Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 00:02

kdLes Vikings sont-ils venus au Siam ?


Rassurez-vous, nous n’avons pas l’intention de tomber dans les délires de l’histoire « mystérieuse », ésotérique ou fantaisiste. Nous avons même lu quelque part, sans rire, que les Templiers étaient venus au Siam et qu’un autre aimable fantaisiste avait situé l’Atlantide en Asie du Sud-est. Nous vous épargnerons ces fariboles. Mais ce sujet précis a, il y a bien longtemps, intéressé des esprits curieux, lucides et cultivés que nous considérons comme sérieux.


Il y aurait une étude intéressante à faire qui nous semblerait entrer tout à fait dans la sphère d’action de l’Ecole française d’extrème Orient ? Elle possède une abondante documentation sur l’architecture de notre pays siamois, pagodes et pirogues. Elle pourrait sans doute obtenir aussi des sociétés savantes suédo-norvégiennes une information suffisante sur les objets contemportains des anciens Vikings qui offrent avec ceux d’ici une si curieuse analogie ?


Ces recherches n’auraient bien entendu aucun effet sur le cours de l’euro mais pourraient nous éclairer sur ce singulier rapprochement entre le sud de l’extrème Orient et le nord extrème de notre Europe.

1.    En attendant, jugez plutôt  :


En 1841, Monsieur Charles Giraud dessine pour le compte du « Magasin pittoresque », la très célèbre encyclopédie populaire, l’église norvégienne de Borgund et commente ainsi « On ne sait quel fut l’architecte de cet édifice et on ne sait par quel singulier assemblage d’idées le plan en fut établi, mais c’est certainement l’une des plus étranges constructions qui existent car il y a là une réunion de tous les styles, du byzantin, de l’asiatique et du gothique »...

magasin



Regardez-donc la, cette superbe église médiévale, le grand géographe Elisée Reclus en écrivait à son tour qu’elle fait  « irrésistiblement penser à une pagode d’extrème orient » (« nouvelle Géographie universelle » tome 5 - 1876).

 

461px-EgliseBoisDeboutNorvege2


Cette ressemblance n’a pas non plus échappé à Henri Cucherousset, qui dans un numéro de « l’Eveil économique de l’Indochine » (11 mars 1928) s’est dit frappé par la ressemblance de certains motifs de l’église de Borgund avec ceux du Wat Maï de Luangprabang.

 

wat mai

 

Son architecture ne rappelle-t-elle pas étrangement celle de la Thaïlande ?


Nous retrouvons ces mêmes motifs dans une autre église, celle d’Hopperstad, datée de la même époque, le milieu du XIIème siècle.

 

vikings eglise de laerdal


Charles Bock, consul général de Suède et de Norvège (« Le royaume de l’éléphant blanc, 14 mois au pays et à la cour du roi de Siam ») avait écrit en 1889 : « Une singulière ressemblance existe entre l’architecture en Siam et le style des XIème et XIIème siècles en Norvège, soit le style stavekirker. On en voit des specimen à Hitterdal

 

hitterdal


et Borgund.

vikings eglise de borgund

 

Ici de même qu’en Norvège, nous trouvons les mêmes toits hauts et pointus avec leurs bardeaux en forme d’écailles de poissons et leurs pignons aux têtes de monstre sculptées. Ne pourrait-on croire que ce style a passé, il y a des siècles, d’Orient en Russie pour aller se fixer dans le nord-ouest de l’Europe ? »
« Les bateaux des Vikings, ces bateaux qui nous ramenèrent au IXème siècle avec l’invasion des Normands un des meilleurs composants du sang français, ne rappelent-ils pas aussi par l’étrange décoration de leur proue

 

drakkar 02

 

certains motifs siamois qui terminent parfois la base des rampes des escaliers des temples ? »  se demande Cucherousset.

 

 hopperstad




2.    De bien singuliers rapprochements relevés par des auteurs sérieux qui nous ont conduits  à tenter de trouver d’autres éléments.....


On sait fort peu de choses de ces églises norvégiennes en bois de pin (« stavekirk », appelées en français « églises en bois debout ») dont quelques unes ont résisté miraculeusement aux injures du temps, précieux spécimens de l’art religieux des Vikings au  moyen-âge.


Il est une certitude, les Vikings sont allés jusqu’en Asie centrale par voie de terre ou en remontant des fleuves pourtant réputés non navigables, démontant leur drakkars pour les transporter à dos d’homme pour franchir les passages infranchissables. Ont-ils atteint l’ancien Siam par la voile ou par voie de terre à une époque indéterminée  ou cette question relève-t-elle du charlatanisme intellectuel ? C’est une hypothèse.


Mais, nourris dans nos écoles de ces idées un peu primaires que c’est seulement au  XVème siècle que l’Europe a commencé à s’extérioriser, à ce qu’il est convenu d’appeler dans les manuels scolaires l’ époque « des grandes découvertes » nous nous imaginons trop facilement qu’au moyen-âge, nos ancêtres vivaient immobiles et sans curiosité dans leurs hameaux au pied de leurs châteaux et de leurs églises.


Ces « grandes découvertes » ne furent-elles pas des redécouvertes ? Des traces certaines ont été découvertes du passage des phéniciens au Congo, en Mauritanie, au Sénégal   («  La Méditerranée des Phéniciens, de Tyr à Carthage », exposition à l’ « Institut du monde arabe », du 6 novembre 2007 au 20 avril 2008.)


Le prodigieux voyage du suffète Hannon qui longea les côtes du continent africain jusqu'au golfe de Guinée est connu sous le nom de "Périple de Hannon". Parti de Carthage avec de nombreux navires pour établir une colonie, il a franchi les colonnes d'Hercule (détroit de Gibraltar), longé la côte de l'Afrique occidentale jusqu'à une limite incertaine, vraisemblablement aux environs du tropique du Cancer mais peut-être jusqu’au golfe de Guinée ?

 

hannon

 


Jules César envoya des ambassadeurs en Chine. A l’époque de Saint Louis, les relations entre l’Europe et la Chine par la Perse et les hauts plateaux du Turkestan étaient beaucoup plus fréquentes qu’elles ne le furent par la suite. Quelques siècles auparavant, c’est probablement de cette région que sont descendus les Thaïs vers la basse et la moyenne vallée du Mékong ?
Les Vikings ont incontestablement découvert le Groenland et l’Islande et posé les pieds aux Amériques (au Canada probablement). Encore des certitudes. Pour ceux qui ont affronté dans leurs drakkars les dangers de l’Atlantique nord, un périple tel celui d’Hannon ou celui des vaisseaux romains qui sont au moins allé jusqu’à l’extrème pointe sud de Ceylan, était-il impossible ?

En 1947, l'anthropologue norvégien Thor Heyerdahl et cinq autres hommes, intrépides héritiers un peu fous des Vikings, ont rejoint depuis le Pérou la Polynésie sur un radeau

 

 kon tiki 500px


construit sur le modèle des embarcations traditionnelles indiennes en assemblant des rondins de balsa, sans clous ni rivets, en utilisant seulement des cordes en ne survivant que par la pêche et la récupération d'eau de pluie, en dérivant à l'aide d'une voile rudimentaire, ils arrivent après 101 jours et 8 000 kilomètres de navigation. 

 

KonTiki sst


Son petit fils Olav a réitéré l’expédition dans les mêmes conditions en 2006 en 83 jours coupant défintitvement court aux doutes émis sur le sérieux du voyage de son grand père.

 

Raiatea



On ignore totalement les procédés de navigation des Vikings, leurs ancêtres. Pendant des siècles, ils ont écumé les mers sans boussole avec une précision d'horloger suisse.  Toujours une certitude. Albert Le Floch et Guy Ropars, deux physiciens bretons, prétendent avoir percé leur secret : le spath islandais, une pierre qui leur permettait de localiser le soleil, même quand celui-ci était masqué ?

Voila bien là une explication qui semble digne des élucubrations fuligineuses du Da Vinci code ou de la littérature fantaisiste sur le trésor d’Alaric retrouvé à Rennes-le-château.
Le soleil et les étoiles brillent depuis le commencement des temps, sauf quand le ciel est couvert, mais il est un paramètre essentiel, c’est qu’à l’ époque de la saga d’Eric le rouge, le monde a connu un incontestable « réchauffement climatique » (déjà !) en sorte que les cieux du nord de l’Europe furent beaucoup plus lumineux qu’ils ne le sont de nos jours. Point besoin de pierre magique pour repérer l’étoile polaire et le soleil et, malgré le respect que nous devons à ces scientifiques, il nous est permis de douter des connaissances  de Leif Erikson sur la polarisation de la lumière !

Emmanuel Leroy-Ladurie, quoiqu’avec prudence, a fort longuement disserté sur ce que l’on appelle l’ « optimum climatique médiéval », ou plus simplement le réchauffement climatique de l'an mil, une période de climat inhabituellement chaud localisé sur les régions de l’Atlantique nord et ayant duré du Xe siècle jusqu’au XIVe siècle environ.

 

leroy

 



Cet « optimum climatique » est d’ailleurs souvent rappelé lors des discussions animant le débat contemporain sur le réchauffement climatique. Ce réchauffement incontestable ne peut être quantifié faute à l’époque du thermomètre de Galilée et encore moins du baromètre de Toricelli, mais les historiens depuis, avant et après Jules César ont parfaitement su nous décrire le climat des pays qu’ils ont envahi, occupé ou visité. Il est des signes comme la culture de l’olivier ou de la vigne,  la date de maturité des fruits, des céréales, des vendanges  qui ne trompent pas !

Jules César traversait régulièrement sans difficultés rivières ou fleuves de la Gaule l’hiver lorsqu’ils étaient pris par les glaces. Pour mémoire, cela ne s’est plus reproduit pour le Rhône à Arles qu’en 1731 et 1837, époque du « petit âge glaciaire » ! L’un d’entre nous, riverain de ce fleuve et de cette rivière pendant 50 ans de sa vie, ne l’a jamais vu. Lorsque les bénédictins firent pousser de la vigne à Stockolm, c’est alors le réchauffement qui était incontestable !

 

benedictin

 


Les Vikings ont traversé l’Atlantique en utilisant la position du soleil et des étoiles par temps clair mais aussi la position des côtes, le vol des oiseaux, les routes migratoires des baleines et les nuages lointains recouvrant les îles, les courants et les vents favorables. La navigation a toujours été une question d’angle. Ils ont fait confiance aux vents dominants et aux courants : en gardant le même angle, ils avançaient droit. Ils ont observé le déplacement des étoiles, rempli des éphémérides, accumulé des données. La navigation n’a eu de cesse de se nourrir de ces découvertes, mais continuait en avançant à vue. La paume s’élance sur l’horizon à l’horizontale, l’étoile polaire se trouve au-dessus ou au-dessous de la main
Point besoin d’être magicien mais une probable accumulation d’interminables observations.
Combien aussi sont partis à l’aventure et ne sont jamais revenus ? Se sont-ils hasardés vers l’Est et certains ont-ils rejoint les côtes du Siam d’où ils ramenèrent ces curiosités architecturales et ont-ils pu en revenir ? Ou le style est-il passé par voie de terre comme le suggère le Consul Bock ?

Les découvertes archéologiques viennent-elles au secours de cette hypothèse ?

Il existe dans l’île de Koh Phiphi la « grotte des vikings »,

 

grotte

dont la visite est actuellement interdite depuis 2003. Ces photographies sont extraites du site
http://www.oknation.net/blog/print.php?id=82780

Cette grotte difficile d’accès est réputée pour les fameux nids d’hirondelles et surtout pour contenir des gravures rupestres apparement mal étudiées et non datées à ce jour

 

peintures rupestres

 

et de curieuses représentations de navires où l’on a pu voir (avec beaucoup de bonne volonté) des navires vikings, d’où la dénomination de la grotte ?

 

 vikings 3

3.Que faut-il en penser ?

 

Gardons-nous d’apporter une réponse et restons réservés. Mais s’il s’agit d’une simple hypothèse, elle ne nous parait pas totalement fantaisiste.  Monsieur Poirier (« Remarques sur l’origine des Polynésiens » Journal de la société des océanistes, 1951 tome 7) avance des arguments notamment ethniques et linguistiques fort solides en faveur d’une possible origine viking des ... Polynésiens,  venus non par la Mélanésie mais par l’Amérique. Leur périple les aurait conduit du nord du continent à la descente du Mississipi puis soit le long de la côte de Mexico jusqu’au cap Horn soit à travers l’isthme de Panama soit par l’Amazone et par les Andes. C’est ainsi que l’aventureuse migration viking aurait atteint le Pacifique et ensuite Tahiti précédant Hayerdahl se plusieurs siècles ?

Cette thèse – hardie – a été reprise par P.H. Buck (« Les Vikings du soleil levant » Payot 1952). Le philosophe italien Julius Evola (« Le mythe du sang » écrit en 1942 et réédité en 1995 par les éditions Sear de Borzano) a émis des théories fascinantes (mais souvent trop spéculatives) sur les nombreuses migrations qui auraient porté les populations d’Europe du Nord jusqu’aux régions les plus reculées du monde en une double expansion, horizontale vers l’Amérique et diagonale vers le sud-est et jusqu’aux Indes. En dehors de tout délire ésotérique, deux éminents spécialistes de l’histoire de la marine (Jean Poujade « la route des Indes et ses navires » Paris 1946 et J. Hornell « Water transport, origins and evolution » Cambridge 1946) ont relevé de singulières coïncidences entre les techniques de construction navales vikings et celles relevées sur les bas reliefs de Borobudur à Java... le plus grand temple bouddhiste au monde.

 

 Borobudur ship



D’où vient le Bouddha d’Helgö retrouvé dans la tombe d’un chef Viking présentement au musée de Stockholm ?

 

buddha Heldo



Et celui d’Oseberg retrouvé également dans la tombre d’une reine ? Bouddha pour certains, Indien pour les uns, Afghan pour les autres ? Thor pour d’autres ?

 

oseberg buddha


Fruits d’échange commerciaux à Byzance ? « Souvenirs » ramenés par un chef de guerre ou simple analogie hasardeuse ? La tombe de la reine inhumée à Oseberg avec tous ses trésors contenait tout autant de monnaies arabes que de souvenirs égyptiens.

« Scandinavie, matrice des nations – scandinavia vagina gentium » écrivait l’historien Jordanès au VI ème siècle.


Est-il fantaisiste d’imaginer un petit groupe d’européens farouches accomplissant ces immenses voyages sur des mers hostiles et inconnues ?

 

images

 

Si le périple a été accompli, il du être long et la mort a du largement diminuer les effectifs originaires. N’oublions pas que ces « normands » dont les incursions, et le seul nom, ont terrorisé l’Europe entière étaient un fléau si redoutable que l’Eglise de Nantes avait ajouté dans ses litanies « de la fureur des Normands, délivrez-nous, Seigneur – a furore normanorum, libera nos domine ».

Ce ne sont ni les populations hostiles des côtes d’Afrique de l’Ouest ou de l’Est ni les barbaresques turcs, ni les pirates de Malaisie ou de Chine qui auraient pu les impressionner !

 

asterix

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Thaïlande
commenter cet article

commentaires

dofus-generateur.blogspot.fr 28/03/2015 13:32

Merci pour cet article .

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 29/03/2015 04:29

Merci de vos remerciements, notre but est de satisfaire nos lecteurs !

Serge Côté 27/03/2015 01:53

Très, très intéressante analyse dont je trouve la plausabilité fort possible.
Que ce soit par terre ou mer, les vikings ont certainement parcouru beaucoup, beaucoup de territoire durant leur règne.
Merci pour cet intéressant article.

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 27/03/2015 11:52

Pardonnez au rédacteur du commentaire pour la "Scandinavue" et non la "Scandinavie" et la "tompe" pour "la tombe" !

Faute avouée doit donc être à demi pardonnée.

Bien cordialement

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 27/03/2015 09:35

C'est la découverte récente en Scandinavue d'une tompe contenant un bijou musulman de plus de 1000 ans qui nous a donné l'idée de rééditer cet article déjà ancien

JeffdePangkhan 09/03/2012 01:50


Coucou,


Si nous ne sommes pas sur et certains de la venue des vikings en terre thaïlandaise, on pourra dire que depuis ils se sont biens rattrapés...De Phuket à Chiang maï; ils sont bien là !


Jeff des rizières !

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 10/03/2012 01:08



Vive l'humour



Pascal Engelmajer 25/02/2012 11:08


Article très interessant !
Mais j'ai été surpris de voir Élisée Reclus décrit comme un grand géographe sans qu'il soit accolé le terme anarchiste. Ce fils protestant du Béarn qui est aussi le frère d'un
autre géographe, Onésime Reclus, se définissait comme " géographe, mais anarchiste ".
" Celui qui commande se déprave, celui qui obéit se rapetisse. La morale qui naît de la hiérarchie sociale est forcément corrompue. " disait Élisée Reclus, une sentence qui est
d'actualité plus que jamais en Thaïlande...

En tout cas que ce grand théoricien de l'anarchie, oublié des manuel d'histoire et de géographie, repose en paix au côté de sont frère Élie dans le lointain cimetière de l'exil à Ixelles. Et
toutes mes félicitaion pour ce blog original et profond...



 

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 26/02/2012 07:42



On peut être géographe et anarchiste !


 


Nous avons effectivement oublié l'un des deux adjectifs nécessaires