière et de  l’oreille. Il l’interroge sur le sens de ce rituel : C’est le pen sin (เป็น สี้น) tout simplement « le prix à payer »… Oui mais le prix de quoi ? Est-ce une offrande au Phi ? Bien sûr, bien qu’il ne faille pas mentionner le mot de « Phi » dans l’offrande : C’est pour compenser la perte du cerf tué dans son domaine.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Le chasseur et le Phi – tigresse.

 

Il est encore de ces Phi de la forêt qui peuvent prendre la forme de divers animaux tout en pouvant étrangement se rendre invisibles ou disparaître à volonté. IRWIN a encore recueilli le récit d’un vieux « phran » (พราน - chasseur ou  bucheron) : Le Phi, avant de devenir tigre, prend la forme d'une jeune et belle femme et apparaît à la recherche de gibier à l’affut dans un arbre. Ce chasseur était assis avec un compagnon à l’affut dans un arbre au clair de lune. Apparait alors une créature  de rêve au pied de l’arbre, qui engage la discussion et engage le plus jeune à la rejoindre. Mais son compagnon plus âgé et plus expérimenté se méfiait. Après avoir tenté de dissuader son compagnon de descendre, il lui dit qu'il pensait qu'il serait plus à l'aise si lui et la jeune fille avaient un canapé pour s'asseoir, qu'il couperait des branches pour en faire un et les jetterait à la jeune fille, et quand elle les aurait arrangées, il pourrait descendre. C’est ce qu’il fait, il coupe des branches et les jette  à la  jeune fille qui, au lieu de les ramasser à la main se penche et les saisit avec les dents. Les soupçons sont confirmés, le chasseur tire un coup de feu et quand la fumée s'éclaircit, ils virent un tigre mort là où la jeune fille se trouvait. L’auteur est plus  ou moins dubitatif mais cette anecdote n’est-elle pas le reflet d’une réalité, les femmes siamoises peuvent devenir de véritables tigresses ?

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Un  village des Phi Pop se trouve-t-il à Tharae ?

 

IRWIN évoque ensuite un  Phi bien de chez nous, le Phi  Pop (ผี ปอบ)  tenu dans le  plus grand respect dans notre région du nord-est, qui n’a pas de corps mais est sous contrôle de son propriétaire. Comment obtient-il  un tel contrôle, ou comment sait-on qu'il a un Pop sous contrôle reste un mystère. Ce que nous savons, c’est que cette personne quand elle peut échapper à  la vindicte de son village, c’est à dire à un massacre pur et simple, trouve refuge ailleurs : Nous écrivions (1) « Nous savons en outre que lorsqu’une personne est soupçonnée d’être Phi Pop, elle ne finit pas sur le  bucher mais est bannie du village avec sa famille. Il arrive que ces expulsions concernent plusieurs personnes qui vont alors au loin former un village de phipop. Existe-t-il encore des villages de phipop (บ้าน ผีปอบ) ? Certains le croient ». Seidenfaden nous a donné un début de réponse  qui nous avait permis d’écrire (3) :  « Seindenfaden avait appris qu’en 1909 un assez grand nombre de ces personnes innocentes avaient trouvé un asile dans le grand village catholique romain de Tharae (ท่าแร่) sur la rive nord du lac de Nonghan ». Charité chrétienne oblige, mais nous avons traversé à de multiples reprises ce petit village qui serait un repaire de Phi Pop sans la moindre appréhension.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Le Phi du bananier.

 

Il est un autre Phi tout à fait singulier dont ne parle pas Rajathon, le Phi Nangthani  (ผี นางตะนี), c’est un Phi féminin qui habite le bananier connu sous le nom de Kluai Tani (กล้วยตานี) ou Musa balbisiana. C’est un fruit curieux puisqu’il comporte des  pépins (plus ou moins) comestibles, mais sa fleur pour qui a les connaissances suffisantes peut s’ouvrir et dévoiler un Phi sous forme d’une belle jeune femme fort utile pour donner de judicieux conseils en matière de jeux, en particulier les nombres  fastes de la loterie. Mais tous ces Phi femelles ne sont pas toujours bienveillants, et la culture de ces bananiers est donc vivement déconseillée. Pourtant toutes les Thaïes ne sont pas des tigresses et toutes ne nous apportent pas que des pépins.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Les Phi de la troisième espèce.

 

Ceux des deux premières ont leur domaine sur terre. Ceux-là viennent d’ailleurs, du ciel ou de l’enfer, même si ces croyances ne sont pas strictement conformes à l’enseignement de Bouddha. Le plus grand est le «Thao Wetsuwan» (ท้าว เวศ สุวรรณ์) « connu de toutes les personnes instruites » nous dit IRWIN. C‘est un géant (Yak – ยักษ์) féroce portant un gourdin de métal. Sa demeure est au ciel et il est porteur de pouvoirs maléfiques, notamment celui d’infliger la variole aux enfants. Nous avons toutefois tendance à partager l’opinion du prince Si Saowaphang et à attribuer à ce fléau une origine virale et non infernale ?

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Il faut lui  adjoindre Phraya Matchurat (พระยามัจจุราช), le « maître de la mort » qui, lui siège aux enfers dont il est le maître sous la direction de Thao Wetsuwan. Il est le juge qui inflige des sanctions aux Phi qui font le mal. Il tient des registres sur lesquels il inscrit les mauvaises actions des êtres humains pour que puisse leur être infligée une punition appropriée.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Il a sous ses ordres Nai Ariyaban (นาย ริยบาล), plus  connu sous le nom de Phra Yompraban (พระโยมพระบาล), son geôlier en chef, son bras séculier en quelque sorte ou son bourreau qui inflige les punitions selon ses ordres.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Prakan (พระกา) enfin est le Phi qui prend les décisions sur la mort des êtres humains. Il serait noir vêtu de rouge.

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

L’article que nous venons d’analyser de façon sereine a fait ensuite l’objet d’une discussion devant l’assemblée générale de la SIam society le 3 octobre 1907, alors présidée par un éminent érudit allemand, le Docteur Oswald Frankfurter. Tous les assistants manifestèrent leur intérêt pour une étude sur un sujet alors pratiquement inviolé. Il est rappelé par un intervenant, ce qui est moins connu, que « les anciennes lois du Siam » reconnaissaient l'existence de ces démons et prévoyaient leur mise à mort et la confiscation des biens en cas de preuve.  Le Docteur Bradley, autre érudit rappelle que dès le début de la dynastie Chakri, tous les cas de démonologie devaient être soumis à la juridiction de Bangkok de peur du manque d’impartialité des juges locaux mais toujours selon lui, cette législation serait devenue plus ou moins obsolète. Monsieur R. Belhomme (nous ignorons tout de lui) rappelle que tous les intervenants ont eu un jour connaissance de faits similaires concernant des fantômes, des génies et des démons ce qui sera largement confirmé par d’autres participants. Le président rappelle que des faits similaires ont  été dument constatés dans l’Indochine française par le Commandant Lunet de la Jonquière tout en faisant une longue description des Phi tonkinois. Un intervenant pose la question de savoir si des cas récents sont connus où la peine de mort a été infligée. Le Major Erik Seidenfaden n’est malheureusement pas là pour préciser qu’il a eu à la même époque à enquêter sur des cas de meurtres collectifs survenus dans des villages de sa circonscription (3).

 

Nous n’en tirons qu’une conclusion, la croyance aux Phi ne se réfute pas, elle se constate. Mais une question mérite d’être posée. Si une telle conférence avait été tenue à l’Académie des sciences ....

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

ou une docte Académie de province, en 1907 ou en 2017, combien de sarcasmes et de hurlements de rire aurait-elle suscité ?

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Et pourtant à en croire divers sondages ou enquêtes (plus ou moins sérieux ?),  il  y aurait peut-être plus ou moins de la moitié des Français qui croiraient aux fantômes ? Sur le moteur de recherches Google, « phénomènes  occultes » suscite  445.000 réponses, en anglais (« Occult phenomena ») 457.000 et en thaï (ปรากฏการณ์ลึกลับ) 342.000.

 

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

NOTES

 

 

(1) A151 « EN THAÏLANDE, NOUS VIVONS AU MILIEU DES "PHI" »

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a150-nous-vivons-au-milieu-des-phi-en-thailande-123529919.html

 

(2) A 207 « LA RECETTE DU PHILTRE D’AMOUR RÉVÉLÉE PAR LE ROI RAMA VI ».

http://www.alainbernardenthailande.com/2016/01/a-207-la-recette-du-philtre-d-amour-revelee-par-le-roi-rama-vi.html

 

(3) INSOLITE  13 « L’ETHNIE SO DE  L’ISAN (NORD-EST DE LA THAÏLANDE) »

 

(4) « Some Siamese Ghost-lore and demonology » in Journal de la Siam society volume 4-II de 1907. Ses contributions concernent plus volontiers les sciences naturelles : « Notes on the Races of Serow, or Goat-antelope, found in Siam » (1914 volume 1-I du bulletin « sciences naturelles » de la Siam society) – « Distribution Distribution of the " Lamang" Deer (Cervus eldi platyceros.) » et « Occurrence of the Chinese Francolin (Francolinus chinensis) in Bangkok » (1914 volume 1-II) – « Sore Neck in Sambar (Cervus unicolor) » (1918 volume 3-I).

 

(5) 60ème fils du roi Mongkut, né le 18 juillet 1862, ce prince érudit est mort prématurément le 11 octobre 1889 sans avoir pu mener à bien tous ses projets littéraires. (Voir https://th.wikipedia.org/wiki/พระเจ้าบรมวงศ์เธอ_พระองค์เจ้าศรีเสาวภางค์)

INSOLITE 14. QUELQUES HISTOIRES DE PHI  (FANTÔMES).

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans INSOLITE.
commenter cet article

commentaires