Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

16 août 2017 3 16 /08 /août /2017 18:02
A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Nous avons tous rencontré dans les temples bouddhistes ou parfois isolées sur un promontoire ces « empreintes sacrées » (phraphouthabat  ou buddhapāda พระพุทธบาท – ou encore sribat ศรีบาท) de taille variable et comportant une impressionnante série de petites gravures mystérieuses souvent cachées sous l’avalanche de pièces de monnaie, au centre desquelles se trouve le plus souvent la « roue de la loi ». Nous pouvons lire partout, sans guères d’autres précisions, qu’elles sont 108. Ce symbole est récurent dans toute l’iconographie bouddhique. Indéchiffrables pour un néophyte, il nous a intéressé de savoir quel en était le sens.

 

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

L’origine Cingalaise des empreintes sacrées ?

 

La plus ancienne et la plus célèbre des « empreintes du pied de Bouddha » est celle du Pic d’Adam dans l’île de Ceylan. A une époque préhistorique perdue dans la nuit des temps et si reculée qu'il n'en reste qu'un vague souvenir dans les mythes antérieurs à l'épopée du Ramayana elle-même et dans des fragments de légendes orales, l'île de Ceylan, (primitivement désignée sous le nom de Sri-Lanka qu’elle a retrouvé aujourd’hui), aurait formé l'extrémité de la péninsule méridionale de l'Inde.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Un cataclysme géologique déchira violemment l'isthme alors existant et creusa le détroit de Palk qui sépare aujourd’hui l’Inde de l’île. Il ne reste pour témoigner de ce rattachement que les bancs sablonneux dits « Pont d’Adam ».

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Selon Sir Alabaster  - qui lisait toutes les langues vivantes et mortes de la création - (1) de nombreux écrits cingalais mentionnent l'existence d'une empreinte de Bouddha sur le pic d'Adam, l’un des points culminants de l’ile dans sa partie sud. Toutefois, la plus ancienne mention remonte aux écrits du pèlerin bouddhiste venu de Chine, Fah Hian, vers l’an 400 de notre ère confirmé 100 ans plus tard par Song Yun, autre pèlerin chinois et beaucoup d’autres écrits postérieurs.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

« Quand Foë (Bouddha) vint dans ce pays, il voulut convertir les mauvais dragons. Par la force de son pied divin, il laissa l'empreinte d'un de ses pieds au nord de la ville royale, et l'empreinte de l'autre sur le sommet d'une montagne. Les deux traces sont à la distance de quinze yeou yan (environ 80 km.) l'une de l'autre. Sur le vestige qui est au nord de la ville royale, on a bâti une grande tour haute de quarante tchang (122 mètres). Elle est ornée d'or et d'argent, et les choses les plus précieuses sont réunies pour former ses parois. On a encore construit un sengIdalan, qu'on nomme la Montagne sans crainte. Il y a cinq mille religieux » écrivait Fah Hian (2).

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Ce serait la trace d’un pied de Bouddha, abritée d’une tour, laissée dans le roc lorsqu’il mit pied sur terre après un séjour au paradis d’Indra. C'est un trou dans le rocher d'environ cinq pieds de long (1,65 m.), peut être un caprice de la nature (lusus naturae), peut-être creusé à la main, qui représente le contour très grossier d'un pied.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Son manque d'état n'a pas empêché les bouddhistes de le revendiquer comme fait par le pied de Bouddha, les Sivaïtes, comme fait par celui de Siva, les Mahométans, par celui d'Adam lorsque, chassé du paradis terrestre, il mit le premier pied sur terre et les chrétiens, par celui de saint Thomas, l'apôtre qui a évangélisé des Indes.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Le promontoire a en tous cas conservé son nom de pic d’Adam pour les occidentaux, localement il est le pic Sripada ou Sribat (ศรีบาท en thaï), le pic de l’empreinte sacrée.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

La découverte en aurait été faite miraculeusement par un roitelet local  90 ans avant Jésus-Christ ? Il n’y avait aucune marques particulières mais deux visiteurs anglais rencontrés par Alabaster et s’étant rendu sur place (l’accès en est difficile) auraient constatés, probablement sur un couvercle recouvrant l’excavation, les 108 figurines sacrées aujourd’hui disparu. C’est du moins l’opinion de Michel Lorillard dans la très érudite étude, la plus récente, consacrée aux saintes empreintes (3). Le voyageur hollandais Philippus Baldaeus fut probablement le premier à avoir décrit en 1672 l’empreinte du « Pic Adam » qu’il était allé visiter (4).

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Il fut suivi du Major Michel Symes et de James Low (5). Ce sera ensuite Eugène Burnouf, le grand érudit français qui lui aussi parlait toutes les langues de la création qui consacra une partie de son ouvrage aux saintes empreintes en général et à celle de Ceylan en particulier (6).

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Lucien Fournereau pour sa part déplore que cette empreinte n’ait pas - il écrit en 1895 – été sérieusement étudiée (7). Il semble qu’il en soit de même à ce jour ?

 

L’article de Michel Lorillard enfin (3) est une synthèse remarquable mais ne parle que de façon allusive des 108 signes propitiatoires qui nous intéressent.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

De Ceylan au Siam en passant par la Birmanie

 

Les empreintes probablement venues des Indes, sont passées de Ceylan en Birmanie et à l’est, dans les pays de bouddhisme theravada, Siam, Laos et Cambodge. C’est la question que pose Michel Lorillard (3). Relevons un très bel article du Dr. Jacques de Guerny, auteur du livre « Buddhapada : L’odyssée des empreintes de Bouddha » publié sur le site de l’Ambassade de France en Birmanie (8).

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Notons simplement la présence sur l’île de Samui d’une Sainte Empreinte de Bouddha, située à l'abri d'un petit sala, au sommet d'une butte, à côté du temple de Khaôlé (พระพุทธบาทเขาเล่). Elle serait venue à dos d'homme de Birmanie « il y a plusieurs centaines d'années » et présente l'originalité d'être d'une taille exceptionnelle (environ 3 mètres) et de comporter quatre sculptures en superposition. Elle a retenu l'attention du grand Roi Rama V lors d'une visite sur l’île en 1888. Dans une lettre à son épouse principale relatant son pèlerinage, il précise qu'elle serait vieille de 500 ans (9).

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Sur l’île toujours, le temple de Samret (สำแรจ) abrite un magnifique Bouddha couché de marbre blanc qui serait venu de Ceylan « il y a plusieurs centaines d'années » selon l’abbé du temple (9). Aucun de ces deux monuments n’a fait l’objet à ce jour de la moindre étude.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

C’est seulement sous le règne du roi Song Tham (1610 – 1618) que nous allons voir apparaître une sainte empreinte au Siam. La découverte miraculeuse dans la forêt fut le fait d’un chasseur. Le roi en est avisé et se rend avec toute sa cour et son armée à Saraburi. Il avait appris depuis longtemps par des moines de Ceylan l’existence de cette relique dans une montagne de son royaume et l’avait fait rechercher en vain. Il fit alors construire une route d’accès et un mondop (มณฑป) pour l’abriter après l’avoir fait recouvrir de feuilles d’or. Détruit et reconstruit, ce lieu est devenu à ce jour l’un des endroits les plus sacrés du bouddhisme thaï, le wat phrabat saraburi (วัด พระพุทธบาท สระบุรี) (10).

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Voilà ce qu’en dit Alabaster « Le Phrabat est au centre du monastère : c'est un trou dans le rocher d'environ cinq pieds de long sur deux de large...  Le grillage qui le recouvre habituellement est enlevé pour nous permettre d'en voir le fond : mais le temple est si obscur que nous ne distinguons pas grand-chose. Nous écartons quelques-unes des offrandes qu'on y a déposées : mais nous ne voyons rien du dessin, à l'exception des cinq marques des orteils, cinq entailles dans le roc faites au ciseau, au dire de quelques-uns. En réponse à nos questions, on dit que les autres marques ont été détruites accidentellement par le feu, il y al longtemps. Nulle ressemblance avec un pied ».

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

La liste des Signes.

 

Au vu de l’empreinte de Saraburi, des constations et descriptions antérieures de Baldaeus, Alabaster, Low et Burnouf, au vu aussi de nombreuses inscriptions épigraphiques traduites par lui ou de textes pali-sanscrits traduits par Burnouf, de l’étude d’autres empreintes pieusement conservées au Musée national et d’études épigraphiques antérieures, Lucien Fournereau va nous donner une liste exhaustive du détail de ces 108 figurines (7). Elles ont toutes des traits communs : Au centre en général se trouve la belle roue de la Thamma Chakkra (ธรรมจักร) appelée aussi  Wonglohaengchiwit (วงล้อแห่งชีวิต), « la roue de la vie », symbole par excellence du bouddhisme. Il est parfois le seul, nécessaire et suffisant.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Mais on en a rajouté d'autres pour faire du pied du Bouddha une sorte de représentation du monde. Il n’y a pas toutefois d’entente unanime pour la formation de la liste des signes qui doivent entrer dans l'ensemble du dessin. Chacun artiste a suivi sa fantaisie ou celle de son commanditaire. On ne trouve pas systématiquement dans une empreinte donnée tout ce qui se trouve dans les autres. Mais tous les érudits ont convenu de fixer  à 108 le nombre des signes.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Pourquoi ce nombre ?

 

Selon Alabaster et Burnouf, il aurait été adopté parce qu'il est le produit des trois premiers chiffres élevés à leur propre puissance : 11 x 22 x 33 soit 1 x 4 x 27. Les premiers Bouddhistes étaient-ils des mathématiciens ? N’oublions pas que les Siamois utilisent la numérotation directement venue des Indes, utilisation de 9 chiffres (de 1 à 9), invention du zéro et numérotation de position. Fournereau nous rappelle que 108 est un nombre aimé des Bouddhistes, citant après Alabaster les « 108 portes de la loi » ou les « 108 noms du soleil, de Vichnu ». Cher aux Hindous, il est celui des signes du pied sacré du Bouddha. Nous pouvons aussi y trouver une représentation trinitaire symbolique, 1 symbolise l’unité, 0 le néant et 8 l’infini représenté en mathématiques contemporaines par un 8 renversé : . Fournerau constate par ailleurs des divergences dans les listes en fonction de signes que l’on peut prendre comme individuels ou comme collectifs (les 16 ciels de Brahma, les 7 fleuves, les 7 lacs, les 7 montagnes). Si l'on compte pour autant d'unités les signes ainsi réunis, on obtient le chiffre de 108…  Les autres divergences s'expliquent de la même manière. 68 signes pour Baldaeus, 96 pour Low, 65 pour Burnouf mais elle finit par les « 6 espèces de mondes divins » et « les 16 espèces de mondes de Brahma » : elle a les 7 fleuves, les 7 lacs, les 7 montagnes. En divisant ces signes collectifs, en comptant pour 4 les quatre continents et pour 2 les deux étendards, Fournereau n'arrive qu'au nombre de 106, il manquerait donc deux signes ? Si l'on décomposait de la même manière les signes multiples ou collectifs de la liste de Low, on arriverait à 123 et même à 132 !

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Fournereau va donc essayer tant bien que mal de donner une description complète du pied du Buddha, non en vue d'arriver à une coïncidence impossible, mais pour faciliter l'intelligence des divers dessins qui existent : Toute représentation se compose de deux parties : la partie supérieure divisée en 5 compartiments correspondant aux 5 orteils, chacun desquels se subdivise en trois carrés pour figurer les trois phalanges occupés par une spirale. Cette spirale représente, selon Alabaster,  « réseau » un  système de lignes qui orne les doigts des mains et des pieds du Buddha et constitue le 30 des « signes du Grand homme », de sorte que le Phrabat réunit deux de ces signes (30 et 31). La partie inférieure représentant la plante du pied, est une longue bande arrondie à l'extrémité pour figurer le talon, et au milieu de laquelle se voit un disque, simple ou orné, et, dans ce dernier cas, entouré de lames : c'est la roue, le signe essentiel et fondamental non compris dans les 108 signes au sein desquels, du reste, il se retrouve quelquefois. Les signes sont rangés dans des compartiments en lignes horizontales au-dessus, au-dessous et à côté du disque. Alabaster pour sa part arrive à 108 signes.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Devant ces évidentes difficultés, Fournereau a dressé une liste générale des signes classés de façon méthodique comme nous allons le voir. Sa liste signale, ce dont nous vous ferons grâce, les divergences d’avec Low, Burnouf, Alabaster ou Baldaeus. Certains signes se trouvent dans toutes les listes, certains  sont doublés ou divisés, certaines identifications sont douteuses. Pour toutes ces cartouches en tous cas, Fournereau donne en note le nom sanscrit-pali sur la base essentiellement des renseignements recueillis et traduits par Burnouf, preuve selon toute apparence d’une origine indienne ?

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

9 signes collectifs : 4 grands continents, 2000 petits continents, 7 grands fleuves, 5 grandes rivières, 7 grands lacs, les 7 ceintures du Mont Meru, les 6 mondes divins et les 16 mondes de Brahma.

 

12 parties du monde : le monde, le soleil, la lune et les étoiles, Rohini (ville de la mythologie hindouiste), étoile du matin, étoile du soir, montagne entourant la terre, Himalaya, Meru, Kailaça (autre cité mythologique) et Océan.

 

9 Dieux, génies et être vivants : Brahma à quatre faces, Kimpurusa (roi d’un territoire légendaire de l’Inde), Kinnara (créature céleste de la mythologie indienne), la divinité des nuages, le Roi Chakravartin (roi mythique des Védas), Siva, femme dans ses atours, Rama à la hache et le grand Richi ( ?).

 

14 quadrupèdes : éléphant Uposatha, éléphant Airivana, éléphant Chaddanta, éléphant Sakhinakha (4 éléphants de la mythologie védique), le lion, le tigre royal, le tigre jaune, le cheval, le cheval de Siddaharta (autre nom de Bouddha), le taureau, le buffle, la vache et son veau, le lapin et le daim.

 

9 volatiles : le garuda, le cygne, le coucou, le paon, le héron, l’oie, le faisan, l’aigle et le coq.

 

7 reptiles ou animaux aquatiques : le naga, le serpent, le makara d’or (animal du panthéon indou), le crocodile, la baleine, poisson d’or et tortue d’or.

 

1 insecte : le scarabée d’or.

 

14 fleurs ou plantes : réunion de tiges creuses ( ?), guirlande de fleurs, lotus bleu, lotus rouge, lotus rouge double, lotus rose, lotus blanc, lotus blanc double lotus blanc à cœur noir, fleur buntharekang, fleur  Makulla, fleur Montha, fleur Phutson et fleur céleste (toutes fleurs de la mythologie indoue).

 

4 joyaux : joyau, 9 pierres précieuses, joyau inestimable, jardin de diamants.

 

3 constructions : palais, arcade, palais céleste.

 

6 meubles : siège de pierre de Bouddha, siège fortuné ( ?), siège d’osier, lit d’or, litière d’or, jonque d’or.

 

5 armes : épée, lance, chakra (trident), trident de Siva et arc de Rama.

 

15 pièces d’habillement, ornement et insignes : partie de garde-robe du prince, turban ou couronne, partie de la coiffure, pantoufles, pendants d’oreille, parasol blanc, éventail, plumes de paon, chasse-mouches, baudrier doré, étendard et bannière.

 

Nous sommes à 108 mais il en est d’autres :

 

9 ustensiles divers : pot à eau, vase plein, vase plein d’or, vase et chaine de diamants, chaine, soucoupe, bai-si (sorte d’offrande), conque tournée à droite, conque (instrument de musique).

 

5 ustensiles de moine : 3 robes, éventail, bol à aumône, livre sur un vase, chaire de prédicateur.

 

5 Signes mystiques : svastika, çrivastaya ( ?), enroulement fortuné ( ? ), Sôvastikaya (autre forme de svastika). Le prospère ( ?) (11).

 

3 signes douteux : non identifies.

 

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Fournereau toutefois reconnait qu’au vu des pièces conservées au Musée national de Bangkok ou de moulages présentement au Musée Guimet, il ne lui est pas toujours possible d’identifier les signes de petite dimension souvent presque effacés, logés dans leurs 108 compartiments dont certains sont douteux … « Mais il me parait difficile de rien décider » écrit-il. Il a néanmoins le mérite d’avoir levé pour nous un coin du voile sur ce que nous considérions comme de curieux glyphes. Nul ne semble l’avoir fait après lui ? Il semble en tous cas que les empreintes sculptées ou construites ces dernières années soient systématiquement normalisées à 108 glyphes ?

 

Temple de Plaïlaem à Kho Samui (2003) :

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

NOTES

 

(1) « The wheel of the law » par Sir Henry Alabaster,1871, p. 247 s.

 

(2) Chi Fa Hian : « Relation des royaumes bouddhiques, voyage dans la Tartarie, dans l'Afghanistan et dans l'Inde, exécuté, à la fin du IVe siècle par Chy Fah Hian ». Traduit du chinois et commenté par M. Abel Rémusat. 1836, Chapitre XXXVIII, pages 354 s. A cours de son périple, le pèlerin Chinois a rencontré de nombreuses autres empreintes, au moins huit. Le traducteur nous explique en note les difficultés d’accès : « Cette montagne est située à environ quatorze milles d'Allemagne de Colombo. On ne peut parvenir au sommet qu'au moyen d'une chaîne de fer attachée au roc et dont les anneaux servent d'échelons. Le sommet forme une aire de cent cinquante pas en long, et de cent dix en large. Au centre de cet espace est une pierre longue de sept ou huit pieds, et s'élevant au-dessus du sol d'environ trois pieds. C'est là que les dévots croient reconnaître la trace, les uns du pied de Shâkyamouni, les autres de celui d'Adam ».

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Song Yun pour sa part est plus bref : « …là aussi il y a un temple avec un stupa; sur une roche qui est dans le temple se trouve l'empreinte des pieds du Buddha » (voir Edouard Chavannes « Voyage de Song Yun dans l'Udyāna et le Gandhāra » In Bulletin de l'Ecole française d'Extrême-Orient, Tome 3, 1903. pp. 379-441.

 

(3) « Aux origines du bouddhisme siamois - Le cas des buddhapāda » par Michel Lorrillard In Bulletin de l’école française d’extrême orient,  Tome 87,  n°1, 2000. pp. 23-55.  

 

(4) Traduction anglaise : « A Description of the East-India Coasts of Malabar and Coromandel and also of the Isle of Ceylon with their Adjacent Kingdoms & Provinces »  1672. L’édition hollandaise de la même date contient de superbes gravures sur bois mais malheureusement aucune du pic d’Adam.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

(5) « Relation de l’ambassade anglaise envoyée en 1795 dans le royaume d’Ava suivi d’un voyage fait en 1798 à Colombo dans l’ile de Ceylan », traduction française de 1802, tome II et planches par le Major Michel Symes.  La gravure dont il nous dote est celle d’un temple birman :

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

« Transactions of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland » Volume 3, p. 62 s.  de juillet 1831 par James Low

 

(6) « Le Lotus de la bonne loi, traduit du sanscrit, accompagné d'un commentaire et de vingt et un mémoires relatifs au bouddhisme », par M. E. Burnouf (1852).

 

(7) « Le Siam ancien », premier volume.

 

(8) https://mm.ambafrance.org/Buddhap%C4%81da-l-odyssee-des

 

(9) « สมุยทื่รัก » (Samuithirak) publication collective de 2003. Curieusement, le Bouddha est couché du côté gauche alors qu’il doit traditionnellement l’être du côté droit sur les quatre positions traditionnelles, « le songe », la prophétie », « donnant l’enseignement » et « la grande et totale extinction ». Cette position se retrouve de temps à autre sans que nous en ayons une explication plausible.

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

(10) Voir notre article « les huit rois du début du XVIIème siècle » :

http://www.alainbernardenthailande.com/article-71-les-huit-rois-du-debut-du-xvii-eme-siecle-1605-1656-115599542.html(

 

11) Sur la svastika, dextrogyre ou sénestrogyre, voir en particulier  « Les vierges mères et les naissances miraculeuses » par P. Saintyves (1908) et « Croix et svastika en Chine » par le Père Louis Gaillard (1904)

A 228 - QU’EN EST-IL DES 108 SIGNES PROPITIATOIRES ET DE BONNE AUGURE GRAVÉS SUR LES EMPREINTES SACRÉS DU PIED DE BOUDDHA

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Culture : film - livres - article...
commenter cet article

commentaires