Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 23:01

arlesienne profilQuelles sont donc ces fameuses « Annales » que l’on trouve partout comme perpétuelle référence : « les Annales nous apprennent que ... » « Les Annales disent que .... » ou encore « Comme on le sait par les Annales .... » ?


Nous en avons une version anglaise récente mais partielle :


1/ « Chronicle of the kingdom of Ayutthaya » est la reproduction photographique d’un manuscrit copié en 1805 et conserve à la British library de Londres et publié ... à Tokyo en 1999. Sur quel document ce manuscrit a-t-il lui même été copié ? Mystère.

c13618-93


2/Richard D. Cushman en a fait une traduction « The royal chronicles of Ayutthaya » publié à Bangkok sous l’égide de la « Siam society » en 2000.


Ces deux ouvrages ont fait l’objet d’une critique très technique du savant François Lagirarde (1).

Par contre, nous avons déjà insisté sur le travail immense accompli par les chercheurs et savants français en ce qui concerne l’histoire du Siam. L’un d’entre eux ne méritait pas l’oubli.


3/ Nous avons sous les yeux « Phongsa-Vadan, les « annales officielles siamoises », « traduction littérale » par L. B. Rochedragon. Ce travail n’a pas eu l’honneur d’un commentaire de la très prestigieuse « Siam society » qui n’existait pas encore, puisqu’il a été publié en 1891 dans le très confidentiel « Bulletin de la société de géographie de Rochefort » (2) et a simplement fait l’objet d’un modeste « tirage à part ».

Il bénéficie par la suite de plusieurs commentaires élogieux en 1892 dans le « Bulletin de la société de géographie » notamment d’E. Aymonnier qui lui fait toutefois le reproche (justifié) de ne pas indiquer sur quel(s) document(s) il a travaillé. Nous reviendrons sur cette constatation récurrente, puisque nous pourrons renvoyer le compliment au dit Aymonnier. Il reçoit enfin, post mortem, de la « Revue historique », Paris 1894 un hommage appuyé signé E. Barré.

L.B. Rochedragon est en réalité le pseudonyme de Marie-Louis Bazangeon, géographe passionné et très modeste juge au très modeste tribunal de Saint-Marcellin (Isère) où il mourut en 1893 à l’âge de 44 ans.


Revenons sur ces fameuses «  Annales » que tout le monde cite sans les avoir, à de rares exceptions près, probablement ni jamais vues, ni lues, ni traduites.


Manuscrits-3

4/ Tout ce qui était combustible à Ayuthaya a été brulé en 1767 par les Birmans, une tragédie pour les historiens siamois à venir. C’est une réédition du sac de Rome par « nos ancêtres, les Gaulois » en 390 A.D. qui eut pour les historiens romains le même résultat.

En 1767, Louis XV règne en France. En 1350, c’était Jean le Bon. Imaginons la disparition des archives royales et les historiens de Louis XV ou Louis XVI devoir réécrire ensuite l’histoire de France 400 après ?

 

5/ Et pourtant, les Siamois ont dû réécrire leur Histoire, ce sont ces fameuses « Annales ». 

 

Monseigneur Pallegoix (3) (volume II pages 58 s.) en parle en permanence, il les a certainement lues mais sans préciser – Hélas ! - sur quelles piéces ?

Auguste Pavie (4) peut faire l’objet de la même critique tout comme E. Aymonnier (5).

 Nous trouvons toutefois quelques traces de ces Annales dans le « Catalogue des manuscrits siamois de la bibiothèque nationale » (6) :

 

Un document coté 274 (Siamois 33) « Phong savadan muang nua » « première partie des annales de Siam depuis l’origine des Siamois jusqu’à la fondation de Juthia » « offert à la bibliotèque impériale par Mgr. JB. Pallegoix, évèque de Mallas, vicaire apostolique du Siam, Paris 16 mai 1853. Notes de Mgr. Pallegoix ». Commentaire : « XIXème, écriture siamoise cursiven 40 feuillets de 175 mm x 225 mm ». Est-ce le manuscrit traduit par Rochedragon ? Celui-ci est en 1891, à la date de publication de son étude, magistrat à Saint- Marcellin (Isère) et n’avait certainement pas accès à des manuscrits conservés au Siam.

 Pallegoix

 

Un autre coté 275 (Siamois 34) « Phra rachathirat phong savadan muang mong » « Annales du Pegu, de la Birmanie et du Siam depuis 630 jusque vers 1640, traduites du môn en siamois vers 1785, divisées en 20 livres avec un sommaire en tête de chaque livre. Manquent les quatre derniers livres d’ailleurs extrèmement rares » « XIXème, écriture siamoise cursive, 167 feuillets de 235 mm x 270 mm. »  Aucune mention de son origine.

 

Un autre coté 284-285 (Siamois 43-44) « Phra Aniruth – histoire du roi Aniruth allant à la recherche de la reine Usa. En deux volumes. XIXème, écriture siamoise cursive - 355 mm x 115 mm. » Aucune mention d’origine.

 

Un autre coté 286-291 (Siamois 45 1-5) « Phra Aphaimani – en six volumes, histoire d’Aphaimani (=Abhayamani), fils de roi qui se fit ermite – XIXème, écriture siamoise cursive – 340 mm x 110 mm. » Aucune mention d’origine.

 

Un dernier coté 293 (siamois 48) « Nathan, histoire légendaire, incomplet, 29 plis de 345 mm x 110 mm » XIXème, écriture siamoise ». Aucune mention d’origine.

 

« Les manuscrits du Roi », présentement aux « Archives nationales » ne contiennent apparemment rien comme manuscrits concernant l’ancienne histoire siamoise.

 

Ces manuscrits ont été analysés par Jacqueline Filliozat qui déplore l’absence totale de catalogage des manuscrits siamois en Thaïlande (7)


6/ Depuis une trentaine d’années, celle-ci est chargée par l’Ecole Française d’Extrême-Orient (EFEO) du catalogage de diverses collections de manuscrits pâlis, en Asie (Cambodge, Laos, Thaïlande, Taïwan…) et en Europe (manuscrits pâlis en écritures cambodgiennes en France :  330 à la Bibliothèque nationale de France,  97 à l’Ecole Française d’Extrême-Orient,  49 au Séminaire des Missions Etrangères de Paris, 12 à l’Institut de Civilisation Indienne du Collège de France, 5 à la Société Asiatique, soit plus de 3000 textes). 

 

En Thaïlande, les manuscrits sont conservés à la Bibliothèque nationale et surtout dans les monastères où ils ont été déposés, souvent dans de très mauvaises conditions, nous apprend-t-elle.


c13521-32


Ce patrimoine écrit semblerait peu intéresser les autorités thaïes, aux yeux desquelles les monuments sont plus facilement valorisables pour le tourisme nous dit Madame Fillozat ?

D’autre part les moines d’aujourd’hui ne savent plus lire le pâli et peu sont motivés pour l’apprendre (contrairement aux étudiants et chercheurs japonais).

De nombreux textes inédits (plus d’une centaine) ont été découverts pendant cette entreprise de catalogage, dont certains ont été et seront publiés par Mme Filliozat, et d’autres par des équipes japonaises d’Otani University.(8)(9)

 

7/ Dans ses « Notes critiques pour servir à l’histoire du Siam » (10), L. Petithuguenin fait une abondante référence aux « Annales », les premières ayant été « publiées » (où ?) en 1869 à la requète du Roi Chulalongkorn (« Phong savada nua » i.e. « Annales du nord »).


Quant aux « annales d’Ayuthaya » proprement dites, « Phong savada krun kao », un texte imprimé en siamois en 1835 est « perdu ». Il affirme qu’elles ont été traduites en anglais entre 1836 et 1839 dans les volumes V, VI et VII du « Chinese repository » par le Révérent DJ Taylor Jones (la seule de ses références qui soit précise).


Il s’agit en réalité d’une soixantaine de pages en 13 épisodes intitulées « Siamese history », non sans intérêt d’ailleurs, dont l’auteur n’est pas Taylor, mais « from a correspondant ». Nous nous sommes penchés avec attention sur leur lecture et n’avons nulle par trouvé trace de la « chronique » ou des « annales » que ce correspondant anonyme aurait traduites ? Tout ce que nous dit ce correspondant (premier article) est que toute l’ « histoire siamoise est comprise (« comprised ») dans 25 volumes » et qu’il a eu la chande de consulter les 10 premiers sans nous dévoiler où, quand et comment ?

« Petite » contradiction d’Aymonnier, ces Annales ont-elles été publiées pour la première fois en 1869 ou traduites dès 1835 ?

Il existerait encore, nous dit-il, une traduction effectuée en 1865 par le révérend D.B. Bradley (pas de références ?) et encore une autre par le révérend Samuel J. Smith qui aurait été publiée à Bangkok (où) en trois fascicules entre 1880 et 1881. Des traductions françaises en auraient été faites (par qui ?) pour Pavie et Aymonnier. D’après lui (sur quelles bases ?) la traduction de L.B. Rochedragon-Bazangeon aurait été faite en réalité sur la traduction anglaise de Smith. Il est toutefois permis de se demander comment, de son Tribunal perdu de l’Isère, notre magistrat aurait eu connaissance de cette traduction anglaise ?


8/ Ceci dit, notre très érudit Petithuguenin fait référence à un texte qui lui a « semblé » authentique d’une vingtaine de pages « trouvé chez un particulier » et qui se trouve à la bibliothèque nationale siamoise depuis 1907, traduit par O. Frankfurter en 1909 pour « the journal of the Siam society » (qui n’est malheureusement pas numérisé). Il nous dit enfin avoir eu entre les mains « un autre exemplaire incomplet de ces annales » imprimé en 1884 (où ?).

Sir John Browring, éminent historien anglais, fait les mêmes references aux mêmes « annales » citées par Monseigneur Pallegoix. On est conduit à penser qu’il a abondamment puisé dans l’ouvrage du prélat publié l’année précédente (11) ?

 

Contentons-nous, pour conclure, de constater qu’à cette heure, seul le travail de ce « petit juge » nous permet de lire une partie des Annales en français. 

 Sans titre-1

             ---------------------------------------------

 

Nota.

Nous avons commandé le livre de Richard D. Cushman,« The royal chronicles of Ayutthaya » publié à Bangkok sous l’égide de la « Siam society » en 2000.

Nous pouvons vous assurer que nous nous ferons un plaisir d’ en rendre compte ultérieurement.

  

----------------------------------------------------------------------- 

(1) « Bulletin de l’école française d’extrême orient, 2001, volume 88, pages 388-394)

(2)  année 1890, pages 81-138 et 1891 pages 11-33

(3) volume II pages 58 s.

(4) « Recherches sur l’histoire du Cambodge, du Laos et du Siam » 1898

(5). « Le Cambodge – le groupe d’Angkor et l’histoire » 1904.

(6) publié en 1912 par A. Cabaton

(7) « Les manuscrits siamois de la librairie du Roy, la première bibiothèque du monde sous Louis XIV et Louis XV ».

(8)  http://bibasia.wordpress.com/category/bibliotheques-a-bangkok/

(9) « Les manuscrits palis dans leur environnement et le cas particulier de leur gestion dans les bibliothèques françaises » par Jacqueline Lee-Fung-Kaï ; janvier 2009.

(10) « Bulletin de l’école française d’extrème-orient » 1916, tome 16

(11) « The kingdom and the people of Siam » 1857

 

      ***

Depuis quelques années toutefois, magie d’Internet, les sites qui s’intéressent aux « Annales », (พงศาวดาร phongsawadan) se multiplient ce qui nous fait un peu corriger Madame Fillozat !

En voici deux choisis (presque) au hasard. Ils sont en thaï, vous-vous en doutez :

http://www.panyathai.or.th/wiki/index.php/พงศาวดาร

http://www.reurnthai.com/wiki/ ประชุมพงศาวดาร

De même, nous ne prétendons pas en donner une liste complète, les éditions d’ « Annales » transcrites en thaï moderne sont nombreuses ; il y a encore des thaïs qui connaissent le pâli.

Nous en avons déniché une de 1963.


2506 1963


Une transcription d’un manuscrit du « British museum » a été publiée en 1994 par Krom Silapakon (เรื่อง พระราชพงศาวดารกรุงสยาม).


2554


Les « Annales de Thonburi » ont été publiées en 2011 et la même année celles d’Ayuthaya.. 


ayuthaya 2011


Vous trouverez enfin le texte d’une chronique de Chiangmaï, Lampang et Lamphouchaï datée de 1780 disponible en ligne (et en thaï, bien sûr) sur le site

http://www.bloggang.com/mainblog.php?id=rattanakosin225&month=17-03-2007&group=2&gblog=20

et encore une chronique de Songkla (toujours en thaï)

http://www.bloggang.com/viewblog.php?id=panthep&date=14-05-2008&group=2&gblog=18

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires