Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 23:01

titreQui est Thaï ? Qui est Thaïlandais ? 


Nous avons déjà évoqué maintes fois cette question de la nationalité voire de l’identité, quand par exemple nous avons étudié l’Isan*. Nous avions été surpris d’apprendre que les Thaïs siamois étaient minoritaires en Thaïlande (40%), que les Isan représentaient 31% des 68 millions de la population thaïlandaise et qu’ « ils regroupaient en fait des groupes ethniques très divers, aux origines,  traditions, coutumes, langues différentes, dont les 3 principaux étaient les Thaïs Isan, les Thaïs Khmer, et les Thaïs  Kouis » (Cf. tableau en note **). Nous avions également appris avec Ivanoff***  que « les Thaïs siamois avaient imposé leur langue, leurs normes et établit une « hiérarchie » avec ces autres peuples, comme avec les  Muangs, les Pak Tai, les Khmers, les Chinois, les Khaek, les groupes montagnards (Karens, Hmongs, Akhas …) Ils étaient tous Thaïlandais, mais pas tous des vrais Thaïs ».****


1/ Encore récemment, dans notre article  « 10. Origine des Thaïs ? Mais de quels Thaïs  parlons-nous ? » nous nous demandions même s’ils en restaient encore de ces Thaïs venus de Chine,*****et de citer les migrations successives volontaires et souvent forcées (prisonniers, esclaves) avec  les Laos, les Birmans, les Khmers, les Annamites, les Chinois, les Pégouans, les Môns, les Malais, les Hindous et même les Japonais et les Portugais  … Les sources convergent, disions-nous, pour estimer qu’ au début du siècle dernier  sur « environ » 6 millions d’habitants, il n’y avait qu’ 1 million et demi de Thaïs !


Alors pourquoi revenir encore sur cette question ?

  • Parce que la grande majorité des Thaïs siamois se considèrent encore comme les vrais Thaïs ?
  • Parce que les Thaïs siamois n’arrivent pas encore à admettre que la Thaïlande est un pays de mixité, prisonniers qu’ils sont de leur idéologie unitaire de la Thaïness.  
  • Parce que l’on commence seulement à accepter que du sang chinois coule dans les veines de nombreux dirigeants, que du sang birman coule dans de nombreuses grandes familles du Sud … « On le savait, mais on ne le disait pas ».(Ivanoff, p.482 ******)
  • Parce qu’ ils leur faut encore jongler entre la non-reconnaissance ethnique et la nécessité de reconnaître « officiellement » les Thai Isan et les Thai Islam par exemple.
  • Parce que, s’il n’y a pas officiellement en Thaïlande de reconnaissance des « minorités ethniques », comme dans les pays voisins (Laos, Vietnam, Chine), même si les Autorités ont néanmoins  identifié 9 groupes ethniques relevant des chao khao*******  (Lawa, Htin, Khmu, Mlabri, Akha, Lahu, Lisu, Karen, Mien ) et les Moken au Sud, 

 

moken

 

  • et que de nombreux inventaires « officieux » répertorient  30 à 40 groupes ethnolinguistiques et jusqu’ à 74 langues. (Cf. op. cité)

Et pour rester dans notre sujet :

  • Parce que de nombreux articles de Thaïlande contemporaine donne des éléments de réponse à la question : Qui sont les Thaïlandais d’aujourd’hui ?****** et permet à chacun d’en discuter.

 

2/ Stephane Dovert, pour prendre un exemple de sa conclusion, cite l’un des plus brillants anciens premiers  ministres et intellectuel  « Kukrit Pramoj (mars 1975-avril 1976) (qui) concédait ignorer ce qui fondait l’identité thaïlandaise».(p.257).


Et pourtant, on pourrait citer des dizaines d’auteurs, de nombreuses revues

thaïlandaises qui ont tenté et tentent, inlassablement, de répondre à cette interrogation légitime.

  • Nous avons déjà indiqué maintes et maintes fois que les Thaïs siamois avec la Thaïness avaient tenté et réussi en partie (vrai pour l’Isan,  faux pour les provinces islamiques du Sud) d’imposer leur idéologie (une langue, respect absolu de la monarchie et du roi, et des traditions bouddhistes) et UNE vision de l’Histoire inculquée à l’école.
  • Nous venons de raconter dans « NOTRE » Histoire  que les Thaïs sont arrivés tardivement dans ce qui allait devenir le Siam et qu’ils ont dû composer, se mélanger, fusionner, épouser ……….  avec les populations déjà présentes comme les Môns, les Khmers, les « Birmans, les Laos, les Malais et autres « ethnies » …
  • Mais nous avons montré récemment avec notre lecture de deux films très populaires comme La Légende de Suriyothai et La Légende du Roi Naresuan, du Prince  Chatrichalerm Yukol 

 

Chatrichalerm 20071020 Phuket

 

 

  • que les Thaïs à des moments cruciaux, tiennent à rappeler qu’ils sont fiers « d’être un peuple indépendant et libre » et qu’ils sont « prêt à résister à l’invasion étrangère »… et à « imaginer » leur Histoire.
  • Bref, que les contradictions demeurent, qu’il faut distinguer les pratiques et les discours, le passé et le présent, les réponses simplistes et les analyses plus pertinentes qui peuvent par exemple inclure des formes apparemment paradoxales et/ou contradictoires.

3/ Alors qui est Thaï ? qui est Thaïlandais ?

  • Un Thai Isan n’est pas un Thaï, mais se sait Thaïlandais. Et encore faudrait-il préciser un Thai isan Lao. Un Kui (Souay) est certes de l’Isan (entendu comme Nord-Est) mais  se définit encore d’après sa culture.

 

isan

 

  • Un Thai Islam sait qu’il doit être Thaïlandais, mais tous ne le veulent pas. « Il existe autant de marqueurs identitaires unificateurs que de marqueurs différenciant l’unité Sud ». (Yves Goudineau et Bernard Vienne, op.cité)

 

muslim


  • La question peut encore se poser pour les chao khao*******.

« Les chao khao représentent actuellement un faible pourcentage (moins de 3%) de la population thaïlandaise, mais ils sont près de 50% dans une province comme celle de Mae Hong Son ».


 

chao khao

 

Yves Goudineau et Bernard Vienne, dans un excellent article*******, après avoir rappelé la brève histoire  de leur migration et leurs composantes ethniques  (Lawa, Htin, Khmu, Mlabri, Akha, Lahu, Lisu, Karen, Mien ), leur évolution, et leur tradition mythique commune, leur mutation « forcée » par l’intervention gouvernementale, posent la question de leur « pluralisme identitaire ». Ils indiquent qu’ils ne sont pas prêt à s’intégrer au « prix d’une perte totale d’identité » ; « Ils revendiquent leur appartenance de droit à la nation thaïlandaise (…), (mais) ils le font en tant que Karen

 

karen

 

Hong, Lisu, Akha … ». « A leurs yeux, ils n’y a pas de contradiction ».

 

  • La question se pose aux frontières, et pour les nomades marins (Cf. les travaux d’Ivanoff sur ce sujet)

« Cette double nationalité existe dans la pratique et ce n’est pas une loi qui changera les réseaux de voisinages, familiaux, de clans … » (p. 493), les solidarités traditionnelles et tous les trafics, qui se situent à la marge du licite et de l’illicite, du légal et de l’illégal.


 (Cf. notre article 23********   « C’ est vraiment le nouveau quadrangle d’or , qui profite aussi bien aux Etats lao, thaï, chinois et vietnamien , au crime organisé , aux hommes d’affaires thaïs et chinois, aux montagnards , au petit peuple de chaque côté des frontières , et à tous les échelons des « corrompus »» ) 

 

  • Et la question va se poser encore longtemps avec les migrants birmans travaillant au Sud. 

Quand on a une population de presque deux millions de travailleurs dit clandestins, et travaillant « dans l’agriculture, l’industrie du poisson, le bâtiment, les usines de textiles et les emplois domestiques (…) à concurrence de 1,5% du PNB  »********, et les flotilles de pêche, on peut imaginer qu’à moyen terme va se poser la question de leur intégration pour une partie d’entre eux.


ouvriere-birmane


Finalement, on se rend compte que notre question n’a pas fini d’être posée, car elle est au carrefour de l’Histoire, de la politique, de la culture, de l’idéologie, des intérêts économiques (du pouvoir central, régionaux, des « mafias »), de l’actualité souvent…

Et pour notre modeste blog,  « NOTRE »  Histoire de la Thaïlande, nous verrons que le plus souvent ( !) l’Histoire officielle  de la Thaïlande continue de se raconter que du point de vue des Thaïs siamois.

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

*http://www.alainbernardenthailande.com/article-notre-isan-3-les-isan-des-vrais-thais-71449425.html


---------------------------------------------------------------------------------

**Rappel.


Le tableau ci-dessous est  très explicite et a l’avantage de ne pas être contesté :


GROUPE                                               REGION PRINCIPALE


Groupes de langues thaï                                                                                       83%  

  

  Siamois                                                 Centre                                                       40 %

  

                                                                                       

Isans (ou Lao-Thaïs)                              Nord-Est                                                  31 % 


Muangs (ou Yuans), Nord, 10%,   

Thaïs du Sud (ou Pak Tai), Sud    4 % ;  

 Thaïs musulmans,  Centre et Sud  1 % ;

 Autres groupes thaïs (Shan, etc.) Centre et Ouest montagneux  2 %.


Sino-Thaïs et Chinois                           Régions urbaines (surtout Bangkok)  10 % ;


Groupes austro-asiatiques 2,2 %  

  Khmers, Est frontalier 1,5 %    

  Môns  Centre    0,2 %

 Kuis Nord-Est     0,4 %

Autres (Lahus, Lawas, etc  Nord montagneux)      0,1 %


Austronésiens (Malais)   Sud frontalier  3 % Groupes montagnards     1 %


Karens (tibéto-birman)   Nord et Ouest montagneux  0,6 % Hmongs et Yaos    Nord montagneux  0,2 % Autres (Akhas, etc.)  Nord montagneux  0,2 %


Groupes immigrants     0,3 % 

Vietnamiens,  Régions urbaines et Nord-Est   0,2 % ,

 Indiens et autres   Régions urbaines   0,1 % 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

***Jacques Ivanoff, Construction ethnique et ethnorégionalisme en Thaïlande, Carnet de l’IRASEC n° 13 

 

****Cette hiérarchie a longtemps été acceptée, et cela jusqu’à l’apparition des Rouges qui englobent désormais plus que les simples paysans mécontents. Remarquons que certaines dénominations sont officielles, comme le Thai-islam qui reconnaît la religion comme une variable de l’ethnicité thaïe. Les Thai Isan sont, quant à eux, une catégorie acceptée qui se définie d’abord géographiquement (le Nord-Est), puis linguistiquement (le phasa isan bien qu’il en existe beaucoup de variantes) et enfin ethniquement (les Isan sont des Thaïlandais d’origine laotienne mais aux caractéristiques différentes depuis leur inclusion dans les frontières thaïlandaises.


*****http://www.alainbernardenthailande.com/article-10-origine-des-thais-mais-de-quels-thais-parlons-nous-97697254.html


******Thaïlande contemporaine, sous la direction de Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff, IRASEC, Les Indes savantes, 2011.


*******Yves Goudineau et Bernard Vienne, L’Etat et les minorités ethniques. La place des populations montagnardes » (chao khao) dans l’espace national. (Op. cité .)

Danielle Tan : Du Triangle d’or au Quadrangle économique, Acteurs, enjeux et défis des flux illicites transfrontaliers dans le Nord-Laos, Sciences Po/CERI, IRASEC, Note de recherche n° 6


http://www.alainbernardenthailande.com/article-les-trafics-du-triangle-d-or-71317371.html

.  

Thaïlander Lire aussi Thaïlande : le calvaire des travailleurs birmans - thailande-fr.com

D’après les agences de l’ONU les immigrés birmans sont plus d’1,4 million à gagner leur vie en Thaïlande, mais seulement 490000 d’entre eux sont enregistrés avec un permis de travail. La plupart travaillent donc clandestinement dans l’agriculture, l’industrie du poisson, le bâtiment, les usines de textiles et les emplois domestiques.

Ils occupent surtout les emplois généralement délaissées par les Thaïlandais et qualifiés de «3D» : « dangerous » (dangereux), « dirty » (sale) et « difficult » (difficile). Les « petites mains » birmanes sont aujourd’hui devenues indispensables à l’économie du royaume : d’après un rapport de l’Institut de recherche thaïlandais pour le développement, les migrants –parmi lesquels 80% de Birmans- ont permis d’augmenter le PIB thaïlandais d’1,25% en 2007. […] Souvent dénigrés par la population thaïlandaise et ne maîtrisant pas la langue thaïe, ils restent vulnérables aux rackets de la police et à l’exploitation de leurs employeurs. A Mae Sot, un Birman salarié du textile touche environ 70 bahts par jour (moins de 2 euros), soit moins de la moitié du salaire minimum thaïlandais. Marie Normand.

 


-peuple-pluriethnique-ic-ne

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires

JeffdePangkhan 10/03/2012 01:46


Surement plus complexe, mais les détails et approffondissements, c'est à vous de nous "éclairer"...Merci encore pour tous ces articles qui nous per,ettent d'aiguiser notre point de vue !


Jeff de la rizière enchantée !

JeffdePangkhan 08/03/2012 10:45


Bonjour
A cet article intéressant, j'apporterais quelques détails que je connais par rapport à cette appartenance au Pathet thaï... Les chinois immigrants ont été très rapidement considérés comme
thaïlandais par les autorités par une naturalisation massive dès la fin du XIX siècle (liée surement à leur intégration "économique", détenant desormais quasiment toutes les clefs du business
)...


Dans le nord pour les tribus, s'ils demandent ( pas tous) depuis longtemps leur intégration, nombreux sont ses
ressortissants qui ne sont même pas thaïlandais, évitant alors aux autorités de leur fournir alors le sésame de la ID card et donc d'être obligé de fournir écoles, hôpitaux, (tous services de
l'état).Sous quel prétexte? Citoyens de seconde voire de troisième zone surement et ne pesant pas assez économiquement dans le système!


Un ami français est marié depuis 20 ans avec une thaïlandaise de la région de Mae Sai, sa femme vient d'une
enclave "chinoise"( coincée entre la Birmanie et le Laos, une vallée en fait) du triangle d'or, eh bien sa famille qui fait du commerce depuis la nuit de temps avec les gens de Mae Saï( elle, sa
femme, est toujours aujourd'hui avec un passeport apatride(orange)). Cette famille, malgré les demandes incessantes, n'a toujours pas obtenu de papier  thaïlandais en règle...
En ce qui concerne les "gitans de la mer", les autorités ont décidé pour certains groupes de les naturaliser, il y a peu. En effet après le tsunami de 2003, nombreux ont été démunis de leurs
embarcations, et l'argent de l'aide internationale n'a pas été pour leur payer de nouveaux bateaux-maison (ils s'en sont bien gardés) mais de leur construire des villages sédentaires( comme à Kho
Surin par exemple mais aussi dans de nombreuses iles) avec écoles et profs thaïlandais, eaux courantes, électricités , télévision et programme thaï assourdissant, etc...les délestantant de leur
culture de nomade des mers, de leur croyance, en échange de leur perte d'identité inéluctable, on leur a donnée la nationalité thaï, mais devant cette perte d'identité, certains anciens ont
préféré abandonner "ces avantages"(ils se rendirent compte qu'il n'y en avait que très peu...) Avec les papiers thaïs, le droit de passer des eaux territoriales thaïlandaise, vers celles de 
Malaisie voire Birmane leur étant alors interdite) et repartir avec certains membres de leur famille du cote birman et jeter à la mer leur papier thaï etc... Et pouvoir continuer a vivre
libre...
Voici quelques précisions avec des exemples que je connais...
A bientôt...

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 09/03/2012 01:47



Merci pour votre contribution.


Par contre, les relations entre les Chinois et les Thaïs ont étét plus complexes


.CF. notre article 9 :


EN 1938, Luang Wichitwathakan (ministre de la propagande) compara même les Chinois du Siam aux Juifs d'Allemagne