Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 01:08

titreNous avons présenté le muang comme un concept essentiel pour comprendre l’Histoire de la Thaïlande.*Nous pouvons en montrer une illustration avec le film « nationaliste » : La Légende du Roi Naresuan. ( Thai : ตำนาน สมเด็จ พระ นเรศวร มหาราช, Tamnan Somdej Phra Naresuan Maharaj).

Ce film** a été réalisé par SAS le Prince Chatrichalerm Yukol. Il est  censé raconter, à travers la vie du roi Naresuan, qui régna sur le royaume d’Ayutthaya de 1590 jusqu'à sa mort en 1605, la fierté des Thaïs d’être un peuple indépendant et libre. Il peut être vu comme un de ses films précédents, « La légende de Suroyothai ,  comme  « un acte de résistance face à une invasion étrangère et  un autre exemple « royal » pour préserver la souveraineté nationale. » (Cf. Notre article A.51**).


Il ne s’agit pas ici de raconter le film mais d’illustrer la géopolitique des muang dans la formation des nouveaux royaumes du futur Siam. Une  analyse systémique des muang pourrait recommander, en simplifiant :  

  • Identifier les éléments de l’espace et du Temps étudiés.
  • Identifier les acteurs
  • Identifier les « royaumes », leur importance (taille, hiérarchie)
  • Identifier le type de relations,
  • Analyser les rapports de pouvoir entre les royaumes : qui fait quoi ? avec qui ? en vue de quoi ?
  • Etudier le processus : les étapes du changement et ce qu’il est devenu à la fin de la période considérée.

1/ le film commence en 1577,  avec Naresuan, gouverneur de Phisalunok. Deux princes de Sri ten et Chaguri viennent faire allégeance en vue d’apprendre l’art des armes que Naresuan aurait appris quand il était en captivité (avec son frère et sa sœur) au royaume d’ Hongsawade.


hongsawadee


2/ Il est convoqué par son père, Maha Thammarachathirat, roi d’Ayutthaya , qui lui annonce la mort du roi Bhadimong (ou Bayinnaung) de Hongsawade , (« notre souverain » dit-il) (qui était parti combattre le royaume de Yakaï) et qu’il doit aller assister au couronnement de son fils Nondabayin (la menace d’une attaque en cas de refus est prononcée).


3/Naresuan apprend que Nondabayin

 

nondabayin

veut l’éliminer.


4/  La cérémonie du couronnement, comprend l’appel des 20 états vassaux qui ont fait allégeance : « Siriké-étaya, Ksaeé, Yongraï, Prié, Batmo, Wattana, Chiengmaï, Na-a-ka-a, Lang chong, Tangoo, Veu-a-noï, Vena-a naï, Chantoung, Tan-o-sri, Tawaï, An-goua, Mo-yang, Mo- kong, Ayutthaya,  Phisalunok ».

 

phitsanulok


Et de nommer l’absent : la ville de Khang. Vu comme une déclaration de guerre.

Cela  est considéré comme un affront. D’autres raisons sont données : d’autres royaumes pourraient avoir la même idée ; la ville est petite, mais important au niveau stratégique.


5/ Sans attendre, le roi Nondabayin, décide l’envoi de trois petites armées : celle commandée par le prince Nati-ong de Hongsawade, celle du prince Nonsatian de Tangoo, et celle de Naresuan.

Le fils de Nondabayin  voudrait qu’ on assassine Naresuan (on ne sera jamais trop pourquoi). Le père recommande de faire cela intelligemment pour ne pas « effrayer » les autres vassaux.


6/ La guerre contre la ville de Khang. 

« Evidemment », les deux princes commandant les deux armées de Hongsawade et de Tangoo sont stupides, n’écoutent pas les avis éclairés de Navesuan et en attaquant de front, sont écrasés.

En opposition, Naresuan est subtil, fin stratège, rusé, et obtient la victoire en ayant pensé attaquer par le passage secret qui permettait l’accès à l’eau. Le roi de Khang se rend, est « encagé », tous les habitants prisonniers et déportés.


7/ Le jugement de la principauté de Khang. 

Le roi Nondabayin de Hongsawade est furieux de devoir « sa » victoire à son vassal Naresuan. Il dit « avoir perdu la face ».

Le roi Nondabayin décide qu’ils soient tous brûlés vifs. Le roi de Khang, fièrement, rappelle qu’ il était soumis au roi Bhadimong et non à son fils, et qu’il n’a donc aucun droit de le condamner.


8/ Divergence des tactiques de Nondabayin et de Naresuan. 

  • Naresuan prend la défense de Khang avançant le respect qu’ont de nombreux royaumes du Nord envers le roi de Khang. Exécuter le roi de Khang détruirait les relations que Nondabavin entretient  avec ces royaumes, et qu’ils pourraient à l’avenir se dresser contre lui.
  • Nondabayin estime au contraire que la clémence peut encourager ces royaumes à se rebeller.
  • Il consent néanmoins à laisser les prisonniers à Naresuan si le roi de Khang se soumet.

9/ Sécession d’un royaume ?


Nous passons à un autre épisode. Nondabavin est informé  par les rois de Pré et de Tangoo que le royaume  d’Angoua (Ava ?) veut faire sécession.

 

AVA2


Nondabavin demande assistance à Naresuan (nous sommes en 1584 dans le film) pour rétablir l’ordre.

Naresuan accepte avec l’accord de son père, le roi d’Ayuttaya,


roi d'ayuthaya

 

qui laisse entendre qu’ils regagneront un jour leur indépendance et qu’ils ne pourront pas rester indéfiniment « esclaves » (ce sont ses mots). Naresuan, à la tête de son armée se dirige vers Angoua (Ava).


10/ Le complot déjoué. 

Naresuan, en route vers Angoua (Ava ?), apprend de la bouche de deux princes Môns, ses amis d’enfance, qu’ils ont reçu l’ordre du prince héritier de  Hongsawade,  de le tuer.

Il comprend alors le refus d’hospitalité du roi de Kranogué.


11/ la déclaration de guerre de Naresuan contre le royaume de Hongsawade. 

Une scène résume bien cette décision importante. Naresuan, solennellement et devant son armée déclare :


« Que le Bouddha tout puissant soit témoin. Je vous annonce officiellement que le royaume d’Ayutthaya et que le royaume de Hongsawade n’auront plus de relations amicales. Désormais, entre nous, c’est la guerre ».

Entre temps, il a donné l’ordre de faire prisonnier le roi de Kranogué et reçu l’aide des Môns à qui il a promis un soutien pour que Hongsawade redevienne la « Terre des Môns ».


12/ La bataille du pont de Sithong. 

 

bataille


  • Cette bataille se déroule sur un tiers du film.
  • (Navesuan envoie un commando libérer le roi de Khang. Il essuie une 2 ème tentative d’assassinat)
  • Après la déclaration de guerre, Naresuan est en « terre ennemie »  et doit  se replier sur Ayutthaya. On comprend qu’il doit faire passer son armée saine et sauve  sur la rivière Sithong, pour éviter d’être défait par l’Armée de Hongsawade.
  • Il réussira à faire passer son armée sur le pont qu’il a construit sur la rivière Sithong et à la fin du film va déclarer :

« Mon pays va être de nouveau libre et autonome…la guerre recommencera …il faut prendre des forces …la victoire est loin d’être assurée ».


                                         ----------------------------------------------


A ce stade qu’avons-nous appris dans ce jeu géopolitique des muang, entre 1581 et 1584 ? 

 

Que le royaume de Hongsawade est le centre de 20 Etats vassaux. (On n’apprendra pas qu’il est birman !)

  • Que Naresuan a été captif du roi Bhadimong (avec son frère) du royaume de Hongsawade. Qu’ils furent échangés contre leur sœur. Que Naresuan  était sous la  tutelle du moine Sorapong Chatree. ( Quand ? A quelle occasion ? quel est ce royaume de Hongsawade ?)
  • Que le roi d’Ayutthaya, Maha Thammarachathirat, se considère comme le vassal du roi Bhadimong, qu’il appelle « notre souverain ».
  • Qu’ il demande à son fils, gouverneur de Phisalunok et prince hériter du royaume d’ Ayutthaya, d’aller faire allégeance au nouveau roi de Hongsawade, le roi Nondabayin. On apprend que des menaces sérieuses pèsent sur la vie de Naresuan.

 

  • Que ces 20 Etats vassaux doivent faire allégeance en personne  au  couronnement du nouveau roi.
  • Qu’un de ces Etats, la ville de Khang, n’est pas venue faire allégeance, et que cela est considéré comme une déclaration de guerre.
  • Que la guerre est déclarée immédiatement et que l’Armée de Nondabayin se met en route avec l’aide de deux états vassaux (le Tang-oo et Ayutthaya ).
  • Que le royaume d’Ava a décidé de faire sécession (on remarque qu’il est dénoncé par les rois de Pré et de Tangoo.( Quels avantages en espèrent-ils ?)
  • Que le roi Nondabavin a demandé assistance à Naresuan pour rétablir l’ordre.
  • Que le roi Nondabavin tente d’assassiner Naresuan. Le complot est déjoué.

 

  • Que le royaume Ayutthaya, par son prince héritier Naresuan,  déclare la guerre  au royaume de Hongsawade.(Peut-être une entorse au code qui veut que ce soit le roi).

 

 

On peut observer que les relations entre les muang sont plutôt mouvementées !  :

En seulement 3 ans, on assiste à :


1/

  • Deux Sécessions ( Khang, Ava),  une déclaration de guerre (Ayutthaya), une révolte (les Môns).
  • Une guerre menée contre la principauté de Khang , avec la déportation de son  roi et de ses habitants.
  • Une trahison (la ville de Kranogué).
  • Deux tentatives d’assassinat de Naresuan, fils du roi vassal d’Ayutthaya.
  • Certains royaumes vassaux participent aux guerres du royaume « suzerain » ( Tangoo et Ayuttaya aident Hongsawade. (sous la  menace d’être soi-même considérée comme ennemi).
  • L’opportunisme des Mons qui se révoltent et s’allient au royaume d’Ayutthaya en guerre contre Hongsawade. (Ce qui veut dire qu’ils ont été auparavant « annexé »).

 

2/ La vassalité est soit « volontaire » soit provient d’une défaite de guerre.

 

vassalité


  • « Volontaire », mais sous la menace de représailles.
    • Quand on décide de rompre la vassalité, on a vu le prix à payer pour la principauté de Khang (guerre, arrestation du roi, déportation de la population, condamnation à mort). Le roi de Honsawade apprend-il la sécession du royaume d’Ava qu’il lève une armée aidée par l’armée de Naresuan.
    • Pour le roi d’Ayutthaya, Maha Thammarachathirat : Les deux fils en otages (Naresuan est le prince héritier), ou plus tard libérés, en échange de la sœur.

3/ La vassalité implique des « obligations » :

  • Assister au couronnement du nouveau roi et ainsi réitérer publiquement sa vassalité
  • Le royaume vassal doit assistance et participer aux guerres du royaume suzerain, s’il est sollicité.

4/ A l’intérieur du muang, le pouvoir du roi est absolu.

  • Naseruan, le prince héritier écoute avec profond respect les ordres de son père.
  • Le frère de Naresaun est remis sèchement à sa place en voulant contester un ordre de son frère.
  • Un habitant d’un village refusant de suivre l’armée de Naresuan voit sa famille emmenée, sa maison brûlée et ses biens  confisqués.

5/ On pourrait croire que cette présentation des muang en perpétuel « mouvement » est exagérée dans le film, avec guerre, trahison, exécutions, prise d’otages, assassinats, complot…

 

Nous verrons dans « notre » Histoire de la Thaïlande que la réalité a été encore plus complexe.


Par exemple, ne serait-ce que pour rester sur le roi d’Ayutthaya  Maha Thammarachathirat. Le film ne dit pas qu’il fut lui-même captif à Hongsawade, lors d’une guerre précédente, racheté,  qu’il fut ensuite aidé  par Bhadhimong pour retrouver son trône…qu’il dût  envoyer ses fils comme otages, et plus tard les échanger contre sa fille … qu’il y eut la guerre de 1548, (Cf. le film et notre article sur la bataille du 19 juin 1548 avec la reine Suriyothai d’Ayutthaya), de 1563, 1569, qu’en 1570, il dût subir un siège du roi de Lovek, qu’en 1578, contenir les Cambodgiens qui avaient envahi Korat…


Et nous n’avons rien dit sur la véracité des faits rapportés.


 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

*Les deux articles précédents.


**Le film est composé de 5 parties, et est sorti : Partie I, le 18 janvier 2007. Partie II, le 15 février 2007. Partie III, le 31 mars 2011. Partie IV, le 11 août 2011. Partie V, le 8 décembre 2011.


***cet article signalait aussi un nouveau culte populaire (fin des années 90) non contrôlable de la princesse Suphankalaya, sœur du grand roi Naresuan, qui avait aussi libéré Ayutthaya.


suphan-S


****Bayinnaung fut le troisième roi de la dynastie Taungû dans l'actuelle Birmanie (règne de 1551 à 1581). Vénéré dans le pays, il est surtout connu pour avoir achevé son unification et conquis l'État Shan, ainsi qu'une partie de la Thaïlande et du Laos.

Reconquête de la Birmanie (1550-1555) Il reprit Taungû et Prome en 1551, Pégou, Martaban et Pathein en 1552, et finalement l'ancienne capitale Ava en 1555. S'étant ainsi ressaisi de la Haute comme de la Basse-Birmanie, il lança une expédition contre les Shans du Nord-Ouest. Il s'empara de Mong Mit, Thibaw, Yawnghwe, Mong Yang et Mogaung en 1557.L'année suivante, il marcha sur Mong Nai et Chiang Mai (Zin Mè), capitale du royaume de Lanna ; il s'empara des deux cités (1558)1. En 1563 il soumit l'état sino-thaï de Mong Mao.La même année, il lança aussi une campagne contre le royaume d'Ayutthaya. Il rencontra une farouche résistance, mais réussit finalement à prendre sa capitale en 1569. Des milliers de captifs furent déportés en Birmanie et le Siam devint un état vassal du Royaume Taungû (il se libéra en 1584, sous Maha Tammaratchathirat Ier).À la fin des années 1560, plusieurs voyageurs européens comme Cesar Fedrici et Gaspero Balbi visitèrent Pégou, et laissèrent des descriptions détaillées du royaume de Bayinnaung2, 3.

Dans les années 1570, Bayinnaung attaqua le royaume de Lan Xang (Lin Zin, ou Million d'éléphants) dans le Laos actuel.

 

lanxang

 

Son roi Setthathirat et les habitants de la capitale Vientiane s'enfuirent dans la jungle où ils poursuivirent la lutte.

De retour au Lan Xang en 1574, il essaya de faire revenir les habitants à Vientiane pour reconstruire le royaume avec un souverain de son choix.Il dut également lancer une expédition pour réaffirmer son contrôle sur l'état Shan de Mogaung en 1576.

Au moment de son décès en 1581 Bayinnaung était sur le point de lancer une attaque contre le royaume d'Arakan. Son fils Nandabayin lui succéda.(Wikipédia)


 in fine

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans "Notre" Histoire de la Thaïlande
commenter cet article

commentaires