Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

18 septembre 2019 3 18 /09 /septembre /2019 22:04


Fernão Mendez-Pinto fut tout à la fois marin, un peu corsaire, naufragé, esclave, trafiquant, mercenaire, un peu picaro, presque jésuite, diplomate puis écrivain sur la fin de sa vie. Il a consigné ses mémoires dans son « pèlerinage » (Peregrinacam de Fernam Mendez Pinto) publié post mortem en 1614, traduit en français en 1645 sous le titre « Les voyages adventureux de Fernand Mendez-Pinto »

 

 

Bien que la partie siamoise de ses aventures ne concerne que 9 des 229 chapitres de cet ouvrage (2) un bref rappel de ses pérégrinations s’impose.

 

De sa naissance, la date en est incertaine, vers 1509 à sa mort le 8 juillet 1583 à Almada, près de Lisbonne nous savons qu’il était issu d’une famille pauvre de souche rurale probablement d’origine juive venue d’Espagne après les persécutions d’Isabelle la Catholique en 1492 ce qui ne facilitait pas l’ascension sociale.
 

Il écrit en tête de ses mémoires « Toutes les fois que je me suis représenté les grands et continuels travaux qui m’ont accompagné depuis ma naissance, et parmi lesquels j’ai passé mes premières années, je trouve que j’ai beaucoup de raisons de me plaindre de la fortune ..

 

Statue de Mendez-Pinto à Almada :

 

 

Nous le trouvons à 12 ans engagé comme domestique dans une famille noble de Lisbonne puis embauché comme mousse. Le navire est attaqué par des corsaires français, il se retrouve abandonné sur la plage. Il entre alors au service d’un chevalier de Santiago puis part à l’aventure  le 11 mars 1537

 

 

Les Indes portugaises via le Mozambique puis l’Éthiopie, esclave des turcs, il devient gouverneur de la forteresse d’Hormuz. Esclave d’un musulman grec puis d’un juif qui le conduit à Hormuz, retour à Goa, passage à Malacca, Patani et Ligor, capturé en mer par des Chinois, libéré par des Tatars, il part au Japon. Compagnon de Saint François Xavier,  il devient temporairement jésuite. Retour à Malacca puis à Martaban, passage au Siam et retour au Japon avant le retour définitif au Portugal. Nous vous donnons un récit plus détaillé de ces aventures en note (3).

 

 

Parti de chez lui à peine adolescent, Il n’a reçu aucune formation classique et littéraire. Son style est souvent emphatique, le texte probablement plein d’exagérations et donne des informations souvent de seconde main. Il est généralement boudé par les historiens qui considèrent que le livre ne mérite pas d’être compté comme source historique. En 1926 un article de W.A.R. Wood concernant les informations sur le Siam souligne de nombreuses exagérations, des noms de lieux non identifiables, et certaines incohérences lorsqu'il compare l'histoire de ces aventures au Siam avec la plus ancienne chronique siamoise connue à cette époque (4). Effectivement, ne parlons pas des souvenirs de Chine ou de Tartarie, Pinto donne pour les noms propres des transcriptions fantaisistes, par exemple Ayutthaya devient Odiaa, Ligor devient Lugor et Patani devient Patane, la belle affaire dans la mesure oú nous trouvons systématiquement des transcriptions à l’oreille, par exemple Ayutthaya qui devient Judia et que la transcription pourtant officielle du thaï adoptée par l’Académie royale n’est en réalité respectée par presque personne.

 

Plan  de "Judia " du début du XVIIe siècle :

 

 

Pinto ne mérite pas ce regard condescendant.

Il ne faut tout de même pas oublier qu’il fut le seul auteur européen du XVIe siècle écrivant sur le Siam à avoir passé quelque temps dans la capitale, Ayutthaya, sous le règne du roi Chairacha à la fin des années 1540 et peut-être jusqu’en 1549.

 

 

 

Par ailleurs et depuis l’article de Wood, d’autres sources ont été diffusées notamment les écrits de Van Vliet.

 

 

Il ne faut pas non plus oublier que les récits de voyage du seizième siècle doivent être compris dans leur contexte contemporain, leur style étant en grande partie déterminé par les modèles existants de l’époque. Quand, par exemple, Pinto dit que la capitale siamoise, Ayutthaya, compte 400.000 ménages, que 100.000 étrangers y résident et que l’on y rencontre 10 000 jonques, il est assez facile de contester ces chiffres fautes de statistiques fiables. Il semble plus logique de les interpréter en utilisant des mots comme « nombreux » et « beaucoup », la population d’Ayutthaya était donc importante, un grand nombre d’étrangers y résidaient et un commerce animé utilisant de nombreux navires était présent.

 

S’il est vrai enfin que Pinto ne ventile pas entre ses constatations personnelles et le ouï-dire ce n’est pas une raison pour le discréditer. Il appartient plutôt à l'historien de tamiser. Il écrivait à la manière d’un voyageur de la fin du Moyen Âge dont le lecteur s’attache plus à l’exotisme qu’à un récit scientifique et rationaliste. Ce n’est pas une œuvre de Descartes et il ne faut pas le mesurer avec une équerre à 90°.

 

 

Si nous négligeons ses fanfaronnades et ses embellissements, nous tombons dans le concret par exemple dans la manière dont il décrit la vie à bord d'un voilier à une époque où ceux-ci faisaient naufrage un voyage sur trois. Quand il nous donne des degrés de latitude, il sait ce qu'ils signifient et ne se trompe pas.

 

 

Pour ne nous en tenir qu’au Siam, sa version a fait l’objet d’une analyse assez serrée de Terwiel en 1997 (5) qui réconcilie peu ou prou Mendez-Pinto avec la vérité historique.

 

Terwiel analyse ainsi quelques épisodes de l’histoire du Siam vue par Mendez-Pinto.

 

Si Sudachan, la reine adultère.

 

Cet épisode intervient après une description de la campagne victorieuse menée à Chiangmai par le roi aidé des Portugais, le premier chapitre de ses aventures au Siam.

 

Mendez-Pinto narre avec complaisance comment la principale concubine du roi siamois avait pris un amant et comment elle était tombée enceinte pendant une absence de son mari. Dans ces circonstances difficiles elle empoisonna le roi et plus tard le fils du roi, aidant ainsi son amant à usurper le trône. Peu de temps après, elle et son amant ont été assassinés. Cette infernale mégère est évidemment Si Sudachan. Selon les Chroniques siamoises, le roi Chairacha mourut d’une « maladie soudaine ». Si Sudachan devint régente en 1547 alors que le fils aîné du roi, Yotfa, n’avait alors que onze ans. Les Chroniques confirment que la régente éleva son amant à un rang élevé puis réussit à le faire monter jusqu’au trône. Peu de temps après, des nobles siamois s'emparèrent de l'usurpateur et le tuèrent ainsi que Si Sudachan et un proche parent du roi Chairacha fut désigné comme nouveau roi. Il y a divergence entre les Chroniques et Pinto puisque les premières décrivent le mort du roi comme naturelle alors que la version de Pinto reflète probablement les ragots qui circulaient probablement à l’époque mais où se situe la vérité ? Van Vliet s’associe à la version officielle des Chroniques, mentionnant une mort naturelle de Chairacha, l’usurpation du trône par Si Sudachan et sa mort subséquente (6).

 

« ... Au retour du Roy elle se trouva enceinte de 4 mois, la crainte qu'elle eut que cela ne se découvrit, fit que pour se sauver du danger qui la menaçait, elle se résolut d'empoisonner le Roy son mari. Comme en effet sans différer davantage sa pernicieuse intention, elle lui donna du poison dans un vase de porcelaine tout plein de lait, dont l'effet fut tel qu'il en mourut dans cinq jours, durant lequel temps il donna ordre par son testament aux plus importantes affaires de son Royaume, et s'acquitta de ce qu'i devait aux étrangers qui l'avoient servi en cette guerre de Chiammay, d'où il n'y avait que vingt jours qu'il était venu. En ce testament comme il vint à faire mention de tous nous autres Portugais, il voulut que cette clause y fut ajoutée : C'est mon intention que les six vingt Portugais qui ont toujours veillé fidèlement à la garde de ma personne, reçoivent pour récompense de leurs bons services demie année du tribut que me donne la Reine de Tybem, et qu'en mes douanes leurs marchandises ne » payent aucun tribut par l'espace de trois années ».

 

 

Les cérémonies funéraires du monarque défunt font l’objet d’une description détaillée qui est naturellement faite pour impressionner les lecteurs européens, il n’y a rien qui nous ait choqué et il est plausible que Mendez-Pinto y ait assisté.

 

Si Mendez-Pinto se complaît dans les ragots, ses informations d’ordre militaire nous ont intéressés puisque l’implication des Portugais au Siam à cette époque fut pour l’essentiel militaire : Conseillers techniques, mercenaires, constructeur de forteresse, fondeurs de canon et de mousquets. Mendez-Pinto Pinto a probablement été le témoin direct des événements qu’il décrit en 8 chapitres, le dernier étant consacré à la description du Siam (2)

 

 

La campagne de 1547.

 

Bien que beaucoup de noms de lieux soient déformés, le récit de Pinto est parallèle à ce qui a été décrit dans les Chroniques comme la conquête de Lamphun. Pinto attribue un rôle de premier plan aux étrangers : Lors de la préparation des combats, trois commandants généraux étaient un Portugais et deux « Turcs ». Il mentionne en outre un groupe de 1.200 « Turcs » dans l'armée birmane, parmi lesquels des « Abessyniens » et des « Janizaries ». Parlait-il de Persans, d'Indiens ou de Janissaires ? Le Roi ordonna la mobilisation générale. Une fois mobilisés, les Siamois se dirigent rapidement vers le nord en direction de la région où « Quitiruan » ( ?) est assiégé en utilisant une multitude de bateaux. Arrivé là, il faut encore une semaine aux éléphants pour arriver. Pendant ce temps, des informations sont recueillies sur l'ennemi et sur la taille de son armée.

 

Le jour où les Siamois décident d'attaquer, avant le lever du soleil, l'armée est mise en ordre de bataille mais survient un assaut surprise de la cavalerie ennemie susceptible de provoquer une panique générale. Le roi Chairacha décide de changer son plan d’action, et sauva ainsi son armée d’une déroute coûteuse et ignominieuse mais lorsque l'ennemi se retira dans sa forteresse, le roi ne tira pas parti de son avantage.

 

La description de la campagne par Mendez-Pinto contient des éléments qui sonnent juste. C'est ainsi que l'armée d’Ayutthaya tenta d'abord d'intimider l'ennemi en se déplaçant lentement et en montrant ses forces. La description de la bataille donnée met également en lumière le rôle des chevaux et des éléphants dans les guerres continentales en Asie du Sud-Est. Selon Mendez-Pinto, l'armée de Chiangmai possédait une importante cavalerie, mais aucun éléphant de combat alors que l'armée d'Ayutthaya en avait un grand nombre. Dans la description de la bataille, il confirme que les éléphants de guerre furent le facteur décisif... masse invincible de centaines d’animaux se déplaçant en bloc.

 

Cette supériorité pourrait bien avoir été un facteur clé pour conserver l'avantage militaire d'Ayutthaya sur tous ses vassaux.

 

 

 

Le premier siège birman d'Ayutthaya.

 

La campagne conduisant au siège de 1548 est largement relatée dans les annales birmanes. Les Birmans se sont mis en route avec quatre divisions, totalisant 480 éléphants, 16.800 chevaux et 120.000 fantassins. Pour la première fois l'armée birmane pénétra jusqu’à Ayutthaya le cœur même du pays. Ils ont trouvé la capitale, difficile à attaquer et fortement défendue avec des canons servis par des étrangers. Après environ un mois, ils décidèrent de se retirer.

 

La description de l’investissement de la ville par les Birmans, tranchées et palissades correspond parfaitement à ce que l’on sait de la guerre de siège et de l’investissement d’une place depuis Jules César !

 

Investissement d'une place (Dessin de Viollet Le Duc) :

 

Dans la version thaïe classique les Birmans s’étaient beaucoup trop avancés en s’aventurant aussi profondément sur le territoire siamois.

 

Pour les chroniques birmanes la campagne réussit à soumettre le Siam à la vassalité, tandis alors que les chroniques siamoises affirment que le pays fut satisfait d’échapper de ce sort qui devait d’ailleurs arriver plus tard.

 

Le récit du siège par Mendez-Pinto.

 

Mendez-Pinto dit qu'il fut l'un des étrangers qui ont contribué à la défense d'Ayutthaya. Vrai ou pas, sa version est digne d’intérêt. Lorsqu’ils pénétrèrent en territoire siamois, les Birmans tombèrent sur la forteresse de « Tapurau » ( ?) solidement défendue. Trois fois, les Birmans montèrent à l’assaut. Diego Suarez, conseiller militaire en chef du roi de Birmanie, fit ouvrir une brèche dans la muraille de ses quarante canons et tous les habitants ont été massacrés.

 

Canons du XVIe siècle au Musée de l'artillerie de Lisbonne :

 

 

Les Birmans attaquèrent ensuite avec leur troupes d’éléphants « Oyaa Passilico » (le seigneur de Phitsanulok) qui lui-même se précipita à leur rencontre avec 15.000 hommes, principalement des « Luzons » (Philippines), des « Borneos » et des « Champaas » (Chams) et quelques « Menancabos » (des Minangkabau de Sumatra).

 

 

Arrivés à Ayutthaya, les Birmans purent ouvrir une brèche dans les murailles mais furent repoussés par le roi siamois conduisant 30.000 hommes.

 

Les Birmans tentèrent de nouveaux assauts, jusqu’à six au cours d'une même journée, en utilisant de stratégies différentes, conseillés par un groupe d’ingénieurs grecs.

 

Au bout de dix-sept jours, ils construisirent des tours d’assaut en solides madriers chacune reposant sur 26 roues en fer, chaque tour avait 50 pieds de large, 65 de long, 25 de haut, renforcées par des doubles poutres et couvertes de feuilles de plomb. Les défenseurs réussirent à incendier celles qui s’étaient approchés des murailles. Après une bataille nocturne de quatre heures, le roi Birman mit fin à l'assaut à la demande des mercenaires étrangers. Par la suite, ceux-ci construisirent une tour d’assaut plus haute que les murs du haut de laquelle ils pouvaient tirer au canon sur la ville. Mais quand la tour fut terminée, les Birmans reçurent la nouvelle d'une rébellion en Birmanie et levèrent le camp.

 

Tour de siège du XVIe (Dessin de Viollet Le Duc) :

 

 

La question est évidemment posée de savoir si Mendez-Pinto a assisté réellement au siège ou s’il nous donne des renseignements recueillis auprès de témoins, en tous cas à chaud. Les chiffres des combattants sont probablement fantaisistes, les Chroniques nous y ont d’ailleurs depuis longtemps habitués.

 

Les historiens qui considèrent Mendez-Pinto comme un fantaisiste affirment que la machinerie de guerre, échelles, tours d’assaut montées sur routes est pure invention, affirmant que tous ceux qui ont déjà vu d'anciennes cartes d'Ayutthaya savent que toute la ville était pratiquement imprenable, car elle était entièrement entourée de rivières. Il aurait été impossible de transporter des machines de cette taille sur l'eau à la vue des défenseurs.

 

On croit réver ! Tout la machinerie de guerre ainsi décrite était déjà connue au temps de l’architecte Vitruve qui lui consacre tout un chapitre de son ouvrage, il vivait au premuier siècle de notre ère. Nul n’a oublié le siège d’Alésia par Jules César

 

 

..... ni celui de Constantinople beaucoup plus tard par les Turcs. La présence d’un fleuve qui ne fait guère que quelques dizaines de mètres de large n’est pas un obstacle aux ponts mobiles que connaissaient tous les spécialistes de la guerre de siège.

 

Pont mobile (Dessin de Viollet Le Duc):

 

 

La ville quoiqu’imprenable fut tout de même prise !

 

Nul par ailleurs n’a décrit la ville d’Ayutthaya à cette époque et les gravures que nous en connaissons datent d’un siècle plus tard. Or, Van Vliet nous le rappelle, c’est Thammaracha qui régna de 1560 à 1590 qui fit agrandir la ville en lui donnant la forme d’aujourd’hui et fit értiger un mur de pierre autour d’elle.

 

Les fortifications d’Ayutthaya ont donc été construites ou reconstruites dans la seconde motié du XVIe siècle. L’image de cette attaque est parfaitement plausible , comme il est plausible qu’au milieu du XVIe siècle, la ville ait présenté une apparence beaucoup moins sophistiquée et une structure de défense beaucoup plus simple qu’on ne le supposait jusqu’à présent. Si les tours de siège birmanes avaient 25 pieds de haut, environ 7 métres, il est permis de penser que la muraille était moins élevée mais nous n’en savons pas plus.

 

 Le plan de La Loubère :

 

 

La description du pays.

 

Voilà un aspect dont Terwiel ne nous parle pas; ce qui est dommage car cette descripotion sonne incontestablement vrai. Mendez-Pinto n’était pas un ethnologue ni un anthropologue ni géographe ni un explorateur, ni un missionnaire ni un scientifique. Il est parti à la recherche de l’aventure qu’il a trouvée et de la richesse qu’il a également trouvée. Il consacre néamoins un chapiitre de ses souvenirs à la description de ce pays, il y a tout de même passé probablement 8 ans, intitulé « De la grande fertilité du Royaume de Siam, et de plusieurs autres particularitez touchant ce pays » (2).

 

« Ayant traité ci-devant du succès qu'eut ce voyage du Roy Brama au Royaume de Siam, et de la mutinerie du Royaume de Pegu, il me semble qu'il ne sera point hors de propos de parler ici succinctement de la situation, étendue, abondance, richesse et fertilité que Je vis en ce Royaume de Siam, et en cet Empire de Sornau, pour montrer que la conquète nous en eut été beaucoup plus utile que ne sont aujourd’huy tous les états que nous avons dans l'Inde, joint que nous la pouvions faire avec beaucoup moins de frais. Ce Royaume, comme l'on peut voir dans la carte (il ne nous dit pas laquelle il utilise.), a par son élévation près de sept cent lieues de côté, et cent soixante de largeur, en traversant le pays. La plupart consiste en grandes plaines, où l'on voit quantité de labourages et de rivières d'eau douce, à cause de quoi le pays est grandement fertile, et pourvu en abondance de bétail et de vivres. Aux contrées les plus éminentes il y a d'épaisses forêts de bois d'angelin dont se peuvent faire à milliers des navires de toutes sortes, il y a plusieurs mines d'argent, de fer, d'acier, de plomb, d'étain, de salpêtre, et de souffre, comme aussi de la soie, de l'aloès, du benjoin, du nacre, de l'indigo, du coton, des rubis, des saphirs, de l'ivoire, de l'or, et le tout en grande abondance. Il se trouve aussi dans le bois quantité de bois de brésil et de bois d'ébène, dont l'on charge tous les ans plus de cent Iuncos ( jonques) pour en transporter à la Chine, à Hainan, aux Lequios (au Japon) à Camboya (Cambodge), et à Champaa, sans y comprendre la cire, le miel, et le sucre qu'on y recueille en divers endroits. Le Roy reçoit ordinairement de ses droits chaque année douze millions d'or, outre les présents que lui font les Seigneurs du pays, qui sont en grande abondance. En la juridiction de ses terres il a deux mille six cent Peuplades, qu'ils appellent prodon ( ?), comme parmi nous les villes et les citez, laissant à part les petits hameaux et les villages dont je ne fais point d'état. La plupart de ces peuples n'ont point d'autres fortifications ou murailles en leurs bourgs que des palissades de bois, tellement qu'il serait facile à quiconque les attaquerait de s'en faire maître. D'ailleurs avec ce que les habitants de ces villes sont naturellement efféminés, ils n'ont pas accoutumés d'avoir des armes défensives. La cote de ce Royaume joint les deux mers du Nord et du Sud; celle de l'Inde par Juncalo (Phuket) et Tanauçarim (Tenasserim), et celle de la Chine par Monpolocata (?), Guy ( ?), Lugor (Ligor), Chuintante (Chanta bun), et Berdio ( ?). La capitale de tout cet Empire c'est la ville d'Odiaa (Ayutthaya), dont j‘ai parlé ci-devant; elle est fortifiée de murailles de brique et de mortier, et peuplée, selon quelques-uns, de quatre cent mille feux, dont il y en a cent mille d'étrangers de diverses contrées du monde: car comme ce Royaume est fort riche de soie, et d'un grand trafic, il ne se passe point d'année que de toutes les Provinces et île de laoa ( ?), Baie ( ?), Madoura ( ?), Angenio ( ?), Bornéo et Solor ( ?), il n'y navigue pour le moins dix mille Iuncos (jonques), sans y comprendre les autres petits vaisseaux, dont toutes les rivières et tous les ports sont toujours pleins. Le Roy de son naturel n'est nullement porté à la tyrannie. Les douanes de tous les Royaumes sont destinées charitablement pour l'entretien de certains Pagodes, où l’on a fort bon marché des droits qui s'y payent : Car comme il est défendu aux Religieux de faire trafic d'argent. Ils ne prennent des marchands que cela seulement qu'ils leur veulent donner d'aumône. Il y a dans le pays douze sectes de Gentils (Bouddhistes ?), comme au Royaume de Pegu, et le Roy par un souverain titre se fait appeler Prechau (Phrachao) Saleu ( ?) qui en notre langue signifie « saint membre de Dieu ». Il ne se fait voir au peuple que deux fois l'année tant seulement, mais c'est avec autant de richesse et de majesté, qu'il témoigne avoir de grandeur, et de puissance; et néanmoins avec tout ce que je dis, il ne laisse pas de se dire vassal, et se rendre tributaire au Roy de la Chine, afin que par ce moyen les Iuncos (jonques) de ses sujets puissent aborder au port de Combay ( ?), où ils font ordinairement leur commerce. Il y a encore en ce Royaume une grande quantité de poivre, de gingembre, de cannelle, de camphre, d'alun, de casse, de tamarin, de cardamome; de manière qu'on peut affirmer sans mentir, ce que j’ai souvent ouï dire en ces contrées, à savoir que ce Royaume est un des meilleurs pays qui soient au monde, et plus facile à prendre que toute autre Province pour petite qu'elle puisse être. Je pourrais rapporter ici bien plus de particularités des choses que j’ai vues dans la ville d’Odiaa seulement, que je n'en ai raconté de tout le Royaume: mais je ne suis pas d'avis d'en faire mention, pour ne causer à ceux-là qui liront ceci la même douleur que j’ai de la perte que nous en avons faite pour nos péchés et du gain que nous pouvions faire en conquérant ce Royaume.

 

 

 

La lecture de ce texte est significative des préoccupations de Mendez-Pinto. Nous y voyons un aventurier que la religion du pays n’intéresse pas sinon pour avoir décrit un rituel funéraire royal tout à fait inconnu de ses lecteurs européens et signaler que le commerce y est interdit au clergé. Elle démontre qu’il connaissait parfaitement le pays tout au moins en ce qui étaient ses préoccupations. Il est riche, facile à conquérir puisque la population en est pacifique et efféminée. Était-ce un appel au roi à partir à la conquète du Siam ? (7).

 

Cette description ne contredit en rien celles que ferons nos visiteurs français un siècle et demi plus tard avec un esprit plus scientifique même si leurs préoccupations étaient d’un tout autre ordre.

 

 

Il a été fait grief à Mendez-Pinto d’avoir prétendu être le premier européen à avoir mis les pieds au Japon ? Lorsqu’en tous cas il débarqua sur l’île de Kyushu, il put le penser même s’il avait été précédé par d’autres.

 

 

Il lui a également fait grief d’avoir prétendu faire découvrir l’arquebuserie au Japon ? Elle était certes alors connue depuis peu sur l’île principale, mais peut-être pas sur cette île et il a pu penser l’y avoir introduite ?

 

Arquebuses du XVI au Musée de l'artillerie de Lisbonne :

 

 

Ce sont là des querelles d’Allemands.

 

Il faut évidemment le lire avec prudence mais pour ce qui est du Siam, il est difficile de lui reprocher quoi que ce soit. Il n’est pas question de le discréditer mais tout au plus de tamiser.

 

Compte tenu de la diffusion européenne de son ouvrage, il est permis de penser qu’il fut connu de nos premiers visiteurs du siècle de Louis XIV.

 

 

 

Le Portugal enfin le considère comme l’un de ses héros.

 

Le lycée d’Almeda a été baptisé de son nom en 1965.

 

 

En 1976, l’Union astronomique Internationale a baptisé de son nom un cratère de la planète Mercure de 214 kilomètres de diamètre.

 

 

En 2011, pour le 500e anniversaire présumé de sa naissance, le Portugal a frappé une pièce de deux euros.

 

 

 

En 2014, il a été honoré par la philatélie pour le 400e anniversaire de la publication de ses mémoires.

 

 

Les navigations portugaises du XVIe siècle constituent l'une des pages les plus prodigieuses de l'histoire de l'expansion européenne. D’un petit pays, probablement un million d’habitants à cette époque, les Lusitaniens ont ouvert le monde oriental de façon définitive à l'homme occidental. Les relations établies par les Musulmans,

 

 

les voyages de Marco Polo,

 

 

ceux d'Odoric de Pornenone

 

 

et de tant d'autres avaient été sans lendemain et laissé aucuns liens permanents. Ceux que les Portugais tissèrent entre les deux extrémités du monde seront, eux, indestructibles. Affrontant des connaissances nouvelles difficiles à intégrer, il faut comprendre dans leurs récits les aspects mythiques et même les erreurs. L'immensité du monde par rapport à leur Portugal natal, les forces hostiles fleuves, montagnes, désert, naufrages, esclavage outre les maladies, ne les découragea cependant pas.

 

 

Mendez-Pinto fut en raison d’évidentes exagérations traité d’affabulateur et reçut le surnom de Fernão « Mentez-Minto » (Vous mentez ? Je mens), mais du moins du moins en ce qui concerne le Siam, une réhabilitation s’imposait.

 

NOTES

 

(1) « Les voyages advantureux de Fernand Mendez Pinto, fidellement traduits de portugais en françois par le sieur Bernard Figuier, gentilhomme portugais » à Paris 1645. Une version en trois volumes en français un peu modernisé a été publiée en 1830

 

(2) Nous donnons les titres de la version de 1645 :

Chapitre 181 : « Comme de ce port de Zunda ( ?) , je passay a Siam, d'où je m’en allay à la guerre de Chyarnmay (Chiangmai) en la compagnie des Portugais ».

Chapitre 182 : « Continuation de ce que fit le Roy de Siam jusques à ce qu'il soit de retour en son Royaume où la Reyne sa femme l’empoisonna ».

Chapitre 183 : « De la triste mort de ce Roy de Siam, & de quelques choses illustres et mémorables par luy faites durant sa vie ». 

Chapitre 184 : « Comme le corps de de Roy fut brûlé & les cendres portées à une Pagode, ensemble de quelques autres nouveautés qui arrivèrent en ce Royaume ».

Chapitre 185 : « De l'entreprise que fit le Roy de Brama sur le Royaume de Siam, et des choses qui se passèrent à son arrivée en la ville d’ Odiaa ».

Chapitre 186 : « Du premier assaut que le Roi de Brama donna à la ville d’Odiaa & quel en fut le succès ».

Chapitre 187 : « Du dernier assaut donné à la ville d'Odiaa & quel en fut le succès ».

Chapitre 188 : « Comment le Roy de Brama fut contraint de lever le siege de devant la uille d'Odiaa pour les nouuelles qui luy vinrent d'une mutinerie qui s’était faite au Royaume de Pegu & de ce qui arriva là-dessus ».

Chapitre 189 : « De la grande fertilité du Royaume de Siam & de plusieurs autres  particularitez touchant ce pais ».

(3) Voici un très bref résumé de ses pérégrinations qui occupent les 229 chapitres de ses souvenirs : Il naquit, la date est incertaine, vers 1509, dans une famille pauvre de Montemor-o-Velho, près de Coïmbre  au Portugal.

 

 

L’un de ses frères, Alvaro, était enregistré à Malacca en 1551. Un autre y serait mort martyr en 1557. Il décrit son enfance comme difficile. En 1521 (à 12 ans), il devint domestique dans une famille noble de Lisbonne. Il s’enfuit. Sur les quais, il fut embauché comme mousse sur un cargo en partance pour Setúbal. Le navire est capturé par des pirates français qui jettent les passagers sur le rivage à Alentejo. Il rejoint Setúbal et entre au service de Francisco de Faria, chevalier de Santiago. Il y resta quatre ans et rejoignit ensuite le service de Jorge de Lencastre, maître de l'ordre de Santiago et fils illégitime du roi Jean II du Portugal.

 

 

Il y resta plusieurs années mais pris par le goût de l’aventure et à vingt-huit ans il va rejoindre les Armadas pour l'Inde portugaise le 11 mars 1537 via le Mozambique. Le 5 septembre, il arriva à Diu, une île fortifiée au nord-ouest de Bombay et portugaise depuis 1535.


 

 

De là, il rejoint une mission de reconnaissance portugaise en mer Rouge via l’Éthiopie dont la mission était de délivrer un message aux soldats portugais protégeant une forteresse de montagne. Après avoir quitté Massawa « la perle de la mer rouge »,

 

 

la troupe rencontre trois galères turques de combat. Les Portugais sont été défaits et emmenés à Mocha pour être vendus comme esclaves. Pinto fut vendu à un musulman grec cruel. Celui-ci le vend à un marchand juif pour une trentaine de dattes. Il accompagne son nouveau maître sur la route des caravanes pour se rendre à Hormuz dans le golfe Persique. Là, Pinto a été libéré moyennant le paiement de trois cents ducats de la couronne portugaise provenant probablement des mercenaires portugais. Il fut alors nommé capitaine de la forteresse d'Hormuz et magistrat spécial du roi portugais pour les affaires indiennes.

 

I

l ne le reste que peu de temps. Il s’embarque sur un vaisseau portugais à destination de Goa mais en cours de route, le navire change de destination pour se retrouver à Karachi. Après un combat naval contre des ottomans, Pinto finit par atteindre Goa.

 

 

Nous allons le retrouver en 1539 à Malacca sous la direction de Pedro de Faria, le nouveau gouverneur qui l’envoie établir des contacts diplomatiques, en particulier avec de petits royaumes alliés des Portugais contre les musulmans du nord de Sumatra.

 

 

Il est ensuite envoyé à Patani, sur la côte est de la péninsule malaise en mission commerciale. En compagnie d’Antonio de Faria, un aventurier de son espèce, il poursuit des opérations commerciales en mer de Chine méridionale et dans le golfe du Tonkin. Sur la mer jaune il fait naufrage. Capturé par des Chinois pour avoir pillé la tombe d’un empereur, il est condamné à avoir les pouces coupés et à un an de travaux forcés sur la Grande Muraille.

 

Toutefois, avant de purger sa peine, il est fait prisonnier par des envahisseurs tatars. Il devient leur agent et voyage avec eux jusqu'en Cochinchine. En compagnie de deux compagnons portugais, ils font naufrage sur l'île japonaise de Tanegashima, au sud de Kyushu ce qui le conduira plus tard à prétendre à avoir le premier occidental à entrer au Japon. Il y est en tous cas en 1543 et prétend y avoir introduit l’arquebuse. Après un nouveau naufrage, nous le retrouvons en compagnie de Saint Francis Xavier.

 

 

En 1554 il rejoignit la Compagnie de Jésus et donna une partie importante de sa fortune commerciale. Il devint ensuite ambassadeur du Portugal auprès du daimyo de Bungo, sur l'île de Kyushu. Puis il quitte les jésuites en 1557. Il revient ensuite à Malacca et est envoyé à Martaban.

 

 

Il y arrive au milieu d'un siège, se réfugie dans un camp portugais de mercenaires qui avaient trahi le vice-roi. Lui-même trahi par un mercenaire il est capturé par les Birmans, réussit à s’enfuir et se retrouve à Goa. Faria l'envoie alors à Java pour aller acheter du poivre en Chine. A la suite d’un nouveau naufrage, il se trouve à nouveau esclave acheté par un marchand des Célèbes.

 

 

Après d’autres péripéties et avec de l'argent emprunté, il achète un passage pour le Siam où il a rencontré le roi en guerre. Les écrits de Pinto contribuent au compte rendu historique de la guerre. Après son séjour au Siam, il retourne au Japon et le 22 septembre 1558, rentre au Portugal 37 ans après l’avoir quitté. Sa renommée l’y avait précédé grâce à l'une de ses lettres publiée par la Compagnie de Jésus en 1555. Il s’évertue de 1562-1566 à réclamer une récompense ou une compensation pour ses années passées au service à la Couronne mais, de ses aventures, il a ramené une fortune considérable. Marié et père de famille, il achète une propriété en 1562 et y décède le 8 juillet 1583 à Almada, près de Lisbonne. Il avait commencé la rédaction de ses souvenirs de 1569 jusqu’en 1578, onze ans après son retour. Ils ne furent publiés qu’en 1614 en portugais archaïque et une première fois en français en 1645.

 

 

(4) « FERNAO. MENDEZ PINTO'S ACCOUNT OF EVENTS IN SIAM » in Journal de la Siam society, volume 20-I de 1926-27.

 

(5) « Mendez Pinto and Thai History » (update of a paper, first presented at the 107th meeting of the American Oriental Society, Miami, March 23-26, 1997) sur :

https://www.academia.edu/9999360/Mendez_Pinto_and_Thai_History_update_of_a_paper_first_presented_at_the_107th_meeting_of_the_American_Oriental_Society_Miami_March_23-26_1997_

 

(6) voir notre article RH 26 « La période de 1529 à 1548 du royaume d’Ayutthaya »

http://www.alainbernardenthailande.com/2018/02/rh-26.la-periode-de-1529-a-1548-du-royaume-d-ayutthaya.html

 

(7) Si tel était le cas, il tombait à un très mauvais moment. Lors de la publication du livre en 1614, le roi du Portugal était Philippe III d’Espagne et de Portugal, les deux monarchies avaient été réunies en 1580. Il était le fils du grand Philippe II d'Espagne qui aurait déclaré que Dieu ne lui avait pas donné un fils capable de régir ses vastes domaines. L'empire Portugais allait alors des Indes au Brésil. À la mort de Philippe II, le 13 septembre 1598  son fils fut effectivement incapable de régner, ne s’intéressant qu’à la chasse.

 

 

Il laissa l’intégralité du pouvoir entre les mains du Duc de Lerme son favori qui gouvernait à sa place et qui n’était qu’une avide et vénale crapule se contentant de vendre les titres et les privilèges sans se soucier le moins du monde de la gestion de l’immense empire de son maître. Ayant réussi à se faire nommer cardinal par le Pape Paul V la pourpre  lui évita la corde  auquel le destinait Philippe IV.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires