Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 00:02

système métriqueNous vous avons parlé des poids et mesures dans le Siam ancien (1), systèmes de mesure traditionnels qui subsistent encore et peut-être pas seulement à l’état de fossile, et sur la division du temps (2) dont l’utilisation au quotidien est toujours d’actualité. Nous vous avons dit que c’est le Roi Rama V qui avait introduit dans la monnaie le système décimal, un bath ou un tical de 100 satangs, mais que le système métrique (3) proprement dit avait été introduit en 1923 seulement.

 

Cette introduction ne s’est toutefois, de loin, pas faite brutalement comme nous allons le voir (4).

 

Le système traditionnel comme celui de l’ancienne France reposait sur éléments concrets (une toise, une coudée, un pan, un pouce) mais avec un vice majeur, c’est qu’il n’était pas décimal et surtout que d’une région à l’autre la taille d’une toise, l’étendue des deux bras, divergeait, la toise d’Avignon n’était pas celle de Poitiers !

toise

 

L’intérêt majeur du système métrique était de définir une unité de longueur de base, une unité de masse de base et une unité de temps de base, le mètre, la « dix millionième partie du quart du méridien terrestre » avec ses subdivisions décimales, le tout permettant de déterminer en deux dimensions les superficies et en trois dimensions les volumes (5).

 

mètre

 

 

Ce sont les trois principales unités fondamentales (6).

 

Par contre, l’unité de temps resta la seconde, définie au départ comme une fraction de 1/86.400ème du jour moyen.

sablier

Le système décimal n’a, en effet, jamais « passé la rampe » tant au niveau de la division du temps (24 heures par jour et non 10 heures de 100 minutes de 100 secondes) qu’au niveau de la division du cercle en 360° et non 400 grades. Les deux sont liés puisque la décimalisation de la circonférence n’aurait pu avoir d’intérêt que si elle avait été en concordance avec la division du jour.

 

La Convention nationale en 1793 avait pourtant considéré avec une implacable logique que dans la mesure où les poids et mesures utilisaient le système décimal, il était absurde de  diviser la journée d’une autre façon et décida alors de diviser la journée en 10 heures de 100 minutes de 100 secondes. Le système ne s’imposa pas et l’on revint aux divisions traditionnelles. 9 h 05 du matin, c’était 3 h 86 ! Il n’en reste plus que le souvenir rarissime d’horloges ou de montre révolutionnaires, de magnifiques exemplaires en particulier au Conservatoire nationale des arts et métiers, qui font surtout la joie des collectionneurs (7).

montre decimale

 

Mais venons-en au Siam !

 

La nécessité d’établir un cadastre fondé sur des éléments géodésiques précis apparait en 1897 sous le règne de Rama V. Dès 1897, après avoir décimalisé les monnaies, il s’intéresse aussi aux volumes, essentiellement pour connaître la production du riz. Jusqu’en 1905, diverses commissions essentiellement sous l’égide de ses ministres et de son conseiller flamand Rolin-Jacquemyns concluent à l’intérêt d’utiliser le système métrique. Le Bureau International des poids et mesures sera approché en 1909 (8).

 

BIPM

 

Probablement pour faciliter son adhésion, le Siam avait autorisé dès 1907 l’utilisation du système métrique en parallèle à celle du système traditionnel. Il y sera admis en 1912.

 

Rama VI ne fit en ce domaine que chausser les bottes de son père. Comme le fait systématiquement le Bureau international des poids et mesures lorsqu’un pays sollicite son adhésion, on lui envoie copie des étalons (probablement le mètre et le kilogramme ?). Nous n’avons malheureusement pas pu savoir quand ces étalons ont été envoyés à Bangkok, s’ils y sont encore conservés et ou ?

 

-etalon-m

 

Avant toutefois l’application du système métrique, la réforme envisagée conduisit à une révision partielle de normalisation des mesures traditionnelles par rapport au système métrique, légalisant le wa à 2 mètres exactement (9), le thanan (le contenu d’une demi-noix de coco à 1 litre exactement et le tchang (unité de poids) à 1.200 grammes exactement. C’est en réalité une standardisation qui revient à une introduction déguisée et en douceur du système métrique !

 

L’admission du Siam en 1912 est souvent interprétée comme une légalisation du système métrique à cette date, c’est une erreur (10).

Le système métrique fut définitivement introduit et encore à terme, par une loi du 17 décembre 1923 dont nous citons le préambule (11) :

 

« Sur ordre de sa très excellente Majesté le roi,

« Considérant qu’il n’existe actuellement aucun système uniforme légalisé de poids et mesures dans le royaume, 

« Qu’il est désirable d’en introduire un,

« Qu’il est convenable que le système des poids et mesures du royaume soit conforme à celui des autres pays autant que cela est compatible avec les besoins intérieurs du pays, 

« Considérant que le système métrique est maintenant largement employé, 

« Considérant que sa majesté le roi se plait à ordonner que le système légalise des poids et mesures du Siam soit le système métrique avec un certain nombre d’unités vulgaires adaptées à ce système, afin de faire face aux exigences, aussi longtemps que l’usage de ces dernières mesures sera reconnu nécessaire, il est décidé … »

 

La loi doit entrer en application dans un délai de un an à compter de sa publication à la Gazette du Gouvernement.

 

Il devra s’écouler au moins cinq ans avant que le système soit déclaré obligatoire dans tout le royaume. D’ici là restent autorisées les unités d’usage,

 

–       pour les longueurs, le sén de 40 mètres, le wa de 2 mètres, le sok de ½ un demi mètre, et le khup de ¼ de mètre.

–      pour les surfaces, le raï (1.600 mètres carrés), le ngan (400 mètres carrés)  et la tarangwa (4 mètres carrés). Elles sont toujours utilisées.

–      pour les masses, le picul (60 kg), le catty (600 gr) et le carat (20 gr).

–      pour les capacités, le kwian (2.000 litres), le ban (1.000 l.), le sat (20 l.) et bien sûr le thanan (1 l.)

 

***

 

Cette normalisation des mesures traditionnelles et leur référencement au système métrique est évidemment concomitante à la décision d’adopter le système métrique et s’est probablement faire en douceur. La correspondance est aisée. Ce n’est évidemment pas le fait du hasard si nous trouvons un wa de 2 mètres exactement, ou un ban de 1 mètre cube !  Très exactement comme si, avant de décréter l’obligation d’utiliser le mètre étalon, la Convention avait décidé que la toise de Toulouse, celle du Comtat Venaissin ou celle du Chatelet (qui toutes deux comme toutes les toises valaient un peu moins de deux mètres) valaient uniformément deux mètres.

 

1952739193

 

Par contre, la correspondance avec le système de mesures anglo-saxonnes est un véritable chemin de croix qui peut prêter à sourire ! Par exemple, restons-en là, le picul devient pour les anglais « environ » 133 livres 1/3, toutes les autres correspondances à l’avenant (12).

 

***

Il ne reste donc plus que le bath – poids qui sert à peser l’or et l’argent qui échappe au système métrique. N’en faisons pas grief aux Thaïs, nous continuons à peser nos pierres précieuses non pas en milligrammes mais en « carats métriques » lesquels font 20 milligrammes mais sont formellement exclus de la liste des unités du système international d’unités, le Bureau se contente d’en déconseiller l’utilisation… alors qu’il est formellement interdit en France d’utiliser d’unités autres que légales (Décret n°82-203 du 26 février 1982).

 

 carat

-----------------------------------------------------------

 

Notes

(1) Notre article A 32 « Poids et mesures pour les anciens de Thaïlande ».

 

(2) Notre article A 33 « Le système horaire traditionnel thaï ». Nous avons vu qu’il était particulièrement bien adapté aux tropiques !

 

(3) Pour des raisons nébuleuses, il parait qu’il ne faut plus parler de « système métrique » mais de « système international d’unités » et ce depuis une décision du Bureau International des poids et mesures de 1960 ? Restons-en aux termes que nous avons appris à l’école primaire.

 

(4) Si l’obligation d’utiliser le système métrique des poids et mesures en France est devenu définitivement obligatoire en 1840, tous les chercheurs et les curieux vous diront que jusqu’à la veille de la guerre de 1914 et peut-être encore après, les actes notariés en province tout au moins, mentionnaient souvent les superficies des biens vendus ou transmis à la fois en mesures traditionnelles et en « mesures nouvelles ».

 

(5) Le bon vieux mètre étalon en platine iridié du Pavillon de Sèvres maintenu sous atmosphère stérile à 4° etc…etc… est devenu obsolète. Les scientifiques du Bureau international des poids et mesures ont redéfini le mètre en 1960 d’abord comme 1.650.763,73 fois la longueurs d'onde de la radiation orangée émise par l'isotope 86 du krypton,

 

isotope 86

 

puis ont amélioré cette intéressante définition en 1983, en définissant le mètre comme la longueur parcourue dans le vide par la lumière pendant une durée de 1/299.792.458ème de seconde. Quant à la seconde, ne vous inquiétez pas, elle n’est plus 1/86.400ème du jour moyen. Elle serait (sous réserve de récente mise à jour qui nous aurait échappé) « la durée de 9.192. 631.770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les niveaux hyperfins F=3 et F=4 de l’état fondamental S½ de l’atome de césium 133 ».

 

cesium

 

Ouf ! Tout cela a peut-être son utilité pour envoyer une sonde naviguer dans l’espace pendant 10 ans avant de se poser de travers sur une comète,

 

sonde

 

elle n’en a aucune lorsque vous allez acheter vos papayes sur le marché. N’épiloguons pas sur l’unité de masse, le kilo,

 

ารสน

 

il semble, nous sommes en 2014 et bientôt en 2015, qu’une nouvelle définition soit au Bureau International des poids et mesures en cours d’élaboration ?

 

(6) Les quatre autres unités fondamentales, l’ampère pour le courant électrique, le kelvin pour la température thermodynamique, la mole pour la quantité de matière et le candela pour l’intensité lumineuse, n’étaient pas d’une actualité brulante au début du XXème siècle : la définition de l’ampère date de 1948, celle du kelvin de 1967, celle de la mole de 1971 et celle du candela de 1960, le tout sauf erreur.

 

(7) Pendant des années, le bulletin du Bureau International des poids et mesures se fait l’écho de multiples propositions pour décimaliser la division du temps et celle du cercle sous l’argument essentiel que la décimalisation facilite les calculs. C’est manifestement un faux problème :

- Nous avons tous à l’école primaire appris à effectuer les quatre opérations sur ce que l’on appelait alors les « nombres complexes »

 

nombres complexes

 

c’est à dire des opérations sur des jours, heures, minutes et secondes ou sur des angles, ce ne devait pas à l’époque dépasser le niveau du Certificat d’études primaires.

 

cep

 

Le dernier des ânes était capable de calculer que 45 minutes plus 55 minutes, cela donnait 1 heure 40 minutes même si c’est un peu plus long que d’additionner 45 et 55 !

- Le décompte en base dix est peut-être logique, nous avons dix doigts, mais les Mayas décomptaient en base vingt puisqu’ils avaient vingt doigts (mains et pieds)

 

Mayas

et si vous prenez la peine, du bout de votre pouce, de compter les phalanges de vos quatre doigts levés, vous en compterez douze !

- La base 12 (celle des Babyloniens) présente un avantage incontestable, 12 est divisible par 12, 6, 4, 3, 2 et  1 c’est-à-dire 6 fois alors que 10 ne l’est que 4 fois (10, 5, 2 et 1) : 12, 24, 36, 60, et 360 sont des «chiffres ronds » au même titre que 10, 100 ou 1.000 le sont dans notre système à base dix.

 

 

babylone

- Argument définitif au XXIème siècle : Les calculettes les moins élaborées permettent actuellement d’effectuer ces calculs !

 

calculette

 

Notons au passage que ces « nombres complexes » n’ont rien à voir avec ce que les mathématiciens appellent les « nombres complexes » qui sont forgés à partir des nombres « imaginaires » (i étant la racine carrée imaginaire puisqu’impossible du nombre négatif – 1). Ainsi, 1 tout seul en « imaginaire » s’écrira 1 + 0i. Ne rigolez pas, c’est incontournable en mathématiques contemporaines.

 

complexe

(8) Créé par la « convention du mètre »  signée à Paris le 20 mai 1875, le bureau siège au Pavillon de Breteuil à Sèvres où sont soigneusement conservés les étalons. Il est chargé de promouvoir le système métrique dans le monde.

 

conventions du metre

 

(9) La wa faisait en réalité en général un peu moins de deux mètres (1,922) selon « Weights, measures and moneys of all nations » par F. W. Clarke, New-york, 1891.

 

(10) Erreur reprise par exemple dans les très sérieuses « Annales de Géographie » 1921, tome 30 page 391. Ne parlons pas de Wikipédia.

 

(11) « Travaux et mémoires du Bureau International des poids et mesures », tome XIX de 1934.

 

(12) Quelques pages de ces correspondances dans le « Bangkok – Siam directory » de 1914.

 

cosinus

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires

F.D. 22/01/2015 09:21

Si le grand public continue de diviser le cercle en 360°, les professionnels (géodésiens, topographes, géomètres.....) ont obligation d'utiliser le grade dans leurs calculs.

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 22/01/2015 23:03

Merci de cette précision