Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

2 septembre 2020 3 02 /09 /septembre /2020 22:38

 

 

Nul ne connaît encore toutes les conséquences  économiques, sociales et sanitaires de la pandémie du covid-19 en cette année 2020, mais tous les pays savent qu'elles seront importantes et tragiques pour tous les pays touchés et surtout pour les populations les plus pauvres. Si en ce mois d'août 2020, la Thaïlande a jugulé la pandémie, elle  est  l’une des économies asiatiques les plus affectées par la récession déclenchée par le Covid-19. Surtout comme nous le rappelle Jean-Raphaël Chaponnière dans son article « Coronavirus : la pauvreté s'installe en Thaïlande », l’économie thaïlandaise n’était pas en bonne santé au début 2020 et sa croissance est inférieure à la moyenne de l’ASEAN depuis plusieurs années (1).

 

 

 

La politique menée par le gouvernement contre le covid-19 a été certes efficace, puisque en cette fin du mois d'août 2020, la Thaïlande  a recensé 3.411 cas, dont 3.252 ont été rétablis et 58 sont morts. (Au 31/08/2020). (2) Mais il n'est pas inutile  de rappeler que les mesures gouvernementales furent d'autant plus efficaces, qu'en Thaïlande on ne se serre pas la main et on ne se fait pas la bise, on fait le wai pour se saluer, remercier ou montrer son respect,

 

 

 

 

.... et que  la population a adopté de suite de façon volontaire le port du masque, et a bien volontiers respecté les contrôles sanitaires avant d'entrer dans les lieux clos, en sachant que masques et gel hydro alcoolique n’ont quasiment jamais manqué dans le royaume.

 

 

 

 

Le port du masque n’est d’ailleurs pas une réelle nouveauté, beaucoup déjà le portaient notamment à Bangkok ou dans d’autres villes (Chiangmaï en particulier) oú la pollution atmosphérique est intense. Les motocyclistes le portent d’ailleurs plus volontiers que le casque.

 

 

 

Mais sans refaire tout l'historique des mesures prises depuis l'état d'urgence internationale déclaré par l'OMS le 30 janvier 2020, le gouvernement thaïlandais a pris des mesures drastiques, surtout à partir du mois de mars, lorsque deux foyers de contamination sont apparus (un combat de boxe au stade Lumpini à Bangkok et dans un bar du quartier de Thonglo) , avec la fermeture décidée des écoles et universités dans tout le royaume le 18 mars, puis le 23 mars, les centres commerciaux, attractions touristiques, restaurants et bars de Bangkok qui seront suivies par l’ensemble des provinces du pays, avec  la fermeture des frontières. Le 26 mars, la Thaïlande déclarait l’état d’urgence et recommandait vivement à la population de rester à la maison et le 2 avril, un couvre-feu de 22h à 4h était mis en place. (L'état d'urgence est prolongé jusqu'à la fin septembre 2020) (1)

 

 

 

 

L’état d’urgence proclamé  imposait des conditions strictes pour les voyageurs et rendait le pays quasiment impossible d'accès, sans compter les restrictions prises par les autres pays et par leurs propres compagnies aériennes. (Selon un indicateur du FMI, les réservations hôtelières ont chuté, jusqu'à 70% en avril, et les vols internationaux jusqu'à 80%, à l'échelle planétaire »). Tous les événements prévus furent annulés et le gouvernement ira jusqu'à interdire les célébrations du Nouvel An bouddhique, Songkran, (13-15 avril), pendant lesquels des millions de Bangkokois rentrent en province.

 

 

 

Toutefois ces mesures bien qu'efficaces n'ont pas empêché- on s'en doute- les conséquences économiques et sociales dramatiques qui touchent le pays et ses habitants, surtout dans la mesure où la Thaïlande dépend fortement des exportations et du tourisme international.

 

 

 

Si tous les pays « touristiques » vont être touchés, une étude du FMI de début août a constaté que  la Thaïlande sera le pays qui en souffrira le plus, en termes de balance des paiements. Le manque à gagner en 2020 devrait peser 6% du PIB. À titre de comparaison, l'étude indique que « La France, pays fortement dépendant de l'industrie touristique, tire plutôt bien son épingle du jeu et devrait limiter ses pertes à 0,5% du PIB.» Il est à craindre que cela soit pire, dans un pays où le tourisme représenterait près de 14% voire 18% ou 20% du PIB, selon les sources, et au vu de l'activité souterraine. Mais il est sûr que son industrie est quasi à l'arrêt en ce mois d'août et que le gouvernement n'envisage qu'une faible ouverture aux touristes étrangers en octobre pour Phuket avec des conditions sévères qui devraient attirer peu de monde. (quarantaine entre autres, un mois de séjour obligatoire, limitations de déplacement) avec des informations plus ou moins contradictoires selon les jours.

 

 

 

Si la Thaïlande avait reçu près de 40.000.000 de touristes en 2019, combien seront-ils à la fin de l'année 2020 ? 8.000.000 ? 10.000.000 ? Les plus optimistes en espèrent 14.000.000, ce qui ferait déjà une chute brutale de 65 % qui  ramènerait la Thaïlande à son niveau d’il y a dix ans. Il est probable que cela sera moins et entrainera la fermeture de près de 60% des entreprises du secteur, et des six millions de la population qui vivent du tourisme -dans la mesure où ce chiffre correspond à la réalité eu égard à la difficulté de déterminer le pourcentage réel de l’activité touristique-, combien garderont leur emploi ?

 

 

 

 

La crise du covid-19 va aussi fortement impacté l’industrie manufacturière et plus spécifiquement  les secteurs de l’électronique et de l’automobile, ainsi que l'agriculture.

 

 

Tous les secteurs des exportations de produits manufacturés ont subi une forte baisse. (-27,0% en glissement annuel en mai (…) La récession est principalement attribuable aux exportations vers les trois principaux partenaires commerciaux, dont l'UE (-40%), les États-Unis (-17,3%) et le Japon (-24,2%). ) (3)

 

 

 

 

 

Mais les secteurs de l’électronique et de l’automobile, qui représentent 30% des exportations, et  comptent deux millions de travailleurs (sur 4,5 millions dans l’industrie manufacturière), seront les plus touchés. L'agriculture qui emploie le tiers de la population au travail, même si elle ne compte que pour 9 % du PIB,  va aussi souffrir de la baisse des exportations des produits agro-alimentaires qui représentaient en 2019 plus de 12 % des postes d'exportation, (Après la sécheresse qui a sévi en 2019).

 

 

 

 

Ainsi par exemple, l'étude du service économique de l'Ambassade de France en Thaïlande du 13 avril  2020, nous informe  que « La Chine étant le premier partenaire commercial de la Thaïlande, le ralentissement de sa croissance économique (niveau le plus bas depuis 27 ans en 2019) –sur fond de tensions commerciales avec les Etats-Unis –a pesé sur les relations commerciales. La demande chinoise pour les produits thaïlandais a ainsi reculé de 3,2%. Les exportations de produits agricoles (-26 % pour le riz, -10 % pour le caoutchouc) et industriels (-7 % pour les produits électroniques, -3 % sur les automobiles, -6 % pour les machines et équipements) ont été particulièrement touchés ».  (4)

 

 

 

La moitié de la production automobile était exportée, (voire plus : En 2015, 1 204 895 voitures étaient exportées sur une production de 1 915 002. Le pays a eu une production totale en 2019 de 2 013 710 automobiles et 1 948 046 motocycles.) et  en 2020, un article de Bangkok Post nous apprend que « la production automobile de la Thaïlande en avril 2020 a atteint son plus bas niveau en 30 ans avec 24 711 unités dans un contexte de faible demande mondiale, d’arrêts d’usines et de licenciements généralisés ». Une déclaration de  la Fédération des industries thaïlandaises (FTI) confirme que « L’industrie automobile pourrait ne pas atteindre le seuil de 1 million d’unités cette année, ce qui serait une baisse de 50% par rapport à 2019 ». (In « Le Petit Journal ») Outre la perte  financière pour un secteur qui représentait environ 10 pour cent du PIB du pays, des observateurs estiment que 70 % de ses travailleurs (sur env. 7% de l'emploi total) risquent de perdre leur emploi. (5)

 

 

L'Électrique et l'électronique équipement sont également un important secteur d'exportation de la Thaïlande, puisqu'ils  représentaient environ 15% des exportations totales. Elle assemble des composants et fabrique près de la moitié des lecteurs de disques vendus dans le monde. (1) Déjà en mai les exportations d'appareils électriques chutaient de -31,7% en glissement annuel et les exportations d'électronique de -14,6% en glissement annuel. (3) A combien sommes-nous aujourd'hui ?

 

 

Pour les non-spécialistes que nous sommes, nous n'avons pas (encore) eu accès à d'autres informations plus récentes.  Même  Jean-Raphaël Chaponnière, dans son article daté du 25 juillet 2020 (1), en est resté au mois d'avril : « Les exportations ont chuté de 30 % en avril, et la Banque de Thaïlande prévoit qu’elles diminueront de 9 % sur l’année et que les importations chuteront de 15 %.».

 

 

 

 

Le covid-19 va aggraver les inégalités sociales et la situation des plus pauvres.

 

 

Il ne faut pas oublier que la Thaïlande est l'un des pays les plus inégalitaires au monde avec près de 70% des richesses du pays détenues par 1% de la population, et que 50% des Thaïlandais les plus pauvres détiennent  seulement 1,7% de la richesse du pays. Nul doute que l'épidémie du covid-19 va aggraver cette situation, avec le déclin de l'activité économique, la perte massive d'emplois et de revenus,  surtout dans un pays, nous dit   Jean-Raphaël Chaponnière, qui compte une économie informelle de 17 millions de salariés et de 21 millions de travailleurs. Il estime que « près de 8 millions ont été directement touchés par la crise, soit qu’ils aient perdu un emploi soit que leur revenu ait diminué parce qu’ils travaillent moins, ou parce qu’ils reçoivent moins de transfert de leurs enfants vivant en ville ou à l’étranger. ».

 

 

 

Nous avions déjà dans un article consacré à « La situation des  vieux paysans de Thaïlande » (6) rappelé qu' « env. 60 % des travailleurs thaïlandais sont des travailleurs informels c’est-à dire non légalement déclarés (avec 93 % dans l’emploi agricole !); sachant que « l’emploi informel en Thaïlande est historiquement associé à des rémunérations plus faibles, une  plus grande insécurité économique, l’exclusion des droits garantis par la législation du travail, ou leur faible application  dans les domaines de la sécurité au travail, de la santé et de la retraite » (Bruno Jetin (6) ), dans un pays où la population rurale compte  50 % de la population en 2019 et où le salaire journalier minimum est fixé à 300 baths (env. 8 euros), et que la retraite gouvernementale mensuelle touchée par les vieux est de 600 baths et de 1000 baths à 70 ans ! Nous avions montré que  dans un milieu déjà pauvre,  la misère des vieux paysan(n)es thaïlandais(es) (10% de la population) ne peut l’être que davantage.

 

 

 

Ceci d'autant plus, que cette part de leur modeste revenu n’est que la deuxième source de revenus après l’aide reçue de ceux qui sont partis à l'étranger, leur famille, et/ou de leurs filles parties dans les usines ou les chantiers de Bangkok, voire les différents bars, massages, karaokés ... Et avec l’âge, du fait de leur difficulté à travailler, les vieux sont encore plus dépendants de ces ressources extérieures pour survivre, en sachant que presque 20 % ne reçoivent rien de leurs enfants et qu'on peut considérer qu’ 1/3 sont dans la pauvreté absolue. (Cf.  Bruno Jetin (6))

 

 

Nous avions aussi « découvert » avec l’étude de Jacques Ivanoff, « Histoire des migrations et ethnicité à partir d’une réflexion en Asie du Sud-Est, Vers une anthropologie des frontières ? » (Cf. Notre article 7) un phénomène d’une importance majeure : qu'en trente ans,  le nombre de réfugiés, et de travailleurs immigrés (légaux et surtout illégaux) était  passé de quelques centaines de milliers à environ 5 millions dans le sud de la Thaïlande, qui alimentent en main d’œuvre (légale et illégale) de nombreux secteurs de l’ économie du sud, comme la pêche hauturière, l’aquaculture de la crevette, les usines de transformation du poisson, les plantations d’hévéas … Ils seront sans nul doute fortement impacté par cette crise. Déjà en mars, avant l'annonce éminente de la fermeture des frontières terrestres du Laos, du Cambodge et de la Birmanie,, des milliers de travailleurs précaires pour ne pas dire illégaux ont fui pour rejoindre leur pays.

 

 

De plus, à ces situations dramatiques, il faudrait ajouter l'impossibilité pour beaucoup de rembourser leurs dettes (80 % du PIB thaïlandais)  et pour beaucoup  de diminuer leur consommation qui est le principal moteur de l’économie (48 %) (2). D'ailleurs, les restrictions à la mobilité et le respect des gestes barrières ont freiné la consommation (restaurants, spectacles, achat de voitures ou de motocyclettes, etc.)

 

 

 

 

 

Pour faire face à cette crise sociale, le gouvernement  a pris des mesures, mais celles-ci sont insuffisantes. Jugez plutôt.

 

Jean-Raphaël Chaponnière, nous apprend que « le gouvernement a adopté un plan de relance équivalant à 12 points de PIB. Un quart reviendra au tourisme et un autre à des mesures sociales via des « cash transfer » assez modiques : une allocation de 5.000 bahts mensuels (140 euros) pendant trois mois pour les 15 millions d’auto entrepreneurs ou de salariés licenciés, 15.000 bahts de compensation pour les salariés, 5.000 baths pour les agriculteurs et 1.000 baht par mois pour les séniors. »

D'autres mesures ont été prises  comprenant des prêts à taux réduit d'une valeur de 150 milliards de bahts, l'extension du remboursement de la dette, des avantages fiscaux, y compris la réduction des retenues à la source,  une restructuration des prêts aux PME, etc. (8)

 

Mais si nous n'avons pas la compétence d'évaluer l'impact de ces transferts,  la Banque mondiale a estimé que le nombre de personnes vivant avec moins de 170 baths (4,5 euros) par jour va doubler et atteindra 9,7 millions au second trimestre.

 

 

 

 

De plus, la démission mi-juillet de 5 ministres de l’équipe économique du gouvernement  dont le célèbre ministre thaïlandais des Finances, Uttama Savanayana, suivie peu après par le ministre du travail ne peut, pour le moins, qu'inquiéter sur l'efficacité des mesures prises et annonce outre une crise sérieuse au sein du gouvernement, des conséquences dramatiques pour la majorité des Thaïlandais. (9) (Le nouveau ministre des Finances Predee Daochai nommé le 12 août a démissionné le 1er septembre!)

 

 

 

 

Et on pourrait dépeindre des  situations de détresse inédites aux quatre coins du pays, où nombre de Thaïlandais et de travailleurs migrants doivent faire la queue pour simplement manger. (Cf. Le témoignage de Sunai Pasuk, Représentant de Human Rights Watch (HRW) pour la Thaïlande) (10) ).

 

 

 

 

Et ce ne sont pas les propos tenus par Tanes Petsuwan, député-gouverneur à l’autorité du tourisme de Thaïlande, qui va rassurer :

 

« C’est la pire situation que l’industrie ait jamais connue, pire que la crise financière de 1997, le tsunami de 2004, les épidémies de Sras, de MERS, de grippe aviaire, pire que les troubles politiques. Nous avons surmonté toutes les crises précédentes en moins d’un an, mais pour celle-ci, l’incertitude est très forte, nous pourrions ne jamais atteindre à nouveau les chiffres de fréquentation pré-Covid. » (10)

 

 

 

Peut-on prévoir les suites si nous pouvons déjà en constater les conséquences ? John Stuart Mill disait que l’obstacle majeur dans ce qu’il est convenu d’appeler par abus de langage « la science économique »  vient de la difficulté de faire des expériences sur les phénomènes sociaux en raison de la multitude de paramètres à prendre compte et de leur mouvance permanente. La reproductibilité devient alors impossible, « parce qu’il serait impossible de reconnaître et d’enregistrer tous les faits de chaque cas, et, aussi, car prisonnière de l’exigence d’un temps d’analyse très long, les conditions se créent et s’annihilent au fur et à mesure » (11). Il y a beaucoup de spécialistes de la boule de cristal qui parent leurs schémas d’équation mathématiques alors que si en mathématiques 2 plus 2 font toujours 4, il n’en est pas de même en matière de « science » économique. 

 

 

 

N’étant ni l’un ni l’autre experts en économie, nous ne sommes pas non plus experts autoproclamés en virologie. Et- bien que ce ne soit pas l’objet essentiel de cet article, constatons qu’à ce jour, nous ne connaissons pas l’origine réelle de cette pandémie. Les Chinois et leur pangolin ont été initialement incriminés, nous en avons parlé avec un certain sourire (12).

 

 

 

 

Les théories « complotistes » fleurissent. Un siècle plus tard, nul n’a jamais déterminé l’origine de la grippe injustement dite « espagnole » qui a fait des dizaines de millions de mots en 1919. Il en est de même pour cette pandémie à cette heure.

 

 

 

NOTES ET RÉFÉRENCES

 

(1) Article de Jean-Raphaël Chaponnière, in Asialyst : « Coronavirus : la pauvreté s'installe en Thaïlande »,  https://asialyst.com/fr/2020/07/25/coronavirus-pauvrete-installe-thailande/

 

(2) https://lepetitjournal.com/bangkok/covid-19-pourquoi-la-thailande-deplore-t-elle-aussi-peu-de-deces-277938

 

 

(3) « La contraction a été observée dans tous les articles et a été principalement entraînée par une nouvelle baisse des exportations de véhicules et de pièces automobiles (-56,6% en glissement annuel), de produits pétroliers (-31,3% en glissement annuel) et d'appareils électriques (-31,7% en glissement annuel). Les exportations d'électronique ont chuté avec une forte baisse de -14,6% en glissement annuel, en baisse sensible par rapport à + 4,6% en avril. »

 http://www.gavroche-thailande.com/actualites/conomie/112388-tha-lande-conomie-comment-le-coronavirus-a-tue-les-exportations-thailandaises

 

(4) Cf. L' Étude du service économique de l'Ambassade de France en Thaïlande du 13 avril  2020.

https://www.tresor.economie.gouv.fr/PagesInternationales/Pages/9d9f42f8-5b00-4da0-982e-820f66065149/files/3dc1eb27-fc55-42ff-b6d2-a78f7d449503

 

(5) Cf.  https://fr.qwe.wiki/wiki/Automotive_industry_in_Thailand

https://www.bangkokpost.com/business/1921664/30-year-low-for-car-output

 

(6) A127. La situation des  vieux paysans de Thaïlande.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a127-la-situation-des-vieux-paysans-de-thailande-119880727.html

 

Basé sur l'article de Bruno Jetin, Le développement économique de la Thaïlande est-il socialement soutenable ? In Thaïlande contemporaine, sous la direction de Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff, IRASEC, Les Indes Savantes, 2011.

 

(7) A129. Travailleurs illégaux ou « birmanisation » du sud de la Thaïlande ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a129-travailleurs-illegaux-ou-birmanisation-du-sud-de-la-thailande-120218930.html

 

Basé sur l’étude de Jacques Ivanoff, Histoire des migrations et ethnicité à partir d’une réflexion en Asie du Sud-Est, Vers une anthropologie des frontières ?

In http://transcontinentales.revues.org/791

Transcontinentales [En ligne], 8/9 | 2010, document 6, mis en ligne le 31 décembre 2010.

 

(8) Voir la liste des mesures socio-économiques prises par le gouvernement :

http://www.gavroche-thailande.com/actualites/conomie/111946-tha-lande-coronavirus-voici-la-liste-des-mesures-socio-economiques-prises-par-le-gouvernement

Mesures fiscales et de contrôle en réponse au Covid-19 en Thaïlande : https://lepetitjournal.com/bangkok/mesures-fiscales-et-de-controle-en-reponse-au-covid-19-en-thailande-276713

 

(9) Avec le ministre des Finances s’en vont le vice-Premier ministre Somkid Jatusripitak, ainsi que le ministre de l'Énergie, Sontirat Sontijirawong, le ministre de l'Enseignement supérieur, des Sciences, de la Recherche et de l'Innovation, Suvit Maesincee, et le secrétaire général adjoint du Premier ministre en charge des affaires politiques, Kobsak Pootrakool.

 

(10) Covid-19 : La Thaïlande assommée par l’arrêt des échanges internationaux

dimanche 2 août 2020, par SIEGEL Laure

in http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article54477

 

Représentant de Human Rights Watch (HRW) pour la Thaïlande, Sunai Pasuk dépeint une détresse inédite aux quatre coins du pays : « Dans les villes au nombre de travailleurs migrants élevé, comme dans les ports de pêche à Samut Prakan, les zones touristiques telles que Phuket ou le long de la frontière avec la Birmanie, ils ont été les premiers à être licenciés. Puis ça a été au tour des Thaïlandais. Je suis originaire de Phuket, une des provinces les plus riches, et c’est la première fois de ma vie que je vois les gens faire la queue pour manger. Trois fois par jour, ils doivent s’aligner pour manger. Rien que dans le quartier rouge de Patpong à Bangkok, 500 travailleurs du sexe ont encore besoin d’être nourris quotidiennement. Ce n’est plus viable. »

Des artères commerçantes de Bangkok, Phuket, Chiang Mai, Pattaya, Koh Samet, Koh Samui et des dizaines d’autres îles se sont transformées en quartiers fantômes et les panneaux « for rent » ou « for sale » se multiplient sur des rideaux de fer tirés. »

 

(11) John Stuart Mill, Système de Logique déductive et inductive,  le texte est de1843

 

 

.

 

(12) Voir notre article A 364- PITIÉ POUR LE PANGOLIN SOUPÇONNÉ D'AVOIR TRANSMIS LE COVID-19.

http://www.alainbernardenthailande.com/2020/04/a-364-pitie-pour-le-pangolin-soupconne-d-avoir-transmis-le-covid-19.html

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alan 10/09/2020 15:39

En Isan, certains paysans ne se sont pas fait bernés par l'occident. Ils sont donc à l'abri. Quant aux autres, ils font la decouverte des ''bienfaits'' des mirages de l'argent , ils sont d'ailleurs reconnaissables, leurs sourires ne sont plus naturels mais de convenance. Je m'attarde sur le cas des isanais restés lucides, le reste n'est pas interessant, les journaux mondiaux sont surchargés de commentaires répétitifs ... .