Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 00:25

Une tradition thaïe ?

 

J’ai rendu compte (Cf. article 2 ) du livre de Pompinol Seanawong, «  Les Liens qui unissent les Thaïs, Coutumes et culture », qui se donnait comme objectif de fournir

« des connaissances fondamentales sur les caractéristiques sociales et culturelles thaïes ». Je pense qu’elle devra inclure dans une prochaine édition le  "Constitution Day".

 

En effet, j’ai souri en lisant :

 

Pierre BENEDETTI, qui le 10 décembre 2010, écrivait dans « le petit journal de Bangkok » :

« Les Thaïlandais fêteront ce 10 décembre le "Constitution Day", un jour férié qui symbolise la promulgation de la première constitution permanente du royaume, et l’avènement de la monarchie constitutionnelle en 1932. Dans son histoire démocratique, la Thaïlande a connu 18 chartes et de nombreux coups d’Etat, dont le dernier en date remonte à 2006 ».

 

En effet, le 12 juin 2006 : lors du 60ème anniversaire de l'intronisation du roi Bhumibol de Thaïlande, le roi avait vu  20 Premiers ministres, 15 Constitutions (ou 18 chartes selon d’autres sources) et 17 coups d'Etat.  Et même le 19 septembre 2006, le roi pouvait assister  au 18ème  coup d’Etat militaire: qui évinçait Thaksin Shinawatra et le  19 août 2007 constater que 58% d’électeurs avaient approuvé une nouvellle constitution ! 

 

Certes, le sujet prête peu à sourire, mais il est indéniable que l’histoire de la Thaïlande a été marquée par ses coups d’Etat et auparavant, par les exécutions sommaires lors des successions ou les « révolutions »  de palais. Ainsi, par exemple Ratsadathiratkumara, 1533-1534 (5 mois, roi enfant), Kaeofa,1546-1548 (assassiné à 15 ans), Worawongsathirat, nov.1548-janv.1549 (usurpateur hors dynastie, assassiné), Mahintharatthirat, 1568-1569 (déposé par les Birmans), Chetthathirat II , 1628-1629 ; exécuté, Atitthayawong, 1629 ; roi enfant, déposé et exécuté, Chao Fa Chai,  sept.1656 ; règne quelques jours, exécuté, Si Suthammaracha, sept. 1656-nov. 1657 ; déposé et exécuté …et la « révolution de Pitracha de 1688 » (Cf. notre 13. Les relations franco-thaïes) où celui-ci exécute les deux frères légitimes successeurs du roi Naraï. Et au 19ème siècle,  pour le royaume de Thonburi (1767-1782), comment le général Tahksin se proclame roi  et est « éliminé » par son général en chef qui fonde la dynastie Chakri  actuelle à Bangkok en 1782, sous le nom de Rama I … et Rama VIII (auto censure)…

 

Comment expliquer ce triste record (qui ne compte pas les tentatives royalistes des années 30) ?


Les réponses sont forcément multiples, selon les opinions politiques des uns et des autres, selon que l’on appartienne à la famille royale, aux différentes factions de l’Armée, aux différentes familles commerçantes et industrielles, thaïes et sino-thaïes qui ont participé au Pouvoir, aux classes dirigeantes des différents Partis qui ont animé la vie politique depuis 1932… selon … selon …

Selon que l’on soit royaliste ou républicain, du Nord , du Centre ou du Sud,  de gauche ou de  droite, jaunes ou rouges, laïcs ou non, pro-chinois ou pro-américain, Thaïs ou farangs …


En effet, il est même beaucoup de « farangs » qui s’interdisent et interdisent toute proposition d’analyse au nom du principe « obligatoire » de neutralité ou au nom de la peur du « crime de lèse majesté ».


Il est vrai que le pouvoir en place utilise beaucoup ce moyen pour empêcher toute pensée critique et l’exercice des libertés démocratiques.

 

Il n’est pas pourtant si téméraire d’évoquer le coup d’Etat de 1932 qui transformait la monarchie absolue en monarchie constitutionnelle, la rébellion royaliste du Prince Boworadet d’octobre 1933, l’abdication de Rama VII le 2 mars 1935 dans une lettre envoyée d’Angleterre, que Phibun principal auteur avec Pridi, du coup d’Etat de 1932, mettra sur pied en 1938 un régime inspiré du fascisme européen, qu’à la fin de la guerre, il sera arrêté par les Alliés et inculpé de crimes de guerre pour être acquitté sous la pression populaire, etqu’il exercera un pouvoir dictatorial de 1938 à 1944 et de 1948 à 1957

Ce n’est pas un secret de savoir  qu’en 1954 : la Thaïlande est membre fondateur de l'Organisation du Traité de l'Asie du Sud-Est, l'OTASE, pacte militaire pro-occidental, qu’en 1957, le maréchal Sarit Dhanaraj(=Thanarat) prend le pouvoir et force Phibun à s'exiler au Japon et que le pays profite d’une aide américaine conséquente pour les infrastructures (on évoque 3 milliards de dollars chaque année entre 1951 et 1975), qu’un accord sera signé autorisant… à installer des bases aériennes « américaines » dans l'est du pays, d'où décollent les bombardiers B 52 qui vont pilonner le Nord Viêt Nam.

On n’offense personne en constatant que les militaires resteront au pouvoir jusqu'en 1973 (année où l’armée tire sur les manifestants le 14 octobre avec 77 morts), que la « révolution de 1973 » a été suivie d’une brève et instable démocratie, suivie par un nouveau coup d’État en 1976, et d’autres qui verront le général Prem Tinsulanonda règner sur la Thaïlande à la tête d’un régime militaire en 1980, et avec un mandat démocratique à partir de 1983 jusqu’en 1988 où le général Chatichai Choonhavan lui succède . Par la suite, le pays est demeuré une démocratie, mise à part une brève période sous un régime militaire de 1991 à 1992

Beaucoup ont vu en 1997, la "Constitution du peuple", comme une véritable avancée démocratique, avec la création d’organes indépendants de contre-pouvoir tels que la Commission électorale, la Commission nationale anti-corruption (NACC), et la Commission des droits de l’homme.

Qu’en 2001, le parti Thai Rak Thai (les Thaïs aiment les Thaïs) gagna les élections et que  le premier ministre Thaksin Shinawatra put gouverner, jusqu'à  septembre 2006, (où bien qu’élu deux fois élu au suffrage universel),  il fut renversé par des généraux putschistes voulant « sauver la démocratie en danger ». Mais les électeurs donneront le 23 décembre 2007 une large victoire aux élections législatives du Parti du pouvoir du peuple (PPP) au sein duquel se sont regroupés les partisans de Thaksin Shinawatra.

On n’évoquera pas les « événements » de 2008 à 2010 encore trop « sensibles », bien que l’on aimerait connaitre le fonctionnement et le rôle de la Cour Constitionnelle, qui a pu contraindre le 1er ministre Samak Sundaravej à démissionner pour… avoir présenté une émission culinaire pendant son mandat (sic), et ensuite le 2 décembre 2008 dissous le parti au pouvoir, reconnu coupable de fraude électorale, et interdit au Premier ministre toute activité politique pendant cinq ans.

On ne dira rien sur les « événements » d’avril et de mai 2010, de l’état d’urgence qui a suivi…


Peut-on dire que la démocratie a du mal à s’installer quand on doit subir un coup d’Etat miltaire tous les 4 ans en moyenne et qu’on utilise le « crime de lèse majesté » pour faire taire les opposants, dans un système  où les gens ne sont pas des citoyens (prachathipattai baep Thaithai) mais des sujets du roi et des serviteurs de la nation (phonlamueang) .

 

Il est bien de fêter le « Constitution day », il serait bien aussi de fêter une constitution qui garantisse la démocratie et redonne à l’Armée sa fonction de défense nationale.

 

_________________________________

 

Je ne peux que recommander la lecture du petit journal, qui chaque matin nous livre les principales informations thaïlandaises et les principaux événements de la vie francophone en Thaïlande :  (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) et que M. Benedetti veuille me pardonner d' avoir "détourné" son article.

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Culture : film - livres - article...
commenter cet article

commentaires