Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 00:04

 titre4. la guerre contre les Cambodgiens de Lawaek (1593 ?).


Le roi Naresuan déclare donc selon les Chroniques : «  Alors que  Tenasserim, Marit, Tavoy et Chiang Mai nous appartiennent et pendant que la guerre contre Hongsawadi va se poursuivre, il est temps de prendre notre revanche contre le roi de Laweak » (Cambodge). Les rois ordonnèrent alors que 100 000 hommes armés, 800 éléphants équipés, et 1500, 1000, 100, ou 50 chevaux  (selon les sources) soient préparés au champ de Han Tra, et que Phra Racha Manu avec 500 soldats partent en avant-garde. Au jour favorable, les rois partirent avec l’armée principale et passèrent  le Phra Caruk à la maison de la frontière.

 

Naresuan4-large6


Lawaek informé qu’une armée d’Ayutthaya était en route, envoya Phraya Saen Thongfa avec 10 000 soldats prendre position à Photisat et Phraya Bowon Nayok avec 15 000 soldats à Pattabong et Phraya Ratcha Dungsa et Phraya Mano Maitri (le gouverneur de Pattabong) avec 5 000 soldats préparer une  embuscade au village de  Ranam,  dans la forêt près de That.


Pendant que l’armée principale siamoise traversait la rivière Tanot, l’avant-garde de Phra Racha Manu était pris en embuscade par  Phraya Ratcha Dungsa et était mis en déroute. L’apprenant, le roi Naresuan, furieux, ordonna que Phra Racha Manu soit condamné à mort pour avoir perdu sa position. Son frère, le vice-roi Ekathotsarot tout en reconnaissant la faute grave et l’exécution méritée, plaida en sa faveur en rappelant  ses batailles passées auprès du roi, et le combat encore à mener. Il fut entendu et Naresuan suspendit la condamnation et ordonna à Phra Racha Manu d’aller prendre Pattabong. Il réussit et put offrir au roi la population conquise ainsi que les armes. (2 lignes et demie pour cette bataille où on n’apprend rien de son déroulement)).

198179


Pendant ce temps, les rois et leur armée étaient arrivés à Lawaek, avaient ordonné l’encerclement, et attaquer les forts et les palissades. Les habitants résistèrent. Ils firent le siège pendant 3 mois. Les patrouilles ne trouvant pas de vivres suffisantes, le roi déclara :


« Nous pensions trouver des vivres, mais cela ne s’est pas passé comme nous l’avions prévu, les récoltes ont été minimes à la capitale Thibodi, et nous n’avons pas amené assez de vivres avec nous, voilà pourquoi, nous devons renoncer et retourner en notre capitale. Nous reviendrons l’année prochaine avec l’assurance de prendre cette capitale. »


Nous verrons que c’est ce qu’il fit, mais entre-temps le roi Naresuan dut repousser une incursion armée du roi de Phrae, vassal du roi d’Hongsawadi.


5. Le roi de Phrae, outrepasse les ordres reçus par le roi d’Hongsawadi et attaque Ayutthaya.


25682765


Le roi Naresuan pensait peut-être lors de son retour à Ayutthaya, après la tentative ratée de prendre la capitale cambodgienne en  1593 ( ?), préparer tranquillement sa future campagne cambodgienne,  mais c’était sans compter sur les velléités  du roi de Phrae.

Après la défaite contre Ayutthaya où était mort son fils et de son demi-frère, nous avons vu que  le  roi d’Hongsawadi, avait subi un autre revers en perdant Tavoy, Tenasserim et Martaban et donc le contrôle des routes commerciales du Sud.


Les Chroniques

 

Manuscrit Pali2-4bcb8

 

nous ramènent à la Cour du roi d’Hongsawadi qui a réuni et consulté tous les thao, phraya et ministres du royaume, et qui exprime son étonnement de ne pas avoir subi une attaque du roi Naresuan. Il soupçonne que de graves événements sont arrivés en ce royaume. Voulant en connaître la cause, il ordonne, avec l’assentiment de tous les  thao, phraya et ministres du royaume, au roi de Phrae  de prendre la tête d’une armée de 50 000 soldats, 200 éléphants équipés, 500 chevaux et d’avancer aux frontières du royaume afin d’apprendre ce qui s’est passé à Ayutthaya !

 

angkor-vat-52


Nous sommes ici assez étonné qu’il faille envoyer 50 000  soldats pour s’informer des affaires du royaume d’Ayutthaya, de même qu’il est surprenant d’apprendre que le  roi d’Hongsawadi  ne sache pas que le roi d’Ayutthaya avait entrepris de prendre Lawaek , ou qu’il ne puisse déduire que si le  roi était à Lawaek, il ne pouvait être à Hongsawadi !!!

Quoi qu’il en soit, le roi de Phrae envoie donc ses troupes inspecter les frontières du royaume d’Ayutthaya, mais outrepassant les ordres, décide de passer la frontière pour camper aux environs de Songkla au sud.

 

bataille


Le gouverneur de Kanchanaburi, en est informé, organise sa défense et envoie un rapport aux rois d’Ayutthaya. Les Chroniques nous disent que les rois réagissent alors non sans humour, et déclarèrent qu’après avoir célébré le festival de la lune à Lawaek, ils allaient  ici célébrer le festival du soleil en « jouant » avec les Môns de Phrae. Ils organisent alors une armée de 100 000 hommes, 800 éléphants de guerre, 1500 chevaux, et au jour favorable, on les présente sur leurs éléphants royaux en procession, partant en guerre.

 

ayutthaya war elephants

 

Phraya Si Ratcha Decho est désigné pour commander l’avant-garde avec 5 000 soldats et il lui ai demandé de se diriger à Suphanburi, pendant que les rois iront à Kanchanaburi. (Nous avions laissé Phraya Decho comme « superviseur » du roi de Chiang Mai !!!).


Ils ordonnent à Phra Maha Thep avec 5000 soldats de tendre une embuscade sur le chemin suivi par les troupes de Phrae, pendant que l’armée principale avance de Kanchanaburi jusqu’ à Songkla. Ensuite, (sans transition), il est dit que les armées des deux rois se divisent pour attaquer et (en 4 lignes)  battre en grand nombre les Birmans et les Môns. Le roi de Phrae ne pouvant résister s’enfuit avec de nombreux soldats d’Ayutthaya à ses trousses. L’armée de Phra Maha Thep qui était en embuscade en profita pour tuer et capturer en grand nombre Birmans, Mons, éléphants chevaux, et armes, et les « offrit » aux deux rois. Ils purent alors retourner en leur royale capitale.

 

film-thailande-naresuan-4-L-xXz sC


Tous les chefs et officiers furent récompensés. Et un ordre royal  réorganisa la défense de quatre citées provinciales. Le roi de Phrae était revenu avec la moitié de ses soldats et éléphants à Hongsawadi. Le roi voulut le faire exécuter, mais tous les thao et phraya implorèrent sa grâce, qu’ils obtinrent. Mais le roi lui enleva néanmoins tous ses titres et grades.


Le roi Naresuan pouvait de nouveau organiser sa « revanche » contre Lawaek.


6. La victoire de Naresuan contre le royaume cambodgien de Lawaek en 1594.


Les « Chroniques royales d’Ayutthaya » vont consacrer 12 pages à cette nouvelle campagne de  Naresuan contre les Cambodgiens de Lawaek, qui va aboutir à la défaite des Khmers et à leur vassalisation. (pp.142-154).

 

Naresuan-3


Nota. Certes l’événement est d’importance, mais c’est la première fois qu’une guerre est présentée avec un si grand nombre de pages. En comparaison, les 8 rois suivants seront présentés en 32 pages ! La lecture est fastidieuse, car on ne voit pas un récit, mais comme toujours, des bouts d’information, non hiérarchisés, que les chroniqueurs ont assemblés, sans style, et sans recherche de cohérence ou de compréhension des faits.


Une recherche de structure de ce texte nous aide néanmoins à en comprendre les étapes (et de mesurer l’importance assignée à chacune), que l’on peut présenter ainsi (sachant qu’une page comporte 49 lignes):

  • Le roi Naresuan organise son armée et part en guerre avec son frère. (68 l)

(Son effectif, les cités engagées (Nakhon Ratcha Sima qui doit prendre la cité de Siam Rap, et prendre position à KaphongSawai, une armée de 250 bateaux réquisitionnés au Sud, Phraya Phetburi qui avec 200 bateaux doit veiller à l’approvisionnement en riz (pris dans 4 cités), et transporter 20 000 hommes armés (avec armes à feu) pour attaquer Pasak, une armée de 10 000 hommes composée  de Chams ( !) et une de la cité de Cantabun dans 150 bateaux, Phraya Ratcha Wangsan de rejoindre l’armée principale par la rivière et Phuthaimatbref, une stratégie définie par le roi Naresuan (les chefs d’armées nommés, l’attaque décidée sur deux fronts mer  et terre), la procession de départ avec les deux rois, la première attaque de son avant-garde).

  • Le roi du Cambodge organise sa défense. (44 l)

(Ordre est donné de faire réparer enceintes et palissades, Phraya Mano Maitri avec 1 000 hommes est chargé de, défendre Pattabong, Phraya Sawankhaloh , le gouverneur, doit défendre sa cité de Photissat avec 20 000 hommes, et le jeune frère du Praya de Lawaek, Phra Si Suphannamarthirat avec 20 000 hommes doit défendre Boribun, avec deux armées navales, Phraya Wongsathirat, avec 150 bateaux,  qui doivent défendre Pasak, et Phraya Pimuk Wongsa, avec 150 bateaux et 1000 guerriers bien armés, avec fusils, balles et salpêtre, précise-t-on, devant défendre Cutaramuk, Phraya Cin Cantu devant mobiliser les troupes des cités de Samrong Thong, Choengkrasom, Kapot, pour défendre Phutthaimat. Les champs de bataille avec leurs chefs étant donc nommés.)

  • La première victoire des Siamois à Pattabong. (Le souci de Naresuan de veiller aux réserves de riz, pour éviter son erreur de l’année précédente) Le repli des Khmers sur Photisat(105 lignes).
  • La deuxième grande victoire des Siamois avec la prise de Photisat. Repli des Khmers à Boribun. (55 l)
  • Prise de Boribun, (Phraya Senathibodi, gouverneur de Boribun, capturé, son interrogatoire par Naresuan, son ralliement).  (les Khmers s’enfuient à Phangro), prise de Phutthaimat.(84 lignes)
  • Les rois siamois arrivent à la capitale et organise son encerclement et le siège. (p.149, 27 l)

Naresuan4-large1

 

Pendant ce temps, sur le 2ème front,  l’armée navale. (seulement 22 l)

  • Phraya Phetburi prend Pasak. Les deux armées de Phraya Ratcha Wangsam et Phraya  Phetburi se rejoignent et prennent Chaturamuk et  rejoignent la capitale khmère.
  • Phraya (ou Chaophraya) Nakhon Ratcha Sima attaque Nakhon Sam et ensuite établit une palissade de sécurité à Kaphong, et rejoint la capitale Khmer. Ils se retrouvent tous les trois en audience royale face à la capitale khmère.

 

Et enfin l’attaque et la prise de la capitale khmère en 1594. (presque 5 pages)

 

  • Naresuan envoie une lettre proposant la reddition au roi khmer, porté par ceux qui ont été battus et qui ont fait allégeance (dont le gouverneur de Boribun) Réponse du roi : ils sont exécutés.(1p.)
  • Au jour favorable, l’attaque finale est lancée. Le roi Khmer est prisonnier.(1p. env. pp.151-152).
  • Le prix de la défaite :

Vassalité. Famille royale et princes pris en otage. Le roi khmer exécuté. (il n’est jamais nommé) Procession de la victoire. 30 000 esclaves sont emmenés. (sur pp. 152-153,1 page et demie env. )

  • La marche triomphale sur Ayutthaya et la récompense de Phraya Racha Mahu. (le seul dont on parle) (p.154) (précédemment condamné à mort par Naresuan ,obtenant un sursis défendu par le frère et ici, nommé Chao Praya et Chef royal de Kalahom)

 

mqdefault 

 

7. En 1598 ( ?), le fils du roi du Cambodge Nakphra Sattha décédé fait allégeance de nouveau à  Naresuan.


Les « Chroniques » racontent en 2 pages (pp.159-160) de façon confuse ou dans un style très ampoulé avec forces titres, compliments affichés, métaphores, c’est selon, la succession du roi Nakphra Sattha par Phra Sutham Racha.


Curieusement les chroniques nous disent que Phra Sutham Racha dut fuir à la frontière de Lan Chang avec 30 subalternes, à la mort de son père, car une  armée thaïe avait investi la capitale de Lawaek. Informé de son départ, il revient à la capitale et se fit couronner. Ne voulant pas renouveler l’erreur de son père, il décida devant la Cour des hauts dignitaires, de payer le tribut d’allégeance au roi d’Ayutthaya. Une ambassade fut envoyée à Ayutthaya et le roi accepta en toute solennité et selon les usages, le tribut, signe de la vassalité.


Nota. Compréhension ?


Après la prise de la capitale du Cambodge par les deux rois, nous avons été étonnés que les Chroniques ne nous apprennent pas ce que Naresuan avait décidé pour la royauté du Cambodge et 4 ans plus tard ( ?) on apprend qu’un roi cambodgien Nakphra Sattha ( ?) a dû se révolter contre Naresuan, qu’à sa mort une armée thaïe est entrée dans la capitale, que le fils, prétendant au trône, s’est enfui et est revenu, une fois l’armée thaïe partie (quelle armée ? pourquoi l’entrée et la sortie de la capitale ?) et que son premier acte a été de renouveler son allégeance et payer le tribut au roi d’Ayutthaya !!!!!!!!!


Ce n’est pas fini.


8. En 1602 ( ? ) - soit 8 ans plus tard – On nous raconte une histoire similaire, mais avec plus de détails et une mort de roi en plus, et une nouvelle succession !


Les Chroniques nous disent que l’armée principale est venue à Lawaek pour supprimer son royal adversaire (là, on ne dit rien sur la mort du roi), mais on va « escorter » ensuite toute sa famille, femmes, enfants du roi de Lawaek à Ayutthaya. Son fils alors a fui à Lan Chang et est revenu, une fois l’armée partie, pour prendre le trône, avec l’intention de payer tribut chaque année au roi d’Ayutthaya ; mais 3 lignes plus loin, il meurt (Quand ? on ne sait pas), et les moines, brahmans, et tous les thaophraya et les chefs décident de proposer Si Suphanramathirat, le plus jeune frère du roi, comme successeur.

Il se présente lui-même devant les deux  rois d’Ayutthaya, qui acceptent la succession et qui le font raccompagner par le Chao Praya de Sawankhalok et le Praya de Panthara avec  3 000 soldats pour l’escorter.


9. Un an plus tard. (Watts dit 1603), Ayutthaya vient au secours du Cambodge, son vassal.


Reproduction of a 17th Century Dutch map of the Cambodian c


Le roi Suphanramathirat envoie  le Phraya Kalahom informer le roi Naresuan que Phraya On avec Song et Phak ont réuni leurs forces à la frontière de Saen et s’apprêtent à attaquer Lawaek.


Les deux  rois décident d’envoyer Pra Maha Thamma Racha avec 50 éléphants, 100 chevaux et 10 000 soldats (remarquez l’ordre hiérarchique) et les armées de Chao PrayaThammathibodi, les Phraya de Sawankalok,  Kahamphaengphet,  de Sukhotai, et de Phantara, de se préparer et de s’avancer vers Phitisat, et ils demandent au Phraya (le roi ?) de Lawaek de joindre ses forces aux leurs  pour attaquer l’Armée du Phraya On à Sathong.

Sans transition et sans plus d’informations sur la bataille, il est dit qu’après avoir attaqué et mis en déroute l’armée de Phraya On, le roi  de Lawaek se rendit à la capitale d’Ayutthaya pour rendre hommage et remercier les deux rois. La vassalité avait été cette fois profitable au nouveau roi du Cambodge.

 

Commentaires.


On aurait pu, à partir de ce premier travail de compréhension, reprendre point par point la prise de Lawaek, nommer les généraux (Chao Praya, Phraya, Phra), les cités au combat, décrire les processions-hautes en couleur-des départs en guerre, les mouvements de troupe, les réunions des Conseils, avec les déclarations « théâtralisées » des rois, le contenu des lettres royales, et enfin suivre les mouvements des troupes siamoises avec leurs batailles gagnées (Pattabong, Photisat, Boribun, Phutthaimat) et ensuite la bataille navale (Pasa, Caturamuk, Nakhon Sam), bref, proposer un récit, notre récit, mais qui aurait été trop long dans le cadre d’un blog.


Nous pouvons retenir que le roi Naresuan  avait obtenu sa revanche, par une victoire éclatante contre le Cambodge.  Il avait conquis Lawaek en 1594 *, pris en otage la famille royale, emmener avec lui 30 000 esclaves. Il avait non seulement vassalisé le Cambodge, mais avait défendu son nouveau vassal en 1603.


Il est vrai que les chroniques ne disent rien sur l’exercice de cette vassalité. Qui gouverna  après son retrait ? a-t-il laissé des troupes ? commandées par qui ?


Pire, l’épisode rapporté de la succession du roi Nakphra Sattha par Phra Sutham Racha est à la limite du compréhensible.

 

Aux faits que l’on peut discuter s’ajoutent encore la difficulté de l’identification des rois khmers. Les Chroniques citent Nakphra Sattha, (1598 ?) Phra Sutham Racha, (1602 ?) Suphanramathirat, que nous avons du mal à reconnaître avec la chronologie proposée par wikipédia, qui donne  Chey Chettha Ier (Sri Jetthadhiraja) ( 1585-1596) et Ram Ier Mahapabitr, (Rama Joen Brai) (Usurpateur), (1594-1596). (Cf. en note**)


Mais Naresuan n’allait pas se reposer sur ses lauriers. Le conquérant allait désormais s’attaquer aux Pégouans, aux Birmans d’Hongsawadi. Cf. article suivant)


 

 

___________________________________________________________

 

 

*Nous avons choisi d’avancer dans notre histoire, en notant que de nombreuses sources confirment la prise de Lawaek (ou Lovek) par les Siamois en 1594.

Wyatt l’écrit dans la traduction des Chroniques royales de Cushman. On notera aussi  qu’il est dit que la capitale khmère sera déplacée en 1594 à Srey Santhor (1594-1620). Mais Bowring et Pallegoix disent 1583, Moura, à partir des Annales cambodgiennes dit 1586, Garnier avance 1585.


Aux dates incertaines  s’ajoutent des faits opposés, dit encore Aymonier, comme par exemple :

  • Les annales siamoises disent que Naresuan, (Aymonier le nomme Phra Naretuen (BrahNares’vara) (auguste seigneur des hommes) (les Portugais, le Prince noir en opposition à son frère nommé le Prince blanc), avait fait le serment de se laver dans le sang de son ennemi. C’est ce qu’il fit après l’avoir fait exécuter.
  • Mais les annales cambodgiennes disent que le roi et ses deux fils purent s’enfuir du côté du Laos.
  • Nicolas Gervaise qui écrivit un siècle après les faits dit que l’invasion a eu lieu en 1560 et que le roi fut bien traité par le vainqueur, mais mourut en captivité et que ses 3 fils reçurent des gouvernements de province et prirent la fuite et retournèrent en leur pays.)

**

 

42

Satha Ier ou Paramaraja IV

SathaMahindharaja

1576-1596

43

CheyChettha Ier

Sri Jetthadhiraja

1585-1596

Invasion des siamois: 1593.

Capitale Srey Santhor : 1594-1620

Ordre

Roi

Nom personnel

Règne

43 Bis

Ram Ier Mahapabitr

Rama Joen Brai (Usurpateur)

1594-1596

43 Ter

Ram II Rajadhiraja

Cau Ban Nur (Usurpateur)

1596-1597

44

BaromReachea II ou Paramaraja V

Ponhea Ton

1597-1599

45

BaromReachea III ou Paramaraja VI

Ponhea An

1600-1600

46

Kaev Hua Ier

PonheaNhoum

1600-1603

47

BaromReacha IV ou Paramaraja VII

SreiSoriyopear II

1603-1618

 

 

 fin

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires