Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 08:47

 

 

Ananda Mahidol, le futur Rama VIII est né le 20 septembre 1925, à Heidelberg en Allemagne. Son frère, le futur Rama IX (9 juin 1946 -couronné le 5 mai 1950- 13 octobre 2016), est né le 5 décembre 1927 dans le Massachusetts aux USA.

 

 

Pour comprendre pourquoi Rama VII et Rama IX sont  nés à l’étranger.

 

(Cf. Notre article « Mahidol Ayulyadej, le « Prince père », père de Rama VIII et de Rama IX) (1)

 

Mahidol Adulyadej, Prince de Songkla  ou Mahidol Adulyadej « le Prince père », est  le 69e enfant du roi Chulalongkorn. Il est né le 1er janvier 1892  et est le 7e  enfant de la reine Savang Vadhana.

 

 

Comme les autres fils du roi Chulalongkorn, le prince Mahidol a commencé ses études à l'École Royale du Grand Palais et reçut le titre de Prince de Songkla à 13 ans. Il est  envoyé en Angleterre en 1905 où il passe un an et demi dans la très distinguée Harrow Schooll, la prestigieuse école anglaise. Son père l’envoie ensuite en Allemagne pour rejoindre la non moins prestigieuse Académie militaire supérieure des Cadets, à Grosz-Lichterfelde dont étaient issus tous les princes et nobles officiers prussiens.

 

 

 

Mais son demi-frère, le roi Vajiravudh (Rama VI), va diriger sa carrière vers la marine. Le prince entre alors à l'Académie navale impériale allemande de Flensburg-Mürwik (anciennement à Kiel). Il y remporta un concours sur la conception des sous-marins. Vivant comme ses camarades lieutenants dans la marine impériale, en plus de ses études, il est affecté à un cuirassé allemand sur lequel il doit nettoyer les ponts et pelleter le charbon, et est formellement admis dans la marine royale thaïe en 1912. Il dut revenir en Thaïlande en 1914 au début de la première guerre et fut affecté à un poste d'enseignant à l'Académie de la Marine royale, manifestant son intérêt pour les petites unités, les sous-marins et les torpilleurs. Il entra alors en conflit avec des officiers supérieurs, la plupart diplômés des écoles britanniques favorables aux grosses unités. Le prince préféra alors démissionner 9 mois après avoir rejoint la Marine. Une nouvelle carrière allait commencer.

 

 

 

Son demi-frère et ami le Prince Rangsit, directeur du collège médical royal, le convainc de l'aider. Le prince fut d’abord réticent, mais  il finit par accepter  et  décida d’étudier cette science toute nouvelle pour lui. Nous le retrouvons alors à Cambridge dans le Massachusetts pour étudier la santé publique dans la prestigieuse université d’Harvard. Il demanda alors au Prince Rangsit de sélectionner quatre élèves pour le rejoindre: deux étudiants en médecine financés par lui et deux étudiants en soins infirmiers financés par sa mère. Arriva alors une étudiante en soins infirmiers de 18 ans, Sangwal Talabhat, sa future épouse dont il devint rapidement « très proche ». Elle revint avec lui en Thaïlande pour assister aux funérailles de la reine Saovabha (เสาวภาผ่องศรี), la mère de Rama VI, en 1919. Ils s’y marièrent avec la bénédiction royale au Palais Sapatham avant de retourner à Harvard. Il y reçut son diplôme en 1921.

 

 

 

Après un passage en Angleterre, leur premier enfant, la princesse Galyani Vadhana, naquit à Londres le 6 mai 1923. Il retourna en Thaïlande la même année pour occuper un poste de directeur général du Département de l'Université au ministère de l'Éducation. En dehors de ses fonctions administratives, il enseignait également son art au Collège médical royal. En 1925, il se rend à Heidelberg, en Allemagne pour subir un traitement des reins avant de retourner à Harvard pour continuer à étudier la médecine. C’est à Heidelberg que naquit son premier fils, Ananda, le futur roi Rama VIII, le 20 septembre 1925. Son plus jeune fils naquit dans le Massachusetts le 5 décembre 1927. Muni de tous ses diplômes, il retourne en Thaïlande en décembre 1928.

 

 

Il s’empressa alors d’organiser un système de bourses pour les étudiants en médecine et en soins infirmiers. Ne pouvant retourner à l'hôpital Sirirat pour y effectuer un stage, au vu de son  statut princier, il choisit l'hôpital missionnaire McCormick à Chiang Mai. Il y a travailla jour et nuit, comme médecin permanent. Trois semaines après avoir commencé à travailler, il se rendit à Bangkok pour assister aux obsèques d’un oncle et n'a jamais été en mesure de retourner à Chiang Mai. Il souffrait en réalité d’un abcès du foie. Il  mourut le 24 septembre 1929, au Palais Sapatham. Il n’était âgé que de 37 ans.

 

 

La vie en Suisse des deux futurs rois, Rama VIII et Rama IX. (Cf. Notre article sur ce sujet (2) )

 

Après sa mort prématurée, la princesse mère a 29 ans et a la charge de 3 jeunes enfants (six ans, quatre ans et un an et neuf mois). La princesse Galyani Vadhana  suit les cours de l'école Rajini. Le princeHYPERLINK "file:///F:/C:/Users/alain/AppData/Local/Temp/โรงเรียนราชินี)%20(2).%20(2)%20http:/www.rajini.ac.th/.%20Le%20prince%20Ananda " Ananda  fut d’abord scolarisé en 1930 à l’école maternelle Mater Dei tenue par les religieuses catholiques Ursulines, puis en 1932 à l’école Debsirin  tandis que le prince Bhumibol resta à  l'école maternelle  Mater Dei.

 

 

Mais après la révolution du 24 Juin 1932, qui met fin à la monarchie absolue, la situation est tendue pour les membres de la famille royale qui doivent quitter leurs postes gouvernementaux, et beaucoup décident de quitter le pays pour vivre à l'étranger.

 

 

Une sorte de conseil de famille présidé par la Reine Sri Savarindira, sa belle-mère, sa fille, la princesse Valaya Alongkorn, son fils adoptif et le Prince Rangsit, l’ami très cher du prince défunt, se réunit et conseille à la jeune princesse de s'installer avec ses jeunes enfants à Lausanne. La princesse y était d’ailleurs passée avec son mari lors de leur voyage de noce en Europe. En avril 1933, la famille s’envole vers la Suisse avec un entourage restreint.

 

 

Un coin du voile masquant partiellement cette « vie cachée » des deux petits princes et de leur sœur aînée a été levé par la publication thaïe en 2012 des souvenirs et de l’album des photographies du précepteur des deux princes, Cléon C. Séraïdaris. Une version française « Le roi Bhumibol et la famille royale de Thaïlande à Lausanne » est publiée en 2015. (3)

 

 

La famille vit à Pully, un quartier chic de Lausanne dans une belle villa (villa Vadhana) qui n’est toutefois pas un palais.

 

 

Les enfants sont scolarisés dans des établissements distingués : La princesse Galyanii  fréquente l’ « Ecole Supérieure des Jeunes Filles de la Ville de Lausanne » puis « l'International School of Geneva » avant de rejoindre la Faculté des sciences, section chimie, et obtenir ensuite un diplôme de Sciences sociales pédagogiques. Ses deux frères se rendent tous les jours en bicyclette à l’ « École nouvelle de la Suisse romande ». Leur scolarité est celle de leurs camarades sans autres privilèges. Tous deux sont timides et réservés, leur physique le démontre, mais sont de bons camarades et surtout d’excellents élèves. D'ailleurs leur mère a voulu pour eux une éducation rigoureuse leur disant, une fois que fut prise à Bangkok la décision d’attribuer la couronne à Ananda qu’ « un roi se doit d’être érudit, travailler beaucoup et savoir obéir avant de vouloir commander ». Leur précepteur participe à leurs loisirs. (Cf. Leurs passions et loisirs dans notre  article (3))

 

 

 

L'abdication du roi Rama VI le 2 mars 1935 va modifier le statut de la famille. (Cf. Notre article précédent sur le roi Rama VI). En effet, Rama VII n'avait pas d'enfant. Malgré les arguments du Prince Chula Chakrabongse et d'autres à sa succession, Pridi sut « convaincre » le Cabinet que le jeune Prince Ananda Mahidol, alors âgé de 9 ans et étudiant en Suisse, ne  gênerait pas le gouvernement. L'Assemblée nationale vota pour élire le nouveau roi et appointa le Colonel Prince Anuwatjaturong, Lieutenant Commandant Prince Adtya Dibabha et Chao Phraya Yommaraj (Pun Sukhum) comme régents. Le jeune roi va cependant rester à Lausanne durant trois ans, sous la tutelle de sa mère et la protection sinon la surveillance des envoyés du gouvernement qui sont également là pour lui faire signer ses décrets.

 

 

Un bref retour au Siam fin 1938 qui aurait pu être tragique.  (Cf. Notre article « Un attentat manqué contre le roi Ananda en escale à Colombo en novembre 1938 fut-il  le prélude à son assassinat le 9 juin 1946 » (4))

 

 

Ce n’est qu’au dernier trimestre de 1938, il a 13 ans, que sa famille va quitter Lausanne pour venir au Siam probablement à l’instigation du premier ministre Phraya Pahon démissionnaire le 11 septembre 1938 qui sera remplacé par Phibun le 16 décembre 1938 après trois mois de chaos. La famille embarque à Marseille sur le Méonia, un luxueux paquebot danois le 18 ou le 19 octobre. En escale à Colombo le roi va échapper à un complot.

 

 

« La nouvelle est ainsi annoncée dans le très austère Journal des débats politiques et littéraires  des 7 et 8 novembre 1938 : « Un complot avait été fomenté  en vue de tuer le jeune roi de Siam » :

 

On mande de Colombo: Un complot, en vue d'assassiner le jeune roi de Siam, Ananda Mahidol, a été découvert par la police, apprenait-on hier. Le roi de treize ans est resté, sous bonne garde, à bord du croiseur Méonia  qui le transporte de France à Bangkok,  où il doit être couronné.  Le complot, découvert au début d'octobre, aurait été fomenté par plusieurs hommes politiques de premier plan et appuyé par de nombreux Siamois, mais réprimé aussitôt.  (in (4))

 

Michel Gorel dans  l’hebdomadaire « le nouvelliste d’Indochine » du 6 nous présente une autre version, sous le titre « ON A VOULU « KIDNAPPER»  UN ROI. Les déchirements siamois ne sont qu'un épisode de la compétition nippo-britannique » (Cf. Cette version in (4))

 

Nous n'apprendrons pas qui sont ces hommes politiques de premier plan qui auraient fomenté cet attentat. Toutefois l’article de Gorel était prémonitoire : « L'entreprise a échoué… et on murmure que les antigouvernementaux vont tenter un nouveau putsch  … » Ce ne fut pas un coup d’État,  ce fut un meurtre le 9 juin 1946.

 

 

Le jeune roi retournera en Suisse avec sa mère et son frère  pour poursuivre ses études durant la seconde guerre mondiale.

 

Durant ce court séjour, il assiste à la prise du pouvoir  le 16 décembre 1938,  par le colonel Phibun « élu » par l’Assemblée pour devenir le 1er ministre du troisième  gouvernement de la monarchie constitutionnelle en conservant le Ministère de la défense et en prenant celui de l’intérieur. (Cf. Notre article (5) « Le gouvernement Phibun Songkhram (16 décembre 1938-1er août 1944) et d'autres articles sur cette période dans « Notre » Histoire).

 

 

Il peut mesurer la puissance de Phibun et sa détermination à éliminer toute opposition aussi bien civile que royaliste. « Ainsi fin décembre 1938, Phibun échappa à deux tentatives d’assassinats qu’il régla par de multiples arrestations qui touchaient aussi bien des membres de la famille royale, des membres de l’Assemblée ou des rivaux militaires. En janvier 1939, le chef de la police affirmait avoir découvert un complot royaliste. Des « cours spéciales » furent établies « pour juger entre autres  Rangsit de Prayurasakdi, prince de Chainat (un des plus jeunes fils  du roi Chulalongkorn et futur Régent) et Phya Suradet, l’un des chefs militaires qui avaient participé au coup d’État de 1932. » (Fistié, pp. 169-170) Si certains furent autorisés à quitter le royaume (comme Phya Suradet), 36 furent condamnés à l’emprisonnement à vie, et dix-huit furent fusillés.» (In (5)) Phibun  se fit appeler le « Guide » de la nation et  fit remplacer la photo du roi par la sienne.

 

 

On peut imaginer que le jeune roi à Lausanne ne peut assister qu'impuissant, aux événements qui vont marquer son pays pendant la seconde guerre mondiale. Il apprendra par exemple, que le 24 juin 1939, Phibun changea le nom du pays, pour devenir  Prathet Thai  (« pays des (hommes) Libres ») ou Thaïlande ; La guerre franco-thaïlandaise d’octobre 1940 au 9 mai 1941 ; Comme il sera informé  que le Japon avait attaqué les Etats-Unis le 7 décembre 1941, et la Grande-Bretagne le 8 décembre et envahi la Thaïlande. Mis devant le fait accompli, le maréchal Phibun signait un traité d’alliance le 10 décembre 1941 avec le Japon et déclarait la guerre aux États-Unis et à la Grande-Bretagne le 25 janvier 1942 ; Que le choix de Phibun en faveur d’un pacte d’alliance avec les Japonais  allait marquer une rupture politique avec Pridi et les « civils » et entraîner la Thaïlande dans la guerre contre la Grande–Bretagne et les États-Unis le  25 janvier 1942 ; que  Pridi avait dû quitté le gouvernement à la demande des Japonais et nommé Régent. Qu’apprit-il des différents mouvements de résistance thaïlandais qui vont s’organiser sous l’appellation Free Thais avec l’objectif de lutter contre l’occupation japonaise, et de redonner au pays son indépendance, avec la collaboration des services secrets britannique, la  Special Operations Executive (SOE), et américain, l’Office of Stratégic Services (OSS). (Cf. Notre article (6) « La résistance des Thaïlandais et des « Free Thaïs » pendant la seconde guerre mondiale ».) Fut-il informé (et quand?), après la capitulation du  Japon le 5 août 1945, de la proclamation royale de paix de Pridi lancé au nom du roi: « Considérant que, par une proclamation faite à Bangkok le 16 Août 1945, le Régent de Siam n'a, au nom de Sa Majesté le Roi de Siam, proclamé la déclaration de guerre faite par le Siam, le 25 Janvier 1942, contre le Royaume-Uni nulle et non avenue en ce qu'elle a été faite contrairement à la volonté du peuple siamois et en violation de la Constitution et des lois de Siam … ». Le 1er ministre en poste, Khuang Aphaiwong qui avait été désigné par le Régent Pridi le 1er août 1944, donnera sa démission le 31 août 1945. 

 

 

Que pouvait comprendre le jeune roi aux luttes de pouvoir qui vont animer la vie politique thaïlandaise après la fin de la deuxième guerre mondiale, jusqu'à son assassinat le 9 juin 1946, avec pas moins de 15 gouvernements ? (Cf. (7) Notre chronologie de la fin de la seconde guerre mondiale au retour de Phibun le 8 avril 1948)

 

Rama VIII revient donc en Thaïlande à la fin de la seconde guerre mondiale en décembre 1945, avec un diplôme de droit. Lord Mountbatten, commandant en chef des forces britanniques en Asie du Sud-Est, en visite en janvier 1946 à Bangkok décrira le jeune roi : « comme un garçon apeuré et myope, ses épaules en pente  et sa poitrine mince ornée de magnifiques décorations parsemée de diamants,  tout-à-fait pathétique et solitaire » et lors d'une réunion : « Sa nervosité est si alarmante que je suis tout prêt pour le soutenir au cas où il s'évanouirait ».

 

 

6 mois plus tard, le jeune  Rama VIII est assassiné.

 

Le  9 juin 1946 au matin, le roi est retrouvé dans sa chambre avec une balle dans la tête. La radio annoncera que le roi est mort accidentellement en nettoyant son revolver. Le parti démocrate lancera la rumeur que Pridi est derrière cet assassinat.

 

« L’enquête fut longue et fit intervenir des experts anglais en balistique et en médecine légale. Trois inculpations furent prononcées le 28 septembre 1948 concernant deux pages royaux et le secrétaire du roi. Pridi le fut comme instigateur présumé et le lieutenant Vacharachai Chaiyasithiwet comme autre exécutant. Toutefois, ils avaient tous deux fui la Thaïlande après le coup d’État de novembre 1947.

 

Une première décision fut rendue  le 27 septembre 1951 acquittant deux des trois accusés et condamnant le troisième à mort. Aucune décision  ne fut prononcée contre Pridi ou Vacharachai.  Sur appel, en décembre 1953, la Cour confirma un seul des acquittements et prononça deux peines de mort. Le dossier fut soumis à la Cour suprême  qui prononça trois peines de mort le 13 octobre 1954.  Elles furent exécutées le 17 février 1955, le Roi ayant refusé leur grâce. Contrairement à ce que l’on lit souvent, la décision qui fait 58 pages est d’accès libre tant en thaï évidemment qu’en traduction anglaise.» (Notre note 9 in (4))

 

 

Quelle tragique destinée ! Le jeune roi n'avait régné que 6 mois ! Et dire qu'il avait prévu de retourner en Suisse pour terminer son doctorat en droit à l'Université de Lausanne quatre jours plus tard. Son frère, le prince Bhumibol lui succédera le 9 juin 1946. 

 

 

 

NOTES ET RÉFÉRENCES.

 

(1) 216- MAHIDOL  AYULYADEJ,  «  LE PRINCE  PÈRE », PÈRE DE RAMA VIII ET DU) ROI RAMA IX

http://www.alainbernardenthailande.com/2016/01/216-mahidol-ayulyadej-le-prince-pere-pere-de-rama-viii-et-du-roi-actuel-de-thailande-bhumibol-ayulyadej.html

 

(2) 217 – LA VIE EN SUISSE DES DEUX FUTURS ROIS THAÏLANDAIS, RAMA VIII ET RAMA IX.

http://www.alainbernardenthailande.com/2016/01/217-la-vie-en-suisse-des-deux-futurs-rois-de-thailande-rama-viii-et-rama-ix.html

 

(3) พระบาทสมเด็จพระเจ้าอยู่หัว ๆ รัชกาลที่ ๙ และเจ้านายไทยในโลซานน์ publié chez Slatkine à Genève – ISBN 978 2 8321 0539 9 – cet ouvrage a fait l’objet d’une édition en français « Le roi Bhumibol et la famille royale de Thaïlande à Lausanne » publié en 2015 toujours chez Slatkine – ISBN  978 2 8321 0662 4.

 

 

(4) H 25-- UN ATTENTAT MANQUÉ CONTRE LE ROI ANANDA EN ESCALE À COLOMBO EN NOVEMBRE 1938 FUT-IL LE PRÉLUDE À SON ASSASSINAT LE 9 JUIN 1946 ?

http://www.alainbernardenthailande.com/2018/11/h-25-un-attentat-manque-contre-le-roi-ananda-en-escale-a-colombo-en-novembre-1938-fut-il-le-prelude-a-son-assassinat-le-9-juin-1946

 

(5) 198.  LE GOUVERNEMENT PHIBUN SONGKHRAM (16 décembre 1938-1er août 1944)

http://www.alainbernardenthailande.com/2015/08/198-le-gouvernement-phibun-songkhram-16-decembre-1938-1er-ao-t-1944.html

 

(6) 202. LA RÉSISTANCE DES THAILANDAIS, et DES FREE THAIS, PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE.

http://www.alainbernardenthailande.com/2015/09/202-la-resistance-des-thailandais-et-des-free-thais-pendant-la-seconde-guerre-mondiale.html

 

(7) UNE CHRONOLOGIE DE L’HISTOIRE DE LA THAÏLANDE, DE LA FIN DE LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE AU RETOUR AU POUVOIR DE PHIBUN LE 8 AVRIL 1948.

w.w.w.alainbernardenthailande.com/2015/09/206-une-chronologie-de-l-histoire-de-la-thailande-de-la-fin-de-la-deuxieme-guerre-mondiale-au-retour-au-pouvoir-de-phibun-le-8-avril

Du 31 août 1945 au coup d’État du 8 avril 1948, qui voit le retour de Phibun au pouvoir, nous voyons 15 gouvernements en moins de 3 ans, six premiers ministres et deux coups d’Etats militaires, avant que la dictature de Phibun ne s’installe pour plus de 9 ans.

Cf. Aussi  Wikipédia: https://en.wikipedia.org/wiki/Ananda_Mahidol

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires