Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 00:05

Thaisa titre

 ou Le "roi tigre".

 

La dynastie que les Thaïs appellent la dynastie Ban Phlu Luang (ราชวงศ์บ้านพลูหลวง, la « maison du bétel royal » fondée sur la sanglante usurpation de Phetracha « né avec tous les talents des grands hommes et les vices des scélérats » nous dit Turpin (1), commence avec celui-ci en 1688 (2). Il règne 15 ans avant que son fils, adoptif ou spirituel, peu importe, au nom prestigieux de « roi tigre » ne lui succède pour 5 ans seulement (3). Ce fut le début de ce que l’on qualifie parfois un peu vite de la période isolationniste du Siam après le départ des Français dans les conditions que l’on sait.


A la mort du « roi tigre » que Wood, moralisateur, attribue à « ses excès de boisson et à ses débauches » (4), 

 

dolce vita

 

succède son fils, Sanphet 9 (พระบาทสมเด็จพระสรรเพชญที่ ๙) ou encore Thaï Sa (สมเด็จพระเจ้าอยู่หัวท้ายสระ).

Le roi Tigre ne s’entendait pas avec son fils aîné et voulut faire du second son héritier. Celui-ci, nous dit fort joliment Turpin « se montra véritablement digne du trône par le refus qu’il fit d’y monter au détriment de son aîné qu’il fit rentrer dans la jouissance des privilèges de la nature. Il n’exigea de lui qu’une condition, ce fut d’être son successeur en cas qu’il vint à mourir le premier ». Thaï Sa a vingt-huit ans lorsqu’il devient roi. Son jeune frère devient donc Uparat (อุปราช), c’est-à-dire vice-roi et héritier présomptif de la couronne.

Monseigneur Pallegoix (5) nous dit pour décrire son règne : «Chao Dua étant mort, son fils (qu’on ne nomme pas) lui succéda. Il ne fit rien de remarquable si ce n’est qu’il chassa les Annamites du Cambodge qu’il rendit tributaire ». Voilà donc notre prélat qui exécute en deux lignes le règne du fils comme il a exécuté celui du père en trois ! Aymonier n’est guère plus prolixe (6) : « Le roi envoya une expédition au Cambodge, rendit ce pays tributaire et en chassa les Annamites. » Comme si chasser les Annamites du Cambodge et rendre ce pays tributaire du Siam, ce n’était rien !

 

annamites chassés


Mais venons-en à cette campagne du Cambodge.


Le roi entre ou plutôt fait entrer ses armées en 1717 au Cambodge, en proie à d’incessantes luttes intestines. Lui-même nous dit Turpin était « assoupi dans les voluptés de son sérail ». De vives compétitions pour l’accès au trône existent entre divers princes cambodgiens.

 

calife

 

Les Siamois et les Annamites prennent le malheureux pays khmer comme théâtre de leurs luttes. L’un des princes appelle le Siam à son secours, alors que son rival  avait appelé les armées annamites.

L’armée de terre est sous les ordres du Phraya Chakri à la tête de 50.000 hommes et la flotte sous les ordres d’un amiral chinois nommé Phra Khosathibodi à la tête de 20.000 combattants. Cet amiral manifesta une totale incompétence et les armées de terre subirent aussi plusieurs désastres. Le prince ami des Annamites avait en effet pratiqué la politique de la terre brulée, laissant aux Siamois un pays dévasté et ravagé, les forçant à se nourrir de leurs animaux de trait. Mais, vainqueur sur mer, le parti annamite est finalement vaincu sur terre. Le prince ami des Siamois est probablement contraint, pour conserver le pouvoir de se reconnaître au moins nominalement leur vassal. Le Siam perdit des batailles mais gagna la guerre et chassa les Annamites du Cambodge. À partir de cette époque, les rois cambodgiens prirent l’habitude au moment de leur avènement d’envoyer des présents et des fleurs d’or en signe de vassalité.


Après cette campagne victorieuse, le règne de Thaï Sa fut paisible, il eut une carrière de bâtisseur, terminant la construction du canal entreprise par son père et se signala, nous disent les annales en construisant ou restaurant de nombreux temples. La dynastie quoique sanguinaire, fut aussi une dynastie de bâtisseurs (7). 

Il aurait dû son nom, que l’on pourrait traduire par « le roi des bords de l’étang », à sa prédilection pour la pêche, occupation paisible s’il en est, et son goût pour la carpe.


carpe

Il commet à cette occasion, nous disent les annales, un « péché » : La pêche de la carpe devint un privilège royal, interdite à quiconque sous peine d’amende.


peche interdite

Il aime la pèche, pas seulement de la carpe, et la pratique en saison des pluies (un temps pluvieux est préférable à un temps caniculaire savent tous les disciples de Saint Pierre), il pèche à la ligne, à la nasse ou au filet.

Il aime aussi la chasse, et il organise des expéditions en forêt et sait aussi poser des trappes, des trébuchets ou des collets. Il aime également capturer les éléphants.

chasse a l'elephant

 

Il a hérité des goûts de son père assurément. Mais de façon fort curieuse, ce que les annales appellent chez le « roi tigre » la passion de la chasse et de la pèche devient chez lui « la passion de détruire la vie, de tuer ».

pecheur


Si bien qu’il meurt à 44 ans ce qui lui vaut des annales cette méchante oraison funèbre digne d’une homélie de Monseigneur Pallegoix : « Ceux qui pratiquent la charité et détestent tuer vivent longtemps, la vie de ceux qui ne pratiquent pas la charité et qui aiment tuer sera courte ».


 sermon.jpg

__________________________________________________

 

(1) « Description du royaume thaï ou Siam » volume II, 1771.

(2) Article 100 « le règne de Phetracha ».

(3) Article 101 « Le roi Luang Sorasak ».

(4) « A history of Siam from the earliest time to the year A.D. 1781 with a supplement dealing with mor recent events » publié à Chiangmaï en 1924.

(5) « Description du royaume thaï ou Siam » volume II pages 92 s.

(6) « Le Cambodge – le groupe d’Angkor et l’histoire » volume 3, 1904, p. 783 s.

(7) Voir la thèse (en thaï) magnifiquement illustrée « Buddhist architecture of the Ban Phlu Luang Dynasty - พุทธสถาปัตยกรรมสมัยราชวงศ์บ้านพลูหลวง » in : http://www.thapra.lib.su.ac.th/thesis/showthesis_th.asp?id=0000000177

 

 thèse-2


 thèse-1

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires