Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 00:02

titreAxel Aylwen a publié en 1988 le roman le plus populaire consacré à Constance Phaulkon, un aventurier grec devenu le 1er ministre du roi du Siam Naraï (1656-1688), dans une trilogie de 1680 pages, intitulée Le Faucon du Siam, L'Envol du Faucon, et Le Dernier Vol du Faucon.*

 


Les 3 tomes du roman d’Aylwen présentent  un aventurier, Phaulcon, un personnage « réel » hors du commun, qui réussira à devenir le 1er ministre du roi Naraï (1647-1688) de 1682 à 1688, jusqu’au coup d’Etat du général Petracha, le futur roi. On pourra ainsi suivre un destin exceptionnel et une période historique de l’histoire du Siam, en profitant au passage des « charmes  exotiques » de ce pays asiatique, avec ses us et coutumes,  la vie de la Cour, du peuple, ses façons de vivre, d’aimer, de croire … de mêler un art de vivre, ses superstitions, son érotisme, le raffinement et la cruauté, les lumières et les ombres.

 

Constantin Phaulkon


Mais toute lecture implique un pacte, un choix parmi de multiples entrées possibles. Surtout, quand ici, « l’histoire » se déroule  au milieu de nombreuses intrigues secondaires, en passant d’un lieu à un autre, d’un personnage à un autre, en discontinu, même si, bien entendu, Phaulkon est le héros, dont on peut suivre les aventures, la réussite ou non, son ambition affichée dès le début : « faire fortune » « devenir un acteur fondamental dans le commerce du Siam, et pourquoi pas le premier ». Le pari est fou, présomptueux, mais nous voudrons, au fil du texte, vérifier s’il va réussir ou non.


Mais l’histoire a deux spécificités. Elle prend pour héros, un personnage ayant existé, -un personnage historique même-et se situe dans un pays, le Siam, au XVII ème siècle , qui a le pouvoir de faire rêver, de nous introduire -nous lecteurs européens-  dans un pays « exotique » que nous connaissons peu.


Ainsi le plaisir de lecture se démultiplie, et invite, si on le désire, à seulement suivre l’histoire et tous ses rebondissements, ou/et vérifier-en fonction de ce que l’on sait-  des écarts constatés entre le Phaulkon d’Aylwen et de l’idée que nous en avions, d’être à l’affut éventuellement des erreurs historiques, et d’apprécier cette société siamoise au vu de notre regard occidental…

Surtout que notre lecture n’est pas « innocente ». Elle arrive après bien des lectures, bien des jugements portés sur Phaullkon.

Nous avons déjà parlé longuement du roi Naraï et du grec Constance Phaulkon, devenu son étonnant premier ministre, en 1682 jusqu’ à sa mort le 5 juin 1688. Les raisons en sont simples. 

Le personnage est fascinant et a vécu une ascension fulgurante, et il a joué un rôle majeur dans les relations internationales et politiques du Siam, mais surtout il a bénéficié de nombreux récits, témoignages, et suscité des jugements les plus contradictoires, tant à son époque que  de nos jours.

Mais beaucoup se sont interrogés sur ses objectifs, ses intérêts,  son rôle effectif dans la politique menée par le roi Naraï,

 

King Narai

 

jusqu’à la « révolution » de 1688, qui a conduit Petracha au Pouvoir.

  • Récemment, dans notre article (89) consacré au livre de Morgan Sportès,  « Pour la plus grande gloire de Dieu »**, « on apprenait le plan « secret » de  Phaulkon  et des jésuites  (relayé par le jésuite Tachard et appuyé par le confesseur jésuite de Louis XIV de La Chaise (« qui avait l’oreille du roi » et de Mme de Maintenon ) : envoyer 70 jésuites déguisés, s’emparer de l’appareil d’Etat, convertir le roi, avec l’aide de « l’homme providentiel », Phaulkon. Ce plan entrait dans la stratégie jésuite de convertir le roi du Siam. »

 

tachard1-1

 

  • Auparavant, dans nos « relations franco-thaïes », on pouvait lire les témoignages contradictoires des différents « ambassadeurs »  des deux ambassades de Louis XIV de 1685 et 1687, comme ceux de l’abbé de Choisy, du chevalier de Forbin, de La Loubère, du père Tachard ... etc. Nous avions même tenté dans un portrait de montrer en quoi le personnage pouvait être sujet à controverses.(Portrait de Constantin Phaulkon, grec et premier ministre du roi Naraï (1647-1688))***

En effet, les différents portraits et témoignages dépendent des différents points de vue liés aux projets des différents acteurs et du jeu diplomatique adopté par Phaulcon aux différents moments de l’histoire.  Il est aisé de comprendre que les opinions peuvent diverger selon que l’on soit Anglais, Hollandais, Français, ou Siamois, selon que l’on soit diplomate, missionnaire (et/ou jésuite), militaire ou négociant … ou un adversaire thaï comme le général Petracha. (Cf. en note quelques opinions)****.


Le tome 1.


Il n’est pas possible de rendre compte des 668 pages et des 40 chapitres, et ceci d’autant plus, que le livre est essentiellement construit sur l’alternance des lieux et des personnages à chaque  chapitre et donc sur une multiplicité d’intrigues en discontinue.


Mais pour cet article, nous avons choisi de suivre Aylwen présentant de façon chronologique, les douze ans de la vie de Constantin Phaulkon, arrivé en 1679 au Siam à 30 ans. Nous avons procédé à des « regroupements » structurels permettant de repérer l’itinéraire, les étapes, les plans élaborés par Phaulkon pour parvenir à devenir à la fin du 1er tome le barcalon du roi Naraï en 1682. (Cf. en notes, le suivi chronologique de ce 1er tome et ensuite notre « reconstitution » structurelle.).


Mais on ne devient pas barcalon, sans stratégie, sans qualités, sans actions, sans protecteur, sans avoir éliminé des adversaires, suscité des jalousies, sans avoir « conquis » le barcalon en place et puis le roi Naraï tout puissant. On entre ici dans le jeu des nouvelles puissances étrangères (les Hollandais, Anglais, Français), des ambitions, dans le jeu politique siamois où l’arrivée du farang au pouvoir va susciter des jalousies, des rivalités, des combats sanglants.


Le roman commence en 1676, Phaulkon est à Bantam à Java.

 

bantam-market-c1607-granger


On apprend succinctement à la fois l’origine de Phaulkon(quitte l’île de Cephalonie


 

carte

 

sur un bateau anglais en clandestin à l’âge de 9 ans. Il y demeure mousse pendant 6 ans avant de travailler avec son mentor Georges White pendant 10 ans à la Compagnie des Indes), et la situation géopolitique de la région.


(dominé par les Hollandais et qui ont le monopole au Siam du commerce des peaux siamoises avec le Japon, et leur ambition de contrôler le commerce du Siam, le commerce des Maures depuis Mergui, leur proximité avec la Cour, l’intention de Naraï de se rapprocher des Anglais, l’absence de flotte siamoise …).


Un an après, Phaulkon est nommé sous-chef du bureau de l’agence de la Compagnie des Indes.


porcelaine-compagnie-indes-armoiries

 

Georges White, son mentor, lui fait entrevoir les possibilités de commercer à leur compte et de réussir un gros coup au Siam.


Le 1er plan est vraiment difficile à réaliser.


Il s’agit de vendre 5 canons hollandais à la reine de Pattani en rébellion contre le roi Naraï, pour ensuite utiliser l’argent pour acheter des marchandises à Madras et prouver au roi et/ou barcalon que les Maures qui ont la responsabilité du commerce royal en place, les volent et prendre leur place.


On suivra ensuite au fil des chapitres l’ascension de Phaulcon en plusieurs étapes :


1/ On retrouve Phaulkon au Siam en 1679, il a 30 ans. 


Mais le plan est risqué, et effectivement le roman nous plongera dans les aventures de Phaulkon avec son naufrage à Ligor où il sera prisonnier par le gouverneur avec ses compagnons Barnaby et Ivatt ; on assistera à sa rencontre avec Suninda, une belle danseuse. (Il ne sait pas alors le rôle qu’elle jouera dans sa vie, qu’il la retrouvera à Ayutthaya et qu’elle  deviendra sa future concubine). On constatera ses qualités exceptionnelles, ses multiples ressources.


(Combattant de boxe thaïe, se fait saluer par un éléphant blanc, diplomate, est capable de justifier sa présence et même à se faire passer pour un espion du barcalon pour contrôler Ligor ! Il arrivera à se sortir de ce guépier et obtiendra l’autorisation de se rendre à Ayutthaya en accompagnant l’éléphant blanc offert par le gouverneur au roi Naraï.)


Ce sera aussi l’occasion de nous plonger dans les us et coutumes du Siam (l’art de la danse, la boxe thaïe, le bouddhisme et ses valeurs, le jeu et les paris, le poids des astrologues, les superstitions, les présages comme celui de trouver un éléphant blanc.).


2/ Au chapitre 13, on arrive à Ayutthaya, et on est plongé dans le faste de la Cour, son protocole, l’étiquette, le respect absolu dû au roi.


On fait alors connaissance des principaux personnages de la famille royale (la fille du roi Yotapet, les deux frères du roi, la concubine de Naraï, Thepine, soeur du général Petraja, général en chef de l’armée des éléphants) qui vont jouer un rôle dans l’histoire et de leur relations complexes.


La fille du roi Yotapet est amoureuse du frère cadet du roi Chao Fa Noï (beau, mais épileptique,


epileptique.jpg

 

coureur de jupon), aura une aventure avec Thepine (Ch.27), concubine du roi et soeur de Petraja, (qui coûtera cher aux deux) mais le roi veut qu’elle épouse le frère aîné (vieux, laid, handicapé et alcoolique). On imagine déjà les problèmes à venir.


Phaulkon va pouvoir examiner les forces en présence, identifier ses « amis » et ses rivaux,  déployer ses qualités (apprend le thaï en 6 mois et passe 3 mois dans un temple pour apprendre le pâli), et ses talents de « diplomate », révéler son ambition, arrêter sa stratégie. Il veut créer une flotte marchande pour Naraï, et doit pour ce faire dans un premier temps, discréditer les Maures en place et convaincre le barcalon qu’il est l’homme de la situation et qu’il peut multiplier les bénéfices siamois par trois.


De nombreux chapitres nous présenteront ses rencontres avec ses rivaux comme le général Petraja, qui était déjà le militaire le plus titré et qui vient d’être nommé président du Conseil du roi, le Maure Mohammed Rachid, chef du service des Banquets du roi. Il sait qu’il peut compter sur Maître Phanik, un Portugais bien en place et qui le conseillera. Il est en outre le « tuteur » d’une ravissante jeune fille d’origine japonaise Maria, qui deviendra sa femme ultérieurement, mais n’anticipons pas.


Les idées et les talents de Phaulkon arrivent jusqu’aux oreilles du barcalon,

 

méchant

 

qui lui accorde un premier entretien. (Ch. 18). Phaulkon est au Siam depuis 1an et 11 jours, précise-t-on.


3/ Phaulkon, avec un certain aplomb et lucidité  peut enfin lui offrir ses services :


Phaulkon indique les avantages d’évincer les Hollandais et d’accorder aux Anglais le port siamois de Mergui,


mergui1764

 

avantageux pour leur commerce avec Madras, et lui propose de créer une flotte commerciale avec le drapeau siamois, un seul capitaine anglais, et l’équipage siamois, qui ferait mieux que les Maures qui le dépouillent actuellement.


Phaulkon dénonce également les malversations du commerce des Maures (il a fait son enquête sur le commerce Maure et montre au barcalon comment ils opèrent pour le voler). Il lui  propose également de prouver sa compétence en avançant lui-même la première mise de fond et de lui ramener le triple.

Le barcalon est séduit et lui propose d’organiser la réception de l’ambassadeur de Chine prévue dans un mois, et de travailler au ministère du commerce.


Phaulkon a réussi la première étape de son ascension.


Cette réussite n’échappera pas à ses rivaux et on assistera sur de nombreux chapitres (Ch. 26 à 39) –selon la méthode d’Aywen  de disséminer les différentes intrigues au fil des chapitres-  comment les adversaires de Phaulkon vont tenter de s’organiser pour l’éliminer. Un complot sera organisé par le chef des Mocassars, (Mohammed Rachid dont le père avait été barcelon du roi précédent, et ami du Prince Daï, chef héréditaire des Maures musulmans venues de Célèbes), avec l’aide du général Petraja et de son fils Sorasak, pour l’éliminer.

 

maures

 

Il en réchappera et arrivera même à prendre sa revanche.


 4/ Sa réputation, entretenue on l’imagine, par le barcalon lui vaudra de franchir une nouvelle étape  dans son ascension.


Phaulkon aura l’honneur de rencontrer le roi, qui le nommera mandarin de 3ème classe(un ordre nobiliaire qui en compte 5) et sous-secrétaire général du ministère du commerce extérieur sous les ordres directs du Phra Khlang (Ch.30, p.507). Il était désormais un noble siamois.


5/ L’alliance avec les Français.


Mais Phaulkon ne veut pas en rester là. Il a aussi des ambitions politiques. Ici, le roman présente une lacune puisque curieusement, il faut attendre 530 pages pour assister à une première rencontre de Phaulkon avec le père Vachet, jésuite français, qui lui propose une alliance avec les Français. (Ch. 32)


Le père Vachet, montre l’importance pour les Jésuites de convertir le roi Naraï et lui indique que le confesseur du roi Louis XIV est un jésuite et est considéré comme le personnage le plus puissant après le roi.  On apprend pour la 1ère fois la volonté de Phaulkon d’obtenir l’appui des Français pour contrer les Anglais et les Hollandais.


Phaulkon propose un traité à la France avec l’envoi de troupes françaises pour protéger le roi. Le père Vachet acquiesce avec la condition qu’il doit se marier avec la jeune catholique Maria. Mais Phaulkon, vu les délais pour un tel traité et la volonté des Hollandais d’envahir prochainement le Siam, propose la ruse d’établir un faux traité, avant l’arrivée du vrai.


Au chapitre 34, Phaulkon a droit à une 2ème audience avec le roi, au cours de laquelle il va montrer les avantages de s’allier aux Français.


Phaulkon suggère au roi de libérer Pott’s, le représentant de la Cie des Indes orientales et communique au roi la proposition des jésuites de s’allier avec la France pour contrer les Hollandais, profiter de la gloire des Français qui viennent de battre les Hollandais, (Le traité de Nimègue fut signé le 10 août 1678 à Nimègue  (actuels Pays-Bas) entre les Provinces-Unies et la France. 

 

traite nimègue

 

Il mit fin à la guerre de Hollande.), et d’ouvrir son commerce. Le roi répond finement qu’il veut bien de l’amitié française, mais pas de sa religion. Phaulkon suggère au roi qu’il fasse semblant et qu’il demande de profiter de la lumière d’un prêtre. On est déjà dans la stratégie.


5/ Le chapitre 37 (p.615) est un chapitre clé.

  • Phaulkon apprend qu’il a réussi son « opération commercial. (6 fois la mise)
  • Phaulkon annonce au roi que la Hollande s’apprête à envahir le Siam pour contrôler son commerce avec la Perse.
  • Phaulkon est nommé mandarin de 2ème classe et le roi accepte le plan de la nouvelle alliance avec les Français avec  l’envoi de 400 soldats français. Les amis de Phaulkon Barnaby, Samuel White et Ivatt sont aussi récompensés. (Barnaby est nommé gouverneur de Tenasserim, Samuel chef du port de Mergui, des postes clés).

Phaulkon a gagné la confiance du roi. Il sait l’honneur qu’il vient de lui faire en le nommant manadarin de 2 ème classe. Il n’y a plus désormais au-dessus de lui,  que 30 mandarins de 1ère classe.


Le 1er tome se termine en happy end pour Phaulkon.


Au chapitre 38, Phaulkon triomphe de l’embuscade tendue par les Maures et Petraja et Sorasak.


Au chapitre 39 (p. 640), le barcalon meurt. Phaulkon devient le nouveau barcalon et mandarin de 1ère classe.


Et au dernier chapitre (40), une ambassade thaïe est envoyée en France. Phaulkon stoppe le projet d’invasion des Hollandais en les rassurant sur leur intérêt commercial au Siam,  et en leur rappelant qu’il est le nouveau barcalon et en leur montrant le faux traité signé avec les Français qui vont arriver avec 5000 soldats, et ……………….  Phaulkon se marie avec la jeune catholique Maria selon les voeux des jésuites français.


Phaulcon est devenu le deuxième personnage de l’Etat.


Il est étrange qu’Aylwen n’ait pas évoqué la  1ére ambassade de Louis XIV menée par le chevalier Alexandre de Chaumont et  l’abbé de Choisy, qui était arrivée  au Siam le 23 septembre 1685 pour convertir le roi Naraï.

 

timbre

 

 

Elle était repartie  le 22 décembre 1685 vers la France, après trois mois  de séjour, avec un traité qui autorisait la conversion chrétienne des sujets siamois et la protection des convertis.


Elle laissait le Chevalier de Forbin avec la charge d’organiser l’armée siamoise  à la demande du roi (Phaulkon ?). Il était même nommé  « gouverneur » de Bangkok. (Cf. notre article 8 des relations franco-thaïes).

On quittait le tome 1 sur la réussite extraordinaire de Phaulkon. Il était devenu le 1er ministre du roi du Siam Naraï.

On se doutait que les tome 2 et 3 allaient nous plonger dans d’autres aventures et dans la politique menée désormais par le nouveau barcalon.

       

 ____________________________________________________________________________________________

 

* The Falcon of Siam est paru en 1988 alors que la traduction française est parue en 1996 aux Éditions Anne Carrère (Paris).  Roman (poche). Paru en 05/1998.


**Sportès, « Pour la plus grande gloire de Dieu », Points/seuil, (1993).


*** Les relations franco-thaïes. Entre autres :


8. Les relations franco-thaïes, La première ambassade de 1685 envoyée par Louis XIV à la Cour de Siam, vue par l’Abbé de Choisy.

 

choisy 0002


http://www.alainbernardenthailande.com/article-8-les-relations-franco-thaies-la-1ere-ambassade-de-1685-63771005.html


6. Les relations franco-thaïes, Les deux ambassades envoyées par Louis XIV à la Cour de Siam en 1685 et 1687, vues par le Comte de Forbin.  

http://www.alainbernardenthailande.com/article-6-les-relations-franco-thaies-les-deux-ambassades-de-louis-xiv-63639892.html


10. Les relations franco-thaïes : La deuxième ambassade envoyée par Louis XIV en 1687 au Siam, vue par Simon de la Loubère, In « Du Royaume de Siam ».

http://www.alainbernardenthailande.com/article-10-les-relations-franco-thaies-la-2eme-ambassade-de-1687-63771843.html


11. Les relations franco-thaïes : Portrait de Constantin Phaulkon, grec et premier ministre du roi Naraï (1647-1688)

http://www.alainbernardenthailande.com/article-11-les-relations-franco-thaies-un-grec-comte-de-france-et-1-er-ministre-du-roi-de-siam-64176013.html


Mémoire du père de Beze sur la vie de Constance Phaulkon, premier ministre du roi de Siam, Phra Narai, et sa triste fin. Suivi de lettres et de documents d'archives de Constance Phaulkon
Volume 14 de Bulletin de la Maison Franco-Japonaise, Bulletin de la Maison Franco-Japonaise

 


****Par exemple :

Pour l’Abbé de Choisy : « Contrairement au Chevalier de Forbin, il ne voit nulle « diplomatie », nul plan « machiavélique » dans les  agissements de cet Européen. « Cet homme-là a du grand », précise-t-il. (Article 8)

Le récit du Chevalier de Forbin est un long réquisitoire contre les manoeuvres de M. Constance. (Cf. Article 6).

 

-Claude de Forbin (1656-1733)


Dans le livre de Sportès :

  • le père de Lionne auquel le Secrétaire de la marine de Seignelay, demande son avis.  Ses arguments sont explicites :

 « trop d’intrigues politiques, le plan repose sur un seul homme, un aventurier en qui on ne peut avoir confiance « aujourd’hui du côté français, demain du côté des Hollandais ou des Perses », « il ne semble tenir son pouvoir que de la seule, et fragile, faveur du roi »

Veret, chef du comptoir français à Ayutthaya :

« ce Constance n’est pas plus Premier ministre que je suis pape  (...) c’est quelque chose aussi comme un ministre du Commerce » (il régit tout le commerce et a le monopole d’achat), « c’est un fourbe », qui a su berner de Chaumont et Choisy (de la 1ère ambassade), leur faire croire à la richesse du Siam (aurait promis à de Chaumont , le monopole du poivre, alors qu’il n’y a pas de poivriers) et faire de Tachard, sa dupe (pp. 88-89).

L’abbé de Lionne  rééquilibre le jugement sur le personnage :

« Un esprit qui veut dominer sur tout, hardi, entreprenant, généreux à dépenser pour paraître, fier, emporté, inégal, sur qui on ne peut faire aucun fond ; inventant mille choses et les donnant comme véritables avec mille circonstances superbes ; vindicatif, vain, promettant tout et ne tenant rien, qui ne se soucie que de lui, éclairé pour connaître le faible des gens et les prendre par là ; d’une humeur hautaine et insupportable à tout le monde et par-là ne s’étant  pas pu conserver un ami; qui a été souple quand il était peu de choses mais qui présentement prend un air de hauteur qui révolte tout le monde contre lui ; détesté de toutes les nations qui sont au Siam (…)

Qu’il est détesté de tout le peuple de Siam pour les impositions qu’il fait mettre sur les habitants ;  qui si le roy venait à mourir serait déchiré en mille pièces par les siamois, avec qui on ne gagnera jamais rien par amitié mais selon qu’il espérera ou craindra, si on lui remet les choses ; qui fera échouer le voyage à venir comme les autres et trouvera moyen de se conserver toute l’autorité (…) (article 11).

                                   ________________________________


***** Quelques repères chronologiques du tome 1. 40 chapitres.


Le chapitre 1 commence en janvier 1676, à Bantam, Java.

  • Phaulcon a 26 ans, il a été nommé sous-chef du bureau de l’agence de la Compagnie des Indes orientales. On  rappelle brièvement sa biographie  (quitte la Grèce clandestinement à 9 ans sur un bateau anglais, 6 ans comme mousse, est adopté par Georges White travaille 10 ans pour la Cie des Indes)

Chapitre 2 à 12 : Le plan pour réussir. Le naufrage et sa vie de prisonnier à Ligor. Comment il réussira à partir pour Ayutthaya. (sa capacité à faire face aux situations, ses qualités (rusé, opportuniste et courageux)

  • Dès le chapitre 2, on est en 1679, il a 30 ans, il est capitaine d’un jonque et on apprend son ambition  (s’enrichir et prouver au roi du Siam son efficacité commerciale), son PLAN (vendre 5 canons à la reine de Patani, alors en rébellion contre le roi Naraï, acheter alors des marchandises (Samuel White parti les acheter à Madras) et les vendre à un bon prix pour prouver au roi que les Maures en place , en charge du commerce royal, le volent.)
  • Mais, il fait naufrage et ai fait prisonnier par le gouverneur de Ligor avec ses compagnons Barnaby et Ivatt, sa relation avec le gouverneur de Ligor, rencontre avec Suninda, sa future concubine). Et il a un rendez-vous avec le bateau de Samuel White. Suspense.
  • Ch. 7 à 12 seront, outre l’histoire du héros, l’occasion de nous plonger dans les us et coutumes du Siam (l’art de la danse, la boxe thaîe, le bouddhisme et ses valeurs, le jeu et les paris, le poids des astrologues, la chance et l’honneur de trouver un éléphant blanc …).
  • Phaulkon à force de ruses (la dernière, il arrive à se faire passer pour un espion du barcalon pour contrôler Ligor !) et de beaucoup d’opportunismes et de chance obtiendra l’autorisation de de rendre à Ayutthaya en accompagnant l’éléphant blanc offert au roi Naraï.

Cf. ensuite ch. 23, 25 (surtout p.429) le plan établi et sa réalisation avec Samuel White (le frère de Georges) et Ivatt pour s’enrichir et prouver sa compétence au barcalon.


Ch13 Ayutthaya :

Phaulcon est impressionné par le protocole, l’étiquette, le respect absolu dû au roi.

  • La Cour : L’étiquette,   les principaux personnages de la famille royale (la fille du roi Yotapet, les deux frères du roi, la concubine de Naraï, Thepine, soeur du général Petraja, général en chef de l’armée des éléphants (le plus haut titre militaire qui vont jouer un rôle dans l’histoire)
  • L’intrigue : la fille du roi Yotapet est amoureuse du frère cadet du roi Chao Fa Noï (beau, mais épileptique, coureur de jupon, aura une aventure avec Thepine (Ch.27), concubine du roi et soeur de Petraja, qui coûtera cher aux deux) mais le roi veut qu’elle épouse le frère aîné (vieux, laid, handicapé et alcoolique).  

On  revient à la Cour au ch. 28. La réception de l’ambassade de Chine (le cérémonial, la hiérarchie)


Ch. 14-15. Phaulkon est à Ayutthaya

  • Ses talents linguistiques (apprend le thaï en 6 mois et passe 3 mois dans un temple pour apprendre le pâli), ses ambition politiques (veut créer une flotte marchande pour Naraï, suggère au général Petraja (qui vient d’être nommé Président du Conseil privé du roi) un rapprochement avec les Britanniques pour contrer les ambitions hollandaises, demande à Maître Phanik, (un Portugais bien installé et père adoptif de Maria, sa future femme), comment discréditer les Maures en charge du commerce auprès du barcalon (1er ministre) (démontrer leur détournement et promettre de multiplier les bénéfices siamois par 3).

Ch 18. 1ère rencontre cruciale de Phaulcon  avec le barcalon. (Phaulkon est au Siam depuis 1an et 11 jours, précise-t-on)

  • Phaulkon évoque son expérience de 2 ans à Bantam, lui montre les avantages d’évincer les Hollandais et d’accorder aux Anglais le port siamois de Mergui avantageux pour leur commerce avec Madras, et lui propose de créer une flotte commerciale avec le drapeau siamois, un seul capitaine anglais, et l’équipage siamois, qui ferait mieux que les Maures qui le dépouillent actuellement. Le barcalon semble séduit et lui prose de travailler au Ministère du Commerce.

Ch. 20, 21et 22. Phaulkon et le barcalon.

  • Lui dénonce les malversations du commerce des Maures (il fait son enquête sur le commerce Maure   et montre au barcalon comment ils opèrent pour le voler).
  • Lui propose de prouver sa compétence en avançant lui-même la première mise et lui ramener le triple.
  • Le barcalon séduit lui propose d’organiser la réception de l’ambassadeur de Chine prévue dans un mois.

Ch 26 à 39 Les rivaux de Phaulkon : les Hollandais et les Maures.


La méthode d’Aywen : dissiminé en plusieurs chapitres l’évolution d’un sujet.

Ch 26 Conseil de Tenasserim ; les Maures. Ch. 29, 31, 33  les rivaux : Les Hollandais, et les Maures. Ch. 33. Le tuteur de Maria met en garde Phaulkon contre le danger représenté par les Maures, conscients qu’il veut prendre leur place, et surtout de Mohammed Rachid dont le père avait été barcelon du roi précédent, et ami du Prince Daï, chef héréditaire des Maures musulmans venues de Célèbes. (Ch. 36, p.612) rappelle l’histoire de leur venue au Siam, après avoir été chassé par les Hollandais de Célèbes)

Ch36. Le plan des Macassars de se révolter contre Phaulkon avec Sorasak et l’appui de son père Petraja. Ch. 38. Embuscade contre Phaulcon par les Maures et Sorasak. Echec.


Ch.30 (p.507). La 1ère rencontre de Phaulkon avec le roi. L’ascension commence.


Phaulkon est surpris pat l’étiquette, le protocole, mais surtout est promu par le roi, mandarin de 3ème classe (la hiérarchie comporte 5 classes), avec le titre de Luang Vichaiyen, et le poste de sous-secrétaire général du ministère du commerce extérieur sous les ordres directs du Phra Khlang. 

Il était désormais un noble siamois et avait obtenu un poste important.


Ch32.  Le nouveau PLAN de Phaulkon. L’alliance avec les Français. 

Il faut attendre 530 pages pour assister à une première rencontre du père Vachet, jésuite avec Phaulkon.

Le père Vachet, montre l’importance pour les Jésuites de convertir le roi Naraï et lui indique que le confesseur du roi Louis XIV est un jésuite et est considéré comme le personnage le plus puissant après le roi. On apprend pour la 1ère fois la volonté de Phaulkon d’obtenir l’appui des Français pour contrer les Anglais et les Hollandais.

 Phaulkon propose un traité à la France avec l’envoi de troupes françaises pour protéger le roi. Le père Vachet acquiesce avec la condition qu’il doit se marier avec la jeune catholique Maria. Mais Phaulkon, vu les délais pour un tel traité et la volonté des Hollandais d’envahir prochainement le Siam, propose la ruse d’établir un faux traité.


Ch. 33.

Le tuteur de Maria met en garde Phaulkon contre le danger représenté par les Maures, conscients qu’il veut prendre leur place, et surtout de Mohammed Rachid dont le père avait été barcelon du roi précédent, et ami du Prince Daï, chef héréditaire des Maures musulmans venues de Célèbes. (Ch. 36, p.612) rappelle l’histoire de leur venue au Siam, après avoir été chassé par les Hollandais de Célèbes)

Phaulkon lui demande Maria en Mariage. Il la rencontre au chapitre 35. Elle lui précise qu’elle ne veut pas de Suninda (sa mia noy).


Ch.34. 2ème audience de Phaulkon , et le barcalon, avec le roi. Proposition de s’allier aux Français.

Phaulkon suggère au roi de libérer Pott’s, le représentant de la Cie des Indes orientales et communique au roi la proposition des jésuites de s’allier avec la France pour contrer les Hollandais, profiter de la gloire des Français qui viennent de battre les Hollandais, (Le traité de Nimègue fut signé le 10 août 1678 à Nimègue (actuels Pays-Bas) entre les Provinces-Unies et la France. Il mit fin à la guerre de Hollande.), et ouvrir son commerce. Le roi répond finement qu’il veut bien de son amitié, mais pas de sa religion. Phaulkon suggère au roi qu’il fasse semblant et demande la lumière d’un prêtre. On est déjà dans la stratégie.

Ch. 35. Rencontre Phaulkon-Maria (Cf. plus haut au Ch. 33)

Ch36. On apprend que les Macassars (musulman des Célèbes) vont se révolter contre Phaulkon,  avec l’aide de Luang Sorasak, et l’appui de son père Petraja.


Ch. 37 (p.615) est un chapitre clé. Phaulkon nommé mandarin de 2ème classe et le roi accepte le plan de la nouvelle alliance avec les Français.

  • Phaulkon apprend qu’il a réussi son « opération commercial. (6 fois la mise)
  • Phaulkon annonce au roi que la Hollande s’apprête à envahir le Siam pour contrôler son commerce avec la Perse.
  • Le roi accepte le projet d’alliance avec les Français avec  l’envoi de 400 soldats français.
  • Le roi nomme Phaulkon, mandarin de 2ème classe (il n’y a plus, au-dessus de lui,  que 30 mandarins de 1ère classe.) Barnaby est nommé gouverneur de Mergui, Samuel ? du port de Mergui et Ivatt ?

Ch.38. L’embuscade échoue. Ch.39. Phaulkon se venge et les écrase. Ils n’en restent que 6.

 

Ch. 39. (p. 640) Phaulkon devient barcalon.

  • 12 vaisseaux hollandais  partent de Battavia vers le Siam.
  • Le barcalon meurt.
  • Phaulkon est nommé mandarin de 1ère classe après sa victoire contre les Macassars.
  • Petraja espère être nommé barcalon et avoue en secret vouloir éliminer les farangs. Mais le roi propose à tous les mandarins de1ére classe de trouver le poids d’un gros canon avant de se prononcer (sic).
  •  Phaulcon trouvera une astuce pour le trouver. Il est nommé barcalon. (1682 ? date non donnée)

Ch. 40. Dernier chapitre.

  • Phra Pipat est nommé ambassadeur pour l’ambassade du Siam qui doit aller en France.
  • Phaulkon arrive à arrêter le plan d’invasion des Hollandais. Il rappelle qu’il est le nouveau barcalon et qu’il peut les rassurer sur leur place commerciale. Il montre le faux traité signé avec les Français et leur annonce l’arrivée de 5000 soldats français.
  • Petraja « grince des dents » et son fils Sorasak est nommé gouverneur de Phitsalunok.

 

  • Et happy end du 1er tome : Phaulcon se marie avec Maria (1682) et sa mia noy Suninda attend un bébé.

________________________________________

Notre « reconstition structurelle permettant de suivre les étapes de l’ascension de Phaulkon.

 

Le roman commence en 1676, Phaulkon est à Bantam à Java.

(port commercial convoité tour à tour par les Anglais, Portugais et Hollandais au XVII ème siècle). On va apprendre au cours de ce 1er chapitre, l’origine de Phaulcon (quitte Cephalonie sur un bateau anglais en clandestin à l’âge de 9 ans. Il y demeure mousse pendant 6 ans avant de travailler avec son mentor Georges White pendant 10 ans à la Compagnie des Indes), la situation géopolitique de la région (Phaulkon a lu tous les récits des voyageurs portugais, le monopole des Hollandais pour le commerce des peaux siamoises avec le Japon, et leur ambition de contrôler le commerce du Siam, le commerce des Maures depuis Mergui,leur proximité avec la Cour, l’intention de Naraï de se rapprocher des Anglais, l’absence de flotte siamoise …).


Un an après, Phaulkon est nommé sous-chef du bureau de l’agence de la Compagnie des Indes. Georges White lui fait entrevoir les possibilités de commercer à leur compte et d’appâter le roi du Siam.


Au deuxième chapitre, on retrouve Phaulkon au Siam en 1679, il a 30 ans. 

 Il est capitaine d’une jonque et est censé livrer des draps à Bangkok à l’agent général anglais au Siam, M. Barnaby. Mais il a dans ses cales 5 canons hollandais. On apprendra alors le plan élaboré par Georges White et Phaulkon, avec l’aide de Samuel White (le frère) et Ivatt, un homme plein de talents.


On suivra alors au fil des chapitres l’ascension en plusieurs étapes :


1/ Le 1er plan risqué. (Ch. 1 à 12 (pp.1-218) et ch. 23, 25 (surtout p.429) le plan établi et sa réalisation avec Samuel White  et Ivatt pour s’enrichir et prouver sa compétence au barcalon.)

Vendre 5 canons hollandais à la reine de Pattani en rébellion contre le roi Naraï, pour ensuite utiliser l’argent pour acheter des marchandises à Madras et prouver au roi et/ou barcalon que les Maures qui ont la responsabilité du commerce royal en place, les volent et prendre leur place.

Il faut avouer qu’au départ, leur plan est quelque peu « ambitieux » pour ne pas dire «utopique».


Le plan est une chose, mais avant de le réaliser,  le roman nous plongera dans les aventures de Phaulkon (son naufrage ; prisonnier par le gouverneur de Ligor avec ses compagnons Barnaby et Ivatt, sa relation avec le gouverneur de Ligor, rencontre avec Suninda, sa future concubine). Et il a un rendez-vous avec le bateau de Samuel White. Suspense. Ce sera l’occasion de nous plonger dans les us et coutumes du Siam (l’art de la danse, la boxe thaïe, le bouddhisme et ses valeurs, le jeu et les paris, le poids des astrologues, la chance et l’honneur de trouver un éléphant blanc, le contrôle du pouvoir …). L’occasion aussi de montrer les qualités et les  ressources de Phaulkon  (combattant de boxe thaïe, rusé, se faire saluer par un éléphant blanc, diplomate, capable de justifier sa présence et même à se faire passer pour un espion du barcalon pour contrôler Ligor ! Il arrivera à se sortir de ce guêpier et obtiendra l’autorisation de de rendre à Ayutthaya en accompagnant l’éléphant blanc offert par le gouverneur au roi Naraï.)

 

2/

2ème étape : le chapitre 13 introduit Ayutthaya. 


Phaulcon est impressionné par le protocole, l’étiquette, le respect absolu dû au roi.

  • La Cour : L’étiquette,   les principaux personnages de la famille royale (la fille du roi Yotapet, les deux frères du roi, la concubine de Naraï, Thepine, soeur du général Petraja, général en chef de l’armée des éléphants (le plus haut titre militaire qui vont jouer un rôle dans l’histoire)
  • Une intrigue royale : la fille du roi Yotapet est amoureuse du frère cadet du roi Chao Fa Noï (beau, mais épileptique, coureur de jupon, aura une aventure avec Thepine (Ch.27), concubine du roi et soeur de Petraja, qui coûtera cher aux deux) mais le roi veut qu’elle épouse le frère aîné (vieux, laid, handicapé et alcoolique).

Phaulkon est sur les lieux de son ambition :

  • Il déploie ses qualités et ses talents de « diplomate ».

Ses talents linguistiques(apprend le thaï en 6 mois et passe 3 mois dans un temple pour apprendre le pâli), ses ambition politiques (veut créer une flotte marchande pour Naraï, suggère au général Petraja (qui vient d’être nommé Président du Conseil privé du roi) un rapprochement avec les Britanniques pour contrer les ambitions hollandaises, demande à Maître Phanik, (un Portugais bien installé et père adoptif de Maria, sa future femme), comment discréditer les Maures en charge du commerce auprès du barcalon (1er ministre) (démontrer leur détournement et promettre de multiplier les bénéfices siamois par 3).

  • Il va connaître les forces en présence à Ayutthaya, et veut dans un premier temps, discréditer les Maures en place et convaincre le barcalon qu’il est l’homme de la situation. 

  Ch 14 à 15. Phaulkon à Ayutthaya. Cf. aussi Ch. 27 et 28. Les premières rencontres (le Portugais Maïtre Phanik, père de Maria (sa future femme), ses futurs ennemis (le général Petraja, le Maure Mohammed Rachid, chef du service des Banquets du roi).

  • Ch 18. (p. 308). 1ère rencontre cruciale de Phaulcon  avec le barcalon. (Phaulkon est au Siam depuis 1an et 11 jours, précise-t-on

La proposition de Phaulkon :

Phaulkon indique les avantages d’évincer les Hollandais et d’accorder aux Anglais le port siamois de Mergui, avantageux pour leur commerce avec Madras, et lui propose de créer une flotte commerciale avec le drapeau siamois, un seul capitaine anglais, et l’équipage siamois, qui ferait mieux que les Maures qui le dépouillent actuellement.


. Phaulkon et le barcalon. (Ch. 20, 21et 22)

  • Phaulkon dénonce au barcalon, les malversations du commerce des Maures (il fait son enquête sur le commerce Maure   et montre au barcalon comment ils opèrent pour le voler).
  • Lui propose de prouver sa compétence en avançant lui-même la première mise et lui ramener le triple. Le barcalon séduit, lui propose d’organiser la réception de l’ambassadeur de Chine prévue dans un mois, et de travailler au ministère du commerce.

Ch 26 à 39. Les rivaux de Phaulkon : les Hollandais et les Maures. Le général Petraja et son « fils » Sorasak.

Il faut suivre au fil de ses chapitres –selon la méthode d’Aywen  de dissiminer les différentes intrigues au fil des chapitres-  comment les adversaires de Phaulkon vont tenter de s’organiser pour l’éliminer.

Ch. 19 Petraja négocie avec le chef des Macassars (p. 333), Ch 26 à 39 : (Ch 26 Conseil de Tenasserim ; les Maures, Ch. 29, 31, 33  les rivaux : Les Hollandais, et les Maures. Ch. 33 Le tuteur de Maria met en garde Phaulkon contre le danger et le pouvoir représenté par les Maures, et surtout de Mohammed Rachid dont le père avait été barcelon du roi précédent, et ami du Prince Daï, chef héréditaire des Maures musulmans venues de Célèbes. (Ch. 36, p.612) rappelle l’histoire de leur venue au Siam, après avoir été chassé par les Hollandais de Célèbes. Ch36. Le plan des Macassars de se révolter contre Phaulkon avec Sorasak et l’appui de son père Petraja. Ch. 38. Embuscade contre Phaulcon par les Maures et Sorasak. Echec.


3/ La réussite du plan.


Ch.30 (p.507). La 1ère rencontre de Phaulkon avec le roi. L’ascension commence.

Phaulkon est nommé mandarin de 3ème classe et sous-secrétaire général du ministère du commerce extérieur sous les ordres directs du Phra Khlang.


4/ Le nouveau PLAN de Phaulkon. L’alliance avec les Français. (Ch. 32)

Il faut attendre 530 pages pour assister à une première rencontre du père Vachet, jésuite avec Phaulkon.


Le père Vachet, montre l’importance pour les Jésuites de convertir le roi Naraï et lui indique que le confesseur du roi Louis XIV est un jésuite et est considéré comme le personnage le plus puissant après le roi.  On apprend pour la 1ère fois la volonté de Phaulkon d’obtenir l’appui des Français pour contrer les Anglais et les Hollandais.

 Phaulkon propose un traité à la France avec l’envoi de troupes françaises pour protéger le roi. Le père Vachet acquiesce avec la condition qu’il doit se marier avec la jeune catholique Maria. Mais Phaulkon, vu les délais pour un tel traité et la volonté des Hollandais d’envahir prochainement le Siam, propose la ruse d’établir un faux traité, avant l’arrivée du vrai.


Ch.34. 2ème audience de Phaulkon, et le barcalon, avec le roi. Proposition de s’allier aux Français.


Phaulkon suggère au roi de libérer Pott’s, le représentant de la Cie des Indes orientales et communique au roi la proposition des jésuites de s’allier avec la France pour contrer les Hollandais, profiter de la gloire des Français qui viennent de battre les Hollandais, (Le traité de Nimègue fut signé le 10 août 1678 à Nimègue (actuels Pays-Bas) entre les Provinces-Unies et la France. Il mit fin à la guerre de Hollande.), et d’ouvrir son commerce. Le roi répond finement qu’il veut bien de son amitié, mais pas de sa religion. Phaulkon suggère au roi qu’il fasse semblant et qu’il demande de profiter de la lumière prêtre. On est déjà dans la stratégie.


5/ Phaulkon devient barcalon et mène la politique extérieure et le commerce du Siam.


Ch. 37 (p.615) est un chapitre clé. 

  • Phaulkon apprend qu’il a réussi son « opération commercial. (6 fois la mise)
  • Phaulkon annonce au roi que la Hollande s’apprête à envahir le Siam pour contrôler son commerce avec la Perse.
  • Le roi accepte le projet d’alliance avec les Français avec  l’envoi de 400 soldats français.

 Phaulkon est nommé mandarin de 2ème classe (il n’y a plus, au-dessus de lui,  que 30 mandarins de 1ère classe.)et le roi accepte le plan de la nouvelle alliance avec les Français. Les amis de Phaulkon Barnaby, Samuel White et Ivatt sont aussi récompensés. (Barnaby est nommé gouverneur de Tenasserim, Samuel chef du port de Mergui, des postes clés)

Ch. 39. (p. 640) Le barcalon meurt. Phaulkon devient le nouveau barcalon et mandarin de 1ère classe.


Le 1er tome se termine en happy end.Ch. 40. Dernier chapitre.


-HappyEnd


Une ambassade thaïe est envoyée en France.

Phaulkon stoppe le projet d’invasion des Hollandais en les rassurant sur leur intérêt commercial au Siam,  et en leur rappelant qu’il est le nouveau barcalon et en leur montrant le faux traité signé avec les Français qui vont arriver avec 5000 soldats.

Phaulkon se marie, et sa mya noï attend un bébé.


 fin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Culture : film - livres - article...
commenter cet article

commentaires

Jacky 22/03/2013 03:40


Bonjour


J'ai aussi lu les trois tomes et ce roman m'avait bien plu car s'appuyant sur une histoire réelle.


Aussi c'est très intéressant de lire vos commentaires qui eux s'appuient sur le réel.


Merci pour votre travail.

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 22/03/2013 05:35



Attendez ma lecture du tome 3 (article à paraître le 31 mars) et vous verrez qu'Aylwen est non seulement loin de l'Histoire ...................  mais aussi de la
littérature.


Merci pour vos encouragements.



Fernand Dorgler 18/03/2013 11:25


Bonjour Alain,


Belle synthèse du tome 1 de cette trilogie. J'ai dévoré ce roman historique l'année dernière, après de grandes difficultés pour obtenir les 3 tomes.


J'ai été déçu de la fin qui ne correspond à rien de ce que j'avais lu aupparavant.


Merci par avance pour vos suites....


F.D.

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 18/03/2013 11:48



J'ai été déçu de la fin qui ne correspond à rien de ce que j'avais lu auparavant.


Comment lire cette déception ?


La suite suit hi hi


Merci pour les encouragements