Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

31 décembre 2019 2 31 /12 /décembre /2019 22:09

 

Comme chaque année, depuis 2011 déjà, nous sommes heureux de suivre la bonne tradition et de vous souhaiter une bonne année 2020.

 

 

Une belle occasion pour nous de faire notre bilan de l'année 2019, de mesurer le chemin parcouru, avec 92 articles publiés avec deux bons articles de nos invités que nous remercions bien chaleureusement. L'un de Philippe de Lustrac et Sylvie Dancre, consacré au collège des arts dramatiques de Bangkok (A 290)

 

 

et l'autre  de Jean-Michel Strobino au « Laos, cartes sur table ». (A 336)

 

 

Une année marquée par le décès d'Arnaud Dubus le 29 avril 2019, auquel nous avons rendu un hommage ému par les circonstances de son décès et par la qualité de ses livres et articles sur l'Asie du Sud-Est et de la Thaïlande en particulier. (1)

 

 

92 articles publiés dont 3 dans notre catégorie « Insolite », 53 articles sur des sujets divers et variés (De A-290 à A-343), 26 articles dans notre catégorie « Histoire » (De H 27 à H 52) et 10 pour « Notre récit historique » (RH 41 à RH 50). En constatant que nous n'avons plus écrit dans « « Notre » dictionnaire des idées reçues sur la Thaïlande » et que nous avons créé en fin d'année une nouvelle catégorie : « Bouddhisme ».

 

 

53 articles donc sur des sujets divers et variés, écrits au fil de l'actualité parfois, de documents trouvés, de livres lus, de thèmes que nous voulions approfondir, de nouveaux sujets que nous voulions aborder, en nous appuyant sur des auteurs reconnus.

 

Ainsi, nous pouvons citer par exemple une réflexion sur le méga-barrage de Xayaburi de 1,285 mégawat, long de 820 mètres, situé sur le Mékong au nord du Laos  qui  a été mis en service le mardi 29 octobre 2019 (A 337)  ou une mise au point  sur les enjeux géopolitiques et économiques et les défis du 33e sommet  de l'Association des pays d'Asie du Sud-Est (ASEAN) qui s'est tenu à Bangkok, du 31 octobre au 4 novembre 2019.

 

 

Ou bien encore la lecture du livre de Marie-Sybille de Vienne « Thaïlande, une royauté bouddhique aux XXe et XXIe siècles » était l'occasion d'en savoir plus  sur l'évolution de « la royauté bouddhique » et du pouvoir royal depuis l'avènement de la dynastie Chakri en 1782, et surtout au « système royal » depuis 1949 et au long règne du roi Rama IX (9 juin 1946-13 octobre 2016). Ou  celle du livre d'Eugénie Mérieau « Les Thaïlandais, Lignes de vie d'un peuple » qui met en relief  les contradictions, les paradoxes et les contrastes du pays, en critiquant les idées reçues. De la même façon, nous avons pu profiter du savoir de l'ethnologue Georges Condominas, considéré comme le spécialiste incontesté de  l'Asie du Sud-Est, en lisant son « Essai sur l'évolution des systèmes politiques thaïs ». 

 

 


 

Mais au-delà du politique, de l'économique et de l'histoire, nous nous sommes intéressés à d'autres thématiques comme celles de la littérature, (Voir le premier roman de science-fiction exclusivement d’origine Isan, « ESANIA SECTOR 9–นครที่สาบสูย» (nakhonthisapsoui – La cité perdue) écrit par  Pinlom Phrommachan), ou des légendes comme celles par exemple des trois bouddhas de Kantarawichaila, ou de Phra That Panom, ou bien encore  le mystérieux royaume de Gotapura au cœur de l'Isan, sans oublier la mythologie thaïe comme notre évocation du Ramakian thai écrit à partir du Ramayana. Ou encore des articles sur Bouddha et le bouddhisme. Ainsi par exemple « Le bouddha historique » (en évoquant l'exposition à la vie du Bouddha et à la diffusion du bouddhisme en Asie du Musée Guimet), puis « Les 5 préceptes bouddhistes dans les provinces du Nord-Est et leur incidence sur la vie en société », les soixante-six représentations rituelles de Bouddha ; « Le rituel de l'onction sacrée à l'eau lustrale », à l'occasion  des  cérémonies de couronnement du roi Vajiralongkorn qui se sont déroulées du 4 au 6 mai 2019 ; « Les rites d'obtention de la pluie en Isan », et même « le chamanisme toujours présent dans le bouddhisme de l'Isan», etc.

 

 

 

 

 Nous n'allons pas ici évoquer nos 53 articles, mais on peut remarquer notre éclectisme qui est même allé jusqu'à vous présenter les desserts de Songkran et le « pla ra » (ปลาร้า), un condiment de l'Isan, ou bien encore à nous interroger sur la migration possible des peuples de la mer d'Asie du Sud-Est sur l'île de Madagascar.

 

 

Et puis cette année 2019, nous avons donc aussi écrit 36 articles sur l'Histoire de la Thaïlande. (26 articles dans notre catégorie « Histoire » (De H 27 à H 52) et 10 pour « Notre récit historique » (RH 41 à RH 50).

 

 « HISTOIRE »

 

 

L'objet de cette catégorie est-nous le rappelons- de prolonger notre réflexion de « Notre histoire chronologique de la Thaïlande » écrite en 243 articles, en fonction de nouvelles sources que nous trouvons au fil de nos lectures. Ainsi, quand G. Condominas nous dit que « la contribution d’A. Forest [Dans son livre « Les missionnaires français au Tonkin et au Siam. XVIIe- XVIIIe siècles »] à la compréhension des systèmes de pouvoir et de gouvernement, dans leur fonctionnement concret et dans leurs dysfonctionnements, s’avère-t-elle, désormais essentielle », nous n'hésitons pas à proposer deux articles sur ce qu'il titre comme les « Aspects de l'histoire du Siam aux XVIIe-XVIIIe siècles ».

 

 

Ou bien encore, quand nous découvrons quelques sources fiables et quelques témoignages sur la guérilla communiste qui s'est déroulée dans le Nord-Est de la Thaïlande (Isan) du 7 août 1965 au 23 avril 1980, nous partageons ce que nous avons appris. Ou bien encore, quand le professeur B.J. Terwiel, l'un des plus grands historiens de l'histoire thaïlandaise, découvre  dans les archives du siège à Paris des Missions étrangères, des lettres de missionnaires qui le conduisent à reconsidérer sa vision  du siège d’Ayutthaya par les Birmans sous le règne du roi Ekkathat, en publiant un article sur  « Qui a détruit Ayutthaya, les Birmans ou les Thaïs ?  », Vous comprenez que là encore nous voulons partager ce qui complète notre propre récit. Comme nous vous présentons  un autre de ses articles paru dans le Journal de la Siam society  qui revient sur l'un des épisodes les plus célèbres de l'histoire thaïe (Le fameux duel à dos d’éléphants qui a  eu lieu  en 1592 (ou 1593) entre le roi  Naresuan et le prince héritier birman) en faisant  l'inventaire des multiples versions qui peuvent contester la version officielle.

 

 

On pourrait multiplier les exemples. Quand nous tombons sur l'article « The Hikayat Patani: The Kingdom of Patani in the Malay and Thai Political World »  de  Nathan Porath, un universitaire et anthropologiste malais,  qui contredit la vision historique avancée par des irrédentistes du sud pour justifier leur lutte pour l'indépendance, nous prenons plaisir à donner nos sources dans un article car nous estimons qu'elles aident à mieux  comprendre le présent de la province thaïlandaise de Pattani. Il en va de même pour l’histoire de Nakon Si Thammarat - Nagara Sri Dhammaraja en sanscrit (La cité du roi vertueux). Etc...

 

 

Chacun de ces 26 articles procède de la même démarche. Il s'agit de s'appuyer sur des sources d'historiens et/ou de chercheurs reconnus, ayant puisé eux-mêmes dans les récits des  diplomates, aventuriers, mercenaires, commerçants, missionnaires ou marins, ou les annales anciennes  qui arrivent jusqu'à nous au fil du hasard, des rencontres, des recherches, et que nous avons décidé de vulgariser, avec l'espoir de les avoir bien lues.  Mais comme nous donnons nos sources, il vous appartient de vérifier, si vous avez des doutes ou si vous voulez poursuivre votre lecture.

 

 

« Notre Récit historique » (RH 41 à RH 50).

 

Ce que nous avons appelé « Notre Récit historique »  ne suit pas la même démarche, car elle propose une autre version de « Notre Histoire chronologique » en se servant de la 1ère, la copiant en partie, ajoutant, supprimant, condensant, synthétisant, prenant d'autres itinéraires ou racontant d'autres intrigues parfois.

 

En 2018, nous en étions restés  au roi d'Ayutthaya Naresuan (1590-1605), de 1598 à la fin de sa vie, et en 2019, nous avons évoqué dans 10 articles les règnes de 12 rois, relatant une période historique qui va de 1605 à 1709 (A titre de comparaison, nous avions écrit 37 articles dans « Notre Histoire  chronologique» pour cette même période), à savoir,  les règnes des rois:

 

Ekathotsarot (1605-1610) ; Si Saowaphak  (1610-1611?) ; Song Tham  (Ou Intharacha III (1610 ou 1611-1628) ; Chettathirat II (Ou Otsa) (1628-1629) ; Phra Athittayawong (1629) ; Prasat Thong (Ou Sanphet V) (1629-1656) ;  Chai (Ou Chao Fa Chai ou Sanphet VI) (1656) ; Si Sutham Racha (Ou Sanphet VII) (8 août-26 octobre 1656)  (Ou sept 56-);  Narai (1656-1688) ; Phetracha (1688-1703) ; Sorasak, le roi tigre. (1703-1709).

 

 

Nous n'allons pas évidemment -ici- reprendre cette histoire, marqué par de nombreux événements, avec toujours le topic des Chroniques, comme par exemple, les successions sanglantes (Le fils d'Ekathotsarot, le roi Si Saowaphak,  déposé et exécuté ; Chetthathirat II, exécuté, Phra Athittayawong, roi enfant, déposé et exécuté ; Chao Fa Chai,  règne quelques mois, exécuté ; Sanphet VII , régne moins de 3 mois, usurpateur, déposé et exécuté, le  roi Narai (1656-1688) prend le pouvoir après 2 régicides, Phetracha (1688-1703), coup d'État, tue les deux frères du roi)  et les inévitables  cérémonies  de crémation royale dû au roi précédent (Qu'on a parfois fait assassinersuivies  par la  cérémonie de couronnement du nouveau roi, les processus de légitimation, et puis au fil des pages, les actes bouddhistes qu'il accomplit (Construction de temples, de statues de Bouddha, pèlerinages), les visites royales, les réceptions d'allégeance, etc. Et puis les sempiternelles  révoltes et guerres, racontées dans un style particulier.

 

On peut relever les 4 articles consacrés au règne du roi Naraï (Une trentaine dans « Notre Histoire chronologique » tant les sources sont nombreuses). D'ailleurs  les « Chroniques royales d'Ayutthaya » avaient réservé 82 pages au règne du roi Naraï, alors qu'elles avaient traité les huit monarques du début du XVIIe siècle (1605-1656), en une trentaine de pages seulement.

 

 

Nous avons cette fois-ci surtout rappelé l'importance du sacré, essentiel pour comprendre la vision du monde du roi et de ses sujets, qui s'inscrit dans  le cadre mystico-religieux du bouddhisme theravada, et dans un système qui  intègre  des croyances et des cultes hindouistes (brahmanique, védistes) et animistes, avec le culte des esprits notamment. Un monde « sacré » qui légitime le pouvoir royal, mais donne sens à la vie de chacun, organise son temps et son espace. D'ailleurs, disions-nous, les Chroniques royales nous plongent dans un récit fabuleux, fantastique, magique, surnaturel, sans aucun rapport avec la moindre réalité. Si elles évoquent l’ambassade siamoise, menée par Kosapan en 1686 à la Cour de Louis XIV, elle ne la voit que sous son aspect sacré et magique.

 

 

 

Ainsi pour le roi Naraï, elles  passeront sous silence des événements essentiels, comme  les deux ambassades françaises de 1685 et 1687 envoyées au Siam par Louis XIV,  la présence et le rôle des soldats français, du général Desfarges,  la révolte des Macassars en 1686, la présentation et l’action des factions en lutte pour la succession royale, les actions menées par Constance Phaulkon et Phetracha pour accéder au pouvoir. Nous avons alors signalé d'autres sources comme celle du roman  de Morgan Sportès « Pour la plus grande gloire de Dieu »  qui nous plonge au milieu  des  intrigues, des différents points de vue des protagonistes , comme de La Loubère, de Céberet, le général Desfarges, le jésuite Tachard, le grec Phaulkon Constance, du roi du Siam Naraï, de son général Petracha, des pères missionnaires et des jésuites, des puissances étrangères. Ou comme celle d'A. Forest nous donnant quelques repères pour  « La révolution de Siam de 1688) ». Puis nous avons poursuivi l'histoire avec l'avènement de Phetracha (1688-1703) créant une nouvelle dynastie, la dynastie Ban Phlu Luang, la cinquième et dernière du royaume d'Ayutthaya. Nous avons relu les 58 pages des « Chroniques royales d’Ayutthaya » traduites par Cushman, et encore profiter du travail de recherche d'A.  Forest basé sur la lecture des courriers des missionnaires français, qui nous révèle des mœurs bien dissolues (C'est un euphémisme), pour terminer sur Sorasak, le roi tigre. (1703-1709). Un roi bien singulier que les Chroniques décrivent comme un : « esprit vulgaire et incivil, égoïste et tyrannique, sauvage et cruel, il n’avait jamais le moindre geste charitable contrairement à la tradition royale. Il était coutumier de l’abus d’alcool ».

 

 

 

 

Évidemment, notre récit est plus complexe, et s'appuie sur des sources diverses, relève des contradictions, présente des points de vue et des intrigues différents, que nous ne pouvons pas évoquer dans le cadre d'un bilan annuel de 92 articles.

 

 

Ainsi, comme l'année dernière,  nous allons poursuivre notre quête de la Thaïlande en 2020, depuis nos deux petits villages de l'Isan dans lesquels nous vivons,  tout étonnés d'en avoir encore le désir après 9 années d'écriture à quatre mains et 877 articles (!), profitant de nos spécificités et de nos curiosités diverses, historiques, culturelles, sociétales, politiques, religieuses, etc.

 

 

                  

VIVE 2020 ET VIVE LA VIE  EN VOTRE COMPAGNIE.

 

 

(1) http://www.alainbernardenthailande.com/2019/04/hommage-a-arnaud-dubus-decede-le-29-avril-2019.html

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

de barbeyrac 02/01/2020 09:06

Belle continuation de votre travail d'écriture, de recherche et bons baisers alsaciens à vous deux!

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 03/01/2020 12:28

Merci, bises de l'un et amitiés de l'autre

BOSCAGLI 01/01/2020 22:52

BONNE ANNEE POUR VOUS DEUX
et grand merci pour cet énorme travail que vous produisez tout au long de l'année.
Toujours passionnants, vos articles m'apportent un éclairage sur des zones qui seraient restées obscures, voire inconnues.

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 02/01/2020 02:34

Merci.

Nous espérons de nouveau vous "passionner" en 2020.

Bernard Gevers 01/01/2020 17:31

Avez-vous bien eu mon message précédent ?

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 01/01/2020 22:39

Bien reçu. Nous contacter un peu à l'avance via la messagerie du blog

Bernard Gevers 01/01/2020 17:30

Merci pour vos récits passionnants !!
Je serai à Udon vers le 18-20 février. Possibilité de se voir ?
(je viens quasi chaque année en Thaïlande depuis 1982 ! plus spécialement à Korat, chez mon ami thai.)

Bernard Gevers
Bruxelles
Belgique