Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

24 juin 2020 3 24 /06 /juin /2020 22:09

 

Nous avons consacré deux articles à l’échec de l’évangélisation du Siam par les missionnaires catholiques dès avant l’arrivée des ambassades françaises de Louis XIV  (1).

 

Cette histoire fait l’objet d’une analyse synthétique assez sereine sur le site des Missions étrangères de Paris (2).

 

 

Le personnage de Robert Challe que nous qualifions faute de mieux d’ «esprit libre» reste largement méconnu. Son voyage aux Indes Orientales entre février 1690 et août 1691 a été publié sans nom d’auteur et post mortem en 1721 en trois volumes sous le titre «Journal d’un voyage fait aux Indes Orientales par une escadre de six vaisseaux commandés par Monsieur Du Quesne depuis le 24 février 1690 jusqu’au 20 août 1691 par ordre de la Compagnie des Indes Orientales – ouvrage rempli de remarques curieuses sur quantité de sujets et particulièrement sur la navigation et sur la politique de divers peuples et de différentes sociétés».

 

 

L’ouvrage est resté dans l’ombre jusqu’à une réédition en 1998 complétée de manuscrits inédits (3). Il vécut d’ailleurs toute sa carrière d'écrivain polymorphe dans telle une discrétion que la totalité de son œuvre, que l'on reconstitue aujourd'hui, resta anonyme ou manuscrite.

 

 

Nous le savons de modestes origines. Né le 16 août 1659 à Paris dans une famille bourgeoise catholique – une de ses sœurs est religieuse à Compiègne -  il fit de solides études au Collège de La Marche à Paris

 

 

...et devint avocat mais il était d’humeur aventureuse et dut quitter la France probablement à la suite d’un duel. Ami et condisciple de Seignelay, ministre de la marine,

 

 

il put entrer dans la marine royale en qualité de subrécargue (chargé de la tenue des livres de bord et de la comptabilité) ce qui lui permit de parcourir le monde. Il devint ensuite écrivain plus ou moins sulfureux. Incarcéré au Chatelet,

 

 

il mourut pauvrement et exilé à Chartres le 25 janvier 1721 (4).

 

 

Une analyse du personnage appuyée sur une analyse serrée de ses autres écrits  en fait «Le père du déisme français» mais au vu essentiellement d’un texte intitulé «Difficultés sur la religion proposées au P. Malebranche». Il lui est attribué mais sans absolue certitude (5).

 

 

 

Le récit de ce long voyage en mer qui ne put atteindre Mergui et le Siam comme il était prévu en raison de vents contraires présente un grand intérêt: contenant tout à la fois des détails sur ce qui regarde son escadre en général et son vaisseau «L’'écueil» en particulier.  Il s’attarde sur bien d’autres sujets, comme la théologie, la philosophie, l'histoire et aussi des gauloiseries médisantes qu’il n’aurait peut-être pas été utile de publier? Si son ouvrage est resté longtemps méconnu des historiens, il ne l’était pas des marins puisque considéré, en dehors de ses considérations philosophiques, comme un document irremplaçable sur les conditions de vie sur les vaisseaux de cette époque, au vu d’images saisies en instantané (6). Son ouvrage n’est par ailleurs pas exempt de galanteries ou de chroniques malveillantes (7).

 

 

Citons, bien que ce ne soit pas notre propos de ce jour, l’anecdote des rats qui a été curieusement  immortalisée par La Fontaine (8).

A 373- L’ÉCHEC DES MISSIONNAIRES AU SIAM : LA VISION DE ROBERT CHALLE, ESPRIT LIBRE ET LOINTAIN  PRÉCURSEUR DE LA THÉOLOGIE DE LA LIBÉRATION (1669-1721).

Les événements de 1688

 

Arrivé à Pondichery après avoir quitté Lorient le 24 février 1690, l’escadre s’est inquiétée des événements de Siam. Challe les détaille très longuement à la fin du tome III de son journal. Contentons-nous d’une brève citation extraite du tome II, qui  ne nous apprend d'ailleurs rien que nous ne connaissions déjà.

 

C'est d'eux tous (des voyageurs revenus du Siam, probablement des missionnaires portugais) que nous avons appris, que ce que le Sieur Cordier nous a dit de Siam et que j'ai rapporté ci-devant, est faux; que ce bruit avait couru , mais que la vérité est que l'usurpateur Pitrachard est Roi absolu;

 

 

...que le Roi de Siam , notre allié, est  mort d'un genre de mort inconnu; que Mr. Constance est mort dans les tourments huit jours après, et qu'on ne sait ce que sa femme et ses enfants et la  princesse de Siam (la fille de Narai), sont devenus; que les catholiques y sont toujours persécutés,  particulièrement les missionnaires, qui sont toujours aux fers, et qui sont exposés à des supplices, que Busiris,

 

 

... ni Phalaris, son Ingénieur d'exécrable mémoire n'auraient jamais inventé (9) sur  tout, un nommé Mr. Poquet, qui est forcé, toutes les nuits, de lécher plus de vingt fois, avec sa langue,  les parties d'un infâme bourreau, que la bienséance défend de nommer.

 

Cette forme singulière de supplice n’a pas été signalée par d’autres mémorialistes pour des raisons de décence que l’on devine, mais Challe ne mâche pas ses mots !

 

 

Les autres, au nombre de quatorze, ne sont pas plus favorablement traité. Mr. de Lestrille, qui commande l'Oriflamme, en a  porté la relation en France.

 

 

Elle y sera vue avant ce Journal-ci : ainsi, je n'en ferai pas un plus ample détail ; mais, je  me réserve d’en faire une autre, certain que celle-là ne sera pas sincère, y ayant trop de gens intéressés qui y mettront la main ; qui déguiseront les faits. Les Anglois n'ont pas mieux été traité à Siam, que les François, et ont été comme  ceux-ci obligez de tout quitter. Les seuls Jésuites ont été à couvert  de la persécution ; et leur fine politique y a si bien réussi, que bien loin d'avoir été vexés en quoi que ce soit, on leur a donné de l'argent pour s'en aller. On  s'attend ici, que suivant leur coutume de donner des soufflets à la vérité, ils donneront en Europe une histoire de  la révolution de Siam, où ils chanteront les lamentations de Jérémie et canoniseront de leur autorité les pères de leur société qui y étaient, et les inscriront dans leur martyrologue.

 

 

Croyez-moi, ne leur offrez point de bougies : la cire et le coton en seraient perdus. On dit ici assez plaisamment sur cette différence de traitement que ce nouveau roi de Siam ne connait guère les gens, de prétendre congédier les missionnaires par les tourments, et les Jésuites par de l'argent ; que c'est plutôt les vouloir attirer, puisque chacun trouvera ce qu'il cherche. Encore dit-on, qu'il pourrait réussir à l'égard des jésuites  si l'argent de Siam portait la croix et  la faisait sentir, ou qu'il brulât les mains de ceux qui le touchent : mais, il ne représente que des diables sans chaleur ; et c'est justement ce que les jésuites recherchent et dont ils veulent défaire les Idolâtres. On en fait une infinité de contes de pareille nature, meilleurs dans la conversation que sur le papier. Quoi qu'il en soit, le R. P.Tachard ne veut point demander à Pitrachard la confirmation du caractère d'ambassadeur, dont le feu  roi de Siam l'avait revêtu, et son Voyage de Siam est fait, et sa légation imparfaite, si les choses ne changent de face…. »

 

 

Nous sommes quelque peu à contre-courant de la version officielle colportée notamment par le père Tachard.

 

 

Nous ne pouvons mieux faire, que de transcrire ici, l'avertissement donné par l’éditeur en tête du premier volume:

 

 

L’évangélisation

 

«On a aussi reçu des nouvelles de Siam  par la voix des Portugais, qui disent que Pitrachard, à présent Roi, est devenu plus traitable envers les Ecclésiastiques. C'est tout ce que j'en ai appris. En tout cas, il faut que Mr. Charmot (un missionnaire) en ait appris des nouvelles bien certaines puisqu'il reste à Pondichery, en attendant l'occasion de passer dans ce Royaume; car, il n'est assurément pas homme à s'exposer au martyr par un zèle indiscret.  Mais, pourquoi cacher ces nouvelles, qui nous auraient tous réjouis. Les gens d'Eglise sont toujours mystérieux. Le Père Tachard, très digne Jésuite, reste aussi. Quel est leur dessein à tous ? Peut-être de se barrer et de se faire de la peine les uns aux autres. Quoi qu'il en soit, ils restent et je ne vois âme qui vive, qui les regrette» (...)

 

 

« Messieurs Charmot et Guisain sont sortis de « L'écueil » sans cérémonie mais, il n'en a pas été ainsi du très Révérend Père Tachard : en partant du gaillard, pour rester à Terre, son Excellence a été saluée de cinq coups de canon. Je veux pieusement croire que son humilité ne s'attendait point à cet honneur : que même, il aurait empêché qu'on le lui rende, s’il avait prévu qu'on le lui rendrait ; car, dès son baptême il a renoncé aux Pompes du Monde. Hélas ! Sa modestie a été trompée  !...».

 

Challe plaisante à diverses reprises sur l’ego incontestablement démesuré du Père Tachard:

 

 

«J'y ai encore appris, que Mr. Godeau dit vrai dans son troisième tome de l’Histoire de l'Eglise, quand il dit au sujet de la dispute de Saint Cyprien ...

 

 

...et du Pape Saint Etienne,

 

...que les Saints qui sont encore sur terre sont Hommes, et que le zèle fait  souvent faillir les plus sages.  Par occasion, ou parenthèse, Saint Etienne était Pape. Il voulait que les hérétiques fussent rebaptisés.  Saint Cyprien soutenait le contraire; et un Concile décida en faveur du sentiment de Saint Cyprien.

 

 

Donc les Saints sur terre sont encore  Hommes, et peuvent se tromper. Le Pape est homme: par conséquent, il peut se tromper; ergo, le Pape n'est nullement infaillible (10). J'avoue, que j'agis ici avec passion ; mais aussi j'ai pour moi, qu'on ne peut pas me prouver, ni à moi, ni à qui que ce soit qui ait l'ombre du sens commun, cette ridicule infaillibilité. J'ai assez lu l'histoire de l’Eglise, pour savoir de certitude, que l'Eglise a donné seize démentis au Pape et j'en conclus avec raison, je crois, que l'Eglise n'a jamais  cru le Pape infaillible. J’ajoute même, qu'elle ne croit point encore qu'il le soit et qu'il n'y a qu'une poignée de canailles, qu'on appelle les docteurs ultramontains, qui soient assez effrontés pour donner en public des sentiments qu'ils démentent dans eux-mêmes. Ce sont des Moines: c'est tout dire. Dans ce nom de Moines, je ne mets pas la Société de Jésus ; car à son égard, tantôt le Pape est infaillible, et tantôt c'est un vieux pécheur: c'est leur intérêt qui règle ses qualités et ses attributs, et point du tout sa dignité (11).

 

 

J'en reviens à mon thème de la brouillerie des plus Saints les uns contre les autres. L'Amour de Dieu et  leur zèle pour la Foi, à ce qu'ils disent, font brouiller ensemble Messieurs des Missions étrangères et les Jésuites.

 

 

Les Conquêtes que les uns font sur l'ennemi du genre humain, en convertissant des idolâtres, déplaisant aux autres, chacun voudrait se réserver tout  pour soi, et être le seul métayer dans une ample Moisson : plus délicats en cela que Saint Paul, dont ils devraient en toutes qui le Sauveur fût annoncé, pourvu qu'il le fût: «Quid enim, dum omni modo sive per occasionem sive per veritatem, Christus annuncietur, et in hoc gaudeo, sed gaudebo» (12). Ces motifs d'occasion ou de vérité  ouvrent aux missionnaires et aux Jésuites  les prétextes du monde les plus spécieux, pour se déchirer les uns les autres avec charité ; et le tout, dans un esprit de fraternité, et de christianisme. Ils sont sur ce sujet dans une mésintelligence perpétuelle.

 

 

 

Les Jésuites ont fait chasser les missionnaires de la Chine : ceux-ci ont fait chasser les autres du Tonquin ; et les Jésuites, qui ne sont à  Siam que depuis les missionnaires, ont si bien fait, et leur politique y a si bien prévalu, que bien loin  d'être persécutés leur maison a été un lieu d'asile et de refuge et qu'on leur a donné de l’argent dans le temps même qu'on persécutait les autres. Cette cruelle distinction n'est nullement du goût des missionnaires; ils sont trop politiques, et trop concertés, pour dire naturellement ce qu'ils en pensent; mais, on le connait assez, pour peu qu'on sache lire dans les yeux, et l'altération du visage, les secrets du cœur. »

 

 

« Ce n'est pas depuis peu que cette brouillerie subsiste; et voici ce que Mr. le chevalier de Chaumont, Ambassadeur à Siam, en dit dans sa relation (page 72) dans une audience, que le Roi de Siam me donna, je lui dis, que j’avais amené avec moi six pères jésuites, qui s'en allaient à la Chine faire des observations de mathématique; qu'ils avaient été choisis par le Roi mon maître, comme les plus capables en cette Science. Il me dit qu'il les verrait et qu'il était bien aise qu'ils se fussent accommodés avec M. l'Evêque de Metellopolis. Il m'a parlé plus d'une fois sur cette matière» (Il s’agit de Monseigneur Louis Lanneau des Mission des étrangères.)

 

 

«Un accommodement suppose nécessairement une brouillerie précédente, et il est fâcheux qu'un Roi Idolâtre, qu'on veut éclairer des lumières d'un Evangile qui n'est que douceur, et qui ordonne non seulement de pardonner à ses Ennemis ; mais encore  d'aller les rechercher, quand même on n'aurait  rien contre eux sur le cœur soit   informé des mésintelligences et des disputes qui sont entre les prédicateurs de ce même Evangile».

 

 

«Il est même à craindre, qu'il ne soit mal édifié, et n'augure mal du reste de ce même Evangile , en en voyant les ministres exécuter et observer si mal entre eux ce qu'ils ordonnent et enseignent aux autres. Il serait à souhaiter, pour lever tout sujet de dispute entre eux, et tout sujet de scandale aux idolâtres, qu'ils eussent chacun leur département, et qu'ils n'aillent plus sur les brisées les uns des autres ; car, certainement leurs brouilleries font un très mauvais effet, non feulement  auprès des gentils mais scandalisent aussi les chrétiens, et font lâcher à tous, sans en excepter les plus dévots catholiques, des railleries piquantes, qui donnent lieu de croire , que l'intérêt temporel a tout au moins autant de part à leurs travaux, que le zèle de la Foi ».

 

 

 

«En effet, il est certain que le salut de l'âme d'un simple particulier est aussi précieux devant Dieu que celui d'un gros Seigneur : tous deux font égaux devant lui ; c'est une vérité, dont qui que ce soit ne doute.

 

Cela étant, d'où vient qu'ils portent les uns et les autres  leur zèle, dans le Japon, la Chine, le Tonquin, le Pégu, et d'autres pays  où, l'argent, et les autres richesses mondaines abondent.  Pourquoi laissent-ils sans instruction toutes ces nations incultes et idolâtres qui sont sur leur chemin ? Pourquoi ne s'attachent-ils pas à Moâli, peuples qui paraissent dociles, et parmi lesquels l'Evangile ferait très grand progrès, s'il y était cultivé ? Pourquoi les brusquent-ils, au lieu de les instruire ? Revoyez les pages 63 du Tome II (13).

 

 

Pourquoi passent-ils Pondichery, où l'Idolâtrie regne si fort,  où il leur serait si facile de la détruire  puisqu'ils en connaissent parfaitement l'état, qu'ils savent si bien, pour la plupart, l'Idiome des idolâtres, qu'il ne leur faudrait aucun Truchement, et où, par conséquent, leurs convictions seraient sans retour ? Tous tes aveugles font-ils indignes de leurs soins.  Ils ne pourraient il est vrai, les combler ni de richesses ni de dignités ; mais aussi, le zèle de ces nouveaux apôtres ne serait plus soupçonné d'avoir une autre vue que Jésus Christ et icelui crucifié: ce saint zèle écarterait dans toute sa pureté, et ils auraient en même temps pour témoins de leurs travaux évangéliques, et pour admirateurs, leurs compatriotes, desquels ils pourraient tirer tous les secours nécessaires à un si saint œuvre.

 

 

Malgré le tort que les Anglais m’ont fait, je leur rends avec plaisir la justice qui leur est due. Pendant que j'ai été  leur prisonnier dans la Nouvelle Angleterre, j'ai trouvé des Sauvages fort bien instruits des vérités catholiques. Ils ont des Ministres, qui ne s'occupent qu'à leur Instruction. Ce n'est certainement point en vue d'aucun gain, car, ces sauvages  ne possédant quoi que ce soit au monde. Ces ministres s'y appliquent pourtant et réussissent infiniment mieux que ne font les missionnaires, les pères de l'Oratoire, les jésuites, les récollets et les autres, dans le Canada, qui est contigu. D'où vient cela ?  (14).

 

 

Oserais-je le dire? Oui. C'est que leur zèle est pur, ou que du moins il est dénué de l'esprit de primatie et de cornmandement, et sur tout d'avarice et de luxure. Que les Jésuites le prennent comme ils voudront : c'est un fait certain, que j’avance et qui fera prouvé par la même Histoire que j'ai déjà promise et que je rapporterai dans la conférence avec M. Martin: elle en fait partie, et on la trouvera ci-dessous. Je reviens à ces ministres, qui instruisent les Sauvages. Ils ne leur donnent, il est vrai, qu'une Instruction hérétique ; mais, ils ne peuvent leur donner pour des vérités de foi ce qu'ils ne croient pas eux-mêmes.

 

Ils leur donnent ce qu'ils ont : ils ne peuvent pas plus ; et leur intention n'en est pas moins remplie de charité. Jésus Christ ne dédaigna pas d'instruire la Samaritaine, qui, suivant toutes les apparences était aussi gueuse que pécheresse, puis qu'elle était réduite à venir elle-même tirer de l'eau à un puits.

 

 

C’est que le Sauveur était, venu pour tout le monde sans acception de qualité et que les apôtres d'aujourd'hui ne sont venus, ou du moins semblent n'être venus que pour les riches, et négligent de suivre son exemple, quoi qu'il le leur ait expressément  commandé. Que ne  dirais-je point sur ce sujet, si j'y abandonnais ma plume ?  Les missionnaires donnent rarement des relations des progrès de leurs missions. On y voit du moins briller la vérité ; ils ne s'étudient point à surprendre la bonne foi, ni la religion du public. Je leur rends la justice qui leur est due, en affirmant que je n'y ai jamais rien lu qui ne soit conforme à la vérité. Leur style est simple et naturel, et  semble avoir tout à fait renoncé aux embellissements de la rhétorique.

 

 

Les considérations de Challe sur l’échec de la mission évangélique sont évidemment partielles puisqu’il n’a pas pu atteindre le Siam alors qu’il nous aurait probablement dotés de judicieuses considérations en particulier sur le bouddhisme.

 

Il faut évidemment faire abstraction de son hostilité viscérale à l’égard des Jésuites sans toutefois perdre de vue qu’elle est, -à cette époque où tout l’épiscopat français est gallican-, généralisée.

 

 

Elle tient beaucoup à l‘allégeance des Jésuites au Pape dans le cadre du quatrième vœu qu’ils prononcent en sus des vœux classiques (pauvreté - chasteté- et obéissance) celui d’obéissance au Pape dans le cadre des missions que celui-ci leur confie ad majorem dei gloriam.

 

 

Leur situation fut toujours précaire, expulsés de France en 1594, revenus en 1903 puis encore expulsés par Louis XV en 1763 à la suite d’un scandale financier qui n’est pas étranger à leur réputation de cupidité. Elle fut naturellement attisée par l’influence certainement néfaste que ceux-ci exercèrent sur Louis XIV vieillissant et Madame de Maintenon.

 

 

Les querelles entre les ordres missionnaires

 

Remarquée par Naraï lui-même et soulignée par Challe, la question est abordée de façon moins brutale mais tout aussi limpide sur le site des Missions étrangères : «  Dans ces conditions, le progrès des missions devenait incertain, et les autochtones, devant le mauvais exemple de certains Européens, étaient amenés à détester la religion que ceux-ci professaient » (2).

 

 

Les missions ne prêchent qu’aux riches

 

Le site des Missions étrangères nous dit toujours avec la même prudence : « Il faut remarquer que certaines congrégations religieuses font de louables efforts pour se mettre davantage au service de la population laborieuse du pays. Les rares prêtres au service de l’évangélisation directe savent bien qu’il y a des non-chrétiens en recherche de la lumière du Christ. Heureusement, quelques laïcs commencent à prendre conscience de leur devoir de baptisés ».

 

Par-delà sa critique de l’Eglise temporelle, Challe met l’accent sur une question fondamentale, avant d’évangéliser les puissants, faut-il commencer par les misérables, une route inverse de celle suivie par les missionnaires au Sia ?  Il cite la Samaritaine qui était une gueuse, ne parle pas de Marie-Madeleine qui était une prostituée ...

 

 

...ni des premiers disciples du Christ qui ne furent pas les docteurs du Temple mais de misérables pécheurs.

 

 

Les premières communautés chrétiennes suivirent l’exemple de Saint Paul «Il n’y a ni juifs ni gentils, il n’y a ni esclave  ni homme libre, il n’y a plus d’hommes et de femmes car tous vous ne faites qu’un dans Jésus-Christ» (15). 

 

 

Ce lien de l’Eglise des premiers siècles avec les couches les plus misérables de la population a été d’ailleurs dénoncé dès le IIe siècle par le riche et élitiste philosophe romain Celse, le premier à se livrer à une attaque en règle contre les premiers chrétiens auxquels il reprochait de n’être que d’incultes représentants des plus viles classes de la société (cardeurs, foulons et cordonniers) auxquels se joignaient les femmes et les enfants (16).

 

 

De l’œuvre rédemptrice à la libération de l’humanité des inégalités qui l’oppriment, il n’y a qu’un pas. La théologie de la libération est née d’un principe fondamental, celle de la place des pauvres dans l’Eglise (17).

 

 

Il est évidemment un pas que Challe ne franchit pas, celui de faire des pauvres les acteurs de leur propre libération.

 

La vision de l’Eglise contemporaine se retrouve dans les vœux adressés le 28 mai 2018 par le Pape François au dominicain Gustavo Gutiérrez, considéré comme le père de la théologie de la libération dans l’Église catholique, à l’occasion de son 90e anniversaire (18).

 

 

 

NOTES

 

(1) Voir nos articles

 88. « L'échec des missionnaires français au Siam (XVII Et XVIIIe siècles) »

http://www.alainbernardenthailande.com/article-87-l-echec-des-missionnaires-fran-ais-au-siam-xvii-et-xviii-emes-siecles-118521756.html

A 334 - « L’ÉVANGELISATION DU SIAM – HISTOIRE D’UN ÉCHEC »

http://www.alainbernardenthailande.com/2019/10/a-334-l-evangelisation-du-siam-histoire-d-un-echec.html

 

(2)  https://missionsetrangeres.com/eglises-asie/1999-02-16-proclamer-levangile-dans-une-nation-bouddhiste-la/

 

(3) « Journal du Voyage des Indes Orientales à Monsieur Pierre Raymond avec la Relation de ce qui est arrivé dans le  Royaume de Siam par le Lieutenant de La Touche ».

 

 

(4) Nous en avons une brève biographie dans le « Mercure de France » du 15 février 1932.

Un site Internet un  peu squelettique lui est consacré :

https://robertchalle.hypotheses.org/vie-de-robert-challe

Se faisant appeler « de » Challe ou « de » Chasles, fils d’un modeste bourgeois parisien, il publie plusieurs ouvrages d‘anecdotes galantes sinon graveleuses. Son « Les illustres françaises- histoire véritables », peut-être un roman à clefs, publié sous le manteau en 1712 en trois volumes connut un vif succès.

 

 

Il continue sa carrière littéraire l’année suivante par un pastiche « Continuation de l'histoire de l'admirable Don Quichotte de la Manche ».

 

 

Il est l’auteur présumé de « Difficultés sur la religion proposées au P. Malebranche » dont une version de 1768 a été publiée sous le titre « Le Militaire philosophe, ou Difficultés sur la religion, proposées au révérend père Malebranche, prêtre de l'Oratoire ; par un ancien officier »,

 

 

(5) « Revue d’histoire littéraire de la France », numéro de novembre-décembre 1979  « Robert Challe- le père du déisme français ». Article de Frédéric Deloffre, pp.  947-980)

 

(6) Voir « Cols bleus : hebdomadaire de la Marine française », numéro du 24 juillet 1993.

 

(7) Nous en avons un bel exemple avec les mésaventures d’un cocu alors célèbre à Pondichery qui occupait un poste important à la Compagnie des Indes Orientales. Les détails égrillards ne manquent pas.

 

 

(8) Elle est relatée dans le second volume de son journal : Le chirurgien de son vaisseau, l’ « écueil » accusait les marins de voler les œufs de ses malades. Une très longue surveillance permit de découvrir qu’il s’agissait de trois rats. L’histoire serait banale : il y a deux calamités sur les navires, les rats et les cafards, mais on ne fait pas de poésie sur les cafards. Or dans son ouvrage de 1913 sur La Fontaine, Emile Faguet nous apprend que la fable intitulée « Les deux rats, le renard et l’œuf » serait tirée d’un « journal d’un voyage fait aux Indes orientales » ? Il n’y a pas anachronisme : si les Fables ont été publiées jusqu’en 1694 c’est-à-dire bien avant la publication de l’ouvrage de Challe, il est permis de penser que ces souvenirs ont circulé dans les salons littéraires de l’époque ... à moins que Challe n’ait utilisé La Fontaine pour conter cette anecdote ?

 

 

 

(9) Personnages de la mythologie grecque réputés pour leur férocité.

 

(10) Cette querelle théologique agita l’Eglise d’Afrique du nord, alors florissante, au Pape Étienne  vers l’année 250.

 

(11) La question de l’infaillibilité pontificale en matière dogmatique n’a en définitive été réglée que par le Concile Vatican I en 1870. Challe agite la vieille querelle entre l’Eglise gallicane qui revendiquait son indépendance par rapport au Vatican, forte du soutien de Bossuet et de l’ensemble du  clergé français, épiscopat en tête.

 

(12) Epitre aux Philippiens, I – 18 : « Qu’importe ! De toute façon, que ce soit avec des arrière-pensées ou avec sincérité, le Christ est annoncé, et de cela je me réjouis. Bien plus, je me réjouirai encore ».,

 

(13)  En juillet 1690 l’escadre fait escale sur l’île de Moâli que Challe compare à un paradis terrestre. Situé au nord-est de Madagascar, il s’agit de l’île de Mohéli dans l’archipel des Comores, aujourd’hui paradis touristique remarquable par sa biodiversité. La population y est intégralement mahométane

 

 

(14) Les pérégrinations de Challe l’on conduit au Canada et en Nouvelle Angleterre comme on appelait alors les six états du nord des Etats Unis à la frontière canadienne.

 

(15) Epitre aux Galates, III – 28.

 

 

(16) Son ouvrage est perdu et n’est connu que par l’analyse qu’en fit Origène dans son ouvrage « Contre Celse » ((« Traité d’Origène contre Celse ou défense de la religion chrétienne contre les accusations des païens » éditions du Cerf, 2 volumes, 1967 et 68. « Nous voyons pareillement, dans quelques maisons particulières, des cardeurs, des cordonniers, et des foulons, les plus ignorants et les plus rustiques de tous les hommes, qui n'osent ouvrir la bouche devant les personnes graves et éclairées dont ils dépendent ; mais qui, lorsqu’ils se peuvent trouver, sans témoins, avec les enfants de leurs maîtres, ou autres témoins que des femmes, aussi peu judicieuses que des enfants, leur font mille beaux petits contes, pour les porter à leur obéir, plus-tôt qu'à leur  père, et à leurs précepteurs. Que ce font des extravagants, et de vieux fous, qui ayant l’esprit rempli de préjugés et de rêveries, ne sauraient ni penser ni rien faire de raisonnable: qu’eux qui leur parlent, font les seuls qui sachent comme il faut vivre; que s'ils les veulent croire, ils feront heureux, avec toute leur maison. Pendant qu’ils leur tiennent ces discours, s'ils voient venir quelques hommes de poids, quelqu’un des précepteurs, ou le père même, les plus timides se taisent d'abord; tout tremblants; mais les autres ont assez d'impudence, pour solliciter encore ces enfants à secouer le joug, leur soufflant tout-bas, qu'ils ne peuvent et qu'ils ne veulent leur rien apprendre de bon, en la présence de leur père, ou de leurs précepteurs; par ce qu’ils craignent de s’exposer à la fureur et à la brutalité de ces gens, abandonnés au vice, et entièrement perdus, qui les feraient  punir. Que s’ils veulent être instruits, il faut que quittant-là et leurs précepteurs, et  leur père, ils aillent, avec les autres enfants, leurs compagnons, et avec les femmes, dans l'appartement de celles-ci, dans la chambre du cordonnier, ou dans celle du foulon, afin de s’y perfectionner... »

 

 

(17) « Bienheureux, vous qui êtes pauvres, parce que le royaume de Dieu est à vous »  (Luc VI, 20) ; « Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux ! » (Mathieu V, 3) 

 

 

(18)  « Je m’associe à ton action de grâces à Dieu et te remercie aussi pour ta contribution envers l’Église et l’humanité à travers ton service théologique et ton amour préférentiel pour les pauvres et les exclus de la société. Merci pour tous tes efforts et pour ta façon d’interroger la conscience de chacun, afin que personne ne reste indifférent au drame de la pauvreté et de l’exclusion. Je t’encourage à persévérer dans la prière et ton service aux autres en offrant un témoignage de la joie de l’Évangile »... Cité par La Croix du 7 juin 2018.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires