Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 23:05

titreLes Chroniques royales d’Ayutthaya*, nous l’avons dit, consacrent seulement treize pages aux 15 premiers rois et à l’usurpateur «Warawongsa » de 1351 à 1548. Autant dire que les informations concernant ces différents rois sont minces et parcellaires. Cela ne nous empêche pas, pour commencer, de dégager quelques caractéristiques qui sont relatées pour le premier siècle du royaume d’Ayutthaya pour sept rois et, qui va donc de la mort du  fondateur Ramathibodi 1er au roi Boromracha II, de 1369 à  1448. (Cf. pour les dates**)


ramathibodi 1


Que disent les Chroniques royales ? 

1/ Le roi Ramesuan (1369-1370), qui avait été nommé par son père Ramathibodi 1er au trône de Lopburi, lui succède donc à Ayutthaya en 1369.


Son oncle, qui était roi de Suphanburi, lui « confisque » le pouvoir en 1370, sous le nom de Boromracha I (1370-1388). Il est dit que le roi Ramesuan l’a invité à rentrer dans sa capitale, et qu’il lui a laissé le trône, lui « a rendu hommage » et est retourné à son ancienne principauté de Lopburi.


2/ Le roi Boromracha 1er (1370-1388). (8 informations en 34l)


boromaratchathirat


Dès la première ligne, il est dit que le roi en 1372  part  pour conquérir et s’emparer de toutes  les cités du Nord.

  • En 1373, NakhonPhankha et Sangcharao.
  • En 1374 Chakangrao, après avoir invité les deux chefs Phraya Sai Kaeo  et PhrayaKhamhaeng à combattre. Il tua Phraya Sai Kaeo et autorisa PhrayaKhamhaeng et ses soldats à retourner dans leur cité.
  • En 1375, Le roi et le vénérable Thammakanlayan érigèrent un grand temple.
  • En 1376, le roi s’empare de Phisalunok et capture le chef de la cité Khun Sam Kaeo et revient à Ayutthaya avec un grand nombre de familles « captives ».
  • En 1377, le roi part pour s’emparer de nouveau de Chakangrao. Les chefs de la cité PhrayaKhamhaeng et Thao PhaKong(certainement son chef d’armée) (les versions  divergent sur le fait qu’ils se sont battus ou non )  durent s’enfuir. Le roi poursuivit les troupes de Thao Pha Kong et les dispersa. Beaucoup furent capturés avec les dignitaires ( thao, phraya, khun, mün, est-il précisé)) et « emmenés » à la capitale.
  • En 1379, le roi repart en guerre contre Chakangrao. A cette occasion le PrahMaha Thammaracha de Phitsalunok s’allie à cette cité, mais il se rend à l’évidence et constate qu’il n’est pas capable de s’opposer à l’armée royale d’Ayutthaya. Il se voit contraint de reconnaître sa vassalité.

thamma iv

  • En 1381, le roi prend Chiang Mai et attaque Nakhon Lampang sans succès. Le roi alors envoya un message au chef de Nakhon Lampang pour qu’il reconnaisse sa vassalité. C’est ce qu’il fit. La royale armée retourna  alors à la capitale.

Nous apprenons dans la section suivante consacrée au roi Thong Lan (1388) qu’il décède en 1783 ? ( BCDEF).( La version A donne 1389) ???et que Boromracha I  a régné 13 ans. (effectivement  1370 + 13 = 1383.). Ah ces dates !


3/ Le roi Thong Lan, 1388. (un court §)


A la mort de Boromracha I, son fils monte sur le trône (à l’âge de15 ans) et règne 7 jours. Le roi Ramesuan venu de Lopburi vient l’arrêter et le fait exécuter au monastère du KhokPhrya.  Et Ramesuan redevient le roi d’Ayutthaya.

 

Ramesuna

Et c’est tout.


4/ Le second règne du roi Ramesuan (1388-1395). (1p. et ½, 7 §).


Sans transition, les chroniques relatent en trois paragraphes la prise de Chiang Mai en 1390 ( ?), (« en 746, année du rat, 6ème décade » en tout cas disent les Chroniques). La mise en place des armées de Ramesuan autour de Chiang Mai. Le drapeau blanc du roi de Chiang Mai demandant une trêve de 7 jours afin d’offrir des cadeaux d’amitié. Le roi Ramesuan réunissant son conseil des ministres afin de connaître leur avis et qui décide d’accepter la trêve  malgré le désir des militaires d’attaquer,  étant sûr d’une ruse. Constatant que le roi de Chiang Mai n’a pas tenu sa promesse, et que le prix du riz augmente, pire qu’il soit difficile d’en trouver,  les officiers demandent la permission d’attaquer. Le roi acquiesce et dirige l’attaque en abandonnant l’un des côtés de la cité. Enfin au 3ème § “ On Monday, the fourth day of the waxing moon of the fourth month, at three thum and two bat in the evening, after the moon had set.“ (remarquez la précision), les canons et fusils tirent pendant que les trois côtés sont attaqués. Le roi de Chiang Mai ne peut résister et fuit avec les habitants. Seul Nak Sang,  le fils du roi, est capturé et est amené devant le roi qui lui déclare que son père n’est pas honnête. Nak Sang fit allégeance et est autorisé à gouverner Chiang Mai. Le roi choisit alors les familles qui durent le suivre.

Au 4ème §, Le roi  sur le chemin du retour s’arrête à Phitsalunok et fêta sa glorieuse victoire en offrant les vivres royales pour 7 jours d’offrandes. Ensuite, il revint à sa capitale et partagea les captifs entre les cités de Phatthalung, Songkla, Nakhon Si Thammarat et Canthabun. Le roi observa les préceptes au Mangkhalaphisek Hall. Le temple du Maha That fut construit. Après avoir pratiqué les rites le roi put participer aux festivités dans sa royale résidence.

Au 5ème §, il est dit que « pendant ce temps-là » (quelle précision !),le roi du Cambodge avait marché sur Chonburi et Chanthabun et captura entre 6 et 7000 prisonniers (hommes, femmes et familles) et était retourné dans son pays. Ramesuan décida d’attaquer la capitale du Cambodge et envoya en avant-garde Phraya Chainawong.au pont du Yaek. (On n’a pas la date d’attaque, mais le nom du pont !). Les troupes du Cambodge attaquèrent Phraya Chainawongmais le roi du Cambodge fut mis en déroute. Mais il avait des réserves et le combat dura 3 jours. Ramesuan entra dans la bataille, mis en déroute les forces ennemies et put entrer dans la capitale. Le roi du Cambodge put s’enfuir par bateau et son fils, « l’Upparat » capturé PhrayaChainawong fut mis sur le trône et Ramesuan revint sur Ayutthaya avec 5000 captifs.

Au 6ème § on évoque, sans date donnée, ni lieu, une invasion des Viets au Cambodge. Une petite force cambodgienne combattu bravement mais fut balayée. Phraya Chainawong envoya un rapport à Ramesuan, qui leur ordonna de revenir. Ils furent récompensés à leur retour.

Enfin au 7 ème §, (6l et demie).On évoque la mort du roi Ramesuan et l’avènement de son jeune fils  au trône qui régna 15 ans.

                                   ---------------------------------------------

 

Notre 1ère lecture des Chroniques royales d’Ayutthaya (traduites par Cushman).


Les informations tirées des chroniques royales sont donc très limitées. Vient ensuite les interprétations, les commentaires que l’on peut faire avec l’aide d’autres sources ( souvent de sources étrangères comme les annales chinoises, les chroniques birmanes, cambodgiennes, les rapports d’ambassade, les correspondances commerciales, religieuses,  les relations de voyage, les livres et articles des « chercheurs et experts », wikipédia...). Mais nous avons montré que celles-ci, pour notre sujet, sont  souvent contradictoires, erronées voire même inventées.

Toutefois, une première lecture permet de dégager quelques caractéristiques :

  • Le problème des successions
  • La politique du muang central : les guerres, les « allégeances », le placement des fils à la tête des petits royaumes, des familles de dignitaires prises en otage, et de nombreux prisonniers. 
  • La présence du religieux. 

En notant que les Chroniques royales  ne disent rien sur les qualités des rois, la hiérarchie sociale, sur la place du bouddhisme, la vie du royaume, le rôle des « esclaves », l’étendue du territoire, le nombre de muangs vassalisés, le type de relations entre les muangs, entre le roi et ses fils « gouverneurs » …  En notant que la cohérence n’existe pas, que les versions divergent parfois, que le « style » est absent.

On peut regretter qu’un roi de la dynastie Chakri n’ait pas découvert une stèle explicative comme la stèle de 1292 ! (Cf. 20. Notre Histoire : Le roi  de Sukkhotaï Ramkhamhaeng, selon la stèle de 1292).


Qu’apprenons-nous ? 

  • Les successions difficiles et sanglantes.

Nous ne croyons pas un seul instant à la version des Chroniques qui indique que le roi Ramesuan, fils du fondateur Ramathobi Ier, ait cédé son trône à son oncle de Boromracha I, par pure gentillesse. Il y a eu forcément, pour le moins, démonstration de force. Nous le verrons d’ailleurs ultérieurement quand il n’hésitera pas à exécuter le fils de Boromracha, Chao Thong Lan,  âgé de 15 ans monté sur le trône. « Jeremias Van Vliet, dans sa « Short History of Thailand » indique que l'ascension de Boromma Ratchathirat n'a eu lieu qu'après un conflit sanglant, presque une guerre civile » (in wikipédia. Quelles sont les sources de Jeremias Van Vliet ? )


Nous verrons dans l’article suivant que son fils Ramaracha (1395- 1409) sera chassé du pouvoir par le Prince Intharacha,


intharachat IER

 

le petit fils du roi Boromracha 1, pour devenir le nouveau roi d’Ayutthaya ((1409-1424).A sa mort deux de ses fils, Prince Ai Phraya et le Prince Yi Praya vont s’entretuer en un combat singulier à dos d’éléphant. Ce qui profitera à leur  frère, le Prince Sam qui deviendra  ainsi le roi Boromracha II (1424-1448).

le dernier

Pour  7 rois de 1369 à 1448, nous avons quand même, un roi (Ramesuan) chassé du pouvoir par son oncle, une exécution d’un jeune roi (Thong Lan) par son cousin, un autre roi (Ramaracha) chassé du pouvoir et envoyé en exil ( ?), deux frères prétendants au trône de leur père Intracha qui s’entretuent !!!

On peut comprendre la note de Dovert,  constatant qu’ « aucun principe définitif ne règle au Siam les questions de succession. (…) Ces conflits s’achèvent généralement dans le sang ».(in Thaïlande contemporaine, p. 207)

 

  • La politique du muang central : les guerres, les « allégeances », le placement des fils à la tête des petits royaumes. 

Les Chroniques royales relatent essentiellement les « guerres », mais différents types de guerres.

 Le royaume d’Ayutthaya émergeant en 1351 n’est pas seul. Il se fonde parmi d’autres royaumes et cités thaïes qui se sont constituées depuis le XII ème siècle. Nous avons  déjà évoqué comment les Thaïs des montagnes sont descendus dans les plaines, ont « rencontré » les « civilisations » khmères (et les Môns de Lavo) et  birmanes  du royaume de Pagan, qui dominaient l’essentiel de l’Asie du Sud-Est ». Comment « au fil des migrations, conquêtes, alliances, occupations,  « greffage culturel » et «  mélange » se sont constitués les muangs, se  sont créés, avant Ayutthaya, le Lanna, le Phayao, et Sukkhotai … et d’autres cités. (Cf. notre article 18)

Le roi Boromracha I,  arrive après le fondateur qui a déjà constitué son réseau de muangs vassalisés sous sa coupe. Les chroniques citent 16 muangs.(même si on a émis des doutes sur la liste proposée).

  • Il va  (re ?) conquérir NakhonPhankha et Sangcharao, et puis Phitsalunok (1376). Il combattra  Chakangrao 3 fois (1374, 77, 79) ainsi  que le PhrahMaha Thammaracha de Phitsalunok en 1379 (ou 1378 ?) venu aider Chakangrao, qui défait, devra reconnaître sa vassalité.Il échouera face à Nakhon Lampang(1381 ?) bien qu’il est dit que celui-ci reconnaîtra sa vassalité.

 

Mais ce qu’il faut noter et qui est étonnant, le Phrah  Maha Thammaracha n’est pas présenté comme le roi Thammaracha II (1368-1399), du royaume de Sukhotai ! Un oubli ? Le nom même de Sukhotai n’apparaît nulle part. La vassalisation du royaume de Sukhotai est pourtant un événement majeur.

 

 Chiang Mai ? 

Après la prise de Chiang Mai par Boromracha I en 1381 ( ?), les Chroniques relatent avec plus de détails (4 §. Ce qui est rare) la prise de Chiang Mai par le roi Ramesuanen 1390 ( ?), avec ces péripéties (la trêve demandée par le roi de Chang Mai, le roi demandant l’avis de ses généraux, la tactique de l’attaque, la fuite du roi de Chiang Mai en bateau, la décision de mettre son fils Nak Sang sur le trône, après avoir fait allégeance. Le retour avec la halte à Phisalunok  pour le remerciement religieux, la répartition des prisonniers dans 4 cités, la fête à Ayutthaya …).


Le problème commence quand on veut vérifier.


Vous cliquez wikipédia et vous avez « le Lanna fut en paix sous le roi Saenmuengma (1385-1401) (dont le nom signifie « cent mille villes arrivent » — pour payer tribut). Son seul souci fut une rébellion avortée de son oncle le prince Maha Prommatat, qui appela à l'aide le tout nouveau royaume d'Ayutthaya. Son roi Borommaracha I envoya ses troupes contre le Lanna, mais elles furent repoussées. Sous Samfangkaen (1402-1441), le Lanna dut faire face à des invasions chinoises de la jeune dynastie Ming. »


Il n’y là aucune référence à Ramesuan. Il y a pour le moins un imbroglio ou embrouillamini, non ?

  • Le Cambodge ?

Au 5ème § consacré au roi Ramesuan, on est en présence d’un événement important :  

l’attaque du roi du Cambodge de Chonburi et Canthabun, suivi par la conquête d’Angkor par Ramesuan. 

Quand ?

« pendant ce temps-là » nous disent les Chroniques, ce qui permet une interprétation effectivement plus large. Et pourtant il s’agit rien que moins qu’une  attaque et une victoire  du roi de Cambodge sur Chonburi et Canthabun avec la capture « entre  6000 ou 7000 prisonniers » et Ramesuan d’aller ensuite attaquer le roi du Cambodge, le vaincre et  installer PhrayaChainawong (son commandant en chef ?) sur le trône du Cambodge  et de revenir sur Ayutthaya avec 5000 captifs.


Le problème commence quand on veut vérifier.

Vous cliquez wikipédia sur les monarques du Cambodge et vous avez : « 1394-1401 : 2 ème prise d'Angkor et seconde occupation par le Royaume d'Ayutthaya. 1394-1401 : Chau Indraburi Radjadhiraja fils de Preah Chau Parmaraja Ramaratcha roi du Royaume d'Ayutthaya ».


Nous avons bien une prise d’Angkor, mais pas par les mêmes rois. Nous avons bien une occupation, mais pas gouverné par le même roi !!! Autre embrouillamini.

  • Les Viets et l’abandon de l’occupation d’Angkor. 

Au 6ème § on évoque de façon très laconique, sans date donnée, ni lieu, une invasion des Viets au Cambodge, une maigre résistance héroïque des Cambodgiens et  le retour du roi thaï Phraya Chainawong ordonné par Ramesuan à Ayutthaya.

Le problème commence quand on vérifie les dates. Ramesuan meurt en 1395 et au  Cambodge, on annonce la fin de l’occupation en 1401 ! Embrouillamini toujours.

Mais de toute façon, nous nous demandons la pertinence de ces vérifications, car ces guerres ne sont jamais « expliquées » ; on n’en apprend ni le motif, ni les forces en présence, ni la date le plus souvent, à peine les conséquences géopolitiques, si ce n’est le placement des fils aux postes stratégiques (Ramesuan qui avait été nommé par son père Ramathibodi 1er au trône de Lopburi ), et le nombre de captifs emmenés, voire exceptionnellement leur distribution (comme en 1390, après Chiang Mai et un passage à Phisalunok, Ramesuan partagea les captifs entre les cités de Phatthalung, Songkla, Nakhon Si Thammarat et Canthabun). Les Chroniques ne mentionnent même pas le royaume de Sukhotai et ne disent rien sur l’Occupation d’une capitale comme Angkor. C’est vous dire.

  • Même le religieux est peu évoqué. 

La construction d’un grand temple en 1375, par le roi Boromracha 1er et le vénérable Thammakanlayan,et en 1390 ( ?) il est dit que Ramesuan fait 7 jours d’offrandes à Phisalunok et de retour en sa capitale, le roi observa les préceptes au MangkhalaphisekHall,et pratiqua les rites,  et un grand reliquaire fut construit, le temple du Maha That. Cela fait peu.


Ayutthaya-temple-Wat-Maha-That-6


Si vous trouvez des récits historiques sur cette période, vous savez désormais qu’ils appartiennent au domaine de la fiction, du roman.


Cf. la suite dans le  prochain article avec les rois Ramaracha (1395-1409), Intharacha (1409-1424), et le roi Boromracha II, 1424-1448.

 

 

 fin

____________________________________________________________

 

Notes et références

 

*A Synoptic Translation by Richard D. Cushman, The Royal Chronicles of Ayutthaya, Edited by David K. Wyatt, The Siam Society, Under Royal Patronage, 2006


**Les dates retenues peuvent constituer pour certaines un problème.Une version donnant des dates différentes Nous avons prises celles des Chroniques, mises par David K. Wyatt., in A Synoptic Translation by Richard D. Cushman, The Royal Chronicles of Ayutthaya, Edited by David K. Wyatt, The Siam Society, Under Royal Patronage, 2006.

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires