Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 22:30

 

Ses guerres contre le Cambodge (1593 et 1594), et le contrôle du Sud (Tenasserim, Moulmein et Martaban) et contre les Birmans d’Hongsawadi et de Toungu (1594-1598).

 

Le roi Naresuan déclare selon les « Chroniques royales d'Ayutthaya » : « Alors que Tenasserim, Marit, Tavoy et Chiang Mai nous appartiennent et pendant que la guerre contre Hongsawadi va se poursuivre, il est temps de prendre notre revanche contre le roi de Lawaek ». » C'est ce que l'article « 67. Le roi Naresuan, et ses guerres contre le Cambodge » que nous vous invitons à lire ou relire, va vous raconter.

 

http://www.alainbernardenthailande.com/article-67-le-roi-naseruan-et-ses-guerres-contre-le-cambodge-4-115271762.html

 

 

Vous y verrez le nombre des forces en présence (100.000 hommes armés, 800 éléphants équipés, et 1.500, 1.000, 100, ou 50 chevaux (selon les sources) pour l'armée principale et 500 soldats pour l'avant-garde commandée par Phra Racha Manu du côté siamois et 30.000 soldats du côté cambodgien placés en trois positions (10.000 à Photisat, 15.000 à Pattabong, et 5.000 à Ranam pour préparer une embuscade). On voit un Naresuan inflexible, condamnant à mort Phraya Ratcha Dungsa mis en déroute à Ranam et qui ne doit sa vie qu'au vice-roi Ekathotsarot. Heureux pardon, puisque Phraya Ratcha Dungsa va prendre ensuite Pattabong. Mais on assistera à la résistance de la capitale Lawaek pendant 3 mois et qui ne devra son salut qu'au manque de vivres. Naresuan dut renoncer et repartit avec la volonté de revenir l'année d'après. (Vous vous souvenez, pareille mésaventure était arrivée au roi d'Hongsawadi qui avait dû battre en retraite à cause d'un manque de vivres avec la saison des pluies qui s'annonçait, lors de la 2ème guerre contre Ayutthaya en 1563.)( Cf. NR 31)

 

 

Mais l'année suivante en 1594, le roi Naresuan dut repousser une attaque du roi de Phrae, vassal du roi d’Hongsawadi, avant de partir pour sa nouvelle campagne contre les Khmers. Les Chroniques racontent en deux pages que le roi de Phrae a outrepassé les ordres reçus par le roi d’Hongsawadi qui ne lui avait ordonné que de surveiller la frontière afin de recueillir des informations sur le royaume d'Ayutthaya. Mais nous avions exprimé notre étonnement devant le fait que le roi d'Hongsawadi lui avait confié le commandement d’une armée de 50.000 soldats, 200 éléphants équipés pour cette mission d'observation! Mais de fait il passa la frontière, aux environs de Songkhla au sud.

 

 

Naresuan, informé par le gouverneur de Kanchanaburi organisa alors une puissante armée de 100.000 hommes, 800 éléphants de guerre, 1.500 chevaux et les Chroniques racontent comment elle attaqua le roi de Phrae qui ne put résister et dut s'enfuir. Le roi de Phrae était revenu avec la moitié de ses soldats birmans et môns, et éléphants à Hongsawadi, et faillit être exécuté. Mais il n'en fut pas de même pour les Môns et soldats qui revinrent à Hongsawadi et qui furent saisis et brûlés. 

 

 

Le roi Naresuan pouvait de nouveau organiser sa « revanche » contre le royaume cambodgien de Lawaek en 1594. Les « Chroniques royales d’Ayutthaya » vont consacrer 12 pages à cette nouvelle campagne de Naresuan contre les Cambodgiens de Lawaek, qui va aboutir à la défaite des Khmers et à leur vassalisation. (pp.142-154).

 

 

Notre article vous avait proposé les principales étapes de cette campagne, tant la lecture des Chroniques était fastidieuse, par son manque de cohérence. On retrouverait la fameuse procession et la présentation des armées dans leur composition, leur effectif et leur stratégie. On notait que cette fois-ci Naresuan et son frère avaient décidé d'attaquer sur terre et sur mer avec des forces importantes et en donnant -cette fois-ci- à 200 bateaux la responsabilité de l'approvisionnement en riz. Le roi du Cambodge avait organisé sa défense en réparant enceintes et palissades de sa capitale et en prenant position à Pattabong, Photissat, et Boribun, avec deux armées navales, pour défendre Cutaramuk, et Phutthaimat. La guerre allait s'engager sur les fronts terrestres et navals.

 

 

Mais les Siamois avaient pris Pattabong, puis Photisat. Les Khmers s'étaient retirés à Boribun, qui avait aussi succombé. Et Phutthaimat avait été pris ensuite. Le siège de la capitale pouvait s'organiser. Pendant ce temps, sur le 2e front, les forces navales avaient permis à Phraya Phetburi de prendre Pasak, aux deux armées de Phraya Ratcha Wangsam et Phraya Phetburi de se rejoindre et de prendre Chaturamuk pour retrouver l'armée principale à la capitale khmère. Phraya Nakhon Ratcha Sima attaqua Nakhon Sam et après avoir établi une palissade de sécurité à Kaphong, put aussi rejoindre la capitale khmère.

 

 

Les Chroniques consacreront environ 5 pages à l’attaque et la prise de la capitale khmère en 1594, avec les conséquences terribles de la défaite. Le roi Naresuan avait eu sa revanche. Le royaume de Lowaek avait été vassalisé ; le roi khmer exécuté ; La famille royale et princes pris en otage et 30.000 esclaves emmenés à Ayutthaya.

 

 

Les Chroniques mentionneront qu'en 1598, Phra Sutham Racha le fils du roi du Cambodge Nakphra Sattha décédé fera de nouveau allégeance à Naresuan, ne voulant pas renouveler l’erreur de son père. Une ambassade fut envoyée à Ayutthaya et le roi accepta en toute solennité et selon les usages, le tribut, signe de la vassalité. Mais notre article signalait que ce fut pas si simple et racontera les circonstances de cette succession, surtout que les Chroniques ne nous aideront pas dans la compréhension de cette période en racontant une histoire similaire, mais qui aurait eu lieu en 1602, où cette fois-ci le plus jeune frère du roi, Si Suphanramathirat, le plus jeune frère du roi décédé lui aurait succédé, et aurait renouvelé sa vassalité au royaume d'Ayutthaya. En 1603, il aurait demandé et obtenu l'aide du roi Naresuan pour repousser une attaque de Phraya On avec Song et Phak réunis et les défaire. De plus, il n'est pas signalé que les Khmers ont déplacé leur capitale à Srey Santhor en 1594 (1594-1620) (Mais Bowring et Mgr. Pallegoix disent 1583, Moura dit 1586, Garnier avance 1585). A ces dates incertaines s’ajoutent des faits opposés, et on ne reconnaît pas les noms des souverains établis d'après les Royales Chroniques du Cambodge (Cf. Wikipédia). Nicolas Gervaise qui écrivit un siècle après les faits dit que l’invasion a eu lieu en 1560 et que le roi fut bien traité par le vainqueur, mais mourut en captivité et que ses 3 fils reçurent des gouvernements de province et prirent la fuite et retournèrent en leur pays.) C'est vous dire que les différentes sources ne s'accordent pas et que la confusion est totale.

 

 

Les campagnes du roi Naresuan et du vice-roi Ekathotsarot de 1594-1598, pour le contrôle du Sud (La révolte mâtée de Tenasserim, la prise de Martaban après son conflit avec Moulmein ; L'opportunisme des nouvelles cités vassales (Martaban, Bassein, Bua Phuan, Khlik) et le double jeu des Phraya de Toungu et de Lakhoeng, avant la prise d’Hongsawadi et le renoncement au siège de Toungu, de nouveau pour un manque de vivres, dans un récit étonnant, où on voit à l'œuvre le plan machiavélique du chef de moines de Toungu ... que vous pouvez lire (ou relire) dans notre article 68 de « Notre Histoire de Thaïlande. »

 

http://www.alainbernardenthailande.com/article-68-le-roi-naresuan-en-guerre-au-sud-et-contre-les-birmans-1594-1598-5-115477006.html

 

 

On remarquera que les Chroniques évoquent toujours les deux rois (sic) d'Ayutthaya dans les prises de décision, alors qu’Ekathotsarot n'est que vice-roi (l'Uparat). On observe que c'est Ekathotsarot qui va triompher à Tenasserim (Avec une troupe de 30.000 hommes, 300 éléphants de guerre, et 500 chevaux, une troupe qui comprenait aussi des « farangs » puissamment armés de « canons » (Des Portugais?) à laquelle se joignirent 15. 000 hommes provenant de 6 cités du Sud.)

 

 

Mais à peine, la rébellion de Tenasserim avait été matée, que Naresuan dût régler un conflit entre Moulmein et Martaban, dont on ne connaîtra pas la cause. Il envoya Phraya Si Sainarong avec 1000 hommes armés protéger Moulmein ; ce qui calma les velléités du gouverneur de Martaban.

 

Mais la venue de Phraya Si Sainarong à Moulmein eut une autre conséquence, puisqu'elle permis à celui-ci de faire un rapport sur la situation après la terrible défaite subie par le roi de Phrae et d'informer le roi Naresuan que tous les Môns qui étaient revenus à Hongsawadi avaient été exécutés, et que ceux qui se dirigeaient vers leur villages respectifs en furent informés et formèrent alors des gangs et groupes et se cachèrent dans la jungle, bref que la révolte môn à Hongsawadi était éminente. Une nouvelle situation que Naresuan et le vice-roi Ekathotsarot estimèrent propice pour lancer une nouvelle campagne contre Martaban et Hongsawadi.

 

 

Vous avez pu lire dans notre article 68, les différentes étapes de cette nouvelle campagne, et remarqué, qu'elle fut l'occasion pour les gouverneurs de Martaban, Bassein, Bua Phuan, Khlik, de changer leur vassalité au profit du roi Naresuan - le nouvel homme fort de la Région - et aux Phraya de Toungu et de Lakhoeng qui manifestèrent secrètement leurs intentions de joindre leurs troupes à celles d'Ayutthaya pour prendre Hongsawadi.

 

 

Une nouvelle période où l'on voit - une fois de plus - des provinces et/ou cités assurer leur sécurité en changeant d'alliances en fonction des rapports de force. Comme le fera le Phraya de Toungu adoptant le plan de Siam Priam, le chef des moines, qui vise ni plus, ni moins à prendre Hongsawadi, en retournant les municipalités qui viennent de payer tribut à Ayutthaya, en rompant leur fraîche alliance avec Ayutthaya, pour devenir de fait le nouveau roi d’Hongsawadi. Les Chroniques royales consacreront de nombreuses pages à la conversation (Env. 4 pages) entre le chef des moines de Tongu Siam Phriam et le Phraya de Toungu. Les municipalités qui venaient de payer tribut à Ayutthaya répondront favorablement au plan du Phraya de Toungu, qui en fut enchanté. Martaban et Moulmein prirent même l'initiative.

 

Phraya Lao, le gouverneur de Martaban donne l’ordre à tous les Ramans thao et phraya de prendre l’armée thaïe et de l’envoyer à Toungu en hommage ! A Moulmein, Samin Suranai du village de Coiya caché dans la forêt avec une centaine de Môns saisit l’opportunité d’attaquer et de prendre Khun Cop qui avec 15 hommes étaient en train de moissonner du riz pour le compte de l’armée thaïe. La brigade thaïe envoya 300 soldats les poursuivre et de nombreux Môns furent tués.

 

 

Mais cela eut aussi comme conséquence que Chao Phraya Chrakri mit Phraya Pharo, le Phraya de Moulmein en prison, qui libéré avec la promesse de ramener les fugitifs, se vit contraint de fuir avec toutes leurs familles par mer jusqu’à Martaban, aidés par les bateaux envoyés par le gouverneur. La révolte était enclenchée.

 

Le gouverneur de Martaban Phraya Lao organisa son armée en brigades de 200 ou 300 hommes, qui profitèrent des occsions pour attaquer et faire prisonniers des Thaïs en recherche de vivres et de riz. Le succès de ses attaques obligea Chao Phraya Chrakri à informer Naresuan de la nouvelle forme de révolte des Môns. Naresuan, après lui avoir fait ses reproches, lui laissa la décision d'attaquer Martaban s'il en sentait la capacité de le faire. ou de renforcer sa défense et d'attendre l’armée principale. Chao Phraya Chrakri choisit de terminer la construction des bateaux de guerre et d'organiser 4 brigades de 500 hommes chacune pour protéger les moissons de riz, et se défendre contre les attaques quotidiennes des Môns.

 

 

Ensuite vous avez plus lire comment le « Saturday, the first day of the waxing moon in the third month, at two nalika after daybreak » fut le jour et l’heure “exacte” choisis pour Naresuan et son frère pour partir en guerre contre Martaban et Toungu. Nous suivrons les étapes de leur progression pour atteindre la cité de Kanchanaburi en 5 jours où l’armée de Moulmein rejoignit l’armée principale pour former une armée de 100.000 soldats armés, 800 éléphants de guerre, et 1.500 chevaux, qui se rendirent à la frontière des trois pagodes à Mae Kasat.

 

 

L’armée d’Ayutthaya a été, évidemment repéré à la frontière, et le gouverneur de Martaban a informé le roi d'Hongsawadi et le phraya de Toungu.

 

Le roi d’Hongsawadi est rassuré par les rapports qui lui confirment que son neveu, le phraya de Toungu, s’est engagé avec ses cités vassales à participer à la défense de Martaban, mais celui-ci est plutôt effrayé par ce qu’il a appris des forces énormes engagées par Naresuan. Il a besoin de consulter Siam Priam, le chef des moines de Toungu qui va le rassurer en lui rappelant le plan adopté précédemment et son horoscope favorable.

 

Le phraya de Toungu procéda à la conscription et prépara une armée de 10.000 hommes complètement équipés pour prendre position pour la défense de la cité et de ses fortifications. Et au jour de bon augure, il partit avec son armée, camper aux abords de Hongsawadi, ce qui inquiéta le roi d’Hongsawadi qui pensait que Toungu assurait la défense des cités môns.

 

 

Il pouvait s'inquiéter car l’armée d’Ayutthaya avait repris sa progression pour atteindre en 6 jours Moulmein et repartir 3 jours après, alors que le Phraya de Kanchanaburi à la tête de 20.000 hommes embarquait dans des bateaux de combat en vue d’attaquer Martaban.

 

 

Martaban fut pris aisément puisque le combat naval à peine annoncé que la victoire était fêtée, avec le phraya Lao prisonnier et la mort en grand nombre des fuyards, sur la rivière et sur terre.

 

Après avoir réorganisé Moulmein et Martaban, Naresuan et Ekathotsarot, au jour favorable (la date est donnée), se dirigèrent avec l’armée principale par la route jusqu’au bord de la rivière de Satong, pour la longer et se diriger vers Hongsawadi. Le Phraya de Toungu informé de la chute de Martaban, après avoir brûlé les palissades et les maisons, quitta Hongsawadi avec le roi, pour rejoindre Toungu.

 

 

L’armée d’Ayutthaya atteignit donc la capitale d’Hongsawadi, pour constater qu'elle était vide. Le roi Naresuan prit conscience de la traîtrise du Phraya de Toungu, qui après avoir sollicité et obtenu sa vassalité et promis de combattre Hongsawadi avec Ayutthaya, l’a conquis pour lui-même par surprise. De même Naresuan n'avait pas apprécié que le Phraya de Lakhoeng qui avait sollicité une alliance avec Ayutthaya avait certes envoyé 5000 hommes mais n’était pas venu lui-même après la chute d’Hongsawadi. Il refusa d'ailleurs son aide. Il nomma le Phra de Chantaburi et le Khun Phet Phakdi pour gouverner Hongsawadi, et se dirigea vers la cité de Toungu.

 

 

Les Chroniques évoquent en une page, une ultime tentative diplomatique du Phraya de Toungu, pour leurrer Naresuan en lui envoyant une ambassade conduite par Mangratong avec 200 hommes, avec une lettre et des présents de valeur, mais l’avant-garde commandée par le Phra Maha Thep les intercepta et Mangratong fut conduit en prisonnier au-devant de Naresuan qui le renvoya à Toungu avec un message qui dénonçait la traîtrise. Mais le Phraya de Toungu ne renonça pas et le renvoya de nouveau auprès de Naresuan avec l’invitation de ne pas aller plus avant et d’attendre, là où ils étaient un royal message et des présents apportés depuis Hongsawadi pour payer leur tribut (signe d’allégeance). Mais nul ne fut dupe.

 

 

Bref, après les lettres échangées, “ le 8e jour de la lune croissante du 4ème jour du 4e mois de l'année du sanglier “ Naresuan et Ekathotsarot décidèrent d’avancer la grande armée aux portes de Toungu et organisèrent le siège. (Le Phraya de Toungu ne se faisait pas d'illusions sur l'issue du combat et avait pris soin d'envoyer auparavant tous ses grands éléphants à Mae Chang près d’Ava).

 

Le siège dura 3 mois. « Le samedi du 30e jour de la lune descendante du 4 ou 5e mois (Selon les sources) une attaque surprise fut décidée qui causa beaucoup de pertes, mais Naresuan ordonna d’arrêter l’attaque et de revenir en leur camp protégé. On peut supposer que cette décision fut due à l'extrême fatigue des soldats dont beaucoup mourraient de faim et au fait que la recherche de riz dans tous les villages jusqu’à la frontière d’Ava avaient été infructueuses. D'ailleurs la saison des pluies approchant, les deux rois durent renoncer. Une fois de plus, le manque de vivres avait eu raison de la volonté de prendre une cité.

 

Mais après le Sud, le nord fut de nouveau en effervescence. Ce fut l'objet de notre article 69. que nous allons relire dans notre prochain article.

 

 

 

Notes et références.

 

64. Le roi Naresuan (1590-1605).1

http://www.alainbernardenthailande.com/article-64-le-roi-naresuan-1590-1605-1-114681268.html

65. Le roi Naresuan (1590-1605). 2. La campagne de 1591-1593 (?) contre les Birmans.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-65-naresuan-2-la-premiere-victoire-contre-les-biramans-1591-1593-115118551.html

66. Naresuan monte en puissance au Nord et au Sud (1590- 1593). 3

http://www.alainbernardenthailande.com/article-66-le-roi-naresuan-monte-en-puissance-au-nord-et-au-sud-1590-1593-114991130.html

67.Le roi Naresuan, et ses guerres contre le Cambodge. 4

http://www.alainbernardenthailande.com/article-67-le-roi-naseruan-et-ses-guerres-contre-le-cambodge-4-115271762.html

68. Naresuan en guerre pour le contrôle du Sud (Tenasserim, Moulmein et Martaban) et contre les Birmans d’Hongsawadi et de Toungu.(1594-1598). 5

http://www.alainbernardenthailande.com/article-68-le-roi-naresuan-en-guerre-au-sud-et-contre-les-birmans-1594-1598-5-115477006.html

69. Le roi Naresuan de 1598 à la fin de sa vie en 1605. 6

http://www.alainbernardenthailande.com/article-69-le-roi-naresuan-de-1598-a-la-fin-de-sa-vie-en-1605-6-115477170.html

70. Le roi Naresuan, un héros national ? (1555- règne de 1590 à 1605). 7

http://www.alainbernardenthailande.com/article-70-naresuan-un-heros-national-1555-regne-de1590-a1605-115599436.html

 

Et :A55. Comprendre le film thaï, La Légende du Roi Naresuan, par le jeu des muang. http://www.alainbernardenthailande.com/article-a55-comprendre-la-legende-du-roi-naresuan-par-le-jeu-des-muang-99434799.html

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires