Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 00:07

photoSon nom de naissance est สิงห์ สิงหเสนี Sing - Singhaseni.  Il est le quatrième fils de เจ้าพระยาอภัยราชา (ปิ่น) Chaophraya aphairacha ( Pin ) et คุณหญิง  ฟัก khunphouying Fak (la dame Fak). Son père est de haute extraction, il a titre de prince, mais sa mère est– elle n’a que le titre de Khun - probablement de modeste noblesse. La famille aurait pour origine un Bhramin nommé สิริวัฒน Siriwatana, qui a servi comme conseiller royal sous le règne du Roi Narai le Grand. Son père servit à la cour du roi Rama I et aurait été ensuite honoré du titre เจ้าพระยาวังหน้า Somdet Chao Phraya Wangna, que l’on peut traduire par « prince du palais » sous le règne de Rama II (1).


Sa naissance intervient à la fin du règne du roi Taksin, un  mercredi, la cinquième nuit de la lune décroissante, dans le deuxième mois lunaire dans l'année de la chèvre en 2318, en clair 11 Janvier 1775, dans une maison de Bangkok-Thonburi située près du pont en face de l’actuel ministère de l'Intérieur.


Il reçoit l’éducation des enfants de haut lignage, probablement au temple de บางวาใหญ่  bang wa yaï ou วัดระฆังโฆษิตาราม wat rakangkositharama (temple des cloches) à Bangkok où Rama II avait lui-même été éduqué quelques années avant lui.


temple-des-cloches.jpg

 

On le disait courageux, ferme et patient, plein d'esprit, intelligent honnête et loyal, prudent et perspicace.

En 1782, Rama II monte sur le trône et l’attache à la maison de son fils devenu Prince อิศรสุนทร Itsarasunthon (2).

 

Sous le règne de Rama II (terminé en 1824), il occupe d’importantes fonctions civiles : พระพรหม สุรินทรา Phra Phroma Surinthara, en charge de la Police royale, พระยาราชโยธา Phraya Rachayotha à son retour du Cambodge, en charge de la construction, et plus tard, พระยา เกษตรรักษา Phraya kesatraksa, en charge de l'agriculture.

Rama III le gratifia par la suite du très honorifique titre de พระยาราชสุภาวดี phrayarachaSuphawadi (que l’on pourrait traduire par « très excellent seigneur »), ensuite celui, encore supérieur de เจ้าพระยาราชสุภาวดี Chaophraya rachasuphawadi, avec les fonctions d’un premier ministre et enfin, il a alors 53 ans, celui de เจ้าพระยาบดินทรเดชา สิงห์ สิงหเสนี Chaophraya Bodindecha Sing Singhaseni … บดินทรเดชา Bodindecha c’est « le puissant monarque », suprême honneur puisque บดินทร Bodin « le monarque » fait partie des titulatures de son souverain (3).


bodin.jpg

 

Mais c’est en tant que chef suprême des armées, tire qu’il acquiert en 1826, qu’il va connaître la gloire sous Rama III (4).


rama 3

 

Où a-t-il acquis ces compétences guerrières, nous l’ignorons.


Nous connaissons ses campagnes victorieuses, au Laos, au Vietnam et au Cambodge, n’y revenons pas (5).


Les historiens occidentaux ne sont pas riches en renseignements sur lui qui fut pourtant le « bras séculier » de son monarque et ne connaissent que le chef de guerre.


Monseigneur Pallegoix est un ami du Roi Rama IV,


Pallegoix.jpg

 

il tient probablement de lui sa version des exploits guerriers de Bondindécha, considère qu’il y eut « deux événements mémorables » sous le règne de Rama III : « Le premier fut l’expédition (1829) contre le roi Lao de Vieng- Chan, qui eut lieu en 1829, ce monarque, fait captif, fut amené à Bangkok, mis dans une cage de fer, exposé aux insultes de la populace et ne tarda pas à succomber aux mauvais traitements qu’il endurait  ». « Le second fut une expédition dirigée contre les Cochinchinois et par terre et par mer (1834). Elle n’eut pas d’autre résultat que de procurer à Siam quelques milliers de captifs ». Mais il ne prononce pas même son nom (6).


Sir John Browring, ambassadeur de la Reine en Chine, gouverneur de Hong-Kong et  lui-même ami du roi Mongkut,

 

Browring.jpg

 

donne deux ans plus tard de la campagne du Laos une version guère plus complète que celle de Monseigneur Pallegoix mais s’étend avec une complaisance assez malsaine sur les supplices infligés au malheureux roi du Laos et à sa progéniture. Nous vous en épargnerons les détails. Retenons seulement cette constatation qui semblait à l’époque ne choquer personne (tout au moins ni anglais ni à fortiori siamois) : « l’expédition contre le Laos fut un succès. Comme il était habituel dans les guerres des Siamois, ils dévastèrent et pillèrent le pays, en emmenèrent les habitants et les conduisirent à Bangkok pour être vendus comme esclaves… ». Il en sera de même pour l’invasion de la Cochinchine par terre et par mer dont le seul résultat avait été la capture d’un grand nombre de Cochinchinois conduits au Siam pour y être vendus comme esclaves. Notre ambassadeur excipe de ses relations privilégiées avec le roi Mongkut et cite une longue lettre que lui a adressé le souverain (signée « rex siamensium ») pour lui conter l’histoire de sa dynastie. Les renseignements ont donc été recueillis de première main (7).

BROWRING-11-copie-1.jpg

Lunet de Lajonquières est plus lyrique (8) : « Une armée siamoise commandée par le général Bodin franchit les solitudes des forêts clairières, surprit la ville qui ne parait pas s’être défendue et s’en empara. Le roi Anu se réfugia en Annam d’abord puis dans le Trân-Ninh où par la suite il fut pris. Le général siamois rasa  les palais et les cases, pilla et saccagea les pagodes, il emporta l’or, l’argent, les soieries, les manuscrits des bibliothèques, les Buddhas, entre autre le fameux Bouddha d’émeraude … ». Il n’oublie que les viols à la chaine !


Lunet-de-la-J.jpg

 

Etienne Aymonier donne une version similaire, remarquons qu’il appelle le généralissime (est-ce péjoratif ?) « Le Bodin » (9) (10).

 

Aymonier.jpg

 

C’est avec une armée de 3.000 hommes seulement que le Laos aurait été conquis ? C’est aussi sur ordre de Rama III que la ville aurait été rasée. Nous savons aussi que son passage dans le pays n’a pas laissé un bon souvenir aux Laos …Le roi mourut en février 1829 à l’âge de 62 ans et nul ne sait ce qu’il advint de sa famille. L’érection à Vientiane du monument à la gloire du roi martyr (11) cent quatre vingt deux ans après le passage de Bodindécha au Laos, regard et bras tendu vers le Mékong et au-delà vers la Thaïlande, une épée dans l’autre main, aurait pu être considéré (a été ?) comme un défi lancé au puissant voisin.


anouvong.jpg

 

Curieusement, alors que nos fameuses « Chroniques d’Ayutthaya » abondent à longueur de pages de détails sur les guerres qui ont ensanglanté le royaume sur des périodes beaucoup plus anciennes (composition des armées, armement, ordres de marche, bons ou mauvais présages, etc…) nous savons en définitive peu de choses sur des guerres qui se sont déroulée quelques  siècles plus tard.

***

Chef de guerre certes, mais aussi capable de diplomatie. IL aurait mené les négociations de โพธิสัตว์  Phothisat aboutissant au règlement de la question khméro-vietnamienne.

Comme ministre de l’agriculture et premier ministre, il alimente pendant de longues années le Cambodge par l’envoi de nourriture pour éviter les famines. Toujours comme ministre de l’agriculture, il favorise la culture du riz dans des zones défavorisées et les années de mauvaises récoltes, intervient auprès du roi pour accorder des exemptions d’impôts et de corvées.


Lorsque le pays est en paix, c’est alors le ministre de la construction ou de la reconstruction qui agit. Pour assurer la paix dans les années qui viennent, il supervise la restauration de la forteresse de พระตะบอง Phratabong aux marches du Cambodge.

 

prqtqbong.jpg

 

อุคร มีชัย  Udon Meechai est fortifiée par ses soins (creusement de douves, construction du rempart et renforcement de la forteresse) sans oublier un temple comme nous allons le voir.

On lui doit encore la construction du marché เวิ้งนครเขษม Woeng Nakhon Kasem à Bangkok aujourd’hui qualifié de «  marché des voleurs ».

 

marche-des-voleurs.jpg

***

Bouddhiste rigoureux encore, il lutte contre la consommation d’opium, interdisant son négoce, faisant fermer les fumeries, et imposant aux délinquants des sanctions sévères qui auraient frappé jusqu’à sa propre progéniture.


fumerie.jpg

 

C’est toujours comme bouddhiste qu’il entreprend la construction de nombreux temples, au Cambodge, mais surtout dans son pays, nous pouvons en donner une liste « à la Prévert » qui n’est probablement pas exhaustive :

Le วัดชัยชนะ สงคราม Wat Chai Chana Songkhram « le temple de la victoire » construit peu avant sa mort en 1848 sur un terrain lui appartenant pour célébrer sa victoire sur le Laos.

 

chaichana.jpg

 

Le วัดเทพลีลา Wat Thep leela à Bangkok, construit au bord de l’eau.

Wat-Thep-leela.jpg

 

Le วัดหลวงบดินเดชา Wat luangbodindecha à Prachinburi.


luang.jpg

 

Le วัดแจง Wat Chaeng à Prachin Buri aussi.

 

Wat-Chaeng.jpg

 

Le วัดร้องกวาง Wat rongkwang à Prachin Buri toujours.

 

Wat-Rong-Kwean.jpg

 

Le วัดพระยาทำ Wat Phraya Tham à Kabinburi.

 

Phrayatham-copie-1.jpg

 

Et pour ne pas oublier le Cambodge, le วัดอุคร มีชัย  Wat Udon Meechai, à Udonmeechaï.

 

Wat-Udongmeechai.jpg


Et la restauration de nombreux autres temples,  notamment ceux que les Birmans avaient détruits à Ayutthaya, comme : Le วัดจักรวรรดิราชาวาสวรมหาวิหาร en abrégé Wat Chakrawadrachawas à Bangkok;

chakrwan.JPG

 

Le วัดปรินายก ฯ en abrégé Wat Parinayok à Bangkok.

 

watparinayok.jpg

 

Le วัดอรัญญิก Wat aranyik à Phitsanulok.


ARUNIK.jpg

 

Le วัดศาลาปูนวรวิหาร Wat salapoonkrungkao à Ayutthaya.


SALONG.jpg

 

***

Il mourut  du choléra le dimanche 24 Juin 1849 âgé de 72 ans. Les lieux ou monuments qui célèbrent son souvenir sont innombrables, des médailles,

medailles.jpg

 

des rues, de nombreuses écoles (dont l’une des plus prestigieuses de Bangkok),

 

ECOLE.jpg

 

de statues un peu partout,

 

statue-Yasothon.JPG

 

pas encore de timbre-poste toutefois, jusqu’à, ce qui est d’un goût douteux, des utilisations commerciales : un immeuble de luxe à Bangkok,

 

condo.jpg

 

un club de golf à Yasothon

 

golf.JPG


Il a son musée à Bangkok พิพิธภัณฑ์เจ้าพระยาบดินทรเดชา(สิงห์ สิงหเสนี) 

Musee.jpg

 

où l’on conserve ses souvenirs personnels.


Musee-3.jpg

 

Le fort de la police des frontières à Aranyaphrathet porte son nom.

 

frontiere-copie-1.jpg

 

Le 16ème régiment d’infanterie de l’armée royale à Yasothon siège depuis 1985 au « Camp Bodindecha »,

 

16eme.jpg

 

l’hymne du régiment est évidemment en son honneur :

 

 

 

 

 

***

Comme nous l’avons écrit, « Chaque pays a ses héros. « Vérité nationaliste au deçà du Mékong, erreur au-delà », aurait pu dire Montaigne» (11).

 

------------------------------------------------------------------------

 

Notes


Il n’existe pas, à notre connaissance tout au moins, d’ouvrages en anglais et encore moins en français consacrés au généralissime. Si les sites Internet qui lui sont consacrés sont innombrables, ils sont souvent d’un piètre niveau, se copient tous entre eux et donnent en général des références (อ้างอิง) la plupart du temps fantaisistes (réponse habituelle « 404 not found »). Un site sort du lot, c’est celui d’une école qui porte le nom de notre héros, « A biography of Chao Phraya Bodin Decha (Sing Singhaseni) Prime minister on the civil side and supreme army commander in the reign of his majesty King Rama III »

(http://archive.is/20121221140605/www.bodin.ac.th/InfoSchool/engchaophraya.html)

 

(1) Sur ces fonctions, voir « Redefining Wangna Rattanakosin, the history, conservation and interpretation of a royal thai palace » par Bussayamas Nandawan, publication de Silpakorn University, 2008.

(2) Voir notre article 117 « Rama II – 1809-1824 ».

 

(3) Si les rois de France n’autorisaient pas leurs fidèles sujets (ou leurs bonnes villes) à porter tout ou partie de leur nom, ils les autorisaient, honneur suprême, à porter les royales fleurs de lys dans leurs armoiries.


blason.jpg

(4) Une curiosité de la langue thaïe, le commandant en chef des armées est en thaï แม่ทัพ mèthap, « la mère des armées », en français nous préférons le colonel « père du régiment ».


(5) Voir notre article 118 « la politique étrangère de Rama III ».


(6) « Description du royaume thaï ou Siam », volume II, 1854.


(7)« The kingdom and people of Siam » publié à Londres en 1857, pages 60 s.


(8) « Vieng-Chan » in « Bulletin de l’école français d’Extrême-Orient » 1901, tome I, pages 99s.


(9) « Notes sur le Laos », à Saïgon, 1885.


(10) Sur les rapports tumultueux du Siam et du Laos, voir: Supawat Sregongsrang « A study of Thailand and Laos relations through the perpective of the Vientiane Sisaket temple    and the Rattanakosin emerald Buddha temple » Silpakorn University 2010 avec une abondante bibliographie d’accès difficile (pour nous).


(11) Voir notre article 119 « Le roi Anouvong, le dernier roi de Vientiane ».

 

 

 

 

 fin.jpg

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Personnages - héros connus et inconnus
commenter cet article

commentaires

Voyage en Thailande 13/03/2014 11:09


Superbe article ! Merci à tous les deux, ca fait du bien d'aborder la Thailande sous un regard historique et ca change du coté "touristique" que l'on a (trop?) l' habitude de lire sur la toile.


Merci de nous faire "voyager en thailande" dans le passé

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 13/03/2014 12:13



Merci de votre commentaire et au plisir de vous relire