Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 09:20

 

Nous avons vu précédemment que le roi Naresuan et le vice-roi Ekathotsarot avaient mâté les révoltes de Tenasserim, Moulmein et Martaban au Sud, puis après avoir réorganisé ces cités, avaient dirigé leur grande armée vers le royaume birman d'Hongsawadi qu'ils avaient trouvé vidé de ses habitants, trahis par Toungu, qui avaient fait mine de venir à ses côtés. Ils avaient décidé alors de prendre Toungu, mais après un siège de 3 mois en 1598 (?), ils avaient dû renoncer faute de vivres suffisantes, avant la saison des pluies qui s'annonçait. Mais à peine revenu en leur capitale le vice-roi Ekathotsarot dut intervenir à Chiangmai.

 

Voir notre article : http://www.alainbernardenthailande.com/article-69-le-roi-naresuan-de-1598-a-la-fin-de-sa-vie-en-1605-6-115477170.html

 

 On peut remarquer ici, que si le roi Naresuan est devenu un héros national (Cf. Infra), son frère cadet, le vice-roi Ekkathotsarot a durant le règne de son frère joué un rôle de premier plan dans les nombreuses guerres menées par Ayutthaya. Il participe à celle de 1591-1592 mené contre les Birmans aux côtés de son frère Naresuan ; celle aussi qui se terminera par une grande victoire contre le royaume cambodgien de Lawaek en 1594 ; Mais Ekkathotsarot, sera seul pour mâter la révolte de Tenasserim , et il commandera par contre avec son frère, la campagne victorieuse contre Moulmein et Martaban et le siège de Toungu.  

 

 

Et c'est encore le vice-roi Ekkathotsarot qui va intervenir à Chiangmai, victime de tentatives de soulèvement des princes Ram Decho, de Nan, de Fang, et des gouverneurs et des habitants de toutes les villes, grandes ou petites, soumises à l’autorité de Chiangmai.

 

Rappelons que Phra Ram Decho, était le second de l'armée de Phraya Ratcha Ritthanon, envoyée par le roi Naresuan à Chiangmai pour repousser une menace des Laos de Lan Chang en 1593 (?) et qu'il avait été affecté auprès du roi de Chiangmai, car il en était natif. (Cf. RH 67.)

 

 

Les Chroniques ne racontent aucune bataille et il semble que le seul déploiement des troupes d'Ayutthaya ait suffi à calmer l’ardeur belliqueuse des rebelles, à savoir les princes de Fang, de Nan, de Chiangsaen et de Chiangraï, qui offrirent leur soumission en envoyant force cadeaux (éléphants mâles et femelles, or et argent). (Quid du prince Ram Decho?) Encore plus étonnant, les Chroniques n'évoquent que le rôle du vice-roi Ekathotsarot pour régler la succession à la mort du prince de Chiangmaï, ou sa décision d'envoyer du riz pour nourrir la population. C'est lui encore (quand?) qui décide l'envoi de deux gouverneurs pour soumettre Fang qui avait assassiné le gouverneur qu'il avait choisi ; Peut-être même, il régla une autre révolte à Lamphun.

 

 

Et puis sans transition, les Chroniques évoqueront « Les événements du Lawaek . (1603 (?) que nous avons traités dans l'article 67 de « Notre Histoire » :

http://www.alainbernardenthailande.com/article-67-le-roi-naseruan-et-ses-guerres-contre-le-cambodge-4-115271762.html

et rappelé dans l'article précédent (RH 39.)

 

On apprend qu'en 1594 (?) après la prise de Lawaek, l'exécution du roi khmer et la prise en otage de la famille royale, l’un des fils (Qui?) toutefois avait réussi à s’enfuir et se serait réfugié dans la ville lao de Lan Chang d’où il était retourné à Lawaek avec provisions et soldats, pour prendre le pouvoir. (Retourné sans combat alors que Lawaek était vassalisé par Ayutthaya?). Ensuite à sa mort, devant une difficile succession, les notables (moines, brahmanes et personnalités) envoyèrent en 1601 au roi Naresuan, or, argent, fleurs et un important tribut pour lui rendre hommage et lui demander que le prince Si Suphannamathirat, resté en otage à Ayutthaya, frère du précédent prince, puisse gouverner le Lawaek. Naresuan accepta et ordonna au prince de Sawankolok de le raccompagner en son pays escorté de 3.000 hommes d’arme.

 

 

Mais nous avions vu qu'il y eut bien d'autres événements en 1603, qui nous apprennent -confusément- que le roi de Lawaek aurait prévenu le roi Naresuan que divers princes (Qui ? Quand?) se préparaient à envahir son royaume. Le roi aurait alors envoyé son armée (10.000 guerriers, 50 éléphants de guerre, 100 chevaux), à laquelle ce serait jointe -à sa demande- des troupes du roi de Lawaek (Combien?) qui auraient mis en déroute les rebelles au voisinage de Saen. L'ensemble raconté dans la confusion et l'imprécision les plus totales.

 

 

Ensuite, sans transition, Il est dit qu' Ekathotsarot était avec son armée principale à Phetchaburi (Ratchaburi selon certaines annales) (D’où venait-il ? Ou allait-il avec son armée ?) et qu'il alla effectuer un pieux pèlerinage à Phitsalunok. A cette occasion, les notables de la ville lui rendirent hommage et l’informèrent qu’un tigre semait la terreur dans la population. Ekathotsarot le captura, mais le tigre fit preuve d’une telle bravoure que le roi décida de l’épargner et de le relâcher dans la nature. Après cet intermède, Il se fit aménager une résidence fastueuse et, continuant son pèlerinage, fit couvrir d’or une statue de Bouddha qu’il honora pendant sept jours et sept nuits.

 

Ensuite, de nouveau sans transition, on accompagne cette fois-ci le roi Naresuan en voyage d’agrément à Phetchaburi (Ratchaburi selon certaines annales). On avait exprimé notre étonnement devant ce récit de vacances de 15 jours au bord de mer puis son séjour de 12 jours ensuite à Tanot Luang avant de retourner à Phetchaburi par voie de terre.

 

Et puis, les Chroniques nous apprennent qu'en 1604, une nouvelle campagne a eu lieu contre les Birmans de Toungu et d'Ava. (La version A est brève et très différente des autres versions (pp. 192-193))

 

On se souvient qu'en 1598 (?) le roi Naresuan et le vice-roi Ekathotsarot, dans leur guerre contre Hongsawadi, avaient tenté de prendre Toungu, mais avait dû renoncer, faute de vivres, après un siège de trois mois. En 1604, les Chroniques nous mettent d'entrée, sans explication, avec l'armée principale d'Ayutthaya, qui déjà pris Toungu (Forces en présence ? Durée du combat?), pour évoquer la prise de la ville de Naï et de Saen Wi. par le Phraya d’Ava, et de la nécessité pour le roi Naresuan de s'emparer du royaume d'Ava devenu menaçant à ses frontières.

 

 

Mais au lieu d'avoir le récit d'une guerre opposant deux armées, les Chroniques vont s'attarder sur la construction d'une résidence royale à Pak Mok, puis sur l'armée qui aurait pris la voie fluviale pour débarquer et vaincre aux environs d' Ekarat. C'est tout. On n'en saura pas plus. (Forces en présence ? Qui commandait et dispositifs d'Ava ? Durée du combat ?)

 

 

Par contre, les Chroniques consacreront 25 lignes pour évoquer la procession victorieuse du retour des armées avec la magnificence habituelle et 28 lignes pour sa halte à Chiangmai via Kamphaengphet. Le roi Naresuan fut accueilli par le prince de Chiangmaï qui vint lui présenter ses devoirs et lui offrir différents présents. Il y resta un mois, procéda à diverses cérémonies religieuses. Il se rendit alors avec une armée et les fils du prince de Chiangmaï, sur la route d'Ava jusqu'à Hang Luang, pendant qu'Ekathotsarot avec l'armée principale alla jusqu'à Fang.

 

On ne saura pas pourquoi Naresuan et Ekathotsarot s'étaient séparés et campaient à Hang Luang et Fang, et quelles étaient leurs intentions.

 

 

(Le chapitre suivant des Chroniques et dernier consacré au règne du roi Naresuan évoquera sa mort en 1605 à Hang Luang.)(40 lignes)

 

Toujours est-il que le roi Naresuan, à Hang Luang fut touché par une forte fièvre. On prévint Ekathotsarot qui était à Fang et qui arriva rapidement « Le dimanche du 6e (Ou du  7e jour de la lune croissante du 6e mois de l'année du serpent, de la 5e décade » (6 avril?). Le lendemain le roi Naresuan rejoignait le paradis. Le roi régnait depuis 15 ans. (Il avait 50 ans.)

 

Son frère Ekathotsarot fut fort peiné au point d’en faire une crise de nerfs. Il en fut de même de toutes les autorités de Chiangmaï. Lorsque leur chagrin prit fin, il fut érigé un monument de la victoire à sa mémoire, avec tous les signes royaux (Parasols, palanquins, ombrelles, bijoux, joyaux en or, etc) devant lequel prêtres, Phrayas, ministres, conseillers, chefs d'armée, soldats en formation s'inclinèrent. Une cérémonie invita le vice-roi Ekathotsarot à perpétuer ce glorieux lignage et de préserver le royaume avec tous les rois vassaux de pays différents en accord avec les traditions pour des générations et des générations.

 

Nous avons constaté le parti-pris des chroniqueurs des « Chroniques royales d'Ayutthaya » qui avaient consacré plus de pages à Naresuan qu'à son père en retraçant le règne du roi Thammaracha (1569-1590), pourtant un roi qui avait eu un destin exceptionnel, mais auquel les historiens siamois nationalistes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe ne pardonneront pas d'avoir combattu aux côtés de « l'ennemi birman » ; à l'inverse de Naresuan, alors Prince de Phitsalunok, qui se révolta contre le roi birman d'Hongsawadi et proclama en 1584 l’Indépendance du Royaume d’ Ayutthaya, et sut ensuite répondre avec succès aux attaques des Birmans.

 

Mais il réussit aussi à conquérir le Sud et réorganiser Tavoy, Mergui, et Tenasserim, et repousser une attaque des Môns de Birmanie venu à leurs secours, mâter les révoltes pour pendre pleinement le contrôle des routes commerciales qui vont du golf de Martaban à celui du Siam, vassaliser Chiangmai et les cités du Nord, vassaliser le Cambodge, et fait reculer par deux fois les Laos de Lan Chang qui n’avaient pas voulu l’affronter.

 

Il avait transmis à son frère un grand royaume, peut-être le plus grand depuis le roi de Sukhotai Ramkhamhaeng (1278-1327).

 

 

Nota. Les Chroniques ne diront rien sur les initiatives diplomatiques et commerciales du roi Naresuan.

 

En effet « dès 1595, le roi Naresuan essayait d’élargir ses bases commerciales. Il avait envoyé le frère Da Motta comme son ambassadeur en 1595, à Malacca ; il avait échangé des contacts diplomatiques avec les Espagnols à Manilla, qui aboutiront à la signature d’un traité de commerce en 1598. » Le roi Naresuan enverra également un ambassadeur à Pattani en mai 1604, où les Hollandais avaient un entrepôt commercial. Il proposera à l’amiral hollandais van Warwijck de se joindre à son ambassade qui allait partir pour la Chine. (In Notre Histoire 81)

 

 

On comprend pourquoi, plus tard, les nationalistes thaïs et la thaïness en ont fait un héros national, et pourquoi le Prince ChatrichalemYukol eut un succès formidable avec son film « La Légende du Roi Naresuan ».

 

 

Cf. Nos articles :

 

A55. Comprendre le film thaï, La Légende du Roi Naresuan, par le jeu des muang. http://www.alainbernardenthailande.com/article-a55-comprendre-la-legende-du-roi-naresuan-par-le-jeu-des-muang-99434799.html

70. Le roi Naresuan, un héros national ? (1555- règne de 1590 à 1605)

http://www.alainbernardenthailande.com/article-70-naresuan-un-heros-national-1555-regne-de1590-a1605-115599436.html

14. Les nouveaux mythes thaïs : les héros nationaux.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-14-les-nouveaux-mythes-thais-les-heros-nationaux-98679684.html

 

Partager cet article

Repost0

commentaires