Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

5 septembre 2018 3 05 /09 /septembre /2018 22:09

 

Nous avons déjà étudié cette période tragique de la 4e guerre du royaume d'Ayutthaya contre les Birmans de 1568-1569, selon la version des « Chroniques Royales d'Ayutthaya » qui a  abouti à la chute d'Ayutthaya, son annexion en 1569, et la nomination du nouveau roi Phra Maha Thammaracha par le  roi d'Hongsawadi également en 1569. (Cf. Nos deux articles (1))

 

 

 

Le Prince Damrong dans un chapitre de son livre « Our Wars with the Burmese, Thai-Burmese Conflicts, 1539-1767 »  consacré aux guerres contre les Birmans nous en donne une autre version dans un récit plus cohérent et qui intègre, selon lui, certaines sources birmanes. II s'agit ici de présenter « notre lecture » de ce chapitre quatre relatant cette période tragique de l'histoire du royaume d'Ayutthaya.  (pp. 42-64) (2)

 

 

 

Quatre ans s'étaient écoulés depuis la troisième guerre contre les Birmans dont les conséquences avaient été lourdes pour Ayutthaya (Cf. 3). Toutefois, le roi d'Hongsawadi n'avait pas alors prévu d'annexer le royaume ; mais de fait il avait divisé le pays en deux en confiant le pouvoir au Prince Thammaracha qui contrôlait les provinces du Nord et pouvait ainsi interférer dans la politique menée par le roi Chakkrapat (Rappelons-nous que le roi birman Bayinnaung avait pris Chiang Mai en 1558) Au fil de ces années le Prince Thammaracha avait pu créer des liens de confiance avec le roi d'Hongsawadi au point tel que le Prince Damrong estime, qu'il était devenu étranger aux intérêts d'Ayutthaya.

 

 

 

Cela s'était concrétisé lorsque Thammaracha avait été « invité » par le roi d'Hongsawadi à soutenir l'armée birmane pour mâter une conspiration du chef (ou roi) de Chiang Mai menée avec l'aide des chefs de Nakhon Lampang, Phrae, Nan et Chiang Sen pour retrouver son indépendance contre le pouvoir birman. (Le Prince Damrong désigne comme chefs ce qui est désigné par beaucoup comme des rois)  On n'apprendra pas ce que  furent les forces en présence, ni la date, mais le roi de Chiang Mai dut se soumettre devant l'immense armée et le chef de Chiang Sen fut capturé. Les trois autres chefs allèrent se mettre sous la protection de Phrachao Chai Chettha, roi lao de la principauté de Si Sattanakhanahut (Lan Chang), avec sa capitale Muang Vientiane. Celui-ci refusa de livrer les trois chefs provoquant la colère du roi d'Hongsawadi qui envoya ses forces contre Sattanakhanahut. Mais apprenant une révolte des Shans prisonniers à sa capitale, il y retourna avec ses forces emmenant avec lui le roi de Chiang Mai, autorisa Thammaracha à retourner à Phitsalunok et envoya Maha Uparat contre Sattanakhanahut.

 

 

 

Phra Maha Uparat ne rencontrera pas de fortes résistances et occupa Vientiane que le chef (roi)  avait abandonné pour se réfugier dans la forêt avec son armée.  Phra Maha Uparat envoya la famille royale avec la reine et les concubines à Hongsawadi et partit à la poursuite du roi de Si Sattanakhanahut. Mais celui-ci connaissait bien la région et l'Uparat ne put le prendre avant la saison des pluies. Il préféra retourner avec ses forces à Vientiane pendant la saison des pluies. Mais Phrachao Chai Chettha s'employa à ce que Vientiane ne fut plus approvisionné en vivres. Phra Maha Uparat fut contraint de battre en retraite avec son armée ;  Phrachao Chai Chettha les poursuivit jusqu'à la frontière et les  vainquit.

RH 33. LA 4e GUERRE DES BIRMANS CONTRE AYUTTHAYA ET SON ANNEXION EN 1569.

De retour à sa capitale, il constata que les forces d'Hongsawadi avaient tout pris ainsi que sa femme la reine avec les concubines. Et sans transition, le Prince Damrong nous apprend qu'il voulut alors une nouvelle reine et qu'il envoya une lettre et des présents au roi Chakkrapat  pour lui demander la main de sa fille Thepkasattri pour qu'elle devienne la nouvelle reine de  Si Sattanakhanahut.

 

 

 

Les « Chroniques royales d’Ayutthaya » désignent Si Sattanakhanahut comme le royaume de Lang Chang. Et  Phrachao Chai Chettha est désigné comme « le roi de Lan Chang », et   ailleurs comme le roi Settharitat 1er (1548- 1571) qui dut en 1560, devant les  menaces et les raids des Birmans transfère sa capitale à Vientiane. Mais si en 1565, les Birmans purent la prendre, elle  fut reprise aussitôt et  le roi vit alors la nécessité  de s’allier au roi d’Ayutthaya. Les « Chroniques royales d’Ayutthaya » ne racontent pas la guerre entre le roi d'Hongsawadi et les conspirateurs associés au roi de Chiang Mai, ni  celle contre le roi de Lang Chang (ou Si Sattanakhanahut selon le Prince Damrong). (Cf. Article 57(1))

 

 

 

Cette demande arrivait bien pour le roi Chakkrapat et son fils Phra Mahin, car ils avaient été très en colère contre le roi d'Hongsawadi et  voyaient là une occasion d'une alliance avec le roi de Si Sattanakhanahut. Malheureusement la princesse Thepkasattri était très malade. Le roi Chakkrapat envoya alors une autre de ses filles conçue avec une roturière. Le roi Phrachao Chai Chettha fut mécontent d'apprendre qu'elle n'était pas une des filles de feu la reine Suriyothai et la renvoya. Le roi Chakkrapat fut alors contraint d'envoyer Phra Thepkasattri.

 

 

 

Phra Maha Thammaracha apprit cet échange et n'approuvait pas l'idée que le roi Chakkrapat puisse envoyer ainsi Phra Thepkasattri, qui était la jeune sœur de sa femme Phra Wisutthi, car il savait que le roi d'Hongsawadi allait réattaquer le royaume de Si Sattanakhanahut et aurait alors fait prisonnières  Phra Thepkasattri, les autres concubines et les femmes de la Cour. Il est probable, dit le Prince Damrong, que sa femme lui ait demandé de trouver un moyen pour l'empêcher. Surtout que le roi Chakkrapat ne l'avait pas consulté.

 

 

Phra Maha Thammaracha envoya alors un courrier au roi d'Hongsawadi pour l'informer et lui demander d'envoyer une force pour l'intercepter. Ce qui fut fait et Phra Thepkasattri fut emmenée à Hongsawaddi. Il est dit que le roi Chakkrapat se sentit déshonoré et  donna le trône à son fils Phra Mahin et se fit moine.

 

 

 

(Aucune date n'est donnée. Le Wikipédia anglais prétend que ce fut le 18 février 1564. (Quelle précision !)(4)) Les Chroniques précisent  que le roi d’Hongsawadi ordonna au Phra Taba avec Fasüatan et Mangklokmo sous ses ordres de capturer la princesse. Ce qui fut fait, dans une embuscade réalisée à Maroeng, à la frontière de Phetchabun. )

 

 

 

 

Une autre conséquence fut que l'autorité de Thammaracha se trouvait renforcé, et ceci d'autant plus que  le nouveau roi Mahin  était le jeune frère de sa femme qui n'avait cure de son autorité. Le roi Mahin ne vit de solution que dans l'élimination de son beau-frère.

 

 

 

 

Il reçut alors le soutien de Phraya Ram (Ou Ram Ronnarong) qui était le gouverneur de Kamphaengphet. Ils conçurent le plan d'envoyer un message secret au roi de Si Sattanakhanahut pour qu'il attaque Phitsalunok, estimant qu'il y avait là une opportunité d'arrêter Thammaracha. Phrachao Chai Chettha qui était en colère contre Thammaracha, coupable de la capture de sa future femme, la future reine Thepkasatti, vit là une occasion de se venger. 

 

 

 

 

En 1566, il attaqua donc Phitsalunok, mais en essayant de faire croire qu'il allait attaquer Ayutthaya pour se venger de l'affront subi. Les Chroniques  siamoises, dit le Prince Damrong, nous informe que son armée était composée de 5 divisions qui prirent le chemin de la route qui menait au muang de Nakhon Thai. Il nous donne ensuite le nom des chefs et les positions prises autour de Phitsalunok, pour revenir sur Phra Thammaracha.

 

 

 

 

Phra Thammaracha a deviné le plan.

 

 

Celui-ci, quand il eut appris que l'armée de Sattanakhanahut s'était mis en route avait bien deviné qu'il s'agissait d'un complot mené par le roi Mahin. Il envoya un message  au roi Mahin pour lui demander son aide, pendant qu'il envoyait un autre message au roi d'Hongsawadi pour l'informer et lui demander assistance.

 

 

 

 

Le roi Mahin fut heureux de recevoir le message de Phra Thammaracha qui lui montrait que son plan avait fonctionné. Il ordonna  aux Phraya Ratcha Dechochai et Thainam d'aller « secourir » les forces de Thammaracha, leur permettant ainsi d'être dans la place pour les espionner. Le roi Mahin forma alors une force de bateaux de guerre qu'il mit sous le commandement de Phraya Ram qu'il honora du titre de Phraya Chakri, tout en étant le commandant en chef. (Les Chroniques siamoises présentent  Phraya Ram et Phraya Chakri comme deux personnes, ce que conteste le Prince Damrong)

 

 

 

Le plan du roi Mahin déjoué.

 

 

Les forces navales du roi Mahin étaient donc arrivées en avant-garde et avaient pris position au temple de Chulamani situé au sud de Phitsalunok. Mais Phraya Si Ratcha  Dechochai avait dévoilé les secrets du complot à Phra Thammaracha, qui  avait eu ainsi le temps de construire des bateaux, qu'il utilisa, après les avoir enflammés, pour les jeter contre les bateaux du roi Mahin, qui furent détruits en grand nombre.

 

 

 

 

Les versions du Prince Damrong et des « Chroniques royales d'Ayutthaya » sont  différentes sur cette « guerre ».

 

 

 

Les « Chroniques royales d'Ayutthaya » prétendent que le roi de Lan Chang ( Si Sattanakhanahut pour le Prince Damrong) informé de l'arrivée des forces navales du roi Mahin, attaqua la ville de Phitsalunok avec 3000 hommes, mais subit de lourdes pertes. Il voulut réorganiser sa défense avec des « mines », mais le Prince Thammaracha, après inspection, ordonna à Khun Si d’attaquer avec 500 hommes. Ce qui obligea Lan Chang à une retraite.  L'attaque des bateaux du roi Mahin vient ensuite.(Cf. Article 57)

 

 

 

Alors que le Prince Damrong, après avoir raconté comment Phra Thammaracha mit en déroute les bateaux du roi Mahin,  nous apprend sans précision que l'armée de  Si Sattanakhanahut ayant appris que l'armée d'Ayutthaya était arrivée, avait attaqué Phitasalunok, alors qu'en fait elle était déjà en retraite. Et puis sans transition, nous dit que l''armée du Nord fut incapable de prendre la cité. Cela fait un peu court, non ?

 

 

 

Il en est de même ensuite avec les forces envoyées par le roi d'Hongsawadi.

 

 

Le Prince Damrong raconte que les forces birmanes de Phraya Phukam et de Phraya Sua  arrivèrent à Phitsalunok pour apprendre  que le roi Prachao Chai Chettha avait stoppé l'attaque et était déjà retourné vers  sa capitale Vientiane. Il n'en dira pas plus.

 

 

 

 

Alors que les « Chroniques royales d'Ayutthaya » racontent une autre histoire.

« Le roi d’Hongsawadi avait eu le temps d’ordonner au Phraya de Phukam et au Phraya Süa Han d’aller défendre Phitsalunok avec une armée de 1000 chevaux, mais ils arrivèrent pour constater que les armées de Lan Chang s’étaient déjà retirées. Ils purent entrer à Phitsalunok et ils furent récompensés par le prince Thammaracha.

 

 

 

Mais le Phraya de Phukam et le  Phraya Süa Han demandèrent alors l’autorisation au Prince de poursuivre l’armée de Lan Chang. Le Prince Thammaracha s’y opposa, prétextant les coutumes. Les deux Phraya rappelèrent les ordres reçus par leur roi et l’assurance d’être punis par celui-ci. Le Prince mis en avant la victoire, et que cela dépendait de sa responsabilité. Ils pouvaient craindre, ajouta-t-il, une manœuvre de l’ennemi. Les deux Phraya passèrent outre et s’élancèrent à la poursuite de l’ennemi lao.

 

 

 

 

 

Pendant ce temps, le roi de Lan Chang avait regroupé ses forces et ordonné aux trois armées de Phraya Saen Surin Kwang , Phraya Mü Fai et Phraya Nakhon d’assurer la défense de ses arrières. Au passage étroit du Vicinage de Wari, ils organisèrent une embuscade, dans laquelle tombèrent  le Phraya de Phukam et le  Phraya Süa Han. Ce fut une terrible défaite avec un grand nombre de cavaliers et d’hommes tués. Les deux Phraya purent retourner néanmoins à Phitsalunok.

 

 

Mais ils savaient qu’ils risquaient la mort en revenant à Hongsawadi après leur défaite. Ils implorèrent le Prince Thammaracha de venir plaider leur cause à Hongsawadi. Ce qu’il fit avec son fils le Prince Naresuan. Le roi d’Hongsawadi  accéda à sa demande et  accorda la vie sauve au Phraya de Phukam et au  Phraya Süa Han, bien, précisa-t-il, qu’ils méritaient la mort. Le Prince Thammaracha fut honoré par l’estime ainsi démontrée. » (In notre article 57)

 

 

 

 

Mais  le Prince Damrong ne raconte pas la même histoire, et nous dit, qu'une fois la guerre terminée, Phra Thammaracha est effectivement allé à Hongsawadi, mais  pour informer le roi d'Hongsawadi du complot ourdi par le roi Mahin et  Prachao Chai Chettha,  et de leur échec. Le roi d'Hongsawadi couronna ensuite Phra Maha Thammarcha avec le titre de Phra Si Sanphet, Chaofa Phitsalunok, qui le rendait désormais  rattaché (ou dépendant exclusivement) au royaume birman.

 

 

 

Pendant ce temps, le roi Mahin mesurait les conséquences du voyage de Thammaracha à Hongsawadi. Il était sûr que celui-ci ne pouvait qu'inciter le roi d'Hongsawadi à attaquer le Siam et il était effrayé par cette perspective au vu de l'état de son royaume. Il ne vit de solution que de demander à son père Chakkrapat de quitter son habit de moine et de reprendre le pouvoir. ( Avant le 12 mai  1568  jusqu’au 15 avril 1569 (?) (4) )

 

 

 

 

Une nouvelle guerre ...

 

 

Chakkrapat et son fils se hâtèrent de marcher sur Phitsalunok pendant que Thammaracha était encore à Hongsawadi, dans l'intention de ramener Phra Wisut Kasattri (Wisutthi), la reine mère (Rappelez-vous, fille de Chakkrapat et épouse de Thammaracha), ses fils et ses filles à la capitale, pour soi-disant les protéger, mais afin d'inciter Thammaracha  à dissuader le roi d'Hongsawadi d'attaquer le Siam.

 

 

 

Sur le retour, arrivé au Muang Nakhon Sawan, Chakkrapat ordonna à Mahin de commander une force (Combien d'hommes ?) pour rendre hors d'usage la cité de Kamphaengphet afin que l'ennemi ne puisse s'en servir de base.

 

 

Quand les forces siamoises atteignirent  Kamphaengphet,  Khun In Sena et Khun Tang Chai qui avaient été placés là par Thammaracha pour veiller sur la cité, non seulement refusèrent de coopérer avec les forces siamoises, mais formèrent une petite troupe pour attaquer le camp de Phraya Si qui formait l'avant-garde de l'armée principale de Mahin. Celui-ci croyant que la ville se serait rendue sans résistance préféra battre en retraite.

 

 

 

Ayuttaya se prépare à la guerre.

 

 

Pendant ce temps, le roi Chakkaphat  de retour à Ayutthaya,  mit en œuvre la défense de la capitale, convaincu que le roi d'Hongsawadi allait prochainement envahir le Siam.

 

 

Le Prince Damrong indique ensuite la mise en place du dispositif de défense avec la construction de forts tous les 40 m surtout en face de la rivière au sud; Les gros canons furent placés à une distance de 20 m et les petits à 10 m l'un de l'autre; Les murs de la ville furent construits à l'ancienne, ceux du côté de la rivière furent détruits et reconstruits. Phraya Ram installa de nombreux camps au front de la rivière munis de fusils de petit calibre; Outre les fossés déjà construits en dehors de la cité, il fit construire un fossé (Un klong) en face de la cité; Des tours d'observations furent érigées à l'est -les 3 autres côtés  étant déjà pourvus de fossés- à distance de 10m de la rivière afin de pouvoir apporter des bateaux  à temps pour attaquer en dehors de la cité.

 

 

 

 

Hongsawadi envahit le Siam en novembre 1568 (?)

 

 

Thammaracha avait appris que sa femme et ses enfants étaient retenus en otages à la capitale Ayutthaya. Il en informa le roi d'Hongsawadi qui ordonna de se préparer à envahir le Siam. Il demanda à Phra Thammarach de retourner en sa cité et de préparer une armée des provinces du nord et d'envoyer des ordres pour mobiliser tous ses vassaux.

 

 

 

 

A la fin de la saison des pluies, « le dimanche, le 6ème jour de la lune décroissante, du 7e mois siamois, de l'année du dragon majeur » (Novembre 1568 (?)), le roi d'Hongsawadi quitta sa capitale avec son armée composée de 7 divisions, celles commandées par Maha Uparat, le vice-roi Phrachao de Prome, le vice-roi Prachao de Toungoo, le vice-roi Pharchao d'Ava; chacune de ces  divisions ayant un contingent de Shans, auxquelles s'ajoutaient les divisions du roi, celle de son fils, gouverneur de Sarawadi (Tharrawadi) avec des soldats de Chiang Mai et Chiang Tung, et enfin celle de Phra Maha Thammaracha. On avait là, disent les Birmans, une armée de 500.000 soldats, qui prirent, comme les autres fois, le chemin de Mae Lamao, pour se rassembler à Kamphaengphet.

 

 

Les deux armées étaient prêtes à s'affronter en janvier 1569.

 

 

 

Cette fois-ci, du fait que toutes les cités du Nord s'étaient rebellées et s'était mises sous le drapeau birman, Ayutthaya n'avait pu recruter d'autres soldats extérieurs; ce qui facilita  le cheminement de l'armée du roi d'Hongsawadi qui arriva à Ayutthaya en janvier 1569. Le Prince Damrong indique alors en deux pages le dispositif mis en place par le roi d'Hongsawadi pour établir un siège efficace en plaçant les 7 divisions autour de la capitale d'Ayutthaya, en  veillant à ce qu'elles ne soient pas à portée des canons. De même, il nous donne le nom des commandants des forces siamoises et la place qu'ils occupent  pour défendre les 4 points cardinaux, sous les ordres du commandant en chef Phraya Ram, dont le camp est situé au centre, au parc du gouvernement, avec des colonnes armées  prêtes en soutien, et cinq sections prêtes également pour chacun des 4 côtés. Pendant ce temps, Le roi Chakkrapat avait envoyé une lettre au roi de Si Sattanakhanahut Phrachao Chai Chettha pour lui demander son aide.

 

 

 

On se retrouve ensuite au Conseil du roi d'Hongsawadi qui a réuni tous ses commandants afin d'établir la tactique d'attaque. Le Maha Uparat est pour une attaque rapide sur les 4 côtés en même temps, au regard des vivres qui pourraient manquer, avant que la saison des pluies n'arrive. Le roi d'Hongsawadi n'approuve pas cette idée, car Ayutthaya est entourée par des rivières et les Siamois sont prêts et dans une situation telle, qu'un petit nombre de soldats puisse se défendre face à un grand nombre. Il préconise d'attaquer le côté est en premier, même si cela prendra plus de temps.

 

 

 

Il transféra alors ses forces près du temple Maheyong côté est et demanda à Phra Thammaracha de couper de nombreuses branches de palmiers, et à l'Uparat de construire un petit fort en terre à 900 m du fossé de la capitale et un autre à 300m du vieux fort, avec un fossé, et de placer les palmes au-dessus. Mais très vite, on dut travailler la nuit car des volontaires sortaient de la capitale constamment pour les attaquer. Ce fut encore plus difficile pour la 3ème redoute qui était placée près du fossé de la capitale et était sous le feu des soldats. Il fallut construire des tunnels. Deux mois furent nécessaires pour finir de construire les 3 petits forts.

 

 

L'attaque pouvait commencer.

 

 

 

 

 

Malgré les nombreux assauts, Ayutthaya résistait et causait de nombreuses pertes avec leurs armes à feu. Le roi d'Hongsawadi ordonna alors aux bateaux de guerre de venir par le pont de Phao Khao (canal de Sikuk) et  plaça des patrouilles le long de la rivière de Thonburi à Nonthaburi pour éviter que des bateaux ne viennent soutenir Ayutthaya. Puis il engagea trois forces pour remplir le fossé de la capitale: Une, sous le commandement de l'Uparat au sud face au temple de Suwantharam; Une autre sous le commandement du vice-roi de Prome qui devait construire une chaussée entre le sud et l'est pour arriver au temple de Chan ; et encore une autre au nord commandée par le vice-roi d'Ava qui devait construire un autre chemin sur le fossé pour pouvoir entrer dans la cité en dessous du palais Chankasem. Malgré la menace du roi, les travailleurs qui s'étaient munis de boucliers de palmes, subir de lourdes  pertes  et il fallut apporter sans cesse de nouveaux  travailleurs.

 

 

 

 

Mais malheureusement, pendant ce temps,  le roi Chakkrapat malade, mourut. (15 avril 1569 ?)

 

 

Les commandants Phraya Ram, Phraya Kalahom et Phra Maha Thep prirent conscience que le peuple en serait affecté et moins énergique pour défendre le bord du fossé extérieur, aussi firent-ils construire un fossé à l'intérieur des murs.  Le roi d'Hongswadi vit là l'opportunité d'attaquer par le côté est, mais Phra Maha Thep en charge de sa défense  put repousser les forces ennemies.

 

 

Le roi d'Hongsawadi qui avait attaqué en vain  depuis mai 1969 était inquiet avec la saison des pluies qui approchait. Il consulta alors Phra Maha Thammaracha, qui lui dit que la défense d'Ayutthaya dépendait essentiellement de Phraya Ram.

 

 

Le plan de  Phra Maha Thammaracha pour prendre Ayutthaya.

 

 

Il assura le roi que si on pouvait prendre  Phraya Ram, la capitale tomberait facilement, et il lui révéla son plan. En effet, il était le commandant en chef et celui qui avait incité à la guerre.

 

 

 

Il s'agissait  d'envoyer un vieux serviteur fidèle porter une lettre à sa femme Phra Wisut Kasattri. Il lui demandait de la  donner au roi Mahin; elle contenait une proposition du roi d'Hongsawadi d'échanger Phraya Ram  contre une offre de paix. Le roi Mahin consulta son Conseil, qui lui rappela combien l'ennemi était en position de force et que,  bien que Phraya Ram offrira une grande résistance, il valait mieux accepter la proposition. Le roi Mahin demanda alors au Patriarche bouddhiste Somdet Phra Sangkharat d'aller discuter avec le roi d'Hongsawadi des conditions de l'accord. Les anciens du “gouvernement” escortèrent Phraya Ram  jusqu'au roi d'Hongsawadi.

 

 

 

 

Celui-ci réunit tous ses commandants pour les informer qu'une étape avait été franchie et pour savoir si on pouvait envisager de redevenir ami avec le roi du Siam. Tous les commandants lui répondirent que la capitale était sur le point de tomber  et qu'ils étaient en désaccord avec cette proposition. Le roi d'Hongsawadi donna alors sa réponse au messager, dans laquelle il disait que si le roi Phra Mahin désirait en terminer avec les hostilités, il devait savoir qu'il était battu et devait se rendre lui-même.

 

 

Le roi Mahin apprit le résultat de la mission qu'il avait envoyée et en informa son “gouvernement” qui prit conscience que le roi d'Hongsawadi voulait en fait faire prisonniers tous les habitants de la capitale. En colère et fiers, tous les officiers s'engagèrent à résister jusqu'à la fin, surtout que la saison des pluies allait bientôt commencer et que le roi d'Hongsawadi serait alors obligé de battre en retraite. Le roi Mahin approuva et donna ses ordres pour une plus grande vigilance dans la défense en assurant qu'aucune soumission ne serait faite.

 

 

 

Une nouvelle ruse.

 

 

Pendant ce temps le roi Phrachao Chai Chettha de Si Sattanakhadianahut avait pu acheminer son armée par le Muang Phetchabun pour soutenir Ayutthaya. Informés, le roi d'Hongsawadi et Phra Maha Thammaracha s'accordèrent sur une nouvelle ruse. Il s'agissait d'envoyer une lettre au roi Phrachao Chai Chettha,  signée par Phraya Ram et avec le sceau royal, qui l'informait que les forces birmanes avaient déjà investi la capitale et qu'il fallait qu'il vienne au plus vite pour les secourir. Lettre qui fut transmise par des soldats siamois de l'armée de Thammaracha. Puis le roi d'Hongsawadi ordonna à Phra Maha Uparat de tendre une embuscade à Saraburi.

 

 

 

 

 

Le roi Phrachao Chai Chettha ne se douta de rien et activa ses troupes, mais  arrivées à Saraburi, elles tombèrent dans l'embuscade et furent mises en déroute en perdant de nombreux éléphants, chevaux et hommes et beaucoup de soldats furent capturés. Le  Phrachao Chai Chettha estima qu'il n'avait aucune chance de vaincre, rassembla son armée et battit en retraite.

 

 

Le roi d'Hongsawadi redoubla alors d'efforts pour prendre  la capitale, mais ses habitants et ses soldats résistèrent avec succès. Phra Maha Thammaracha tenta ensuite en vain de les convaincre, mais ils répondirent avec leurs armes à feu.

 

 

 

 

Juillet 1569. Un nouveau plan de  Phra Maha Thammaracha.

 

 

Le roi d'Hongsawadi était très inquiet car la saison des pluies avait commencé. Il consulta Phra Maha Thammaracha qui lui proposa un nouveau plan. Phraya Chakri (Vous vous souvenez : celui qui avec Ramesuan, le fils du roi Chakkrapat avait été pris en otage lors de la précédente guerre) accepta de devenir un espion pour les forces birmanes. Une fausse évasion fut organisée qui permit à Phraya Chakri de se présenter comme un prisonnier à l'officier qui défendait le côté du temple Sop Sawan. Pour donner plus de crédibilité à cette fausse évasion, on n'hésita pas à couper la tête du faux responsable et on l'exposa à la vue des Siamois.

 

 

 

Le roi Mahin ne devina pas le stratagème et fut très heureux de retrouver son ancien commandant qui avait toujours combattu avec courage l'ennemi birman. Il le nomma comme le nouveau commandant en chef à la place qu'occupait  Phraya Ram.

 

 

 

Et  Phraya Chakri commença son travail de sape. Ainsi par exemple : Il réussit à convaincre que le jeune frère du roi Phra Saowarat, valeureux combattant, était un espion à la solde des Birmans, et il fut exécuté! Il désorganisa l'armée en déplaçant les  soldats les plus combattifs à des endroits moins stratégiques; et pris  d'autres initiatives qui mirent à mal la défense de la ville.  Phraya Chakri prévint le roi d'Hongsawadi qui attaqua tous les côtés.

 

 

Ayutthaya  chute le 29 septembre 1569.  (5)

 

 

« Le dimanche de la 11ème  lune décroissante du 9ème mois siamois, l'année du petit dragon » le royaume d'Ayutthaya tombait, après 9 mois de combats.

 

 

Peu après nous étions en pleine saison des pluies et tous les camps occupés par les Birmans furent inondés. Il récompensa Phraya Chakri en le nommant gouverneur de Phitsalunok. Mais  après l'avoir laissé gouverner pendant une période (Aucune date donnée) il profita d'un différend avec lui pour le faire exécuter, car il haïssait ceux qui avaient trahi leur pays.

 

 

Après la chute, le roi d'Hongsawadi fit prisonnier de guerre presque tous les habitants  et ne laissa que 10.000 habitants.

 

 

 

 

 

Le roi d'Hongsawadi resta à la capitale siamoise pendant la saison des pluies;. Il organisa une cérémonie pour introniser Phra Maha Thammaracha comme le nouveau roi d'Ayutthaya, le 14 octobre 1569  ou plus exactement « le vendredi, le 6ème jour de la lune décroissante, l'année du petit dragon. »

 

 

Le roi d'Hongsawadi laissa une garnison de 3000 hommes pour « aider » les autorités civiles. Puis il se dirigea avec son armée vers Phitsalunok en vue d'attaquer le royaume lao de Si Satthanakhanahut (Lan Xang).

 

 

Le royaume d'Ayutthaya ne savait pas alors qu'il serait sous la dépendance du royaume d'Hongsawadi pendant 15 ans.

 

 

Le règne du roi Thammaracha (ou Maha Tammarachathirat 1er (Sanphet I) สมเด็จพระมหาธรรมราชาธิราช (สมเด็จพระเจ้าสรรเพชญ์ที่ 1) commençait. (1569-1590)

 

 

 

On peut constater que le Prince Damrong, faisant autorité dans l'histoire officielle de son pays, n'a pas suivi  tous les éléments de celle racontée par  « Les Chroniques royales d'Ayutthaya » , qui même parfois en diffèrent totalement. Il a certes confié qu'il avait lu les sources birmanes. (Cf. Notre article 58 (1))

 

 

 

 

Il est vrai que -curieusement- « Les Chroniques royales d'Ayutthaya » font la part belle au roi d'Hongsawadi, présenté comme un bon stratège, fin tacticien, conquérant impitoyable. On décrit abondamment la magnificence, la force  ordonnée de ses armées partant en campagne, son aptitude vigoureuse à insuffler l’énergie de la victoire. Alors que le roi Mahin  est présenté, comme un incapable, un naïf et un idiot, qui se retire en son palais, alors que la guerre fait rage, qui livre son commandant en chef aux Birmans, qui croit à l’évasion de Phraya Chakkri, prisonnier des Birmans, et qui en plus,  lui confie la défense de la capitale avec tout pouvoir et le laisse désorganiser la défense de  la capitale,  arrêter le Prince Saowarat (Son frère) qui commandait 15 000 hommes au centre du dispositif et qui répondait avec hardiesse à toute tentative des ennemis,  remplacer les soldats par des civils …

 

 

 

De plus « Les Chroniques royales d'Ayutthaya » racontent des faits non repris par le prince Damrong ou différemment. Ainsi, pour rendre véridique la fausse évasion de Phraya Chakkri, le Prince Damrong nous dit qu'un soldat birman fut éxécuté, alors que les chroniques nous disent qu'on sacrifia une trentaine de soldats qui  furent exécutés et empalés devant la palissade. Détail certes, mais combien d'autres. Le récit du prince Damrong diffère sur les conséquences de la reddition de la capitale. Pour les chroniques, le roi d'Hongsawadi fait prisonniers tous les habitants de la capitale et les emmène à Hongsawadi (La cité et le royaume portent le même nom), pour  ensuite  renvoyer à Ayutthaya le Phraya de Nakhon Si Thammarat, Phra Si Akkharat, Khun Kasettrathibodi, Khun Rakmonthian, Mün Narinsi, une centaine en fait de Khun et Mün, et 10. 000 hommes et femmes libres.

 

 

 

Le Prince Damrong  ne raconte pas la cérémonie de reddition du roi Mahin, où le  roi d’Hongsawadii  manifestera le respect dû à son  rang royal (invitation à s’asseoir, offre du bétel), que celui-ci méprisera, ni que le prince Thammaracha est prié d'escorter le roi Mahin jusqu'à Hongsawadi, en le laissant prendre toutes ses concubines et le personnel du palais. On pourrait multiplier les exemples.

 

 

 Bref, il vous appartient de comparer, sachant avec Paul Veyne (Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil.) - une citation que nous aimons répéter- :

 

 

Les historiens racontent des intrigues, qui sont comme autant d’itinéraires qu'ils tracent à leur guise à travers le très objectif champ événementiel ( …); aucun historien ne décrit la totalité de ce champ, car un itinéraire doit choisir et ne peut passer partout; aucun de ces itinéraires n'est le vrai, n'est l'Histoire.

 

 

 

NOTES ET RÉFÉRENCES.

 

 

(1) Nos deux articles d'après « Les Chroniques royales d'Ayutthaya » :

 

57. L’alliance « mouvementée » entre le royaume lao de Lan Chang et Ayutthaya en 1568 (?).

http://www.alainbernardenthailande.com/article-57-l-alliance-mouvementee-entre-le-royaume-lao-de-lan-chang-et-ayutthaya-en-1568-113002980.html

 

58. Le royaume d’Ayutthaya est annexé par les Birmans en 1569.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-58-le-royaume-d-ayutthaya-est-annexe-par-les-birmans-en-1569-113066933.html

 

(2) Prince Damrong Rajanubhab, Chapitre 4, “War No. 4 “When the Siamese capital was lost to the King of Hongsawadi. The year of the major dragon, B.E. 2111 (A.D. 1568), In « Our Wars with the Burmese, Thai-Burmese Conflicts, 1539-1767 », White Lotus, 2001

 

Une biographie exceptionnelle :

 

Cf.http://en.wikipedia.org/wiki/Damrong_Rajanubhab

S. A. R. le Prince Ditsawarakuman, ou le Prince Damrong Rajanubhab (สมเด็จ พระเจ้า บรม วงศ์ เธอ พระองค์เจ้า ดิ ศ วร กุมาร กรม พระยา ดำรง ราชา นุ ภาพ;) (21 Juin 1862 - 1 Décembre 1943), fils du roi Mongkut., demi-frère du roi Chulalongkorn.

Vice-commandant en chef de l'armée en 1887, ministre de l'Éducation, ministre de l'Intérieur en 1894. Il est considéré comme le fondateur du système éducatif et du système de santé  thaïs  et de l'administration provinciale moderne. Il fut le premier président de l'Institut royal de la Thaïlande.

Il fut l'un des intellectuels les plus influents de son époque, et  le père de l'histoire thaïlandaise. Il est devenu le premier Thaïlandais à être inclus dans la liste des personnes les plus distingués du monde par l’UNESCO. Le 28 Novembre 2001, pour honorer les contributions remarquables du prince, le gouvernement a déclaré que le 1 Décembre serait désigné comme le  «Jour Damrong Rajanupab »

Écrits

Prince-Damrong a écrit d'innombrables livres et articles, dont seulement quelques-uns sont disponibles en traduction anglaise et un seul en français :

 Le Prince a aussi écrit en thaï un second volume sur les guerres entre les Thaïs et les Birmans de 1767 à 1855. Celui-ci n’a pas été traduit.

 

  1. RH 32. LA TROISIÈME GUERRE CONTRE LES BIRMANS POUR DEUX ÉLÉPHANTS BLANCS EN 1563 (?).

 

  1. Le Wikipédia anglais prétend que le roi Chakkrapat a régné de 1548 au 18 février 1564 puis avant le 12 mai 1568 jusqu’au 15 avril 1569 et Mahin du 18 février 1564 jusqu’avant le 12 mai 1568   et du 15 avril 1569 au 2 août 1569 (Déposé par les Birmans)
  2. Wikipedia anglais.  Bayinnuang installed Maha Thammarachathirat as the King of Ayutthaya on 29 September 1569, [note 4] tributary to Pegu. Mahinthrathirat along with his family and the nobility were captured and taken to Pegu. Mahinthrathirat died in the same year on the way.

 

Note 4 : Date per Burmese chronicles (Maha Yazawin Vol. 2 2006: 324) and (Hmannan Vol. 2 2003: 419): 5th waning of Thadingyut 931 ME (29 September 1569). (Damrong 2001: 63) says he became king on Friday, 6th waxing of the 12th Siamese month of 931 CS, which translates to 14 October 1569. However, according to the Burmese chronicles, Friday, 6th waxing of Tazaungmon 931 ME (14 October 1569) was the date on which Bayinnaung left Ayutthaya for Phitsanulok to begin the Lan Xang campaign.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

W.S.A. 28/06/2019 08:54

I am searching for some old photos of Thailand, suddenly your blog was shown up! Really stunning, this is a real treasure. Thank you so much from the bottom of my heart, a Thai lady who's so proud to be Thai. Thank you so much for your hard work and research. ขอบพระคุณมากค่ะ _/I\_
Best regards,