Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 23:18


Article 23 : du triangle d’or au quadrangle  d’or !


 
quadrangle 06Un article de Danielle Tan :
Du Triangle d’or au Quadrangle économique, Acteurs, enjeux et défis des flux illicites transfrontaliers dans le Nord-Laos, Sciences Po/CERI, IRASEC, Note de recherche n° 6,
permet de comprendre que, malgré les grandes transformations (ouverture des frontières, ouverture des nouvelles voies de communication (voir l’inauguration, le 31 mars 2008 , de la nouvelle « autoroute » de 228km qui relie  de Houeisay (sur la frontière thaïe), à Boten (sur la frontière chinoise), en à peine trois heures ,  les vastes plantations d’hévéa, de maïs et de canne à sucre qui ont progressivement remplacé les champs d’opium, l’économie illicite (quel euphémisme !) et la corruption politico-administrative sont toujours bien présents.

Il ne  s’agit pas ici de résumer cet excellent article mais de signaler tous  les intérêts en jeu  dans ces zones frontalières, ces « sites d’exception », qui mettent en oeuvre des formes exceptionnelles du pouvoir qui n’obéissent pas aux lois et qui se situent à la marge du licite et de l’illicite, du légal et de l’illégal.

 

1/ En effet, l’ouverture des frontières et l’amélioration des infrastructures ont effectivement accéléré les échanges commerciaux, mais permit aussi de développer  la contrebande et les réseaux internationaux du crime organisé.

 

Les réseaux des marchands chinois ont su s’adapter et changer leurs mules en 4x4, en bus et en camions  tout en empruntant les mêmes pistes désormais macadamisées. Les pilules de yaa baa et les migrants illégaux suivent le même chemin que les caravanes d’opium d’autrefois.

 

Si à l’époque coloniale, les grands bénéficiaires étaient les notables locaux taï/lao, depuis l’indépendance du Laos, les membres importants du Parti communiste ont su profiter de cette longue « tradition » ainsi que tous les échelons des agents de l’État (administration,  police, armée) …et les hommes d’affaires thaï et chinois. En effet ceux-ci sont obligés de s’associer avec des entreprises d’Etat et/ou des « officiels » laos de l’État et l’armée dans des joint-ventures pour continuer de développer leurs activités illicites sur le territoire lao.

 

2/ Ainsi Danielle Tan donne l’exemple des hommes d’affaires thaïs et chinois qui ont su, dès l’interdiction de l’exploitation forestière par le gouvernement thaï le 17 janvier 1989, investir dans l’industrie du bois et enrichir « au passage les militaires et l’administration provinciale pour obtenir les licences et les concessions. La commercialisation du bois était systématiquement sous-enregistrée et les taxes non payées étaient partagées entre les différents officiers ». 

 

Ensuite même si «  En 1994, l’État soucieux de réguler les excès de l’exploitation forestière, mais surtout de casser les alliances frontalières dangereuses entre certains entrepreneurs thaïs et officiels provinciaux, accorda le monopole de ce secteur à trois entreprises d’État liées à l’armée, qui se sont réparti le territoire. »

Rapidement ,  elles ont su se « ménager » d’autres accords « officiels  »  et illicites avec les  compagnies chinoises qui ont investi dans l’hévéa par exemple, si on en juge par le transport du bois qui se fait la nuit sur la route 17B qui relie Muang Sing, près de la frontière avec la Chine,à Xieng Kok, poste-frontière sur le Mékong faisant face à la Birmanie

 

 

3/ On retrouve la même logique en ce qui concerne le trafic de drogue. «  Par exemple, la campagne d’éradication du cannabis menée par le gouvernement thaï dans les années 1980 a poussé les trafiquants à délocaliser leur production vers le Laos, le Cambodge et la Birmanie.

Depuis l’ouverture officielle des frontières avec le Laos en 1988, le pays est devenu un des

plus gros producteurs pour la Thaïlande car les champs se trouvaient juste de l’autre côté du

Mékong, en face d’Ubon Ratchathani et de Nakhon Phanom. Les trafiquants thaïs

fournissent les graines, les techniques et avancent l’argent de la récolte aux producteurs lao,

sous le contrôle étroit de l’armée lao. »quadrangle 05

 

 

 

4/ Mais l’avènement du Quadrangle économique, matérialisé concrètement par le

Corridor sud n’a pas seulement offert des opportunités lucratives pour les grands réseaux du crime organisé et les agents de l’État, il est aussi devenu une autoroute libre pour des milliers de petits entrepreneurs chinois, originaires du Yunnan voisin et de provinces plus éloignées (Hunan, Sichuan, Zhejiang) venus tenter leur chance au Laos. Au niveau des postes frontaliers, la myriade de commerçants chinois, comparés à une « armée de fourmis » par certains officiels lao, sont devenus les nouveaux partenaires privilégiés des douaniers

 

quadrangle 035/ La contrebande pratiquée par les Chinois permet en fait aux populations montagnardes d’avoir accès à des produits de consommation car ils les distribuent dans les zones les plus éloignées, où les commerçants lao ne vont pas. En ce qui concerne la contrebande pratiquée par les Lao, plus au niveau de la frontière thaïe en raison de la proximité culturelle, elle constitue une source de revenus complémentaire importante : les femmes font des allers-retours réguliers en tuk tuk ou en pirogue pour rapporter des produits de consommation de Thaïlande et les vendent ensuite dans leur boutique installée dans la maison familiale. Le troisième rapport du Pnud sur le développement humain (2006) recommande même de ne pas prendre de mesures pour l’instant pour changer la situation car le commerce informel permettrait de lutter contre la pauvreté et cette situation « ne coûte rien au gouvernement ».

 

 

6/ Il faut préciser que les Chinois ont été sciemment courtisés pour venir tempérer la prépondérance des Thaïs dans l’économie lao et contrebalancer la tutelle politique exercée

traditionnellement par les Vietnamiens. La stratégie du gouvernement lao est de tirer un

maximum de bénéfices à travers la mise en concurrence de ces trois puissances. Dans le Nord-Laos, il apparaît de plus en plus clairement que l’État et ses agents privilégient

aujourd’hui la collaboration avec les investisseurs et les commerçants chinois pour tirer

profit du commerce transfrontalier.

 

Au Laos, le gouvernement semble avoir adhéré à cette vision puisqu’il tente aujourd’hui à travers la mise en place de zones économiques spéciales de légaliser et de normaliser des activités considérées comme illicites, comme le jeu ou la prostitution. En fait, il fait de ces zones frontalières des « sites d’exception », qui se situent à la marge du licite et de l’illicite, du légal et de l’illégal.

 

 

C’ est vraiment le nouveau quadrangle d’or , qui profite aussi bien aux Etats lao, thaï, chinois et vietnamien , au crime organisé , aux hommes d’affaires thaïs et chinois, aux montagnards , au petit peuple de chaque côté des frontières , et à tous les échelons des « corrompus »

 

quadrangle 07

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Culture : film - livres - article...
commenter cet article

commentaires