Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 23:02

 Les édredons de la honte !


DSC01225

 Il y a quelques semaines,  mon épouse me prie de la conduire un dimanche après midi à la grande école de l’amphœ pour « assister à une conférence ». Je la récupère quelques heures plus tard toute heureuse de revenir avec deux cadeaux, un magnifique édredon d’abord. Bonne aubaine, c’était le temps où, conséquence du réchauffement climatique évidemment, nous nous gelions en Isan, et une enveloppe contenant deux billets de 100 bahts, encore une aubaine :  nous allions boire l’argent du lobby, mais de quel lobby ?

 

La réponse se trouve dans une petite brochure agréablement illustrée dans la lecture de laquelle je me plonge....C’est le panégyrique du nucléaire pour la Thaïlande ... mieux que le solaire, mieux que les éoliennes, mieux que l’hydroélectrique, mieux que le thermique, comme au Japon et en France (le pays le plus nucléarisé du monde !) leur électricité serait nucléaire, tout cela évidemment sans le moindre danger.

NUCLEAIRE 04

 


Je n’avais à cette date rien à priori contre le nucléaire, je lui explique tout de même que j’avais vécu pendant plusieurs dizaines d’années à quelque dizaines de kilomètres à vol d’oiseau du triangle Cadarache – Marcoule – Pierrelatte et que, de ma résidence familiale, j’avais sous les yeux l’horrible vision des tours de refroidissement hyperboliques de l’usine Eurodif. Je préférais nos vignes.

1448386 3 dd3b le-site-nucleaire-de-tricastin-dans-la-valle 

Je lui explique que cette région était ET reste soumise aux risques de tremblements de terre.

En 1708, la ville de Manosque fut détruite de fond en comble par un séisme dont on ignore la force exacte (voir le site de la ville www.villedemanosque.fr),NUCLEAIRE 01


Deux siècles plus tard Messine et Reggio de Calabre sont détruites de fond en comble (probablement 100.000 victimes), le plus gros séisme historiquement connu en Europe.

NUCLEAIRE 06

NUCLEAIRE 05L’année suivante, la Provence est frappée, grâce au ciel l’épicentre est si bien placé que seule la petite commune de Lambesc est détruite, il n’y a « que » quelques dizaines de morts. Ces deux dernières catastrophes sont encore présentes dans nos mémoires, vertus de la tradition orale transmise par l’un de mes grands pères alors en garnison à Salon-de-Provence et celui d’un de mes amis sicilien. On prie encore dans les familles pieuses de Sicile ou de Provence la Madone de Messine, dont la statue qui domine la Ville fut le seul monument miraculeusement épargné.


 

Et « pour mémoire » en 1923, 100.000 morts au Japon (Tokyo détruite), 1995, au Japon toujours, 5.000 morts à Kobé, restons en là !

Et pourtant, depuis une dizaine d’années, face à la croissance de ses besoins en électricité, la Thaïlande envisageait de construire des centrales nucléaires.

L'Autorité de production d'électricité de Thaïlande (EGAT), disposerait d'un budget de 6 milliards de dollars.... constructeur non encore choisi. Le site potentiel se trouverait dans l’une des huit provinces de Trat, Chumphon, Nakhonsawan, Suratthani, Ubonratchathani, Khonkaen, Kalasin ou enfin  Prachuapkiirikhan.

Et puis, le monde entier a vu exploser le bâtiment qui abrite le réacteur de Fukushima. Il parait qu’en japonais, ça veut dire « L’île du bonheur » ? Mis en service en 1970, c'est l'un des plus anciens au Japon. Il devait être fermé au mois de février. Mais, à la demande de l'opérateur Tepco, les autorités japonaises ont accordé un permis d'exploitation de dix années de plus. On connait la suite : séisme de 8,9 sur l'échelle de Richter, arrêt automatique de la centrale, tsunami qui inonde les installations électriques de secours, échauffement puis fusion partielle du cœur : un scénario catastrophe qui a mis les "experts" en sûreté nucléaire en défaut.  Après la catastrophe de Fukushima, il n'est plus acceptable de mentir sur les dangers du nucléaire, en particulier dans les zones sismiques. L'accident de Fukushima démontre que, même dans un pays réputé pour son expertise en matière nucléaire, le risque zéro n'existe pas. Le nuage nous épargne ... Il file vers l’ouest, 65 ans plus tard, les japonais renvoient la balle aux Etats-Unis.

 

Le site du Ministère des Affaires étrangères nous rappelle judicieusement que la Thaïlande est une  zone sismique. Le dernier séisme significatif a eu lieu le 8 mars 2007 à l'ouet du Loas près de la frontière thaïe (6.1 sur l'échelle de Richter. A la suite du séisme du 24 mars dernier en Birmanie (black out de la junte sur le bilan réel), ressenti en Thaïlande, le Roi (il a bien encore les pieds sur terre) s’est officiellement inquiété de l’impéritie des systèmes d’alerte et de secours.

 

Le 15 mars, 2.000 personnes manifestent dans les rues de Kalasin. 400.000 baths et 2.000 édredons perdus pour le lobby nucléaire ! Le nucléaire thaï est-il enterré ? Le Premier ministre Abhisit Vejjajiva affirme son opposition ferme au projet d'ouverture de centrales nucléaires en Thaïlande D'après le ministère thaïlandais de l'Energie, Abhisit assure que son gouvernement n'étudiera aucune proposition de construction de centrale et laissera la décision au prochain gouvernement qui devrait arriver après les élections attendues en juin ou juillet prochain. « Une centrale nucléaire requiert des mesures de sécurité significatives sur de nombreux plans, spécialement compte tenu de la vague récente de catastrophes naturelles et de l’augmentation du terrorisme » avait déjà déclaré dimanche le Premier ministre.

Sunchai Nilsuwankosit, directeur du département de développement de l'énergie nucléaire à l'université de Chulalongkorn, réagit à la déclaration du premier ministre: « N'utilisez pas l'émotion et la catastrophe pour décider de l'avenir du pays. Il est très difficile pour nous de trouver d'autres carburants que le gaz car il y a trop d'opposition à l'utilisation du charbon ». Il a certes raison. L’ancien président de la Société Nucléaire de Thaïlande, Pricha Karasuddhi, défend le nucléaire thaïlandais en rappelant que les réacteurs japonais étaient vieux de 40 ans et prêts à être déclassés. Il estime que la technologie moderne aurait pu prévenir l'accident de la centrale de Fukushima (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html mercredi 16 mars 2011).  Peut-être a-t-il raison lui aussi ? Je n’ai aucune compétence pour en juger ?

 

 En France, le réacteur le plus ancien est celui de Fessenheim. Il a été construit à partir de 1970 en bordure du grand canal d'Alsace, entre Bâle et Strasbourg, dans une zone d'activité sismique. Il a été construit avec les normes antisismiques des années 60 qui sont très éloignées des normes actuelles.

La ministresse de l'écologie (une polytechnicienne sauf erreur ?) explique que « la centrale de Fessenheim a été construite pour résister au risque sismique maximum constaté sur les 1.000 dernières années, augmenté d'une « marge de sécurité ». Quelle sotte  sirène de boniments ! Voilà bien une structure française typique, de gens qui se considèrent comme des élites, et qui pensent que c'est à eux seuls d'élaborer la stratégie énergétique du pays, et que la question ne concerne surtout pas le peuple. C'est avec les mêmes arguments que les Japonais ont prolongé l'exploitation du réacteur de Fukushima. Le désastre japonais démontre qu'il n'est plus possible de raisonner ainsi.

Ce que je suis assez grand pour comprendre c’est que raisonner sur 1.000 ans à l’échelle géologique, c’est grotesque et voisin de zéro et que « marge de sécurité », cela ne veut rien dire. Il y a eu un déluge universel, Dieu seul sait quand, qui est probablement responsable de la disparition de l’Atlantide et de la Ville d’Ys dont l’existence n’est peut-être pas légendaire. Sans entrer dans les mythes, le premier tremblement de terre historiquement connu avec certitude est celui qui a ravagé Spartes 464 ans avant Jésus-Christ (presque 3.000 ans) et celui qui a détruit Rhodes et son colosse 238 ans plus tard, et le plus meurtrier, celui de Shaanxi  en Chine le 23 janvier 1556 (830.000 victimes).

Ce que je sais, c’est que l’échelle de Richter n’est pas linéaire mais logarithmique et que par rapport à 8,9, on peut faire beaucoup mieux. 6 ce n’est pas 5 + 1 mais 5 x 10 ! Le chiffre le plus fort enregistré serait celui du Chili en 1960 à 9,5 (alors qu’on arrête l’echelle à 9 ?), 7 ou 8 fois plus violent que celui de Fukushima.

Je ne suis pas un anti-nucléaire primaire, mon tout petit bagage scientifique me permet de rester objectif, mais il me semble tout de même qu'on joue avec le feu depuis trop longtemps. D'autant que ceux qui veulent nous faire croire que nous n'avons pas le choix et que le risque reste raisonnable sont tout de même de fieffés menteurs !

« Personne ne pourra jamais garantir qu'il n'y aura jamais d'accident nucléaire grave en France » lâcha il y a quelques jours André-Claude Lacoste, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire en France (ASN), il fait frémir.

 

Je suis assez grand pour comprendre, sans faire trop de mauvais esprit, qu’un budget de 6 milliards de dollars permet de faire beaucoup, beaucoup de cadeaux auprès desquels un bon édredon et deux billets rouges pour acheter l’opinion de quelques pauvres Isans, ne sont que broutilles.

« L’histoire du lobby nucléaire est un mythe absolu... S’il existe je ne l’ai jamais rencontré » a dit le 15 mars dernier au micro de RTL le ministre de l’industrie, Eric Besson en dépassant le mur du con.

 Moi, je l’ai rencontré le lobby, je dors sous son édredon.



Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Réactions à l'actualité
commenter cet article

commentaires

economopoulos 15/04/2011 05:47



tres bien ce site


Joyeux songkhran



economopoulos 14/04/2011 05:36



Tres bien, ce pays merite bien d'echaper au nucleaire, surtout vu ce qui s'est passé pas loin, et l'histoire seismique de ce pays.


A bientot



economopoulos 10/04/2011 09:56



Très bel article, Alain et Bernard


avez vous s'il y a du "solaire" en Thaïlande histoire de parler.


Félicitations



grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 14/04/2011 03:22



Le solaire ? Je m'en préoccupe !


 


Voir déjà http://www.enerzine.com/1/11156+un-mega-projet-denergie-solaire-en-thailande+.html