Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

8 novembre 2020 7 08 /11 /novembre /2020 22:18

 

De Paris à Bangkok et de Marseille à Katmandou, voilà l'histoire du parcours sanglant d’un Français qui défraya la chronique internationale en 1977-1978. Charles Sobhraj, Eurasien au charme certain mais vénéneux a séduit et détroussé des centaines de personnes sur la route des Indes, et en aurait tué une trentaine. La Trace du serpent (A Snake in the Asian Grass) rapidement traduit en français en édition est un extraordinaire « roman documentaire» écrit en 1979 par un journaliste américain, grand reporter à Life Magazine. Thomas Thompson qui a fait deux fois le tour du globe et rencontré un très grand nombre de personnes pour reconstituer la vie singulière de ce Charles Sobhraj, qui a causé la perte de tous ceux que le hasard - ou le destin - a mis sur sa route.

 

 

 

Le journaliste Richard Neville réussit à obtenir de lui une interview. Il lui aurait alors avoué  tous ses crimes avec luxe de détails. En 1979, il écrira The Life and Crimes of Charles Sobhraj, dans lequel il décrit tout le parcours du tueur depuis ses débuts. Ce n’est pas un roman, c’est une véritable enquête policière. Nous leur devons sur ce que nous savons de ce « serpent » qui était plutôt un cobra. De nombreux sites Internet s’appesantissent sur sa carrière d’une façon parfois trop morbide. Ils nous éclairent sur la fin du parcours de Sobhraj  postérieurement à la rédaction de ces deux enquêtes. Citons ceux qui nous ont semblé les plus sérieux (1).

 

 

Charles Sobhraj, baptisé « le Serpent », est né le 6 avril 1944 à Saigon. Tueur français tueur en série français, dans les années 1970, aurait tué entre quinze et trente personnes, essentiellement des touristes qui parcouraient l'Asie. Il doit son surnom de « Serpent » au fait qu'il a réussi à manipuler ses victimes, à échapper longtemps à la police, et à s'évader de plusieurs prisons. On le dit à la fois escroc, séducteur, détrousseur de touristes, roi de la cavale, expert en poisons et « meurtrier diabolique ». Nous n’avons évidemment pas des compétences psychiatriques  pour apprécier le comportement des psychopathes, contentons-nous des faits même s’il plane encore et toujours des zones d’ombre.

 

 

Les origines : les débuts d’un voyou de quartier.

 

Il est issu d’un couple déchiré alors qu’il a trois ans, mère vietnamienne et père indien.  Après la séparation, sa mère se marie à un militaire français, le lieutenant Alphonse Darreau et retourne s’installer à Marseille. Il reste alors avec son père au Vietnam mais celui-ci le laisse à l’abandon.

 

 

L’Indien ne va d’ailleurs pas tarder à retourner dans son pays natal où il a déjà une famille légitime. C’est alors un enfant des rues. Quelques années plus tard sa mère revient à Saigon et décide de le ramener en France.

 

 

Il était jusque-là apatride, il devient alors Français. Son père de substitution réussit à convaincre le père par le sang de le reconnaître et lui donner son  nom de Sobhraj,  Il a enfin un état civil et une nationalité.  Il reçoit une éducation parait-il rigide, placé en pensionnat. Il devient malgré cela une petite frappe et sombre dans la délinquance de bas de gamme. Ce n’est qu’un petit voleur, un voleur de poules, tout au plus un voleur de mobylettes ! Une première condamnation à trois ans d’emprisonnement intervient alors. Il est libéré en 1967.

 

 

La vie militaire de Darreau va le conduire à Dakar où il réitère ses malversations qui se limitent toujours à de petits vols. Revenu à Marseille, Il trouve alors l’amour en la personne d’une Française, Chantal Compagnon, qu’il épouse.

 

 

Chercha-t-il à se réinsérer ? Employé dans un restaurant avec un salaire modeste qui ne correspond pas à ses goûts de luxe, il replonge dans la petite voyoucratie et condamné pour un vol de voiture en 1970.

 

 

Rapidement libéré, il « replonge » comme on dit dans ce petit monde et pour éviter de se retrouver devant la Justice française, il part avec son épouse s’installer à Bombay où, passé des mobylettes aux automobiles, il organise un réseau de vol de véhicules et commence à s’attaquer aux touristes selon un procédé qui devrait faire sa fortune ; Il se lie d’amitié avec eux, il est, dit-on, affable et plein d’entregent, les drogue et les vole. Il s’attaque surtout aux hippies venu chercher de la drogue sous prétexte de retrouver une nouvelle spiritualité, des jeunes imbéciles le plus souvent. Il reste dans le bas de gamme, les poches des sacs à dos de Khaosan road ou de Katmandou sont le plus souvent vides.

 

 

Mais il récupère aussi les passeports qu’il saura falsifier et utiliser d’abondance. Le couple ne fait probablement pas fortune et le plus souvent quitte leur hôtel sans le payer et en trouve un autre au bénéfice d’un nouveau passeport.

 

 

L’entrée dans la délinquance de haut vol.

 

En 1971, la chorégraphe Gloria Mandélik est en tournée aux Indes et séjourne dans le luxueux hôtel Asoka de New Delhi.

 

 

Sa chambre est située au-dessus de la bijouterie de l’établissement. Il s’introduit dans sa chambre et la tient prisonnière. Ne parvenant pas avec l’aide d’un complice à percer le plancher, il contraint l’artiste à convoquer un  mandataire de la bijouterie qu'il force à lui remettre les joyaux. Les deux malandrins prennent alors la fuite et après diverses péripéties, Sobhraj est arrêté à Bombay. Il est condamné pour le vol des bijoux mais parvient à s’évader après avoir drogué ou acheté un ou plusieurs gardiens. Il mérite alors son sobriquet de « serpent » bien que celui d’anguille, moins prestigieux, soit mieux adapté ! Repris, sa femme a réussi à se procurer les fonds nécessaires à sa mise en liberté sous caution. Le couple s’enfuit avec on ne sait quels passeports et se réfugie en Afghanistan à Kaboul où ils recommencent à piller les touristes. En 1973, s’ils se retrouvent en prison, c’est tout simplement pour grivèlerie, ils ont oublié de payer la note de leur hôtel. On reste tout de même dans la délinquance de bas de gamme. Sa femme purge quelques mois de prison et retourne en France. Lui-même, toujours anguille, réussit à s’évader. Il se trouve impliqué dans une affaire de vol de bijoux à Athènes mais réussit une fois encore à s’évader : Il  retourne aux Indes pour se livrer à de nouvelles activités ou continuer les anciennes en améliorant ses cibles.

 

 

Le voyou se fait assassin

 

En 1975 à Srinagar il fait la  connaissance d’une canadienne, Marie-Andrée Leclerc, qui s’éprend de lui. Nous le savons charmeur !

 

 

Elle accepte de participer à ses escroqueries de concert avec un jeune Indien, Ajay Chowdhury, qui devient son « premier couteau ». Ils vont basculer dans les crimes de sang. Ils partent tous trois à la recherche de touristes en quête de bijoux et pierres précieuses en utilisant divers pseudonymes, Sobhraj jouant le rôle de vendeur de bijoux. Ces touristes-là sont assurément plus argentés que  les porteurs de sacs à dos (2) ! Il charme ses victimes, les drogue et lorsqu’ils sont endormis s’empare de leur argent et toujours de leurs passeport. Il va se révéler faussaire de génie en falsifiant de façon fort adroite les passeports qui leur seront d’une grande utilité pour traverser les frontières.

 

 

Arrivés en Thaïlande en septembre avec l’Indien, le couple rencontre deux Australiens à Hua Hin. Le mode opératoire est toujours le même, on les drogue et  on les dépouille. De nombreuses plaintes sont déposées mais n’ont aucune suite. En septembre, ils ont appâté un touriste français rencontré à Chiangmai qu’ils endorment  avec quelque drogue et subtilise son passeport. Ils feront de même en octobre avec deux autres touristes français.

 

 

En octobre, ils rencontrent une jeune américaine faisant escale à Bangkok  avant de partir se ressources en étudiant le bouddhisme au Népal. L’escroc-faussaire-cambrioleur va se faire pour la première fois meurtrier. Le couple la conduit sur la plage de Pattaya et après lui avoir fait absorber un sédatif, il l’étrangle alors qu’elle est en bikini. Il devient alors le mythique « meurtrier au bikini ».

 

 

D’autres meurtres vont suivre, comme ce  jeune Turc amateur de pierres précieusesqui sera étranglé  En décembre, ce sera le tour de l’amie du jeune Turc partie à sa recherche. En décembre, Sobhraj fait la connaissance à Hong Kong d’un couple de Hollandais à la recherche de pierres précieuses. Ils se donnent rendez-vous à Bangkok…Ils subiront le même sort.

 

 

Les passeports falsifiés vont servir au trio à se rendre au Népal où ils rencontrent un couple de Canadiens à la recherche encore de pierres précieuses. Ils vont disparaître et on retrouvera leurs corps calcinés aux environs de Katmandou.

 

 

Le trio retourne en Thaïlande avec de nouveaux passeports falsifiés pour brouiller les pistes. Mais leur appartement de Bangkok avait été fouillé par l’une de leur victime qui y avait découvert 12 passeports.

 

 

La chasse aux assassins

 

Le Trio est revenu à Katmandou mais l’enquête sur les disparus se porte rapidement sur eux. Placés en résidence surveillée, ils trompent ou achètent la vigilance des gardiens et réussissent à revenir aux Indes.

 

 

Nous les retrouvons à Bénarès ou ils assassinent un touriste israélien. Ils récidiveront à Goa toujours aux Indes avec 6 touristes français, sans toutefois les tuer puis à Hong Kong ou ils dépouillent un américain.

 

 

Au début janvier 1976, Sobhraj, Leclerc et Chowdhury arrivent à Bénarès où ils descendent dans un hôtel. Chowdhury partage sa chambre avec un touriste israélien de 35 ans. Le lendemain, après le départ du trio, le corps du dit Israélien est retrouvé assassiné. On l'a délesté de son argent et de son passeport après l'avoir drogué à mort. Le 9 janvier, ils récidivent dans le sud de l'Inde, pas loin de Goa, où ils droguent encore un touriste en quête de pierres précieuses. De retour à Bangkok en février suivant, ils s’associent avec un complice français Jean Dhuisme. Toutefois l’enquête sur le ou les tueurs de Pattaya a évolué sur l’insistance de l’ambassadeur des Pays-Bas.

 

 

Mais le trio est alerté et prend la fuite en parvenant à franchir la frontière malaise où leur complice indien disparaît  corps et biens !

 

 

Sobhraj et Leclerc retournent en Inde où le français Jean Dhuisme vient bientôt les rejoindre. Sobhraj recrute des complices féminines et ils perpétuent leur cursus meurtrier. Un Français est à nouveau assassiné. Ils s’attaquent ensuite à un groupe d’une vingtaine de Français, ils leur donnent des médicaments pour lutter contre la dysenterie endémique. Mauvais  dosage, ils tombent comme des mouches dans le hall de l’hôtel, le trio est appréhendé.

 

 

Le procès.

 

La police indienne s'aperçoit rapidement qu'elle a affaire à un escroc d'envergure internationale probablement doublé d’un meurtrier.

 

Sobhraj attend  son procès.  Il tourne à la mascarade à la honte de la justice indienne : C’est un spectacle et une véritable pantalonnade,  il récuse ses avocats, injurie les témoins, entame une grève de la faim, et se retrouve en définitive condamné à 12 ans de prison alors qu’il risquait sa tête. Sa complice, Marie-Andrée Leclerc, écope de six ans de prison et son complice français acquitté faute de preuve. A-t-il acheté les Juges ? Ce nous semble une évidence (3).
 

 

Ses turpitudes lui ont probablement rapporté beaucoup d’argent, dont on ne sait où il se trouve mais il est permis de deviner où il est passé. Les touristes qui viennent en Thaïlande ou aux Indes pour acheter des pierres précieuses ne sont pas des gueux comme les routards, ses premières victimes. Il est incarcéré dans la prison de Tihar où il mène grand train – dans tous les pays du monde, le régime carcéral est supportable quand on a des sous – et accorde de nombreuses interviews où il parle avec cynisme de ses activités. Il sait toutefois qu’à sa sortie de la prison indienne, il risque d’être extradé vers la Thaïlande où il risque la peine de mort. Incarcéré depuis 10 ans, le 13 mars 1986, il organise une bamboula dans sa prison et s'évade après avoir offert à ses gardiens des sucreries aux somnifères. Il se laisse volontairement rattraper trois semaines plus tard, à Goa et se voir infliger une rallonge de trois années ce qui envoie la demande d'extradition de la Thaïlande aux oubliettes. Trois ans, ce n’était pas trop cher payé comme prix de l’oubli du mandat d’arrêt thaï et le calcul était bon !

 

 

Le 17 février 1997, après 21 années de geôle à Tihar. Il a les moyens  de soudoyer ses gardiens et y mène, tout étant relatif, une belle vie ; télévision, téléphone, repas choisis venus de l’extérieur.

 

 

Il est libéré mais également expulsé du pays pour y être entré avec un faux passeport et retourne en France. Il s'installe dans le quartier chinois de Paris, engage un agent et négocie financièrement toutes ses interviews et photographies. Il aurait même négocié un contrat de 15 millions de francs pour un film inspiré de sa vie. Il aurait choisi pour ces négociations, l’ « avocat du diable », Jacques Vergès.

 

 

Par ailleurs, il faut se prémunir contre le risque que les crimes commis en Thaïlande soient jugés en France, une possibilité offerte par une réforme du code pénal du 1er mars 1994 à la condition qu’il y ait un ou plusieurs Français parmi ses victimes ce qui est possible car la liste de ses victimes oscille selon les sources entre 12 et 30 ?

 

 

Les familles de victimes ne parviennent pas à le faire extrader vers la Thaïlande, il est un vieux principe de droit international selon lequel la France n’extrade pas ses nationaux et il est bel et bien Français ! Jacques Vergès est là pour rappeler ces principes.

 

 

 La chute finale

 

En septembre 2003, il commet l’erreur de sa vie: il se rend au Népal. Reconnu par un journaliste dans les rues de Katmandou, il est arrêté par les autorités locales, soupçonné du double meurtre en 1975 d'une Américaine et d'un Canadien. En août 2004, il est condamné à la prison à vie pour le meurtre de l'Américaine. En 2010, toujours séducteur, il épouse en prison son interprète, fille de son avocate locale.

 

 

En septembre 2014, il est condamné une nouvelle fois à vie pour le meurtre, celui du touriste québécois. Les condamnations sont confirmées en appel et en cassation en dépit du talent d’une avocate de haut-vol, celle du terroriste Carlo, Isabelle Coutant Peyne.

 

 

Il y restera probablement jusqu’à sa mort, il a à l’heure où nous écrivons (2020) 76 ans et les prisons népalaises ont une réputation pire encore que celle de Thaïlande. La nasse s’est refermée sur l’anguille.

 

 

Pour quelle raison a-t-il pris ce risque ? Il s’y est de toute évidence rendu pour continuer ses turpitudes. Il a prétendu dans des interviews donnés à Paris, pour lesquels il se faisait grassement payer vouloir retrouver l'Asie et y fonder une école pour enfants indigents. Selon une autre version, il aurait eu le projet de se lancer dans l'exportation de textile du Népal.

 

 

Il faut tout simplement y voir l’incroyable forfanterie de ces délinquants de haut vol qui, une fois leur forfait accompli, au lieu de se retirer sagement profiter de leur butin vont rechercher à nouveau des montées d’adrénaline. Certains sont des sages et restent cois (4), d’autres ne savent pas s’arrêter, c’est tout simple.

 

 

Il arborait un sourire inspirant la sympathie, toujours habillé avec soin,  champion de karaté et d’une intelligence supérieure à la moyenne : il parlait six langues. Faussaire de talent, il ne naviguait jamais sous la même identité. Incontestablement charmeur et doué d’un incontestable entregent, il réussissait à circonvenir non seulement mais aussi les gardiens de prison et dans une certaine mesure, les magistrats. Il savait se jouer des frontières et des barreaux laissant sur son passage la trace du serpent.

 

 

Comment réussissait-il à circonvenir ses victimes ? La réponse est simple :

 

À Richard Neville, il a déclaré : « Tant que je peux parler aux gens, je peux les manipuler ».

 

Il réussit même à intéresser à son sort le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme.

 

Il a surtout eu la chance que la peine de mort  ait été abolie par la constitution népalaise !

 

 

 

NOTES

 

(1) Le plus complet : https://www.tueursenserie.org/charles-sobhraj/

Sur l’aspect psychiatrique d’un tueur en série :

http://www.psycho-criminologie.com/2019/12/charles-sobhraj-le-bikini-killer.html

(2) L’un de nous l’a rencontré à Pattaya quand il avait proposé à l’un de ses amis une affaire de transport de pierres précieuses. Peut-être ont-ils frôlé la mort sans le savoir ?

(3) Citons, l’exemple est-il bon ? Le cas d’un sympathique individu que connaissait bien l’un d’entre nous. Il quittait régulièrement les champs de lavande de son village des Alpes-de Haute-Provence pour se ressourcer – disait-il – dans la spiritualité hindouiste. Il était en réalité à la tête d’un trafic qui lui valut d’être interpellé et incarcéré à Bombay à la même époque sous de lourdes inculpations de trafic de stupéfiants. Il avait la chance d’être issu d’une famille riche. La sortie de ce guêpier eut un prix : 300.000 francs suisses, avocats, magistrats, procureurs, douaniers et gardiens de prison…

 

 

(4) Ne citons qu’un exemple récent, il y en a d’autres : En juillet 2013, un homme seul, ganté et le visage dissimulé, fait irruption au Carlton de Cannes et menace avec un pistolet automatique les quelques personnes présentes à l’exposition Extraordinary Diamonds, organisée par la maison de joaillerie russe Leviev dans l’hôtel. Il s’évanouit dans la nature avec près de 103 millions d’euros de bijoux et montres incrustées de diamants. Il doit jouir, paisiblement de son butin lui seul sait où et il aura l’intelligence de ne jamais réitérer.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires