Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 18:05
RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Cet article est la version remaniée et résumée de deux articles de « Notre histoire de la Thaïlande ». (Cf. liens)*

 

Nous avons vu que le roi Mongkut (Rama IV.1851-1868) avait créé l’Histoire nationale thaïe, pour faire face aux menaces bien réelles des deux puissances colonisatrices anglaise et française. Il attestait que le Siam était né avec la fondation du royaume de Sukhotai en 1238, un « grand » royaume thaï civilisé, avec un pouvoir royal reconnu, une religion, une écriture, un art spécifique … La dynastie Chakri « annexait » le royaume de Sukhotai et le « déclarait » le royaume fondateur du pays, « le berceau de la nation thaïe ».  

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Mais étonnamment l’ancienne capitale de Sukhotai avait été non seulement abandonnée deux siècles après son annexion par Ayutthaya en 1438, mais oubliée des Thaïs eux-mêmes. Elle sera redécouverte par deux explorateurs français, Louis-Lucien Fournereau (1890-1892)

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

et le Commandant Lunet de la Jonquières en 1904,

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.
RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.
RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

qui signalait alors que « le seul monument alors en place « à peu près tout ce qui mérite d’être visité est le Wat sisavai ».

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Et il faudra attendre les années 1960, pour que les autorités thaïes manifestent leur intérêt pour la restauration de leur ancienne capitale.

 

Pourquoi cet intérêt ?

 

A cette époque, les nouveaux Etats-Nations issus de la décolonisation procèdent à une collecte de leurs ressources culturelles, et à la « patrimonialisation » de leur culture pour fonder leur nouvelle identité nationale. En Thaïlande, ce nouvel intérêt s’expliquait par le sentiment que l’art, que la « restauration » des splendeurs d’antan ne pouvait être que bénéfique pour le pays, et renforcer l’idéologie nationaliste, la   « Thaïness », avec ses trois piliers (Une nation, un roi, la religion bouddhiste) mise en œuvre pour renforcer l’unité et l‘identité nationale, et aussi … pour le tourisme et ses devises. Et cela d’autant plus, que les plus grands spécialistes s’accordaient à démontrer l’originalité et la spécificité de l’Art de Sukhotaï.

 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Alors que dire de l’ Art de Sukhotai ?

 

Nous avons présenté les différents peuplements successifs, Môns, Birmans, Laos, Khmers, Thaïs, leurs luttes, leurs rapports, leurs relations, leurs vassalisations, leurs annexions parfois. Ils ont tous eu une influence sur l’art de Sukhotai.


Ainsi, par exemple l’art Môn de la civilisation Dvaravati qui se développa du VIème au XIème siècle, eut une grande influence sur l’art de Sukhotai.

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Nous disions dans un article *** que « Les Môns étaient des artistes qui excellaient dans la sculpture de la pierre, le stuc et la terre cuite, et dans une moindre mesure, dans le travail du bronze. Leur style étaient essentiellement influencé par les styles Gupta et post-Gupta, qui étaient florissants en Inde centrale et de l'ouest du IVème siècle au VIIIème siècle. (…)

 

 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

... que « l’art de Dvâravatî est essentiellement tourné vers l’imagerie la plus représentative du bouddhisme dit du petit véhicule (theravâda). La figuration du Bouddha y est omniprésente quel que soit le matériau utilisé (bronze, terre cuite, stuc ou pierre),

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

et de rares objets usuels ou religieux (monnaie, plaquettes votives, éléments de dépôt de fondation…), « Que l’iconographie s’inspire essentiellement du modèle indien (religions, langues, conceptions de la royauté…) avec de rares œuvres qui peuvent être rattachées au bouddhisme du grand véhicule (mahāyāna) et l’hindouisme lui-même. »

 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

On signalait l’originalité de l’iconographie mône avec cette nouvelle image du Bouddha représentée debout en position d’argumentation ou assis à l'européenne, les pieds posés sur un socle en forme de lotus. Traits accusés, visage large et carré, arcades sourcilières galbées, nez aplati, lèvres épaisses. Les yeux sont dirigés vers le bas, un regard bienveillant pour le fidèle qui prie à ses pieds.

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

L'art khmer du VIIème siècle au XIIIème siècle, a eu aussi une influence, si on en juge par les nombreuses implantations des temples khmers en Isan ****, et les fameux temples du Wat Mahathat et du Wat Si Sawai à Sukhothai.*****

 

Le Wat Mahathat situé dans le centre de Sukhothai, est le principal temple de la cité. Il comprend plus de deux cents chedis. Le plus important d'entre eux, en forme de bouton de lotus, est entouré de huit autres chedis.

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Le Wat Si Sawai situé au sud-ouest de Wat Maha That Il se présente avec ses trois prangs (Pagode de style Khmer) entourés par un mur de latérite.

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

A l'intérieur des murs, le viahara à l'ouest, est composé de latérite, et est séparé du prang principal qui fut édifié dans le style de Lop Buri ou le style hindou. Une trace de sculpture hindoue Sayomphu a été trouvée ici, témoignant de l'origine hindou authentique du temple, plus tard converti en un monastère bouddhiste. (D’après wikipédia)

 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

C’est donc au tournant du XIIIe et du XIVème siècle que se forme un premier art proprement thaï, qui affirme son originalité tout en absorbant et combinant subtilement des influences esthétiques très diverses.

 

Véronique Crombé, Du peuple thai aux Thailandais, dans une conférence au Musée Guimet, relevait que Sukhothaï, comportait un savant mélange d’urbanisme khmer et de concepts proprement thaïs, et que les effigies de Bouddha qui se sont imposées dans le royaume « sont immédiatement identifiables : le corps est mince et délié ; les membres d’une grande souplesse sont tout en courbes ; le visage présente un ovale parfait aux sourcils arqués, fondus à la naissance du nez légèrement busqué. Tous ces traits visent à traduire l’exceptionnelle spiritualité de l’Être Éveillé. L’autre innovation de cette période serait celle du Bouddha marchant, représenté auparavant uniquement dans les bas–reliefs.

 

 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

De même l’éminent Jean Boisselier reconnait le caractère original de l’architecture religieuse et de la statuaire de Sukhotai. « C'est à Sukhothai (Siam) et à Si Sacchanalai, capitales « jumelles » distantes de 55 kilomètres, que s'est élaborée l'architecture religieuse du royaume de Sukhothai. Profondément originale, adaptant les formules les plus diverses, elle devait, comme la statuaire, survivre durant quelque deux siècles à l'annexion de la contrée par Ayuthya (1438) » (In Universalis).

 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Le rapport Cosimus, écrit en novembre 1991 pour l’UNESCO en vue du classement des trois anciennes villes historiques, à savoir Sukhotai, Si Satchanalai, Khamphena Pet, au patrimoine mondial de l’UNESCO confirme néanmoins l’intégration de multiples influences mais aussi la « création » du style de Sukhotai :

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

« La grande civilisation qui se développa dans le royaume de Sukhothai est tributaire a de (sic) nombreuses influences et aux anciennes traditions locales, mais I’assimilation rapide de tous ces éléments forgèrent, en un temps record, ce que l’on appelle le “style Sukhothai”. »

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Vous pourrez le constater par vous-même. « La ville historique de Sukhothai se trouve a une dizaine de kilomètres de I’agglomération moderne et garde une bonne partie de ses fortifications. On dénombre parmi les monuments principaux : le monastère (wat) Mahathat (avec son temple royal et son cimetière), le wat Sra Si (avec ses deux stupas dont les silhouettes gracieuses se reflètent dans I’eau du plus grand réservoir de la ville) et même un impressionnant prang (tour reliquaire typique de I’art d’Ayuthaya) un peu plus tardif. Le site fait I’objet de fouilles et d’études depuis le milieu du siècle dernier. Un projet de campagne internationale a été adopté par I’UNESCO (1977) et une superficie de 70 km2 a été déclarée Parc historique (1988).

 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

La ville historique de Si Satchanalai est séparée de la ville moderne par la rivière Yom. Parmi les 140 constructions du site se remarque le monastère Chedi Chet Thao (temple à sept pointes) qui impressionne par les sept rangées de stupas élancés, érigés pour enfermer les cendres des gouverneurs de la ville. Le site est, depuis 1983, classé Parc historique (45 km2).

 

 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

La ville était célèbre pour sa production de céramiques. (Nous y reviendrons)

 

Four à céramique, photographie de Lucien Fournereau :

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

La ville historique de Kampheng Pet (“mur de diamant”) a eu surtout un rôle militaire et, même après la chute du royaume de Sukhothai garda son importance stratégique. De ce fait, ses monuments se rattachent autant au style Sukhothai qu’Ayuthaya. Le site fut classé Parc historique en 1980 (3,38 km2). »

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Le musée national de Bangkok, permet aussi d’apprécier et/ou imaginer l’architecture sacrée, la statuaire bouddhiste, les céramiques de ce premier royaume thaï indépendant. L’office du tourisme thaïlandais vous recommande aussi le musée National de Ramkhmahaeng, offrant « une exceptionnelle initiation aux arts et artisanat de Sukhothaï et de ses cités vassales ». (http://www.tourismethaifr.com/decouvrir-les-regions/decouvrir_les_regions.tpl?region=6)

 

 

Mais l’Art de Sukhotai ne se limite pas à l’architecture sacrée, à la représentation particulière de bouddha. Du 14ème au 16ème Sukhotai fut aussi après la Chine le plus gros producteur et exportateur de céramiques.

 

Selon la « tradition », l’art de la céramique céladon aurait été introduit dans le royaume de Siam à la fin du 13ème siècle par 300 potiers chinois que le roi Ramkhamhaeng aurait ramenés de son voyage en Chine. Les érudits semblent confirmer cette tradition.

 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Mais il faudra attendre la fin du XIXème siècle pour redécouvrir les céramiques de Sukhotai, de Sawankhalok et de Sri Sachanalai, en sachant qu’elles sont aussi appelées « céramiques Sangkhalok » ou « céramiques Sawankhalok ». On retrouvera au XXème siècle des fours anciens près de l’ancienne ville de Sukhothai, mais le plus gros et le meilleur de la production était situé à quelques kilomètres de Si Satchanalaï, sur les sites de Ban Pa Yang et de Ban Ko Noï, où l’argile était d’une qualité supérieure. 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Les épaves de navires marchands retrouvées récemment dans le Golfe de Thaïlande montrent que le premier royaume siamois exportait des poteries vers la Malaisie, les Philippines, l'Indonésie et le Japon, et qu’elles étaient décorées par de magnifiques décors architecturaux en terre cuite, comme les chôfas de temples représentant des nagas. Les céramiques étaient aussi célèbres pour leurs motifs peints en noir sous couverte blanc crème et celles à couverte céladon rappelaient les techniques des artisans chinois de l’époque Song.

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

49 vestiges fours de potier ont été restaurés à Sukhotaï (près de la douve Mae Chon). A quelques kilomètres de Si Satchanalaï, vous pourrez visiter un premier site au village de Pa Yang (20 emplacements de fours de potiers) et le très important site de Ban Ko Noy un peu plus au nord où ont été retrouvés 150 fours au bord de la rivière Yom, et/ou encore aller au Musée national Ramakhaheang à Sukhotaï qui comporte une somptueuse collection de ces céramiques des XIIIème et XIVème siècle.

 

 

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Bref. Si, comme nous l’avons vu, les sources pour écrire l’histoire du royaume de Sukhotai sont minces, nous pouvons aujourd’hui admirer de nombreux temples, une statuaire spécifique, et des céramiques qui témoignent de l’originalité et de la spécificité de l’Art de Sukhotaï. En 1991, l’UNESCO inscrira l’ancienne capitale au patrimoine mondial de l’humanité.

RH 17- L’ART SCULPTURAL ET ARCHITECTURAL ET LES CÉRAMIQUES DE SUKHOTAI.

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans NOTRE RÉCIT DE LA THAÏLANDE.
commenter cet article

commentaires