Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 18:01
RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Pho Khun Lithaï ou Phaya Luethai ou Lüthai ou Thammaracha 1er (ลิไทย ou ธรรมราชาที่ ๑).

 

Il est le sixième roi de la dynastie Phra Ruang (พรพเรือง) fondée à Sukhotai en 1238, en sachant que Phu Saisongkran en 1317 à la mort du roi Ramkhamhaeng, a – dit-on - assuré l’intérim ou la régence  du roi Lothai en mission en Chine. A la mort du roi Lothai en 1347, Pho Kun (ou  Phaya) Nguanamthom est nommé roi. Cette même année, le roi Lithai lui succède (Fils de Loethai et donc petit fils de Ramkhamhaeng). Mais cette chronologie peut être contestée, dans la mesure où – nous l’avons vu dans l’article précédent -  les dates de prise de pouvoir et de décès sont variables selon les sources. Ainsi certaines par exemple, font régner Nguanamthom (Cousin de Loethai et fils de Ban Muang) de 1323 à 1347. C’est dire les confusions possibles. La tradition populaire ne s’embarrasse pas des incertitudes et préfère voir Lithai comme le 4ème roi du royaume de Sukhothai, en éliminant ce qui apparait plutôt comme des successions difficiles.

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Toutefois, nous avançons l’hypothèse qu’à la mort du roi Lothai en 1347, Phaya Nguanamthom profita ou encouragea des troubles pour se nommer roi. Le fils de Lothai, Lithai, alors uparat, (second roi) à Srisatchanalai, un important centre urbain près de Sukhotai, l’attaqua pour reprendre le pouvoir qui lui revenait de droit.  (Uparat : second roi ou vice-roi. Rama V supprimera ce titre et cette fonction en 1876). Une hypothèse avancée aussi par Coedès : « En 1347, il (Lithai) se rendit à Sukhothai, où des troubles semblent avoir éclaté, sans doute à la mort de son père. Il s'empara de la ville et s'y fit sacrer roi avec le titre Çrî Sûryavamça Râma Mahâdharmarâjâdhirâja. » *
 

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Lithai.

 

(Principales sources in notre article « 30. Le déclin de Sukhotai au temps du règne de Lithai. »**


Le Prince Diskul, un historien thaï éminent le présente ainsi :

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Le petit-fils de Ram Kamhaeng, Lithai, qui régna de 1347 à 1368 environ, réunifia de nouveau le royaume sans toutefois lui garantir les limites antérieures. Adepte zélé du bouddhisme Theravada (issu de la secte Shri Lanka), il est le premier souverain thaï à avoir vécu comme un moine pendant une partie de sa vie. Il combattit le puissant royaume d'Ayudhya qui s'était implanté au sud depuis 1350. ***

 

Nous avons là un portrait flatteur qui voit en Lithai, un grand roi, un guerrier conquérant, résistant au nouveau royaume d’Ayutthaya, et pieux (a vécu longtemps comme un moine).


 

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Nous avions déjà vu que Coedès, parmi les 15 inscriptions retrouvées pour le royaume de Sukhotai qui s’échelonnent chronologiquement entre 1292 et 1530, avait traduit trois d’entre elles qui concernaient le roi Lithai et qui avaient aussi  pour fonction d’exalter ses mérites, ses qualités, son immense savoir, sa grande piété :  

 

« La 1ère stèle évoque le roi Lidaiyaraja (Loethai), petit-fils de Sri Ramaraja. Elle a pour fonction de montrer combien il est un grand roi, un grand scientifique, vertueux, etc. Elle a aussi pour objet de commémorer la venue à Sukhodaya en 1361 d’un moine de Ceylan et l’ordination du roi au monastère du bois du Manguier. La stèle 2 concerne également le roi Loethai avec son accès au trône du royaume de Sukhodaya (Généalogie, réception, son titre) ; Ses qualités (religieuses, morales, sa générosité) ; et encore la venue et le séjour d’un moine, d’un Mahasami  Sangharaja,  en 1283, après 22 ans de règne du roi, provenant de Lanka dans le temple du bois des Manguiers durant lequel le roi sera ordonné avec faste. (Observez les dates !) La stèle 3 exalte encore les mérites du roi Loethai (Lideyya ou Lidayya) ; son immense savoir (La grammaire, la nature de Tipitaka), son ordination au saint bois des Manguiers avec tremblement de terre et autres prodigues » (In, Notre article RH 9- « De la difficulté d’écrire  l’histoire du royaume de Sukhotai »).

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Coedès estime aussi que « Ce prince était un lettré qui composa en 1345 un gros traité de cosmologie bouddhique, le Traibhûmikathâ, qui nous est parvenu sous le nom de Traiphum Phra Ruang (ไตรภูมิพระร่วง) dans sa rédaction siamoise ancienne à peine altérée, et dont les versions modernes constituent encore actuellement le fond des connaissances populaires au Siam et au Cambodge. » (Toutefois certains chercheurs ont émis des doutes quant à l'authenticité du Tribhumikathà (les Trois Mondes), écrit par Lithai. Ces chercheurs avancent l'hypothèse que ce traité cosmologique sur l'éthique du souverain bouddhiste (utilisé comme charte politique bouddhique) a été écrit à la fin du XVIIIème siècle, durant le règne de Rama I (1782-1809) afin d'aider à soutenir une monarchie thaïe dévastée par le sac birman d'Ayutthaya. Durant la période moderne, on peut noter que le Tribhumikathà (les Trois Mondes) fut utilisé par les groupes conservateurs néo-traditionnels pour renforcer le pouvoir des élites thaïes. ». (In Article de Guy David)****

 

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Finot, dans sa note de lecture de « Coedès, Recueil des inscriptions du Siam. Première partie. Inscriptions de Sukhodaya » n’est pas plus prolixe :

 

« Celui-ci (Thammaracha I), d’abord vice-roi de Sajjanalaya monta sur le trône de Sukhodaya à la mort de son père (1347) ; il est l’auteur du Traiphum, traité de cosmologie bouddhiste. Il régnait encore en 1362. Après la fondation d’Ayudhya (1350), Sukhodaya commença à décliner et les rois suivants tombèrent peu à peu au rang de gouverneurs de province. Le dernier est nommé dans une inscription de 1500 A. D. »                                                          

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Mais vous aurez beau chercher, vous ne trouverez pas  comment le roi Lithai a réunifié le royaume,  même « sans toutefois lui garantir les limites antérieures ». Vous ne trouverez ni le récit, ni la référence d’une quelconque  bataille.

 

De plus émerge en 1351 un nouveau royaume thaï, le royaume d’Ayutthaya, qui va bouleverser la géopolitique de la Région.

 

Il est difficile de croire à un roi Lithai conquérant quand le nouveau royaume d’Ayutthaya peut déjà en 1353 prendre Angkor et l’occuper jusqu’en 1357 avec les fils de Ramathobi 1er, Chau Bassat (1353-1354), et  Chau Kampang Pisey (1355-1357).

 

Mgr Pallegoix, dans sa Description du royaume de Siam (1854), citant  les Annales, confirme que dès son arrivée au pouvoir, le nouveau roi fondateur d’Ayutthaya  Ramathibodi Ier même une politique d’expansion, et de citer  «la liste des 16 États qui étaient alors sous sa domination :

 

Malaka,  Xava,  Tanaosi (Ténassérin), Nakhon Si-thamarât (Ligor), Thavai, Mo Ta Ma (Martaban), Mo-Lamlong (Molmein), Song-Kla,Chantabun, Phisalunok, Sukhotai, Phixai, Savankha-Lok, Phichit, Khampheng-phet, NakhonSawan ; ».

 

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Certes on peut douter de ces annales qui attribuent au fondateur d’Ayutthaya le royaume de Sukhotai, quand on sait que ce royaume  ne sera défait qu’en 1378 par le roi d’Ayutthaya Boromorachathirat 1er, défaite qui imposera au roi Phra Maha Thammaracha II (1368-1399), de reconnaitre la suzeraineté d’Ayutthaya. Le royaume de Sukhotai sera alors divisé en deux : Phra Maha Thammaracha gardera Sukhotai comme capitale et un gouverneur de la dynastie de Sukhotai sera installé à Khamphaengphet.                                     

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Alors une question se pose : à quoi et à qui peut-on attribuer le prestige du roi Lithai, que l’on  connait si  peu  historiquement parlant ?

 

La réponse est à trouver dans les nombreuses légendes dont bénéficient ce roi et essentiellement dans la volonté du roi Mongkut de fonder l’histoire officielle du royaume de Siam face aux puissances occidentales et aux colonisateurs anglais et français qui menacent ses frontières.

Le roi Lithai a donc profité d’un statut particulier dans l’Histoire de la Thaïlande, que l’on peut attribuer aux nombreuses légendes dont il est le héros. Ainsi par exemple :

 

La Statue du Dieu Indra

 

La légende raconte que le souverain Li Thai, désireux d’acquérir ce qui serait le plus beau Bouddha du royaume du Siam, commanda trois statues à ses trois meilleurs sculpteurs : l’un originaire de Chiang Saen, l’autre de Sukhothai et le troisième sculpteur de Sawankhalok (…) La troisième statue Phra Chinarat, bénéficia de la touche personnelle du Dieu Indra, ce qui érigea la statue au rang de chef-d’œuvre. Cette oeuvre d’art, fût choisie par le souverain Li Thai pour trôner dans le sanctuaire de sa capitale, en 1357. 

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Une statue similaire siège dans le temple de marbre, à Bangkok. Les chroniques racontent aussi que tous les souverains, au fil des siècles, vinrent rendre hommage à l’éveillé de Phitsanulok en le parant de feuilles d’or.

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

L’origine de Loy Kratong.

 

Selon la légende la plus communément admise, il y avait dans le royaume de Sukhotai à la cour du roi Pra-Ruang (aussi connu sous le nom de Lithai), un prêtre brahmane qui avait une fille extrêmement belle du nom de Naang Noppamart(Cf. la suite en note *****).

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Et si on quitte les légendes, on reste dans des généralités que l’on pourrait appliquer à  presque tous les rois bouddhistes de l’Asie du Sud-Est, comme celles présentées par des spécialistes comme Guy David, professeur à l'Institut de science et de théologie des religions de Toulouse (****) :

 

« À l'image du dieu Indra, le roi terrestre, le cakravartin, Lithai fit construire son palais au centre symbolique du royaume, ainsi que des tours-caitya jusque dans les provinces éloignées afin de montrer les liens qui unissaient la capitale et les provinces. Stupa et reliques légitimaient les droits territoriaux de Li'thai. Une roue géante (cakra) et une ombrelle, symboles du pouvoir religieux et de la royauté, accompagnaient le roi dans ses déplacements. Il faisait en même temps distribuer par la communauté monastique des images de Buddha, des reliques, des empreintes de pas de Buddha aux 108 signes cosmologiques surnaturels. »

 

Mais si les légendes sont nécessaires à l’édification des romans nationaux, il a fallu la décision  royale du roi Mongkut (Rama IV (1851-1868)). Le roi Mongkut, qui, nous rappelle W. Pongsripian, un éminent historien thaï, « se considérait comme la réincarnation du roi Lithai de Sukhothai. » (Cf. ******)

 

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

L’histoire au sens occidental du terme n’a jamais intéressé les rois et leurs sujets jusqu’au règne du roi Mongkut (Rama IV)(1804-1868). En effet, le roi Mongkut  avait pu mesurer la nouvelle puissance militaire des puissances occidentales et surtout celle des Anglais (Traité de Nankin de 1842 avec la Chine, après la 1ère guerre de l’opium, l’annexion de la basse-Birmanie en 1852)  et celle des Français qui entendaient bien jouer un rôle dans cette partie du monde. (Cf. Leur expédition avec les Anglais, et le sac du palais d’été de l’Empereur de Chine à Pékin le 18 octobre 1860. La campagne de Cochinchine (1858-1862)). Il dut composer et ouvrir son pays au commerce occidental (Traité de 1855 de Bowring avec l’empire britannique, et  le traité de1856 avec la France).

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Le roi Mongkut pour préserver l’indépendance de son pays, se fera un point d’honneur de démontrer que son pays était un grand et vieux pays qui datait de Sukhotai ; qu’il avait une grande histoire, une belle histoire nationale. L’histoire officielle était née, qui allait alimenter le nationalisme et son idéologie, la thainess avec ses trois piliers : le roi, le bouddhisme, la nation.****** La stèle de Ramkhamhaeng de 1292, qu’il avait découverte n’en était-elle  pas la  preuve.

 

Nous avions certes peu appris sur le roi Lithai si ce n’est qu’il jouait un grand rôle dans le roman national de ce pays. Chaque pays a le privilège de choisir ses héros !

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

Notes et références.

 

*Georges CŒDES, Les Etats hindouisés d'Indochine et d'Indonésie, XIII, LE DÉCLIN DES ROYAUMES HINDOUS,(Première moitié du XIVe siècle)

 

**30. Notre Histoire. « Le déclin de Sukhotai au temps du règne de Lithai ». http://www.alainbernardenthailande.com/article-30-le-declin-de-sukhotai-sous-le-regne-du-roi-lithai-104137500.html

 

*** M.C.Subhadradis Diskul, Le Courrier de l’UNESCO de juin 1979

****Guy david, (professeur à l'Institut de science et de théologie des religions de Toulouse), Article : Communauté bouddhique et pouvoir politique en Asie du Sud-Est, In, DROIT ET RELIGIONS EN ASIE DU SUD-EST sous la direction de Jean-Marie Crouzatier ; Colloque du Jeudi 10 mai 2001.

 

***** Suite : Légende de Loy Kratong de Lithai : voir notre article :

 

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a167-une-des-plus-belles-fetes-de-thailande-le-loykratong-124921789.html

 

Elle était très intelligente et douée de talents artistiques la rendant capable de confectionner de magnifiques guirlandes de fleurs. Sa beauté et ses talents attirèrent l’attention du roi et à l’âge de 17 ans, elle fut admise au rang de concubine royale. À cette époque, les Hindous célébraient au cours du 12e mois lunaire une fête où ils vénéraient leurs trois principaux dieux (Brahmâ, Shiva et Vishnou) avec des lanternes montées sur de longues perches et par le lâcher de lanternes dans le fleuve sacré du Gange afin de rendre hommage à la déesse Gangâ, « Mère des Eaux ».

 

Accompagnant l’expansion de l'hindouisme en Asie du Sud-Est, ces traditions atteignirent l'Empire khmer, puis la Thaïlande, d’abord le royaume môn d'Haripunchai puis ceux de Lanna et de Sukhothai. Le roi Pra-Ruang voulut créer une version thaïe de cette fête hindoue et organisa un concours de « Lanternes Flottantes » lors de la nuit de la 12e pleine lune. Naang Noppamart se servit de ses talents pour fabriquer une magnifique embarcation, utilisant un tronc de bananier comme flotteur et des feuilles de bananier pour la décorer en forme de feuilles de lotus. Sa création remporta le concours et le roi décréta que dorénavant, ce Kratong dénommé à l’origine Khamot, servirait de modèle pour cette nouvelle cérémonie thaie des Lumières ou Loy Kratong.

 

Naang Noppamart devint la favorite du roi et mena une vie heureuse. A son actif, on compte le Tumrub Thao Srichulaluck, un compte-rendu autobiographique sur l’histoire et le déroulement de la cérémonie du 12e mois lunaire, ou Loy Krathong. Légende ou réalité ? Qui sait ?

 

RH 15 – LE ROI LITHAI DE SUKHOTAI (1347-1368 OU 1374).

****** « dans son récit intitulé Témoin de miracles (Aphinihan kanprachak), le prince-patriarche Pavaret laisse entendre que le roi Mongkut se considérait comme la réincarnation du roi Lithai de Sukhotai. » http://www.persee.fr/doc/asean_0859-9009_2000_num_6_1_1691

 

*******Le nationalisme thaï ? http://www.alainbernardenthailande.com/article-notre-isan-13-le-nationalisme-thai-73254948.html

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans NOTRE RÉCIT DE LA THAÏLANDE.
commenter cet article

commentaires