Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

21 août 2018 2 21 /08 /août /2018 08:46

C’est un sujet que nous avons déjà abordé à la lumière de nombreuses sources justificatives (1). Il faut bien évidemment s’entendre sur le sens des mots. Pour nous, un coup d’état est une entreprise violente par laquelle une personne ou un groupe s'empare du pouvoir, cherche à la renverser ou une mesure par laquelle un gouvernement ou des tribunaux à sa solde changent brutalement le régime en dehors des lois. S’il réussit, il devient plus noblement une révolution (en thaï Kanpatiwat – การปฏิวัติ), s’il échoue, il reste coup d’état, putsch ou pronunciamiento (en thaï Ratthaprahan – รัฐประหาร) ou une révolte (en thaï Kan Khabot  - การขบถ). Qu’il reçoive à posteriori une onction plébiscitaire ou populaire ne change rien à sa nature (2). On cite en général une douzaine de coups d’État depuis le premier de juin 1932 jusqu’au dernier du 20 mai 2014 et sept échecs (3). Notre recensement susvisé, commencé il est vrai au début du siècle dernier porte, sur les coups d’État, coups d’État au sens large mais coups d’État tout de même : « coups d’État » proprement dit, « soulèvements populaires », «  coups d’État silencieux »,  « coups d’État judiciaire », « tentatives séparatistes » et enfin  « régicide » (4). Notre inventaire aboutit donc au chiffre de 42 dont quatre antérieur au coup d’État de 1932 avaient échoué. Des coups réussis, des coups sournois, des coups manqués et hélas beaucoup de sang versé.

 

 

NOTES

 

 

(1) Voir notre article 214  « COMBIEN DE COUPS D’ÉTAT, DE RÉBELLIONS, DE RÉVOLTES ET DE SOULÈVEMENTS EN THAÏLANDE DEPUIS LE DÉBUT DU SIÈCLE DERNIER ? »

http://www.alainbernardenthailande.com/2016/01/214-combien-de-coups-d-etat-de-rebellions-de-revoltes-et-de-souevements-en-thailande-depuis-le-debut-du-siecle-dernier.html

 

(2) Citons pour notre pays le coup d’État du 18 brumaire, celui du 2 décembre 1851, celui du 13 mai 1958, tous ultérieurement plébiscités ou celui du 19 septembre 2006 qui chassa Thaksin Chinnawat (ทักษิณ ชินวัตร) globalement bien accueilli par la population thaïe.

 

(3) Ce sont les chiffres donnés par Jean Baffie et Thanida Boonzanno dans leur excellent petit ouvrage « Dictionnaire insolite de la Thaïlande » antérieure au dernier de 2014 mais il ne s’agit pas d’un livre d’histoire.

 

(4) La mort du petit roi Ananda le 9 juin 1946 fut probablement inspirée soit par le souhait de « dissuader » son jeune frère, futur Rama IX alors âge de 19 ans, mineur et sous la tutelle  de sa mère, d’accepter la succession en écartant la lignée Bhumibol soit pour faire disparaître la monarchie, ce dont fut accusé Pridi qui resta en tous cas prudemment réfugié en France jusqu’à sa mort. Le procès de trois meurtriers s’est déroulé à huis clos et ils furent immédiatement exécutés après que leur grâce eut été refusée. Faut-il s’étonner de ce « black-out » alors que dans un pays devenu une démocratie dite parfaite, l’Espagne, les conditions dans lesquelles Juan Carlos, père du roi actuel, a tué accidentellement son jeune frère reste encore à ce jour un sujet tabou ?

Partager cet article

Repost0

commentaires