Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 00:01

titreLe roi Chakkraphat, le seigneur des éléphants blancs (1548-1568) et le roi Mahin (1568-1569).


Nous venons, en suivant le chapitre un  du  livre de Cushman, consacré à la traduction des « Chroniques royales d’Ayutthaya », d’évoquer une période de 197 ans (1351-1548)  du royaume d’Ayutthaya, retraçant des événements concernant 15 rois et un usurpateur. Nous avons relevé les limites de ces « récits », de graves omissions, contradictions, légendes … et surtout le peu d’éléments disponibles en seulement 29 pages. 


En 1548, avec l’arrivée du roi Chakkraphat (1548-1568)* les « Chroniques royales d’Ayutthaya », en leur chapitre deux**, changent de nature.


Elles vont proposer non seulement, beaucoup plus d’évènements en 47 pages (et 59 chapitres), mais surtout vont changer de style, multipliant les points de vue, nous faisant accéder « par miracle » à ce qui se dit chez l’ « Ennemi » le Birman, aux paroles des rois de Hongsawadi et d’Ayutthaya et de leurs Conseils. Nous sommes même parfois, tel Fabrice de la Chartreuse de Parme à Waterloo, au milieu des  batailles.

 

Fabrice a waterloo


Et pourtant, nous avons à faire aux mêmes sources, aux mêmes chroniqueurs. Que s’est-il passé ? Les chroniqueurs ont-ils eu accès aux sources birmanes ou commencent-ils avec ce roi, l’Histoire officielle du Siam ?


Mais il est sûr que cette période a été retenue par les nationalistes thaïs et la thaïness pour montrer la grandeur et le courage des héros thaïs. La femme du roi Chakkraphat, la reine Suriyothai, et Naresuan, le fils du roi Thammaracha sont devenus des « héros nationaux ». ChatrichalemYukol en a fait deux grands films que nous avons déjà étudiés, à savoir La Légende de Suriyothai et La Légende du Roi Naresuan de ChatrichalemYukol, ***

 

legende de naresuan


La Légende de Suriyothai raconte l’histoire de la reine Suriyothai se sacrifiant pour sauver son époux royal Chakkraphat lors d’une terrible bataille en 1548  contre les envahisseurs birmans.La Légende du Roi Naresuan raconte, entre autre, la vassalité du royaume d’Ayutthaya au royaume birman de Hongsawade, et comment le prince héritier, le prince Naseruan va reconquérir l’indépendance de son royaume. Nous allons les retrouver ici.

 

suriyotai

                                      --------------------------------------

 

Le règne du roi Chakkraphat, dans les « Chroniques royales », relatent essentiellement :


Ses guerres :

  • avec le royaume de Loevek ( 1549, 1551, 1556).
  • avec le « Nord » (« le roi Chakkraphat attaque le Nord »)
  • avec les rebellions du Prince Si Sin et de Pattani.
  • et la perte de son indépendance jusqu’ en 1584.
  • et surtout avec le royaume birman  d’« Hongsawadi» en 1549, puis en 1563-1564, et la terrible défaite en 1569, qui va voir la chute d’Ayutthaya,  la capture du roi, (Mahintharathirat สมเด็จพระมหินทราธิราช 1568-1569. Déposé par les Birmans)

 

son alliance :

  • avec le royaume de Lan Chang (demande en mariage, participation à la guerre, attaque de Phitsalunok )

Ce chapitre évoquera aussi d’autres « événements » comme :

  • La mort héroïque de la reine Suriyothai sauvant son royal époux, le roi Chakkraphat lors de la guerre contre les Birmans en 1564.

 

chakrapat

 

 

 

  • Le rôle et l’importance des éléphants blancs, même dans le déclenchement d’une  guerre contre les Birmans.
  • Le rôle des lettres royales dans la diplomatie et le jeu de la paix et de la guerre.
  • La mort de Chakkraphat et l’accession au trône du roi Mahin (1568-1569). Sa captivité et son exil à Hongsawadi.


 

Mahin

 

  • Le destin peu commun de Maha Thammaracha, gouverneur de Phitsalunok (du royaume d’Ayutthaya), puis allié d’Hongdsawadi, participant aux guerres contre Ayutthaya, Lan Chang …….. pour devenir en 1569, le nouveau roi d’Ayutthaya, vassal de Hongsawadi, et ……….. avec et par son fils, le futur roi Naseruan, reconquérir son indépendance en 1584.

On pourra remarquer que là encore, les Chroniques royales ne diront rien de la vie du royaume ni du peuple (uniquement mentionné comme soldat).


                                               __________________________

 

Nous avons vu que le roi Chairachathirat, en 1547, laisse deux fils, Yot Fa, son fils aîné âgé de douze ans qui lui succède et son jeune frère, Si Sin âgé de cinq ans.Le Prince Thianracha, « de la même lignée royale », se réfugie sous l’habit monastique pour ne pas être assassiné. Ensuite, la reine Si Suda Chan, ne va pas se contenter de la régence, mais va manœuvrer et installer son amant (un garde) sur le trône, celui qui restera dans l’Histoire, comme le roi Warawongsathira, l’usurpateur.


Il ne règnera que 42 jours et fut exécuté avec la reine  par un complot de nobles menés par Khun Phirenthorathep, de lignée royale, Khun Inthorapet, Mun Ratchasaneha et Luang Si Yot. Ils vont alors proposer au prince Thianracha qui s’était retiré dans un temple, de devenir le nouveau roi.

                                               -----------------------------------

 

Le chapitre deux des Chroniques royales  commence donc en 1548 par la cérémonie d’intronisation qui fait du Prince Thianracha, le roi Chakkraphat, qui sera connu, comme le seigneur des éléphants blancs.


Il semble que la cérémonie se fasse sous l’autorité du chef de la conspiration, Khun Phirenthorathep, qui propose au nouveau roi d’adopter le Prince Si Sin (fils du roi Chairachathirat).


Khun Phirenthorathep sera ensuite récompensé en devenant le Prince Thammaracha, de Phitsalunok, avec les insignes symboliques, cadeaux et prérogatives dus à son titre. Le roi lui donna sa fille en mariage, la princesse Sawadirat, qui devint la princesse WisutKasatttri,  reine de Phisalunok.

 

Thammarachat


Les autres leaders de la conspiration ne  furent pas oubliés et reçurent les plus haut titres.

(Une note intégrée précise l’ordre des rangs : phra, luang, khun et mun)

 Nota. Il faut savoir qu’un code régit chaque titre, chaque rang, et attribue insignes, objets, couleurs et ustensiles symboliques (palanquins, épée…) correspondant.


Khun Inthorapet devint Chaophraya Si Thammasokkarat, gouverneur de Nakhon Si Thammarat, et se vit « offrir » une fille d’une royale concubine et autres insignes dus à son rang. Luang Si Yot devint Chaophraya Maha Senabodi, Mun Ratchasaneha, Chaophraya Maha Thep et reçurent tous deux les mêmes récompenses (concubine royale, insignes de leur rang, objets en or).

Mun Ratchasena, qui avait tué l’Upparat sur son éléphant, eut l’honneur de devenir Chaophraya Phakdinuchit (avec des insignes honorifiques supplémentaires).De même les Phraya de Phichai et de Sawankhalok (ou Phitsalunok selon sources CE) devinrent Chaophraya.


Ensuite le roi jura solennellement que le Prince Thammaracha, le Chaopraya Si Thammasokkarat, le Chaophraya Maha Senabodi, le Chaophraya Maha Thep étaient désormais jusqu’à leur mort, sous la protection royale du royaume, « under the white umbrella of kingship ».

Le roi ne pouvait pas deviner  lors de ce serment royal,  le rôle historique qu’aurait à jouer contre lui, Khun Phirenthorathep, le chef de la conspiration qui l’avait fait roi, le nouveau Prince Thammaracha, de Phitsalunok. Celui-ci aurait-il pu deviner qu’il deviendrait un futur roi d’Ayutthaya ?

Mais revenons à notre roi fraichement intronisé.

 le nouveau roi d’Ayutthya va devoir affronter dès l’année suivante en 1549 les Birmans,  du royaume d’ Hongsawadi et les Cambodgiens du royaume de Lovek. Il aura, plus tard pour allié le royaume Lao de Lan Chang.

Mais que représentaient ces puissances en ce milieu du 16 ème siècle ?


  ___________________________________________________________________

 

*Cushman écrit Cakkraphat, ce qui est une erreur.


Le livre II des annales synoptiques de Cushman, « le roi des éléphants blancs – King Cakkharphat » nous a un peu étonnés. 

Ce monarque porte incontestablement le nom de (สมเด็จพระมหา) จักรพรรดิ  ce qui donne  Chakkraphat. (Le préfixe entre parenthèse est l’équivalent de « sa majesté le grand roi » que l’on trouve accolé devant le nom de tous les monarques, compris l’actuel).

Nous trouvons pourtant sur de nombreux sites Internet (anglophones en général) la transcription « King Cakkraphat ou King Cakkrapat ». Les sites qui transcrivent Cakkrapat ou Cakkraphat donnent en général dans leurs sources (lorsqu’ils les citent) les annales de Cushman. Qu’est-ce à dire ? Que le travail de Cushman était un brouillon, que Wyatt l’a mis en forme peut-être un peu vite sans vérification de la transcription.

Ce n’est pas la première fois que nous le relevons. Nous trouvons également tout au long ce  livre II une erreur similaire avec le titre de เจ้าพระยา « Chaophraya », le plus élevé de tous les titres de noblesse, transcrit systématiquement « Caophraya ».

Ne leur jetons pas la pierre, nous avons commis la même erreur (article  41 – « la référence, les chroniques royales d’Ayutthaya ».

 

**De même ensuite les rois  Thammaracha (1569-1590) et Naseruan, (1590-1605) auront droit à un chapitre spécifique, signifiant peut-être que cette période est mieux connue. C’est du moins ce que nous nous proposons de découvrir.


Rappel des sources et des 7 versions et une de fragments des « Chroniques royales d’Ayutthaya » traduites par R. D. Cushman.


:Luang Praaascet (1680)  Khurusapha (1963) : Phan Canthanumat (1795),Khurusapha (1963).C : British Museum (1807), Kao Na (1964). D :Révérend Phonnarat (?),Khlang Witthaya(1971).  E :Phra Cakkraphatdiphong (?)  Khurusapha (1961).F : Royal Autograph (c. 1855), Odeon Store( 1962). G : Thonburi Fragment (1779), Khurusapha (1963)  K : [ not know]

 

***Voir ou revoir ces articles :

 

 

chonique

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires