Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 00:02

trois ansOui, 3 ans déjà et plus de 350 articles ! Nous avions écrit 92 articles en 2012 et nous avons réussi à en publier une centaine en 2013 !

Nous avons poursuivi « notre » histoire du Siam. Nous étions à l’annexion du royaume d’Ayutthaya par les Birmans en 1569 au début de 2013 et nous finissons l’année avec la fin d’Ayutthaya en 1767. Une cinquantaine d’articles pour rendre compte de l’histoire de 17 rois et la fin d’un royaume de 416 ans, ainsi que ses relations  mouvementées avec ses voisins birmans, cambodgiens, laotiens, et même thaïs avec le royaume du Lanna par exemple.

Nous avons également en une cinquantaine d’articles poursuivi  notre « découverte «  de la Thaïlande, au gré des films vus, des livres lus, des articles érudits ou parfois de l’actualité, des hasards, nous risquant  sur des disciplines aussi diverses que celles de la littérature, l’économie, le droit, le politique, le religieux, conscients de nos limites, dans notre désir d’apprendre, de partager ce que nous devions aux vrais spécialistes de la Thaïlande, passés et présents, dans l’espoir de ne pas trop  les trahir.

 

bilan

                    --------------------------------

Nous avons donc poursuivi jusqu’au bout la lecture du livre de Cushman, non sans difficulté, qui dans « Les Chroniques royales d’Ayutthaya » avait traduit toutes les chroniques disponibles, provenant de 7 sources différentes, parfois contradictoires, divergentes, voire incohérentes*. Elles traitaient les derniers 17 rois avec une inégale importance, ainsi le roi Thammaracha (1569-1590) avait droit à 46 pages, le roi Naresuan (1590-1605) à 73 pages, mais 8 rois du début du XVII ème siècle (1605-1656) étaient « expédiés » en 33 pages, pour arriver au roi Naraï (1656-1688) qui  bénéficiait de 95 pages, et de nombreux témoignages français de par ailleurs. **(Cf. Les ambassades de Louis XIV, les expéditions militaires françaises et les missionnaires français). Ceci pour dire que la « valeur »  et le nombre d’articles consacrés à chaque règne dépendaient bien sûr des sources disponibles.

Caricature-eleves-generation-ordinateur

De plus, nous constations que si les Chroniques consacraient de nombreuses pages aux guerres d’Ayutthaya contre ses « ennemis » birmans, cambodgiens, laos, môns et les autres mueang thaïs concurrents comme le Lanna, elles ne disaient rien, jusqu’à l’avènement du roi Naraï,  en 1656 sur les autres nations étrangères, voire sur l’arrivée des Européens au XVI ème siècle qui allait bouleverser l’équilibre géopolitique de l’Asie du Sud-Est.

Nous avons donc consacré une dizaine d’articles aux relations entre Ayutthaya et les Portugais, les Anglais, les Hollandais et bien sûr les Français (ambassades, expéditions militaires, et missionnaires), sans oublier les Perses qui étaient là, bien avant les Européens. (76)  Que d’aventures ! L’arrivée et l’installation des Portugais d’abord en Inde en 1510, puis à Malacca en 1511 ; les Hollandais qui arrivèrent presque un siècle plus tard, les premières ambassades européennes, les nouveaux traités commerciaux, les ambitions européennes, les mercenaires, les missionnaires français en 1662, et enfin les relations officielles avec les ambassades européennes, les premières relations franco-thaïes …  


caricature ilaca 01v

Que d’histoires à raconter au niveau diplomatique, commercial, militaire et religieux. Que d’aventuriers ! Nous vous avons raconté par exemple l’histoire de « Yamada Nagamasa, le Japonais qui devint vice-roi au Siam au XVII ème siècle »;  (73) celle de Phaulkon, un aventurier grec qui était devenu le 1er ministre du roi Naraï (A.99). Et du côté siamois, le roi Naresuan (1590-1605), le héros national, qui avait redonné en 1584 son indépendance  à Ayutthaya, annexé depuis 1569 par les Birmans,  pris le contrôle des routes commerciales du Sud, conquis le Cambodge en 1594, bref était devenu le maître du jeu politique de la région.(Cf. 70) Son père, le roi Thammaracha (1569-1590) avait eu aussi un destin exceptionnel, même si celui-ci n’est pas reconnu par de nombreux  Thaïlandais qui lui reprochent sa « trahison ». (Cf. 61) Que dire de Kosapan, l’ambassadeur du roi Naraï, présenté à Louis XIV en 1686, et qui selon les Chroniques, avait démontré l’invulnérabilité des soldats siamois ! (Cf. 97) On entrait avec ce récit siamois dans un autre monde, avec ses croyances aux esprits, aux pouvoirs magiques qui rendent invisibles, aux signes du ciel … Une autre culture.


 

reiser

 

Les Chroniques royales, certes racontaient les guerres, les révoltes, les victoires et les défaites, donnaient quelques repères historiques, mais surtout  nous installaient dans le sacré, dans le cadre mythico-religieux du bouddhisme theravâda et des divinités indiennes, qui  cohabitaient parfois avec des luttes de pouvoir et de conquête où la cruauté, l’excès, le festif s’exprimaient.


On assistait souvent à de terribles « querelles » de succession, qui se terminaient par la mort des prétendants et de leurs familles. Le roi Naraï lui-même disions-nous, avait pris la couronne, après avoir aidé son oncle Phra Si Sutham Racha (frère de Phrasat Thong) à prendre le pouvoir en exécutant le roi Chao Fa Nai, et en l’exécutant deux mois et vingt jours plus tard. Et son successeur Phetracha, avait tué son 1er ministre Phaulcon, ses deux frères, épousé sa fille et s’était fait roi. La fameuse « révolution » de 1688 qui avait chassé les Français qui avaient pensé  conquérir le Siam. (99) Mais quel que soit le mode opératoire pour arriver au pouvoir, les Chroniques racontaient règne par règne, les mêmes processus de légitimation : la cérémonie d’investiture avec le rituel brahmanique, le nom du roi qui reprenait le flambeau des rois précédents, et des divinités (avec une liste impressionnante de titres et d’avatars divins), la justification royale par les mérites acquis, les funérailles solennelles du roi précédent, le soutien de la sangha, (dons de statues de Bouddha, reliques, construction de temples, pèlerinages, etc.), l’acquisition des éléphants blancs qui donnait prestige et pouvoir sur les vassaux, le cérémonial des audiences et des visites royales, l’étiquette et la hiérarchie.


reprise-cours-d-histoire-citoyenne


Mais les Chroniques faisaient l’impasse sur le commerce (87), la collaboration des étrangers dans l’administration et l’armée (90), leur soutien dans la guerre avec des armes à feu et des compétences nouvelles, et jamais n’évoquaient le peuple et l’esclavage. (110, 111).

 

Nous avons consacré de nombreux articles à ces questions, profitant des études d’illustres chercheurs. De même, pour mieux comprendre le contexte géopolitique, nous avons éprouvé le besoin de faire des mises au point sur le contexte international (74) et sur les pays voisins, comme celui des Birmans (104), du Lanna (108). Ou bien, nous avons proposé d’autres points de vue, comme la chute d’Ayutthaya vue par Monseigneur Brigot et racontée par M. Turpin (109) et les 24 guerres contre les Birmans qui se sont déroulées de 1539 à la chute d’Ayutthaya en 1767, par le Prince Damrong (106, 107).

 

historiens

                                     ________________

 

 

Et avec notre histoire du royaume d’Ayutthaya, nous vous avons emmené en 48 articles sur des chemins de traverse au gré de nos rencontres (films, romans, livres, articles, actualité, curiosité du moment) conscients qu’elles nous approchaient d’une meilleure compréhension de la culture thaïlandaise et de ses multiples « réalités ».


Les sujets étaient divers, allaient de la romanisation du thaï aux « Lettres siamoises », de la vision romanesque de la Thaïlande de Michèle Jullian à la vision des Français d’Isan vus par le magazine Gavroche, d’un hommage à S.A.R. la princesse Marsi Paribatra (1931-2013) à la présentation de Chit Phumisak, « le Che Guevara thaïlandais », des esprits thaïlandais aux rapports du bouddhisme et de la politique, d’une chasse au buffle dans la région de Kalasin il y a cent ans, à un film thaï sur le complot de la reine Sisudachan du Siam en 1547, etc.


Bref, vous l’aurez compris, il n’y avait pas là de ligne directrice, mais simplement une tentative de réponse  à la curiosité du moment. Par contre, d’autres sujets étaient traités différemment, ou étaient des découvertes.


Découverte : « La cité perdue khmère de Mahendraparvata » sortie de l'oubli après 1200 ans ».

Découverte : Les cinq écrivains thaïlandais : Atsiri Thammachot, Chart Korbjitti, Sila Khomchai, Wanich Jarungidanan, et Win Lyovari, « écrivant » Bangkok, en poursuivant notre histoire de la littérature thaïlandaise (Avec Louise Pichard-Bertaux), sans oublier le roman de Axel Aylwen consacré à Constance Phaulkon.

Découverte : Sunthorn Phu (1786-1855), l’un des plus grands  poètes thaïlandais, et son nirat de « La Montagne dorée ». (Avec Frédéric Maurel)

 

On peut même parler de découverte avec la birmanisation du Sud de la Thaïlande avec ses 4 millions de Birmans, les travailleurs illégaux,  l’évocation des trafics, du travail forcé. (Avec Ivanoff)


Sans titre-4

Nous avons aussi tenté de cerner, de comprendre la situation des pêcheurs, la crise des petits producteurs de caoutchouc, la situation des vieux paysans, leur misère, ce que signifiait « le bonheur thaïlandais », avec ses salaires dérisoires, un système social insignifiant, la corruption …


Et nous avons même abordé le politique,  avec « l’affaire » du temple du Preah Vihar et le commentaire de la décision du 11 novembre 2013 de la Cour Internationale, et la recherche de ce que pouvaient représenter « les chemises rouges », conscient qu’ils représentaient des acteurs essentiels de la vie politique du pays, surtout après leur victoire électorale importante aux élections du 3 juillet 2011. (Avec  l’étude d’Eugénie Mérieau). Sans oublier les relations entre le bouddhisme et la politique avec l’aide de Gabaude.


Certes tous ces articles étaient d’inégale valeur et dépendaient de leurs sources, mais certains étaient très pertinents et nous aidaient à mieux comprendre ce pays, son histoire, sa culture et sa situation sociale et économique, quand ils s’appuyaient sur de vrais chercheurs réputés.


 Bilqn 2

                   ______________________________________

 

Nous sommes donc arrivés en 2013 à la fin de « notre histoire » du royaume d’Ayutthaya qui a vu régné 34 rois, cinq dynasties, de 1351 à 1767. Et nous allons poursuivre en 2014 « notre histoire » du Siam, avec le fabuleux destin du roi Taksin (1767-1782) et la dynastie actuelle des Chakri de Rama 1er au roi actuel, Rama IX, et de temps en temps vous proposer un article sur des sujets divers, qui sans nul doute, répondront à notre désir de partager nos « découvertes »,  lectures,  curiosités, interrogations, études … dans l’espoir d’en savoir plus sur ce pays qui nous fascine.


Tout voyageur poursuit un fantôme qui, perpétuellement, lui échappe ; il espère sans cesse découvrir un nouveau mode de vie qui soit en quelque sorte fondamentalement différente de ceux qui lui sont familiers. Il s'imagine capable, dès qu'il la rencontrera, d'entrer magiquement en contact avec cette existence merveilleuse, de la comprendre et d'y participer.  « Tour du monde d'un sceptique »  de Aldous Huxley.

 

 AldousHuxley1

 

___________________________________________________________________________ 

 

*A Synoptic Translation by Richard D. Cushman, The Royal Chronicles of Ayutthaya, Edited by David K. Wyatt, The Siam Society, Under Royal Patronage, 2006.


1. A : chronique de Luang Prasoet (1680), В : Phan Chanthanumat (1795), С : British Museum (1807), D : Phra Phonnarat (non datée), E : Phra Cakkraphatdiphong (1808), F : «Royal Autograph Version » ou Phra Racha Hatthalekha (1855), G : fragments de Thonburi. Le texte labellé К par Cushman n'a pas été identifié.


Ch. 8. Le roi Phetracha, 1688-1703, 59p., Ch. 9.  Luang Sorasak (le roi Süa)  (1703-1709) et le roi Thai Sa.(1709-1733), 35p., Ch. 10 Le roi Borommakot, 1733-1758. 59p., Ch11. Les derniers rois d’Ayutthaya, 1758-1767. Le roi Uthumphon (13avril-mai 1758), roi Suriyamarin (mai 1758- 7 avril 1767),60p.

 

Sans titre-5 

 

PS.

Nous avions annoncé avec joie la collaboration de Bernard S., l’auteur de l’excellent ex-site « Mémoires du Siam ». Nous vous avions donné  un avant-goût en publiant plusieurs de ses articles comme l’histoire du vaisseau « Le Soleil d’Orient », une longue réflexion sur le film Suriyothaï, réalisé par Chatrichalerm Yukol en 2001, une traduction de Pira Sudham, et une réflexion sur la réussite d’une famille de fermiers, malheureusement cette collaboration s’est terminée trop rapidement.

La collaboration à trois était trop compliquée à mettre en œuvre.

 thumb 3075 trois trop

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b
commenter cet article

commentaires

jacky. 29/12/2013 09:18


BRAVO

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 31/12/2013 00:20



Merci et bonne année