Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 23:05

Organisation administrative de la Thaïlande, un miroir brisé ?


200px-Myth garuda 01« Le Royaume de Thaïlande comprend 4 zones géographiques selon l'Institut Royal Thaïlandais (le Nord, le Nord Est, le Centre et le Sud).

Ces zones sont divisées en 77 Provincesen Thai จังหวัด changwat  - la dernière en date étant celle de Bung Kan au Nord Est de Nong Khai créée au mois d'août  2010 - qui correspondent en gros à nos départements.

En effet chaque Région est dirigée par un Gouverneur nommé par le Ministre de l'Intérieur (comme le sont les Préfets en France) 


La capitale Bangkok compte tenu de son importance est à elle seule tout comme Paris assimilée à une Province particulière  กรุงเทพมหานคร - Krung Thep Maha Nakhon.

Son Gouverneur n'est pas  nommé par le Ministre mais élu par la population pour un mandat de 4 ans. Elle est subdivisée en 50 districts appelés non Amphoe mais khet qui sont subdivisés en 169 kwaeng  แขวง  équivalent aux Tambons dans les autres provinces. Les chefs de district sont nommés par le Gouverneur. Le Conseil métropolitain de Bangkok aussi appelé Administration Métropolitaine de Bangkok ou BMA a pouvoir sur les arrêtés municipaux et le budget de la ville.


Le Nord Est comporte 20 provinces sur 77 pour la Thaïlande :Sans titre-1

1. Amnat Charoen (อำนาจเจริญ) 2. Bung Kan (บึงกาฬ) 3. Buri Ram (บุรีรัมย์) 4. Chaiyaphum (ชัยภูมิ) 5. Kalasin (กาฬสินธุ์) 6. Khon Kaen (ขอนแก่น) 7. Loei (เลย) 8. Maha Sarakham (มหาสารคาม) 9. Mukdahan (มุกดาหาร) 10. Nakhon Phanom (นครพนม) 11. Nakhon Ratchasima (นครราชสีมา) 12. Nong Bua Lamphu (หนองบัวลำภู) 13. Nong Khai (หนองคาย) 14. Roi Et (ร้อยเอ็ด) 15. Sakon Nakhon (สกลนคร) 16. Si Sa Ket (ศรีสะเกษ) 17. Surin (สุรินทร์) 18. Ubon Ratchathani (อุบลราชธานี) 19. Udon Thani (อุดรธานี) 20. Yasothon (ยโสธร)

Chacune de ces Régions est divisée en districts en thaï อำเภ Amphoe correspondant à nos Arrondissements.

Les districts sont dirigés par un Chef de district  นายอำเภอ nommé par le Ministre de l'Intérieur et adjoint du Gouverneur.   Ces Chefs de district  correspondent à nos Sous Préfets.

Ainsi par exemple, la Province d'Udon Thani est divisée en 18 districts Amphoe et 2 districts mineurs King Amphoe.   Ces districts sont subdivisés en 155 communes tambon et 1682 villages. »

                                ------------------------------------

Le régime thaï actuel de 1892 a donc manifestement été calqué sur le modèle français, à plusieurs étages, ne parlons pas du statut de la capitale qui est comme celui de Paris, spécifique :

Les quatre « régions », ภาก (transcription officielle Phak) nord, nord-est, centre et sud ne correspondent pas à une réalité historique bien assise, un Isan-lao de chez nous n’a rien à voir avec un Isan-khmer du sud,  pas plus qu’un ilien de Samui n’a la moindre affinité avec un musulman des trois provinces du sud, source de perpétuelle et sanglante agitation. Elles sont plutôt des zones géographiques.


Il est difficile de les comparer aux 22 régions métropolitaines françaises qui correspondent peu ou prou à nos anciennes « provinces » plus ou moins bien reconstituées (par exemple inclusion des Hautes-Alpes - dauphinoises depuis toujours - ou du pays niçois – français depuis peu - dans la région provençale)

Les จังหวัด (transcription officielle Changwat, prononciation djangwat), le mot est généralement traduit par « province » présentement 77, correspondent plus volontiers aux 83 départements français d’origine.

A la veille de la révolution, l’organisation administrative du royaume était d’une épouvantable complexité. Un projet imbécile de l’Abbé Sieyès de division géométrique au cordeau fut pertinemment rejeté (voir ce que ça donne en Afrique).  

 

sieyes


L’heureuse intervention de Mirabeau, il savait quand il le fallait pousser un « coup de gueule », aboutit au décret du 22 décembre 1789 découpant la France en 83 départements.

220px-Mirabeau par Injabert 2

Cette division n’est pas fantaisiste, elle repose avec plus ou moins de bonheur et d’erreurs sur l’implantation des tribus gauloises qui nous sont fort bien connues par la description qu’en firent les historiens romains ou grecs. Jules César est resté 10 ans chez nous et sa description de la Gaule est méticuleuse.


La division de la Thaïlande en « provinces » n’est pas non plus innocente.

La structure actuelle date de la réforme administrative de 1892 essentiellement sur la base des anciens เมือง (transcription officielle mueang, prononciation müang), petites chefferies locales datant du royaume d’Ayutthaya et alors dirigées par des roitelets plus ou moins soumis à la juridiction de Bangkok.

Les subdivisions, inutile de donner une traduction de ce qui est intraduisible :

อำเภอ l’amphoe serait l’équivalent très vague de ce que sont nos arrondissements. La comparaison doit immédiatement en rester là. Ils sont actuellement (environ) 350 chez nous et (environ) 800 en Thaïlande.

ตำบล le tambon serait l’équivalent très vague de ce que sont nos cantons. Même observation, ils sont environ 7.500 pour environ 4.000 cantons chez nous. Le miroir continue à se briser !

หมู่บ้าน le mouban (transcription officielle muban), nous revoilà dans nos petits villages !

Et une origine que l’on peut comparer à celles de nos communes même si le miroir est encore mieux brisé que le miroir français.

A la veille de la révolution, il y avait 27 ou 28 millions d’habitants en France (« quelques » millions au Siam) et la subdivision administrative de base était la paroisse, il y en avait 60.000, le Roi de France se flattait de régner sur un pays aux « cent mille clochers ». Cette subdivision s’est insensiblement créée lors de la désagrégation de l’empire romain à une époque où la seule structure cohérente était celle de l’Eglise catholique. Les 41.000 communes de 1789 ont été constituées sur la base de ces paroisses, les villes en regroupant plusieurs ont constitué une seule commune. Il y en a actuellement environ 37.000 pour 65.000.000 millions d’habitants. La moyenne donne donc une population de 1750 habitants par « clocher », mais la comparaison ne vaut pas grand chose dans la mesure où la population peut varier d’un peu plus de 2 millions (Paris) a, en réalité, zéro, toutes petites communes rurales dont la population est fictivement constituée par les inscriptions sur les listes électorales et qui ne sont peuplées qu’épisodiquement tout en parvenant à constituer un Conseil municipal de 9 membres ! Cette structure est – parait-il – incohérente sur le plan de la gestion administrative. Y touchera-t-on un jour ? Les français sont et restent attachés à leurs origines et il y a plus d’un demi-million de personnes qui peuvent se targuer de leur qualités de « conseiller municipal » ou de « Maire » et ont leur rôle à jouer dans les élections sénatoriales.


Il y a environ 75 ou 80.000 villages en Thaïlande.

Pour notre seule région Isan, environ 22 millions d’habitants, 20 provinces, 327 amphoe, 2.602 tambon et 27.440 villages.

Si je tente de comparer ce qui est comparable,

Bouches du Rhône, 2 millions d’habitants, 4 arrondissements,  57 cantons et 119 communes.

Ubonratchathani, 1.800.000 habitants, 25 amphoe, 219 tambon et 2.469 villages.

Pourquoi cet effarant morcellement ? Les subdivisions administratives (arrondissement et cantons en France) ont été constituées tout simplement pour permettre à la population de se rendre sans difficultés majeures au chef lieu de canton ou au chef lieu d’arrondissement. Il en est de même ici ou les difficultés de déplacements étaient (sont) plus difficiles.

La création de nos communes a tout simplement une origine historique, l’accaparement par l’église catholique du pouvoir de base administratif (et religieux, bien sûr) à une époque où le pouvoir politique était en déshérence.


Je ne suis pas certain que les villages siamois se soient créés autour de leurs temples, ce sont plutôt les temples qui se sont installés dans les villages au fur et à mesure de l’implantation plus ou moins tardives du bouddhisme. Les statistiques sur le nombre de « wats » en Thaïlande varient selon les sources de 30 à 45.000 !

Il est une constante dans l’histoire de l’humanité que les hommes se regroupent par phratries ou tribus autour de ce qui est vital pour la vie, l’eau. L’isan plus que les autres régions, vit au rythme des saisons, nous savons tous ce qu’est la saison sèche, plus encore dans les campagnes où selon les périodes la น้ำประปา namprapa, l’eau de la ville, n’est distribuée qu’au compte goutte..... importance essentielle à tel point que celle-ci n’est pas facturée en dessous d’un certain seuil de consommation.

C’est manifestement autour des points d’eau que se sont édifiés nos villages, l’onomastique est là pour nous le montrer. Si le nom de nos villages français tourne souvent autour de leur clocher, celui de leur saint patron, celui des villages thaïs tourne autour de l’eau !

Combien de หนอง nong – étang, de บึง bung  – marais, น้ำ nam – eau,  แม่น้ำ mènam – fleuve, บ่อ bo – puits, สินธ์ sin – rivière, หวั้ย ouaï – ruisseau ?

Combien de sources miraculeuses ? L’humanité les vénère depuis toujours, des sources de la Seine à celle de la Mecque, de Lourdes à la Grèce et à l’ancienne Egypte, elles donnent la vie et elles guérissent. Il y en a une fort fréquentée près de chez moi, je vous conduirai un jour la visiter.

Les chiffres que je donne proviennent du bulletin des lois thaï dont la lecture est aussi absconde que celle du journal officiel de la république française. Si je me suis trompé dans mes additions ou divisions, vous aurez la gentillesse de le pardonner.

 

Ou de consulter, le fort intéressant article publié sur le blog ami de

http://gerard.pissamai.over-blog.com/article-organisation-administrative-de-la-thailande-la-province-d-udon-thani-56893817.html, dont nous nous sommes inspirés.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans Isan
commenter cet article

commentaires