Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

12 décembre 2018 3 12 /12 /décembre /2018 22:07

3  - SOCIÉTÉ  (pp. 81- 110).

 

Après avoir présenté 10 « idées reçues » consacrées à l'Histoire et à la Politique, du livre de Mademoiselle Eugénie Mérieau (1), intitulé « Idées reçues sur la Thaïlande », nous allons poursuivre notre lecture des  5 nouvelles « idées reçues » qui ont trait à la Société, à savoir :

 

 « Le bouddhisme est la religion officielle du royaume. », « Les populations du Nord-Est sont arriérées. », « La Thaïlande est le paradis des lesbiennes, gays et transgenres. » ,« La femme en Thaïlande jouit d'un statut privilégié. »,« L'industrie de la prostitution est principalement dédiée  aux touristes et expatriés. »

 

 

3 – I - « LE BOUDDHISME EST LA RELIGION OFFICIELLE DU ROYAUME ».  (pp. 81-85)

 

 

Nous avons écrit de nombreux articles sur le bouddhisme dans ses rapports avec l'histoire et le nationalisme, la politique, l'animisme, l'hindouisme et le brahmanisme, les esprits et les fantômes, sans oublier ses crises, avec l'aide d'auteurs érudits  reconnus qui en connaissaient les multiples dimensions. Nous pensons ici plus particulièrement à MM. Gabaude, Forest, Dubus. (Cf. En notes (2), nos articles sur le bouddhisme)

 

Mademoiselle Eugénie Mérieau en 4 pages et demie ne pouvait donner que quelques éléments pour aborder cette « idée reçue ».

 

Elle rappelle que si la Thaïlande est un pays à majorité bouddhiste (90%, dit-elle, ou   95% ?) qui vit officiellement avec le calendrier bouddhiste, fête les célébrations bouddhistes, avec une devise et drapeau à référence bouddhiste, et dont la vie publique et privée sont rythmées par les cérémonies bouddhistes (naissance, mariage, crémation), et dont le roi ne peut être que bouddhiste, le bouddhisme n'est pas en droit la religion officielle du royaume. Et ce n'est pas faute de tentatives menées  par les  nationalistes bouddhistes.

 

 

Mademoiselle Eugénie Mérieau évoque quelques étapes de ce combat pour faire reconnaître le bouddhisme comme religion d’État mené dans les années 1960-1970 pour lutter contre les idées communistes et qui fut réactivé en 1997, lors de la rédaction de la nouvelle Constitution, par des  groupes de bouddhistes composés de moines célèbres et des intellectuels. Mais ce fut un échec. Ils essayèrent en vain de nouveau lors de la rédaction de la Constitution de 2007, puis après le Coup d’État de 2010, en 2015 et en 2016 (Référendum) pour les projets de la nouvelle Constitution qui sera adoptée en 2017 ; La junte fit une concession en son article 67 aux groupes bouddhistes nationalistes (« L’État établit les mesures et les mécanismes visant à prévenir la profanation du bouddhisme sous toutes ses formes et encourage la participation de tous les bouddhistes en ce qui concerne l’application de tels mécanismes et mesures », mais ne céda pas et  stipula  que « l’Etat doit parrainer le bouddhisme et les autres religions » .

 

Mademoiselle Eugénie Mérieau nous dit que  la colère fut vive dans les trois provinces du Sud (Yala, Pattani, et Narathiwat) à majorité musulmane qui refusèrent le projet à 74-77% et provoqua des attentats terroristes.

 

 

(Cf. Notre article http://www.alainbernardenthailande.com/2017/07/a-234.qu-en-est-il-de-l-insurrection-au-sud-de-la-thailande-en-2017.html)

 

Elle termine son article en rappelant que d'autres religions se pratiquent dans le royaume, outre  la religion musulmane dans le Sud, le taoïsme et le culte des anciens - tout en étant bouddhistes - chez les Chinois et les sino-thaïs (15% de la population), le christianisme avec des communautés catholiques surtout au Nord-est et à Bangkok, l'hindouisme et le sikhisme chez les Thaïs d'origine indienne. Le royaume se caractérisant par un syncrétisme, où avec le bouddhisme se mêlent l'animisme, le culte des esprits, la croyance aux fantômes. (Cf. En note nos multiples articles sur ce sujet).

 

 

 

Pour en savoir plus sur le bouddhisme et le nationalisme bouddhiste, voir le livre d’Arnaud Dubus, « Buddhism and Politics in Thailand” et nos deux articles 257 et 258 qui y sont consacrés. (2) et Un commentaire (3)

                                        -

3 – II - « LES POPULATIONS DU NORD-EST SONT ARRIÉRÉES. » (PP. 87-91)

 

 

Nous n'allons pas ici reprendre toute la démonstration de Mademoiselle Eugénie Mérieau qui confirme que pour les citadins de Bangkok (Les élites autoproclamées, les classes supérieures et moyennes, les Thaïs d'origine thaïe  (minoritaires en Thaïlande (40%). Cf. Notre article A.57 Qui est Thaï ? Qui est Thaïlandais ?) Les populations du Nord-Est sont considérées comme arriérées : citons : « Les habitants du Nord-Est sont méprisés, relégués au rang de sous-citoyens. Leurs traits « lao », leur peau noire », leur accent, leur occupation - généralement, riziculteur - renvoient à une image de pauvreté et d'illettrisme véhiculée par Bangkok et qui informe maintenant leurs propres représentations d'eux-mêmes. » Souvenons-nous que dans son article « En Thaïlande, les élections n'ont aucune valeur à cause de l'achat des voix », l'électorat rural du Nord et du Nord-Est étaient déjà caractérisés par des élites, des intellectuels et la classe moyenne de Bangkok comme « trop mal éduqué pour bien voter » et leurs députés « jugés comme incompétents au Parlement ».

 

En effet, habitant l'Isan depuis de nombreuses années, nous avons maintes fois entendu, comme le dit Mademoiselle Eugénie Mérieau, ses habitants se plaindre du mépris affiché et des insultes proférées à leur égard à Bangkok (On les traite de khwai (buffle) ou de bannok – บ้านนอก – que l’on peut traduire par bouseux). Elle en donne les raisons, outre celles données plus haut, elle ajoute la pauvreté visible parce qu'ils « forment une bonne partie des travailleurs saisonniers ou des travailleurs migrants » que l'on retrouve dans les métiers précaires et informels (taxis, usines, chantiers, petits commerces, prostitué(e)s, etc. ).

 

 

Mais si le mépris subsiste, Mademoiselle Eugénie Mérieau signale que les temps changent : la vie en zone rurale (50% des habitants de Thaïlande) se modernise. Elle évoque plus d'urbains, le développement des classes moyennes, des Universités (Elle cite celle de Khon Kaen par exemple) (On peut ajouter que c'est la première université de province voulue par le Maréchal Sarit qui se targuait de ses origines isan), des start-up dans la « tech », des modèles de consommation à la mode (smartphone, café de « Starbucks »). Elle aurait pu rajouter que les villages, les plus petits et les plus reculés, ont désormais partout une liaison internet, la moindre boutique, l’hôtel le plus sommaire, le restaurant le plus modeste, affichent tous leur liaison au réseau Wifi. Les « riziculteurs » et leurs enfants sont de plus en plus sur les réseaux sociaux, via Facebook, line. Ils échangent, s'informent, se distraient, via la toile. (D'où la nécessité pour la junte de les contrôler et de les censurer)) .

 

 

Et puis aussi, elle rappelle combien  la conscience politique a évolué, à partir  des années 1970-1980, quand nombre étudiants de gauche de Bangkok rejoignirent les maquis communistes et se mêlèrent aux populations rurales, et surtout après le coup d’État de 2006 contre le gouvernement Thaksin qui provoqua la mobilisation des masses rurales (« La caravane des pauvres ») et en 2010, l'occupation du centre de Bangkok pendant trois mois de 300.000 « chemises rouges » qui se termina dans un bain de sang (90 morts). (On ne peut que rappeler l'excellente étude de Mademoiselle Eugénie Mérieau sur ce mouvement (4)) Mais depuis le coup d’État militaire de 2014, aurait-elle pu rajouter, les partis politiques sont interdits, ainsi que toute expression politique. Mais les masses rurales n'en pensent pas moins. (5)

 

 

Nous aborderons les trois autres idées reçues (« La Thaïlande est le paradis des lesbiennes, gays et transgenres. », « La femme en Thaïlande jouit d'un statut privilégié. », « L'industrie de la prostitution est principalement dédiée aux touristes et expatriés. » dans  l'article suivant.                                                  

 

NOTES ET RÉFÉRENCES.

 

  1. Le Cavalier bleu Éditions, collection « Idées reçues », 2018, 147 pages.

 

  1. Nos articles sur le bouddhisme.

 Article 35 Le bouddhisme est-il athée ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a-35-le-bouddhisme-est-il-athee-79098567.html

Notre Isan : le bouddhisme thaïlandais et d’Isan ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-20-le-bouddhisme-thailandais-et-d-isan-78694128.html

22 Notre Isan,  bouddhiste ou animiste ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-22-notre-isan-bouddhiste-ou-animiste-78694708.html

A41: La crise du bouddhisme en Thaïlande.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a-41-la-crise-du-bouddhisme-en-thailande-82673729.html

Avec Gabaude, « la triple crise du bouddhisme en Thaïlande  (1990-1996»), BEFEO 83, p. 241-257.

A 256. BOUDDHISME ET POLITIQUE EN THAILANDE, SELON ARNAUD DUBUS.

http://www.alainbernardenthailande.com/2018/05/a-256.bouddhisme-et-politique-en-thailande-selon-arnaud-dubus.html

A 257. BOUDDHISME ET NATIONALISME EN THAÏLANDE.

http://www.alainbernardenthailande.com/2018/05/a-257.bouddhisme-et-nationalisme-en-thailande.html

Avec Arnaud Dubus, « Buddhism and Politics in Thailand”, Irasec, Bangkok, janvier 2018, 92 p.

 Arnaud Dubus, In « Thaïlande, Histoire, Société, Culture, », La découverte, 2011 ,   évoque le « bouddhisme en crise » (pp.191-194) dans son chapitre 10 « Bouddhisme, animisme, et sorcellerie ». 

A137. « Bouddhisme et politique en Thaïlande. »

Avec Gabaude « Religion et politique en Thaïlande : dépendance et responsabilité », Extrait de : Revue d’études comparatives Est-Ouest, Vol. 32, n° 1 (mars 2001), pp. 141-173 

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a137-bouddhisme-et-politique-en-thailande-121285295.html

  A 239  - LE « BOUDDHISME DE LA FORÊT » OU « LA VOIE DES ANCIENS » DANS LA THAÏLANDE CONTEMPORAINE.

http://www.alainbernardenthailande.com/2017/09/a-239-le-bouddhisme-de-la-foret-ou-la-voie-des-anciens-dans-la-thailande-contemporaine.html

Cf. Aussi : Notre article « INSOLITE 3. BRAHMANISME ET BRAHMANES EN THAÏLANDE ? »

http://www.alainbernardenthailande.com/2016/11/cet-article-reprend-quelques-idees-d-articles-anterieurs-pour-se-recentrer-sur-le-sujet-traite-nous-avions-ete-surpris-en-decouvrant

INSOLITE 4. THAÏLANDE : BOUDDHISME, HINDOUISME ET … ANIMISME AVEC LE CULTE DES ESPRITS ET AUTRES CROYANCES MYTHIQUES ET LÉGENDAIRES …

http://www.alainbernardenthailande.com/2016/12/insolite-4-thailande-bouddhisme-hindouisme-et-animisme-avec-le-culte-des-esprits-et-autres-croyances-mythiques-et-legendaires.html

A151. Nous vivons au milieu des « Phi » en Thaïlande.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a150-nous-vivons-au-milieu-des-phi-en-thailande-123529919.htmlA137. Bouddhisme et politique en Thaïlande.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a137-bouddhisme-et-politique-en-thailande-121285295.html

 

 

(3) Il est toutefois un élément qui peut conférer au bouddhisme, le caractère de religion officielle. Ainsi toutes les constitutions successives dont le pays a été doté depuis 1932 stipulent que le roi doit être de religion bouddhiste tout en étant protecteur de toutes les religions. Toutes aussi font, en ce qui concerne la succession au trône, référence à la loi successorale de 1924. Celle-ci prévoit expressément comme cas de déchéance dans les droits successoraux « le mariage avec une étrangère non thaïe ». Nous retrouvons – toutes proportions gardées – la vieille notion du droit ibérique de la « limpieza de sangre », la « pureté du sang » ce qui excluait ipso facto de la famille royale et de la noblesse espagnole tout ce qui pouvait être de sang juif ou musulman. Nous sommes aux antipodes du vieux droit coutumier français résumé dans un seul brocard « le coq ennoblit la poule ».

 

Le cas s’est produit en 1935 lors de l’abdication de Rama VII et le choix par le Conseil de régence de la lignée Mahidol au détriment de la lignée Chakrabongsee qui bénéficiait de l’aînesse pour cause de mariage russe. Une hypothèse d’école pourrait être soumise aux étudiants en droit constitutionnel comme les professeurs aiment à le faire : S’il est difficile de penser qu’un successible puisse épouser une étrangère de religion bouddhiste thaï, il est tout à fait plausible qu’il épouse une thaïe catholique ou musulmane. Ce n’est pas une hypothèse d’école : L’enseignement catholique est fort prisé de la bonne société de Bangkok, les garçons fréquentent le collège de l’Assomption  et beaucoup de jeunes filles sont élevées à l’école Mater Dei, école catholique des Ursulines à Bangkok et sont parfaitement susceptibles de se convertir par osmose. En cette hypothèse, l’héritier marié à une non – bouddhiste ne perdrait pas ses droits au trône mais ses héritiers, pour les conserver, devraient pratiquer la religion bouddhiste. Mais qu’en penserait le Conseil de régence ?

 

(4) Rappel. L’étude de Mademoiselle Eugénie Mérieau, récemment parue en juillet 2013, sous l’égide de l’IRASEC, intitulée Les Chemises rouges de Thaïlande,  « retrace dit-elle, les différents événements fondateurs du mouvement dit des Chemises rouges, depuis leur création embryonnaire à la veille du coup d’Etat du 19 septembre 2006, jusqu’à leur écrasante victoire électorale du 3 juillet 2011. Offrant un examen détaillé des actions et des motivations des différentes organisations et groupuscules qui composent les Chemises rouges ». » (In A 124.) Nous lui avons consacré deux articles :

A 124 - http://www.alainbernardenthailande.com/article-a123-les-chemises-rouges-de-thailande-1-119487000.html

A 125 - http://www.alainbernardenthailande.com/article-a125-les-chemises-rouges-de-thailande-2-119590962.html

 

 

(5) « Le bon sens du maraud quelque fois m’épouvante. Molière avec raison consultait sa servante » a écrit Piron il y a 250 ans, deux alexandrins qui donnent à méditer aux élites autoproclamées de Bangkok ou d’ailleurs.

Partager cet article

Repost0

commentaires