Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 23:03

Une découverte incroyable en 2013 ! « La cité perdue khmère de Mahendraparvata » sort de l ’oubli après 1200 ans »

Jean-Baptiste Chevance, un archéologue français, découvre Mahendraparvata  « la cité perdue »,  la capitale du roi Jayavarma II. Il aurait vécu dans la première moitié du XIème siècle, contemporain de Charlemagne, il est considéré comme le fondateur de l’empire Khmer.

Nous savons par l’épigraphie qu’en 800, il déplaça sa capitale sur le « Mahendraparvata », massif montagneux qui se situe au nord-est et à proximité d’Angkor.  Cette capitale mystérieuse, beaucoup d’érudits la situaient sur le mont (Phnom en cambodgien) Kulen, à une quarantaine de kilomètres de Siamraep, source de l’identité khmer et l’un des lieux les plus sacrés du Cambodge, parc naturel protégé et site inscrit au « patrimoine mondial de l’humanité ».

 

Phno; kulen

 

Il y fit en effet célébrer en 802 un rituel magique pour libérer le Cambodge de la tutelle de Java,

 

Jaya

 

ce que nous savons par une stèle en général datée de 1053 du temple de Sdok Kok Thorn, qui se situe dans la province de Sa Keao (1).

 

Sdok Kok Thom

 

Il est le constructeur d’un immense empire qui s’étend entre Pagan et Champa, jusqu’au nord du Laos et à l’actuelle Malaisie, occupant une grande partie de la Thaïlande actuelle.

 

carte empire khmer

 

Mais sa capitale était perdue à ce jour.

 

Dissimulée par l’épaisse jungle cambodgienne du Phnom Kulen, la cité perdue sommeillait depuis 1.200 ans. Le « Cambodge post » du 16 juin 2013 nous apprend sa découverte, due à une équipe scientifique franco-australienne financée par une association … anglaise, «  foundation archaeology and development » (2).

 

fondation

 

 « La cité perdue de Mahendraparvata surgit de la jungle de Phnom Kulen après 1200 ans d’oubli ».

 

mahendraparvata-copie-1

 

« Une équipe d’archéologues franco-australiens vient de mettre à jour une ville entière datant de 1200 ans, enfouie dans la jungle de Phnom Kulen, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest d’Angkor. Grâce à une technologie récente ayant recours au laser appelée lidar,

 

 

lidar

 

les archéologues ont maintenant une vision totale de ce qu’était la cité de Mahendraparvata. Fondée en 802 par Jayavarman II, cette capitale dont on ignore tout est à l’origine de l’empire Khmer. Fixé à un hélicoptère, le lidar grâce à des milliards d’impulsions laser permet d’explorer la jungle la plus épaisse en fournissant des données qui auraient pris des années de recherches sur le terrain. Ce sont ces constatations qui ont conduit nos archéologues à se rendre sur les lieux, GPS à l’appui.

 

Kulen

 

L’inventeur du site, est Jean-Baptiste Chevance, directeur de la fondation, la « tête » en quelque sorte, associé aux « jambes » (mais des jambes d’une très haute technicité), le professeur Damien Evans, de l’Université de Sidney, qui depuis des années utilise dans le monde entier des technologies d’avant-garde qui lui permit en particulier de découvrir en 2007 des dizaines de temples inconnus dans la région d’Angkor (3).

 

evans

 

Le mérite du professeur Evans est d’avoir utilisé la technologie du lidar (« lightdetection and ranging ») aux fins de recherches archéologiques alors qu’elle était jusqu’à présent essentiellement employée à des applications cartographiques. 

 

 

Evans-new-temple-site-transitional-pillar.

 

La découverte est fondamentale : indépendamment de celle de 28 temples inconnus,

 

ancient-city-was-found-in-siem-reap-19-06-2013--09-31-49

 

les 36 temples déjà connus de Phnom Kulen sont reliés par tout un réseau de routes, de digues, de bassins et de canaux suivant une disposition parfaitement organisée en forme de carrés un immense réseau dont le lidar a permis la découverte.

 

carte

 

Cette ville, fondée 350 ans avant Angkor, a été abandonnée pour des raisons inconnues, et semble, en raison d’énormes difficultés d’accès, avoir été totalement ignorée des pillards.

 

Ceci dit, il est exagéré de parler de « découverte d’une cité perdue » ou de celle d’un « Atlantide cambodgien » comme l’a rappelé le professeur Chevance au « Cambodia daily » (4).

 

La plupart des monuments de la zone étaient connus depuis longtemps (le début du siècle dernier, décrits par Aymonier et Lunet de la Jonquières)

 

une-cite-perdue-decouverte-apres-avoir-passe-1200-ans-dans-

 

et l’existence de la capitale de Jayavarman II bien connue par les écrits anciens. Ce que les recherches ont révélé c’est que ces reliefs enfouis sous la jungle sont les vestiges d’une ville ingénieusement structurée. Au total, 363 kilomètres carrés de surface ont été sondés et  l’équipe a récolté en une semaine autant de données que sur des années de recherche sur le terrain.

 

Mahendraparvata une cité perdue découverte au Ca-copie-1

 

La cartographie indique de manière détaillée l’organisation de la cité.

Ne déprécions pas le rôle de Damien Evans, plus spécialement basé à Angkor et maître d’une technologie de très haut niveau. Mais l’initiateur, spécialiste de Phnom Kulen, c’est bien notre compatriote, diplômé de l’Ecole du Louvres (5).

 

ecole

 

Il est à la tête depuis 2007 du programme de recherches sur Phnom Kulen, site qu’il a arpenté en 2000 et sur lequel il travaille depuis 2002.

Cette découverte n’est pas l’effet du hasard (comme nous avons pu le lire sur un site imbécile de chercheurs de trésor qui compare l’Australien à Indiana Jones !) (6).

 

affiche-du-film-indiana-jones-et-les-aventuriers-de-l-arche

 

« Rien n’existe qui n’ait été préalablement rêvé ».

Heinrich Schliemann

 

100th-Death-of-Heinrich-Schliemann

a découvert le site de Troie à la lecture d’Homère, même si ce fut à l’aide des piocheurs turcs.  Lord Carnarvon et Howard Carter

 

polaroid howard carter lord carnarvon-scaled500 (1)

 

ont fouillé la Vallée des rois persuadés d’y retrouver la dernière tombe encore inconnue d’un Pharaon, Toutankhamon, avec l’aide, bien sûr, de leurs chaouchs égyptiens.

 

athena

 

La découverte du professeur Chevance, avec l’assistance de son « collaborateur technique » marquera tout autant que les deux précédentes l’histoire de l’archéologie mondiale.

Elle est le résultat de plusieurs années de recherches acharnées, d’une connaissance approfondie du terrain et de l’apport d’une technologie de pointe (7). Elle n’a pourtant guère ému la presse française :

La nouvelle annoncée par « le Figaro » le 26 juin fait référence à « une opération conduite par des chercheurs de l'université de Sydney ». « Radio France International  Asie » (numéro du 1er juillet) présente le projet comme l’œuvre de Damien Evans et notre compatriote simplement comme « ayant participé au projet ». Merci pour le directeur du projet ! Tous les médias, notamment cambodgiens ou anglophones, n’ont pas été aussi injustes, notamment le « Sydney Herald » qui avait annoncé la nouvelle en exclusivité le 15 juin.

 

Quoi qu’il en soit, nous avons là une grande découverte.

 

 

__________________________________________________________________________________________

 

(1) « Cartes de l’empire khmer d’après la situation des inscriptions datées » par Henri Parmentier in « Bulletin de l’école française d’Extrême-Orient », tome 16, 1916, pages 69-73).

 

(2) http://www.cambodge-post.com/

 

(3)  site de l’université de Sidney :

http://sydney.edu.au/news/84.html?newsstoryid=1873.

 

(4) http://www.cambodiadaily.com/archive/archaeologist-says-existence-of-siem-reap-lost-city-long-known-31098/

 

(5) Il a soutenu en décembre 2011 à Paris-Sorbonne une thèse de doctorat « Le Phnom Kulen à la source d'Angkor, nouvelles données archéologiques ».

 

(6) Pour E. Aymonier, dés 1884, avant même la publication de son monumental ouvrage sur le Cambodge en 1900, cette localisation de la capitale aux environ du Mont Kulen « ne fait aucun doute » («L’épigraphie cambodgienne » in « Excursions et reconnaissances », n° 20 de novembre-décembre 1884)

Des fouilles ont été entreprises en 1936 sous l’égide du Musée Guimet et de son conservateur, Philippe Stern, de l’école française d’Extrême-Orient et de son directeur, Georges Coedès,  pour rechercher notamment les vestiges de la capitale de Jayavarman II aux environs du mont Kulen (dont le nom sanscrit est Mahendraparvata  « le mont du grand Indra . Elles ont probablement été interrompues par la guerre (voir « Mouseion », organe de l’ « office international des musées », supplément mensuel de décembre 1936). Le compte rendu de ces fouilles ne laisse planer aucune équivoque sur l’emplacement de la capitale du grand monarque sur le site du mont Kulen « à 40 kilomètres environ en nord-est d’Angkor » ainsi que l’affirme Philippe Stern (« Un nouveau style khmér au mont Kulén » in « Académie des inscriptions et belles-lettre – compte rendu des séances de l’année 1937 » p. 333 s.

(7) « Bulletin de l’AROM – amitiés – réalité – outre mer », numéro 23, avril 2011, article de Jean-Baptiste Chevance « Archéologie et développement au Cambodge : The Phnom Kulen Program » page 12.

 

 cambogia map

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Culture : film - livres - article...
commenter cet article

commentaires