Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 23:01

musiqueA La musique traditionnelle thaïlandaise ?  La musique en Isan ? 

Nous avons vu dans l’article précédent, La musique traditionnelle vue par les voyageurs des siècles précédents. Beaucoup y présentaient surtout leur préjugé et leur difficulté à appréhender une musique différente. Il est vrai que la plupart n’était resté que peu de temps au Siam. Ce qui n’est pas le cas de Dubus, qui récemment (2011)  dans son livre sur la Thaïlande rappelait  la popularité toujours présente de la  « Musique des rizières, (et du) théâtre des campagnes » qui « Face à la culture royale et urbaine, (demeure) une culture rurale, vivace et enracinée dans le folklore local, (qui) a engendré un sentiment communautaire entre les habitants des différentes régions» et de citer le succès du mor lam et du louk thoung (enfants des rizières » et « plus prisé par l’ancienne génération que le mor lam et le louk thoung, le liké ou théâtre comique » « parent du lakone, plus populaire et moins affecté ».


rizières


Il est vrai que la musique traditionnelle est diverse, variée, … et présente dans les moments importants de la vie des Isans, comme les mariages, les funérailles, les « foires» au temple, et autres festivals. Elle présente principalement 3 types d’ensemble : le piphat (composé d’instruments à vent et de percussions),  le kreung sai (constitué d’instruments à cordes) et le mahori

mahori

 

(qui associe la flûte à des instruments à cordes et à des instruments de percussion mélodiques) » et est riche de ses  50 sortes d’instruments   de musique dont les cordes, flûtes, des tambours et des gongs ….(Cf. en note le site de la médiathèque de Louvain).

Tous les informateurs consultés  s’accordent pour donner le mor lam comme la principale musique traditionnelle d’Isan ;  certains précisent que de nombreux chanteurs de mor lam chantent également le louk thoung du Centre et qu’une autre forme traditionnelle, le kantrum est populaire chez les Kmers isan.

(Cf. notre article sur les dialectes d’Isan :

http://www.alainbernardenthailande.com/article-18-langues-et-dialectes-en-isan-76545278.html).


Nous avons pu constater que les  multiples manifestations  culturelles et concerts donnaient aussi à entendre  d’autres formes de musique (Cf. le blog de Patrick et d’Alain d’Udon Thani et de Jeff) que l’on pouvait reconnaître par exemple  comme le groupe Carabao ou le pleng luuk thung (musique country thaïe).De plus, il fallait être aveugle pour ne pas voir à la télévision, dans les écoles ou sur les places publiques, que les ados  des villes  adoraient se produire dansant en groupe et en tenue souvent « sexy » sur les airs « à la mode » de leurs vedettes favorites :  le string !


De plus, on remarque que dans les années 1990, il y a eu de nombreuses interactions entre le luk thung, le string et le mor lam… voire la pop. Le mor lam produisit un nouveau genre appelé luk thung Isan ou luk thung Prayuk, qui incorpore les rythmes les plus rapides du mor lam. Il faudrait aussi aller du côté des minorités ethniques comme les  Hmongs, Akha, Mien, Lisu, Karens, Lahu …qui ont aussi leur musique traditionnelle.


La musique folklorique forme donc  une mosaïque de styles et de langues comme par exemple, les danses du Nouvel an des tribus des montagnes du Nord, les joutes chantantes des mor lam glawn, les vocalises musulmanes de likay wolou dans le Sud, le très ancien bong lang du Nord-Est (très dansant) et la musique vocale mae tae des Pwo Karen du Nord (très poétique et liée aux activités humaines).

karen

Et il faudrait aussi être capable de distinguer le  piphat mahori khruang sai, et le won pong lang (un ensemble musical de l’isan construit autour du xylophone pong lang avec un orgue à bouche khène, un luth et des percussions).ou bien encore le saw  qui est une musique régionale du nord (comprenant trois clarinettes en bambou (pi saw), une vièle (saw law) et un luth qui accompagnent un chanteur de ballades épiques improvisées). Avec pour chacun, l’association de leur instruments spécifiques comme : la flûte khlui, les cymbales ching, le cercle de gongs khong wong, les tambours thon et ramana, le xylophone renatek, le luth grajabpi, les vièles saw sam sai et saw u, et la cithare jakhe ; bien que les associations d'instruments puissent changer…Autant dire qu’il y a de quoi être perdu !


Le mor lam 

Le mor lam ou mo lam est donc, on l’aura compris,  la musique traditionnelle de l’Isan lao. Il a en commun avec le luk thung (la musique traditionnelle du Centre), son intérêt pour la vie des pauvres des régions rurales, les problèmes sentimentaux, la tristesse de quitter le village, les difficultés de vivre en ville, mais aussi ses « lumières » inaccessibles …

Molan

Il se caractérise par la rapidité de ses vocalises rythmiques, des cris, un rythme très entrainant ... Le chanteur, aussi appelé un mor lam, est souvent accompagné par un joueur de khên, le mor khen. Le groupe joue de quatre principales composantes comme le  "Talk"(un chanteur récite et ralentit ainsi l'accompagnement musical), le  "Gern" ( une introduction lente chantée qui dure environ soixante secondes, le plus souvent accompagné de Khaen); le «Lam», un chœur de rap-like, et le  «Pleng », la chanson proprement dite  avec un chœur dynamisant avec ses "o-ey, o-ey, o-ey" par exemple. Les vêtements « traditionnels » sont un élément aussi essentiel pour nous captiver.

Il comporte plusieurs variantes régionales et des formes modernes comme la version électrifiée du mor lam sing, que certains récusent comme « commerciales ». Il a dépassé son cadre régional avec les migrants ruraux de l’Isan s’installant à Bangkok. Les chanteurs les plus populaires sont Banyen Rakgan , Chalermphol Malaikham , Jintara Poonlarp et Siriporn Ampaipong


Le kantrum 

Une autre forme de musique traditionnelle de l’Isan est donc le kantrum,populaire chez la minorité kmer, habitant près de la frontière. C'est une musique de danse très rapide. Dans sa forme la plus pure, cho kantrum, les chanteurs, percussions et vielles traditionnels, dominent. Une forme plus moderne utilisant les instruments électroniques se développa dans le milieu des années 1980. Un peu plus tard dans cette décennie, Darkie devint la première vedette du genre, avant de rejoindre le marché commercial à la fin des années 1990.

kantrum

 

Le louk thoung du Centre

Le « Pleng Luuk Thung »  est une sorte de combinaison de Mor Lum et de la musique country américaine et est très populaire à la radio thaïlandaise (il a aussi sa propre radio). Il témoigne du labeur des champs et des épreuves rencontrés par les paysans du Centre. Il incorpore des influences latines américaines, indonésiennes et malaises et même japonaise. Les artistes les plus réputés viennent de la ville de Suphanburi comme la star Pumpuang Duangjan, pionnière du luk thung électronique.  Il développe un tempo lent sur lequel les interprètes font usage d’un chant expressif à base de nombreux vibratos (qui ne sont pas sans évoquer le yodel) (Cf. site de Louvain en note)

Lukthoung 

Le string ? 

La musique populaire thaïlandaise actuelle est essentiellement le fruit d’un important métissage des styles traditionnels et occidentaux. Outre les versions électroniques modernes du morlam (le morlam sing), du kantrum et du lukthung (le luktung électronique) dont il a été question ci-dessus, il existe un important mouvement rock inspiré directement de la scène américaine des années 1960 : le wong shadow (en référence à The Shadows) qui évoluera rapidement en ce que l’on appelle la musique string. Ce terme désigne aujourd’hui la pop thaïlandaise dans son acception la plus large : rock, danse, hip hop… bref, toutes les musiques thaïlandaises influencées par l’Occident. C'est la musique des adolescents thaïlandais.

pop

Le pleng phua cheewit ? 

« La période de libéralisation politique, entre octobre 1973 et octobre 1976, a vu l’éclosion de plusieurs groupes dont les chansons avaient un contenu  ouvertement politique et social » (Arnaud Dubus). On s’ inspire alors de la protest song américaine comme Joan Baez, Bob Dylan. On commence aussi à chanter le rock en thaï comme Rewat Buddhinan.

Plusieurs groupes de pleng phua cheewit  (l’Art pour la vie, l’Art pour le peuple), dont les plus connus sont Caravan


plengpuachiwit

 

et Carabao (Cf. les articles qui leur sont consacrés dans ce blog) s’engagèrent alors, non sans courage, dans le mouvement pour la démocratie.

Les « événements » de 1976, qui virent les mouvements ultranationalistes attaquer le 5 octobre, avec une extrême violence (46 étudiants tués), les étudiants de l’université de Thammasat aboutirent à un coup d’Etat.  Caravan, ainsi que d'autres groupes et activistes, prirent alors le maquis avec les communistes. Une chanson « L’Homme et son buffle »  traduite par  Arnaud Dubus, est sans équivoque :


            « Mais quelles que soient les difficultés, nous n’aurons pas peur …

            Les riches dévorent notre travail,

            Nous jettent les uns contre les autres,

            Et nous, paysans, nous nous enfonçons dans les  dettes …

Nous devons détruire ce système » (extrait).


En 1981, avec l’amnistie accordée aux dissidents, le pleng pua cheewit put de nouveau s’exprimer. Le groupe Carabao devint même  numéro un des ventes sans renier ses  critiques sociales.

K

Mais la société de consommation aidant, la musique string (la pop thaïlandaise) est devenue plus populaire dans les années 1990, et les vedettes  pop comme Tata Young, Bird McIntyre et Asanee & Wasan, voire ensuite Modem Dog sont devenues numéro un des ventes… On peut encore citer les groupes de rock thaïlandais comme Big Ass, Bodyslam Silly Fools… 

 

Il y en a donc pour tous les goûts, mais la musique traditionnelle a su se « moderniser » en adoptant instruments et rythmes nouveaux et continue d’exprimer la culture « rurale » des peuples de l’Isan et des autres minorités de Thaïlande.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

« Les guides de l’Etat du monde », « Thailande », Arnaud Dubus, La Découverte, 2011

 Si vous voulez entendre des chansons thaïes : Le Blog de la Médiathèque de Louvain-la-Neuve :

http://mediathecaire.wordpress.com/2009/11/27/pays-a-lhonneur-thailande/


télécharger en Mp3 la Musique thaïlandaise : thebestofthailand.com


Miller, Terry E. (1985) Musique traditionnelle du Laos, Kaen et chant Mawlam dans le Nord-Est de la Thaïlande. Greenwood Press. ISBN 0-313-24765-X

 

Tout aussi voire plus intéressant : le blog de Jeff


http://isan-farang.eklablog.com/les-band-de-pangkhan-made-in-isan-a5406231


http://isan-farang.eklablog.com/le-molam-sing-a2978880


musiqueJ

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Isan
commenter cet article

commentaires

Jeff de PangkhanCelq qurqit fqit un 10/10/2011 03:10



?erci pour le lien et comme dab,l'article est précis(comme le précédent) et juste!(à mon humble avis)!


 


Jeff des rizières à la mer!