Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur blogthailande@yahoo.fr

4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 18:16
RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

A ce moment du récit, nous avons appris que le roi Mongkut (Rama IV) (1851-1868) a décidé que la fondation du royaume de Sukhotai en 1238 serait considérée comme l’origine de la Nation, le berceau de la civilisation thaïe, tout en sachant qu’il y eut auparavant de nombreuses cités thaïes indépendantes et/ou autonomes, sous la vassalité - selon l’endroit ou la période - des Birmans, des Khmers ou des Môns et même des Chinois. Cette origine de la Thaïlande fut donc décidée par le roi Mongkut (Rama IV)...

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

sur la « preuve » d’une stèle controversée, dite la stèle de Ramkhamhaeng de 1292 (Nous la présenterons), que le roi aurait trouvée en 1833, alors qu’il était encore prince moine, dans la forêt de Sukhotai ;

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

 ... événement d’autant plus surprenant  qu’à la fin du XIXème siècle on ne savait plus au milieu des ruines où se trouvait exactement le cœur  de cette capitale ;  

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

... ou bien encore que Mgr Pallegoix, le meilleur connaisseur du royaume de Siam de l’époque et « ami » du roi déclarait que les annales de ce pays (« phongsawada Muang nua » ou « histoire du royaume du Nord ») donn(ant) l'origine des Thaïs, et un abrégé de leur histoire jusqu'à la fondation d’ Ayutthaya, étaient pleine de fables et présentaient peu de faits historiques. ».

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

D’autres « savants » après lui, comme Aymonier, Pavie, Schmitt, Fournereau, Barth, Lunet de la Jonquières, Coedés, etc**, signaleront les difficultés de recherche des sources, de leur traduction, de leur interprétation, et proposeront parfois des hypothèses différentes tant sur les dates que sur les événements. Même le Prince Subhadradis Diskun (1923-2003) l’un des plus prestigieux historiens/archéologues thaïs, exprimera en 1979 ses doutes en présentant le royaume avec des « « environ », « Probablement », « semble-t-il », et le savoureux « Si l'on en croit une pierre gravée »), ou bien encore « on pense que neuf rois régnèrent successivement à Sukhothai, de 1240 (sic) à 1438 environ. » ( in Le Courrier de l’UNESCO de juin 1979.)***

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

Autant dire le manque de fiabilité des sources dont nous disposons. Mais l’histoire officielle n’est pas là pour exprimer des doutes. Elle a une fonction idéologique ; elle est là pour légitimer le roman de la Nation, l’histoire d’un grand et vieux pays, sa monarchie, sa religion (Le bouddhisme theravada), son unité face à ses ennemis. Il lui faut une chronologie, des dates/événements, des héros que l’écolier apprendra à l’école.

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

Il saura que son pays est né à Sukhotai en 1238, a été annexé en 1438 par le royaume d’Ayutthaya (1351-1767), qui depuis la date de sa fondation en 1351 est devenu  le nouveau centre du royaume jusqu’en 1767, où il succomba sous l’assaut de l’ennemi birman, pour retrouver son indépendance 7 mois plus tard avec le roi Taksin ...

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

... qui établira le royaume de Thonburi en 1767, et qui sera « destitué et mis à mort » en 1782 par Rama I (1782-1809) qui  fondera la dynastie Chakri qui règne depuis.

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

L’histoire sera basée sur l’histoire de ses rois les plus importants et/ou sur leurs légendes et ses héros, auxquels on rajoutera, dans le meilleur des cas, la révolution de 1932 et l’histoire de la monarchie constitutionnelle, sous l’autorité avisée et paternelle des monarques constitutionnels.

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

Une histoire nationale qui montre au monde combien la Thaïlande est un grand et ancien royaume, dont les sujets peuvent être fiers avec ses trois piliers : une Nation, un roi, une religion (Le bouddhisme theravada).                                                 

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

Convenons donc que le royaume de Sukhotai a existé 200 ans de 1238 à 1438 et a connu 9 rois :1/ Sri Indrahit (Pho Khun Bang Klang Hao) (1238-1279) Fondateur du Royaume.   

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

2/ Ban Muang (1279-1279) (fils de Sri Indrahit) 3/ Ramkhamhaeng, le Grand (1279-1298) (frère de Ban Muang)

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

4/ Loethai (1298-1323) (fils de Ramkhamhaeng) 5/ Nguanamthom (1323-1347) (cousin de  Loethai et fils de Ban Muang) 6/  Lithai (Thammaracha (1347-1368) ( cousin de Nguanamthom,  Fils de Loethai)

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

7/ Leuthai (Thammaracha II) (1368-1399) ( fils de Lithai), 8/ Saileuthai (Thammaracha III) (1400-1419) (fils de Leuthai), 9/ Borommapan  (Thammaracha IV) (1419-1438) (fils de Saileuthai).

 

Mais vous aurez beau chercher, l’histoire de ce royaume se réduit  essentiellement à son  fondateur  Sri Indrahit (1238- 1279) ;  Rama Khamhaeng le Grand (1279-1298) qui va établir pour la première fois  un pouvoir dominant thaï en Asie du Sud-Est, et qui sera considéré comme le fondateur de la nation et de la culture thaïe, son successeur et fils, le roi Leothai (1298-1323) qui ne pourra pas empêcher le déclin du royaume, et le petit-fils de Ram Kamhaeng, Lithai (1347-1368) (le sixième roi de la dynastie ) qui va réussir à réunifier le royaume sans toutefois lui redonner les limites de sa splendeur d’antan, malgré l’émergence du nouveau royaume et rival d’Ayutthaya. On lui attribuera aussi une grande piété et d’être l’auteur d’un grand traité de cosmologie bouddhique, le Tribhumikathà (les Trois Mondes bouddhiques). 

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

Son fils Leuthai (1368-1399) ( ils de Lithai) verra son royaume vassalisé en 1378 par le royaume thaï d’Ayutthaya et annexé en 1438 à la mort du roi Borommapan (1419-1438).

 

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

Le récit de Sukhotai se devra d’aborder quelques dates importantes : 1238, 1262, 1287, 1292, 1351, 1378, 1438.

 

En 1238 donc, la naissance du royaume de Sukhotai ( dont Sukhothai et Si Sacchanalai (aujourd'hui Sawankalok) étaient les capitales « jumelles ») rompt l’équilibre spatial du pouvoir que se partageait le royaume de Pagan et le royaume Khmer d’Angkor (qui dominait le royaume môn de Lavo). Il est considéré comme le premier royaume thaï indépendant.

 

En 1262, le roi Mangraï dans le nord, fonde le royaume thaï de Lanna, qui va avec la cité thaï du Phayao établir une alliance avec Sukhotai face aux « ennemis » birmans et mongols.

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

En 1287, le roi Ramkamheng de Sukhotai, le roi Mangraï du Lanna, et le prince Ngam Muang (Phayao) établissent un  pacte d'amitié  devant la menace mongole.

 

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

Signalons qu’en 1281, le roi Mangrai prend la ville de Lamphun qui met fin au royaume d’Haripunchai des Mons  et à la période de Dvâravati.

 

1292. La fameuse stèle de Ram Kamhaeng ?
 

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).

En 1351, la fondation du royaume thaï d’Ayutthaya par le Prince Uthong (Ramathibobi), va rompre cet équilibre et engager les hostilités contre Sukhotai.  (Sukhotai perdit sa prééminence au profit de Phisanulok)

 

En 1378, Sukhotai devient vassal d’Ayutthaya, sous le règne du roi Leuthai (1368-1399).

 

En 1438, le dernier roi de Sukhotai Borommapan (1419-1438) décède, et le royaume est annexé par le royaume d’Ayutthaya.

                                                  -----------------

Nous avions là quelques éléments (des noms, des dates, peu d’événements), mais  l’histoire officielle n’en disposait  guère plus.

 

*Nous avons consacré une quinzaine d’articles au royaume de Sukhotai dans notre « Histoire de la Thaïlande ». Cf. à partir de « 18. Notre Histoire : Les Thaïs entrent dans l’Histoire, avec la fondation du royaume de Sukhotai ».

http://www.alainbernardenthailande.com/article-18-notre-histoire-les-thais-entrent-dans-l-histoire-avec-le-royaume-de-sukkhotai-101594784.html

Et par exemple :

« 22. Notre Histoire : Le Royaume de Sukhotai (1238-1438). »

http://www.alainbernardenthailande.com/article-22-notre-histoire-le-royaume-de-sukhotai-1238-1438-102400771.html

**23. Notre Histoire : Les sources du Siam ancien ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-23-notre-histoire-les-sources-du-siam-ancien-102401104.html

***21. Notre Histoire : Le Royaume de Sukhotai (1238-1438) vu par le Prince Subhadradis Diskul.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-21-le-royaume-de-sukkhotai-1238-1438-vu-par-le-prince-diskul-102117551.html

 

On pourrait aussi citer B. J. Terwiel - l’un des meilleurs spécialistes de la Thaïlande - qui,  dans son livre « Thailand’s Political History » de 2011 rappelle que Sukhotai, s’est formé parmi d’autres mini-Etats thaïs, de même que la présentation du Lanna comme un Etat unifié a été créé au XXème siècle et n’est qu’un mythe. Il rappelle aussi qu’Ayutthaya a existé bien avant 1351 et exprime de nombreux doutes ou versions sur les scénari possibles de l’histoire de la Thaïlande. 

 

 

 

 

RH 7- INTRODUCTION AU ROYAUME DE SUKHOTAI (1238-1438).
Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans NOTRE RÉCIT DE LA THAÏLANDE.
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 18:03
RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

2. Le Lanna.

 

Si l’histoire officielle du Siam commence, nous l’avons vu,  avec la fondation du royaume de Sukhotai  en 1238 par décision royale du roi Mongkut (Rama IV (1851-1868) ), il ne faut pas oublier, que d’autres royaumes ou cités/Etats thaïs sont apparus au 13ème siècle, comme le Lanna à Chiangrai en  1262, avec le roi Mangrai (1262-1317), celui de Phayao (Quand ?) et d’autres muang autonomes (et vassalisés) plus petits (Combien ?), dont nous ne connaissons rien.

 

Mais que savons-nous  de la fondation du Lanna ?

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Cet article est une version simplifiée et remaniée de notre article 27, « Notre Histoire - La  formation de l’Etat de Lanna en 1262 dans le Nord de la Thaïlande. »*

 

Les origines légendaires.


Suvanna Khamdaeng est un héros de légende qui  n’est connu que par une chronique, plus religieuse qu’historique, « La chronique de Suvanna Khamdaeng » mélangeant allégrement le merveilleux et le réel. Elle conte l’installation de ces chasseurs « venus du nord » dans la région de Chiangmai jusqu’à la formation du muang Lanna après de multiples vicissitudes.

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Elle évoque de nombreux souverains dans une chronologie qui permet de la situer à partir du 8ème siècle de notre ère. Ce muang a dû sa naissance à une fructueuse alliance de ces chasseurs-explorateurs avec les aborigènes locaux, les Lawas, qui leur offrent un cadre territorial symbolisé par une colonne dédiée au Dieu Indra toujours visible (une fois par an) dans la Wat Djedi Luang à Chiangmai, modernisée et surmontée d’une statue de Bouddha.
 

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Nous devons la connaissance de cette  chronique unique, retrouvée, traduite et commentée par Camille Notton, ancien consul à Chiangmai, mais  nous avons là une légende qui ne repose sur aucun document historique, archéologique ou épigraphique. (Cf. La présentation de Camille Nothon en note**)


Ce texte tente de démontrer que Suvanna Khamdaeng est le fondateur du royaume de Lanna « dont la prospérité fut le fruit de sa grande sagesse ». Il attribue à Suvanna Khamdaeng l’introduction des 5 préceptes fondamentaux du bouddhisme chez les Lawas

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Il aurait eu 15 successeurs dont l’un serait le fondateur de Chiangmai, ce qui est formellement contredit par l’histoire même car si Mangraï installe sa capitale le 27 mars 1292 à Chiangmai, il s’adresse aux occupants des lieux pour prêcher l’harmonie, ce qui établit tout au plus une occupation antérieure.

 

Le roi Mangrai nous fait quitter la légende pour entrer dans l’Histoire.

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Avant la fondation du royaume de Lanna, il existe deux puissants royaumes, Haryphundjaï (หริภุญไชย) et Yonok (โยนก). Le premier, correspond aujourd’hui à Lampang, Lamphun et Chiangmai, et le second à Chiangrai. Chaque groupe ethnique construit sa ville dirigée par un « djaomuang » (เจ้าเมือง).

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Mangraï est le premier roi « historique » du royaume de Lanna (« le million de champs »). Sa statue domine la ville de Chiangrai où elle est toujours l’objet de la vénération des foules. Notre héros est né en 1238 (ou 1239) et est décédé en 1317. Il vient d’une dynastie Lao dont la chronologie est flottante, et est originaire de Chianglao, actuellement Chiangsaen, actuel amphoe de la province de Chiangrai, sur les rives du Mékong et au milieu du triangle d’or. Nous connaissons de lui une généalogie montant sur 25 générations en arrière, mais tout aussi légendaire que la généalogie descendante de Suvanna Khamhèng.

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Sa première épouse est fille du prince (ou du roi ?) de Chiang Rung. Il n’a que 21 ans, lorsqu’il prend le pouvoir avec déjà l’ambition d’étendre son royaume, de vassaliser les autres muang thai ou môns. Ainsi  deux  ans plus tard, il transporte sa capitale à Chiangrai qu’il vient de conquérir sur les Môns.

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Il faut se rappeler que le muang,  est un système hiérarchisé politico-religieux et qu’en fonction de sa taille est, soit  le centre, soit dans un rapport de vassalité(s) ou d’allégeance(s), plus ou moins autonome, selon la distance par rapport au centre. (Si le centre faiblit, il peut se placer sous la protection d’ autres muang, soit s’ intégrer dans 2 , 3 réseaux hiérarchiques (sous la tutelle de 2 ou de 3 chefs) ). (On peut donc repérer au moins 3 hiérarchies : La hiérarchie politique et religieuse à l’intérieur du muang; la hiérarchie entre les muang).

 

Mais il doit aussi, comme les royaumes thaïs de Sukhotai et de Phayao faire face aux menaces des Birmans du royaume de Pagan et des Mongols. On doit se rappeler que le mongol  Kubilai Khan a fondé la dynastie des Yuan en 1271 et qu’en 1279, il a conquis toute la  Chine, après avoir écrasé le reste de l’armée Song à la bataille de Yamen à Guangzhou. Déjà en 1277, le roi birman de Pagan sentant la menace avait pris les devants  et attaqué les Mongols à Ngasaunggyan, où il fut écrasé.

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

On peut comprendre que dans ce contexte, dès 1280, le roi Mangrai s’associe avec le roi Ramkhamhaeng (1278-1317) de Sukhotai, et le roi Ngam Mueng de la cité-Etat de Phayao. Certains écrivent qu’en 1280, Mangrai aurait repoussé les Mongols qui avaient attaqué Chiang Rung.

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

En 1287, le roi de Pagan Narhatipati est assassiné par l’un de ses fils. Les Mongols envahissent le royaume, prennent la capitale Pagan et place un souverain fantoche. C’est la fin du royaume (849- 1287) qui est alors morcelé. Les trois frères Athinhkaya, Yazathingyan et  Thihatu vont alors co-régner l’ancien royaume depuis Myinsaing, Mekkara et Pinle.

 

Ces événements avec la menace mongole toujours présente vont amener le roi Mangrai, le roi de Sukhothai Ramkhamhaeng et le roi Ngam Muang, de Phayao, à conclure en 1287 un traité de paix.

 

En 1315 et 1325 ( ?) il a ou aurait envoyé une délégation de la paix aux Mongols. Mais à l’inverse de Ramakhamhaeng, il n’a ou n’aurait jamais fait acte d’allégeance aux Mongols. Où est la vérité ? C’est tout au moins ce que nous apprend le site l’Université de Chiangmaï. (Cf. La controverse dans notre article 25***)

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Mais si Mangraï a pu contenir les Mongols, il va par contre s’engager lui-même dans une politique de conquêtes, invasions ou alliances. Il s’empare de Lamphun vers 1290 au détriment des Môns, et de Haripunchaï  en 1292 alors que la ville est en proie à des troubles qu’il a probablement suscités.


En 1294, il construit une nouvelle ville, Wiang Kumkan  (เวียง กุม กาม située à environ 30 kilomètres au sud de Chiangmai, actuellement dans l’amphoe de Saraphi อำเภอ สารภี)

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Il est en paix avec le roi de Hamthavatdi qui lui donne sa fille en mariage et 500 artisans pour décorer sa ville. Mais celle-ci est l’objet d’inondations constantes. C’est alors qu’il découvre le site où sera construite la ville de Chiangmai en 1296.

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Site à l’écart de la route des Mongols en direction des Indes, de la Bactriane, du Proche-Orient puis de l’Europe et dont les conditions physiques étaient très favorables (près d’une rivière mais pas inondable, alimenté en eau par deux cours d’eau, climat clément). La ville devient la capitale du royaume du Lanna, un Etat centralisé qui peut tenir sous sa dépendance les territoires entourant la ville, et  régner sur des petites « principautés » annexées ou vassalisées. Mengraï « attirera » les paysans de la région de Chiangmai et les encouragera à cultiver le riz et le bétel. Il fallait bien assurer la puissance du nouveau royaume.


Diplomate autant que chef de guerre, bâtisseur avisé****, Mangraï fut aussi un législateur, lointain fondateur du droit siamois.***** A la fondation de Chiangmai, il légifère par exemple sur le régime des eaux nécessaires à l’irrigation des terres. Un exemplaire manuscrit de son « code » est conservé au monastère de Chang Kham à Nan et a fait l’objet d’une traduction en thaï moderne et en anglais.

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Ces vieux textes ont ou auraient encore été en usage lors du rattachement définitif du royaume au Siam en 1884. L’actuel droit de la propriété foncière trouve sa lointaine origine dans son code qui autorisait ses sujets d’être temporairement propriétaires des terres qu’ils cultivaient depuis trois ans, en payant une redevance qui permettait l’enregistrement de leurs droits auprès de l’ancêtre du « land office » ! Fondé sur l’intention plus que sur l’action, loi du Karma, le « code Mangraï » détaille ainsi par exemple les cas d’homicide justifiés au regard du Dharma de ceux qui ne le sont pas.

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

De la mort de Mengraï en 1317 jusqu’à la chute du Lanna, pris par les Birmans en 1558, l’histoire n’est qu’une suite de guerres de succession, fils contre père, frères contre frères, assassinats ou trahisons. Le Lanna ne se libéra du joug birman qu’en 1774.Le « royaume de Chiangmai» subsista jusqu’en 1884, date à laquelle le roi Rama V le rattacha définitivement au Siam avant d’avoir la sagesse de prendre en 1886 comme « première concubine » (épouse secondaire et « mariage de raison ») une princesse de la famille royale de Chiangmai, la princesse Dara Rasmi.

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Mangrai reste toutefois pour les habitants de l’ancien Lanna qui conservent tout ou partie de leurs coutumes leur génie tutélaire comme Ramakhamhèng est toujours celui des Thaïs, et les descendants de la dernière famille royale y bénéficieraient encore d’un « certain prestige ».

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Nous reviendrons ultérieurement sur cette histoire du Lanna et en attendant, reprenons notre récit avec l’histoire du royaume de Sukhotai.

 

*27. Notre Histoire : La  formation de l’ Etat de Lanna en 1262 dans le Nord de la Thaïlande.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-27-la-formation-de-l-etat-du-lanna-en-1262-dans-le-nord-de-la-thailande-103436169.html 

 

**Camille Notton est né dans un petit village du Limousin en 1881. Etudiant en droit à Paris, il y apprend également aux « Langues-O » le chinois et le siamois. Il est nommé en 1906 interprète à l’ambassade de France à Bangkok où il épouse (probablement) une siamoise, et devient en 1914, pendant la première guerre, vice-consul de France à Chiangmai jusqu’à la seconde guerre mondiale. Il refusera toute autre affectation ou promotion et ne quittera Chiangmaï qu’en 1959.

 

Il est un infatigable traducteur de textes anciens, chinois ou siamois. Archéologue amateur aussi, il se signale par des dons au Musée de l’Ecole française d’Extrême-Orient (Surtout ses trouvailles préhistoriques). Mais son oeuvre essentielle comme traducteur et historien du Lanna, en 1926 passe presque inaperçue (la première édition est publiée à Paris) mise à part une brève mention dans les « livres récemment acquis » par l’Ecole française d’Extrême-Orient : « Annales du Siam, première partie, chroniques de Suvanna Khamdaeng  Sinhanavati ».

 

La maison de Notton à Chiantmaï - Photograpphie aimablement communiquée par Madame Christine Peyraud :

RH 6 - LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS ENTRENT DANS L’HISTOIRE, MAIS QUELLE « HISTOIRE » ?

Cf. Françoise Lagirarde « Note sur Camille Notton traducteur de la chronique de Suvanna Khamdaeng » in « Aséanie » 9, 2002, pp. 94-100

 

***La contreverse, in 25. Notre Histoire. Le roi Ramkhamhaeng de Sukhotaï et  les Mongols de Chine.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-25-notre-histoire-le-roi-ramkhamhaeng-de-sukhotai-et-les-mongols-de-chine-103323661.html  

 

**** Voir le remarquable article « Chiangmaï, 7 siècles de tradition urbaine » de Sophie Clément-Charpentier et Kunwadee Jintavom, « Archipel » volume 37, 1989, pp 219-246

 

*****« The laws of king Mangraï », version bilingue traduite par Aroonrut Wichienkeo, 1986, cité par Georges Condominas, « Formes extrêmes de dépendence. Contribution à l’étude de l’esclavage en Asie du sud-est », in « Asean », 4 – 1999.

Pour en savoir plus sur l’histoire du Lanna :

http://www.sri.cmu.ac.th/~elanna/elanna_eng/public_html/home/home.htm

Et l’excellent blog « Merveilleuse Chiangmai » :http://www.merveilleusechiang-mai.com/

Avec son « histoire du Lanna » : http://www.merveilleusechiang-mai.com/articles/08-histoire-du-lanna

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans NOTRE RÉCIT DE LA THAÏLANDE.
commenter cet article
14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 18:18
RH 4- LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS INDÉPENDANTS : SUKHOTAI EN 1238 ET LE LANNA EN 1262.

La longue immigration des Thaïs (siamois) qui a commencé au VIIIème siècle mit donc plusieurs siècles pour arriver à fonder les premiers royaumes indépendants dans ce qui sera le Siam, comme celui de Sukhotai en 1238 ou celui du royaume de Lanna au Nord en 1262, avec, à la même époque la cité-État de Phayao.

 

Mais, avions-nous dit,  nous ne connaissons rien ou si peu de cette longue période historique de près de cinq siècles, qui a été nécessaire pour former ces premiers royaumes thaïs, comprenant chacun d’autres muang thaïs plus petits qui leur ont fait allégeance. (Cf. En note * pour le royaume de Sukhotai, la liste des muang inscrits sur la stèle  datée de 1292 du roi Ramkhamhaeng et pour le royaume du Lanna, les cités-états de Ngoen Yang rassemblées par Mangrai en un royaume unifié).
 

RH 4- LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS INDÉPENDANTS : SUKHOTAI EN 1238 ET LE LANNA EN 1262.

Mais nous ignorons également comment se sont constitués ces cités, quelles relations elles ont dû  établir avec les Môns, les cités dites de Dvaravati, les Birmans, les autres peuples autochtones, et l’empire khmer d’Angkor qui à partir du IXème siècle va se rendre maître de toute l’Asie du Sud-Est continental, en assurant son pouvoir, par un système militaro-religieux, composé de temples et de garnisons militaires au sein d’un réseau de communications élaboré, qu’assurent nombre de fonctionnaires et de prêtres (bouddhiste ou brahmane selon la période), en s’appuyant sur les chefs locaux.

RH 4- LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS INDÉPENDANTS : SUKHOTAI EN 1238 ET LE LANNA EN 1262.

Il a fallu bien d’épisodes durant ces siècles à ces différents muang au fil des migrations, pour s’établir, composer avec les différents pouvoirs, les peuples autochtones, établir des alliances, se mélanger parfois, dans le jeu des vassalités réciproques, pour  réussir à obtenir pour certains une forme d’autonomie. Nul doute que cette histoire ne fut pas épargnée par des combats et des révoltes parfois. Mais ne subsiste que des légendes ou des bribes d’information (reprises par wikipédia), comme celles du premier royaume thaï qui aurait vu le jour au Xème siècle en pays Yonok, dans la région de Chiang Saen ; ou celle du prince Phrom qui, à la fin de XIème siècle aurait vaincu les Khmers pour fonder la cité de Fang (rebaptisé Chai Prakan), repris ensuite ;  Ce sont ses descendants qui auraient créés la principauté de Phayao au XIIIème siècle ; ou celle qui évoque des principautés thaïes fondées avant le XIIIème, dans les collines de l'extrême nord de l'actuelle Thaïlande, notamment le royaume de Ngoen Yang (prédécesseur du Lanna autour de Chiang Saen) et le royaume Lu de Heokam, un temps où Sukhothai était alors un centre commercial du royaume môn de Lavo, vassal de l'Empire Khmer dont la capitale était l'actuelle Lopburi. Ou bien encore l’idée qui estimerait que la sécession de Sukhotai largement autonome, d'avec l'Empire khmer aurait commencé dès 1180, sous le règne de Po Khun Sri Naw Namthom, souverain de Sukhotai et de la cité voisine de Sri Satchanalai (actuel Amphoe Si Satchanalai, dans la province de Sukhothai),  pour dire plus loin que Sukhotai fut reprise vers 1180 par les Môns de Lavo sous leur roi Khomsabad Khlonlampong

 

RH 4- LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS INDÉPENDANTS : SUKHOTAI EN 1238 ET LE LANNA EN 1262.

Même Camille Notton (vice-consul de France à Chiangmai jusqu’à la seconde guerre mondiale), l’un des meilleurs spécialistes du Lanna, ne put proposer qu’une légende sur l’histoire des prédécesseurs du roi Mangrai, qui descendrait du premier fondateur Susanna Khamdaeng et aurait été suivi par 15 successeurs. (Cf. Notre article sur ce texte, in La  formation de l’Etat du Lanna en 1262 dans le Nord de la Thaïlande.*)

RH 4- LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS INDÉPENDANTS : SUKHOTAI EN 1238 ET LE LANNA EN 1262.

Ou comme les traditionnelles et énigmatiques sources chinoises : « qui mentionnent dans les toutes premières années du XIII e siècle l’ambassade d’un petit Etat probablement situé aux alentours de Phetchaburi et qu’ils appellent « Chen-Li-fu ». Mais on ignore s’il était de de construction mône, khmère ou thaïe !!! (O.W. Wolters)(Cité par Dovert)**.

RH 4- LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS INDÉPENDANTS : SUKHOTAI EN 1238 ET LE LANNA EN 1262.

Il fallut donc attendre la mort du grand roi khmer Jayavarman VII vers 1220, pour assister à l’affaiblissement du pouvoir khmer et que les habitants de Sukhotai réussissent à chasser le gouverneur khmer,

RH 4- LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS INDÉPENDANTS : SUKHOTAI EN 1238 ET LE LANNA EN 1262.

... pour qu’en 1238 le roi Si Intharathit fonde le premier royaume thaï de Sukhotai,

RH 4- LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS INDÉPENDANTS : SUKHOTAI EN 1238 ET LE LANNA EN 1262.

..et qu’en 1262, le roi Mangraï fonde à Chiang Raï, le royaume de Lanna,

RH 4- LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS INDÉPENDANTS : SUKHOTAI EN 1238 ET LE LANNA EN 1262.

...sachant, comme l’a dit Georges Cœdès que cette émergence des Thaïs était « moins un bouleversement soudain dans le peuplement de la péninsule, que la prise du pouvoir par une classe dirigeante d'origine thaie [...] la substitution du gouvernement des Thaïs à l'administration khmère dans le bassin du Ménam et sur le Haut-Mékong. » ***

 

Bref, on comprend, dans ces conditions, pourquoi le roi Mongkut (1851-1868) décidera que la fondation du royaume de Sukhotai en 1238 serait considérée  comme le début de la Nation siamoise, le berceau de la civilisation thaïe.

RH 4- LES PREMIERS ROYAUMES THAÏS INDÉPENDANTS : SUKHOTAI EN 1238 ET LE LANNA EN 1262.

Il était donc judicieux désormais de présenter  ces premiers royaumes thaïs qui allaient redistribuer les cartes de l’Asie du Sud-est au détriment des Khmers, des Birmans, des Laos et des royaumes Môn ...

 

Les Thaïs entraient dans l’Histoire.

----------------------------------------------------------------------------------------------

* Les muang vassalisés du royaume de Sukhotai en 1292 : « A l’est : Sra Luang, Song Kwae, Lambachai, Sakha, les rives du Khong (Mékong), Wiangchan, Wiangkham. Au sud : Khonti, Phra Bang, Phraek, Suphannaphumi, Ratchaburi, Phetchaburi, Sri Dhammaraja. A l’ouest : Muang Chot, Muang …n , Hongsawadi. Au nord : Muang Phrae, Muang Man, Muang N…, Muang, Phlua, et de l’autre côté du Khong, Muang Chawa ».

Pour le Lanna, voir : 27. Notre Histoire : La  formation de l’Etat du Lanna en 1262 dans le Nord de la Thaïlande.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-27-la-formation-de-l-etat-du-lanna-en-1262-dans-le-nord-de-la-thailande-103436169.html

16. Notre Histoire : La conquête du « Siam » par les muang.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-16-notre-histoire-la-conquete-du-siam-par-les-muang-99006690.html

**Cité en note p.204, par Stéphane Dovert in « Thaïlande contemporaine », IRASEC, Les Indes savantes, 2011.

***24. Notre Histoire. Sukhotai, un  nouveau pouvoir dominant en Asie du Sud-Est à la fin du XIIIème siècle.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-24-sukhotai-un-nouveau-pouvoir-dominant-en-asie-du-sud-est-a-la-fin-du-xiiieme-siecle-102975663.html

****In 18. Notre Histoire : Les Thaïs entrent dans l’Histoire, avec la fondation du royaume de Sukkhotai.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-18-notre-histoire-les-thais-entrent-dans-l-histoire-avec-le-royaume-de-sukkhotai-101594784.html

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans NOTRE RÉCIT DE LA THAÏLANDE.
commenter cet article
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 18:05
RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Si les Thaïs s’étaient sans doute installés depuis fort longtemps dans le Yunnan chinois (1er siècle ?), les historiens et chercheurs les ont repérés au sein du royaume de Nanzhao (737-902) devenu le royaume de Dali (937- 1253), avec lesquels ils ont entretenus des rapports de vassalité et commerciaux, ou  des  alliances, mais sans pouvoir expliciter leur nature. A partir du Xème siècle ( ?), du fait des bouleversements guerriers incessants, beaucoup d’entre eux ont émigré (Combien ?), par vagues successives en prenant des chemins migratoires différents –comme nous l’avons déjà dit- selon le groupe auquel ils appartenaient : les Thaïs (siamois) dans ce qui sera le Siam (Dont, les Thaïs Yuans du Nord), les Shans ou Thai Yai en Birmanie, les Zhuangs du Yunnan en Chine du Sud, les Thai Lue au Laos et en Chine, (encore appelés Dai), les Nung en Chine, au Laos, et au Siam et au Viêtnam, les Tai Dam ou « Thai Noirs » au Laos et au Viêt Nam, les Tai Daeng ou « Thai Rouges », les Tai krao ou « Tai Blancs » …

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Mais nous savons peu sur la mémoire des migrations des Thaïs. Elle ne peut être sujette qu’à des  « reconstitutions » plus qu’approximatives, ne serait-ce que par la diversité et le nombre des populations de langues tai, l’absence de nom des muang et des dates des premières installations. On ne connait même pas comment se sont déroulés les différentes et principales étapes migratoires. Les éminents spécialistes comme Stéphane Dovert* affirme qu’ « Entre le XIe et le XIIIe siècle, les empires de Pagan (Birmanie), du Champa, et d’Angkor dominent l’Asie du Sud-Est. On n’y trouve toujours guère de trace des Tai, sauf à travers la présence d’esclaves de cette communauté à Pagan ou au Champa ». Michel Jacq-Hergoualch*, quant-à lui, nous apprend qu’ils  sont mentionnés vers 1050 dans une inscription chame du Po Nagar de Nha Trang comme prisonniers de guerre, et qu’ils apparaissent comme mercenaires sur l'un des bas-reliefs d'Angkor Vat (galerie sud, aile ouest).

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Pourtant dès cette époque, les muang Thaïs avaient déjà commencé leur migration du Nord au Sud, en suivant les vallées et les rivières et notamment le Chao Praya, à la recherche des terres cultivables, en tenant compte de la situation géopolitique du moment et de la situation locale. Ils durent « composer », pour obtenir des terres,  établir des alliances, des rapports de vassalité avec le royaume khmer d’Angkor, qui depuis le IX ème siècle avait entrepris la conquête de vastes territoires du futur Siam qu’il avait achevée à la fin du XIIème siècle. Mais de cela, nulle histoire ou si peu.

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Mais ils durent aussi composer avec les Môns qui avaient  émigré en nombre du Founan quand celui-ci fut absorbé par le Tchen-la au milieu du VIème pour renforcer des villages môns déjà établis et former un certain nombre de cités-états ou petits royaumes au sein de la culture dite de Dvaravati, comme ceux  du royaume de Lavo (Lopburi), de Supannabhum (Dans la province de Suphanburi) et au nord, celui de Haripunchai (Capitale Lamphun), conquis en 1292 par Mangraï, (le roi thaï du Lanna). Une « civilisation » qui s'étendait de la basse Birmanie, dans la baie de Bangkok, et la plaine centrale du Chao Phraya, jusqu’en Isan. (Cf. Notre article précédent citant d’autres centres : Nakhon Pathom, Sri Thep (Province de Phetchabun), U-Thong  (Berceau du royaume d'Ayutthaya dont le premier roi, Ramathibodi était prince d'U Thong.), Khu-Bua (près de Ratchaburi), Non Muang - Muang boran, Muang Fa (à 80 kilomètres de Khonkaen),  Muang Fa Daet Song Yang ou Kanok Nakhon (près de Kamalasai (Kalasin))

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Pendant qu’à l’Est, les Birmans du royaume de Pagan menaçaient, attaquaient parfois,  (Ils ont pris le royaume Môn de Pegou en 1057, qui  retrouvera son indépendance après la chute de Pagan devant les Mongols en 1287), et au Nord les muang laos étaient prêt à défendre ou élargir leur territoire, et au Sud les cités/Etat ou sultanats musulmans comme  ceux de Tambralinga (autour de Nakhon Si Thammarat)  Kedah, Pattani, Singgora (Songkhla en Thaï) … n’entendaient pas se laisser envahir.

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

On avait là, la géopolitique, les forces avec lesquelles les muang thaïs durent composer, s’allier, ou combattre parfois, jusqu’à pouvoir se constituer en royaume. Mais nous ignorons tout de l’organisation de ces cités Dvaravati***,  et des relations qu’elles ont pu établir avec les Thaïs, de même nous ne savons pas (ou si peu)  où étaient installés les gouverneurs et autres officiels khmers ainsi que leurs garnisons, même si les temples khmers importants retrouvés permettront un jour d’établir une carte de leur quadrillage militaro-administratif. (Rien qu’au Nord-Est (Isan) on estime que les Khmers ont construit plus de 300 temples, dont Phimai, qui était relié à Angkor, au sud, par une « voie royale » longue de 225 kilomètres.).

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Il y avait donc eu des guerres, des raids, des coups de forces. Mais comment se formèrent les principautés et/ou chefferies de Mogaung, Muang Nai, Ahom ? Qui en avait le contrôle ? Comment se forma cette nouvelle aristocratie thaïe ? Comment ces nouveaux seigneurs thaïs se virent octroyer titres et prérogatives par les empereurs d'Angkor ? ****

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Il faudra attendre la mort de Jayavarman VII en 1218 pour assister au déclin de l’Empire khmer et  voir surgir les premiers royaumes thaïs comme par exemple : Phayao (Quand exactement ?), Sukhothai en 1238 (1239 ?), et le Lanna en 1259.

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Mais chacun de  ces trois royaumes avaient auparavant sa propre histoire dont ne connaissons que quelques bribes.

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Ainsi wikipédia, sans référence, nous apprend que « Selon les historiens modernes, la sécession de Sukhothaï d'avec l'Empire khmer commença dès 1180, sous le règne de Po Khun Sri Naw Namthom, souverain de Sukhothaï et de la cité voisine de Sri Satchanalai (actuel Amphoe Si Satchanalai, dans la province de Sukhothaï). Sukhothaï bénéficiait à cette époque d'une large autonomie, mais elle fut reprise vers 1180 par les Môns de Lavo sous leur roi Khomsabad Khlonlampong. » Pour poursuivre  « Deux frères, Po Khun Bangklanghao et Po Khun Phameung (Po Khun était un titre de noblesse) arrachèrent Sukhothai aux Môns en 1239. Bangklanghao gouverna Sukhothai sous le nom de Sri Indrathit et fut le premier souverain de la dynastie Phra Ruang. »

 

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Au Nord, le roi Mangraï, le 17ème( ?) roi de Ngoenyang (Chiang Sen), (qui avait succédé au muang de Singhanavati)   réussissait en 1259 ( ?) à fonder le royaume de Lanna (Capitale Chiangraï), en rassemblant Ngoenyang avec des cités-États plus ou moins autonomes comme Chiang Mai, Lampang, Lamphun, Nan et Phrae. Mais comment s’était formés ces muang thais autonomes ?

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

Et la cité-Etat de Phayao ? On évoque des « légendes » et des chroniques thaïes (Mais lesquelles ?), pour dire que « le prince Phrom (fin du 11° siècle) (fut) un roi héroïque de Thaïlande. Avec son armée, il a attaqué victorieusement les troupes de l'empire Khmer pour conquérir les territoires au sud de Chalieng. Avoir étendu son pouvoir sur les terres lointaines telles que Lanna, Luang Prabang, Vientiane et Lanchang, il fonda la cité de Fang pour son propre pouvoir et la renomma Chai Prakan. Ses successeurs ne purent garder le royaume intact et connurent rapidement une fin tragique.


Ultérieurement, les descendants de Phroms créèrent la principauté de Payao tandis que certains chefs Thaïs qui étaient sous le contrôle des Khmers, tel que Bang Klang Thao et Pha Muang par exemple, montrèrent des signes d'indépendance envers les Khmers. ( Quelle précision !) (Cf.*****)

 

Ou bien on va évoquer des sources chinoises, là encore sans dire lesquelles, comme par exemple Stéphane Dovert, citant O.W. Wolters : « Les textes chinois mentionnent dans les toutes premières années du XIIIème siècle l’ambassade d’un petit Etat probablement situé aux alentours de Phetchaburi et qu’ils appellent « Chen-Li-fu ». Mais –ajoute-t-il- On ignore s’il était de  construction mône, khmère ou thaïe !!! ******

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

De même plus tard, la stèle dite de  Ramkhamhaeng de 1292, donnait les cités qui avaient fait allégeance au roi Ramkhamhaeng de Sukhothai : « A l’est : Sra Luang, Song Kwae, Lambachaî, Sakha, les rives du Khong (Mékong), Wiangchan, Wiangkham. Au sud : Khonti, Phra Bang, Phraek, Suphannaphumi, Ratchaburi, Phetchaburi, Sri Dhammaraja. A l’ouest : Muang Chot, Muang …n , Hongsawadi. Au nord : Muang Phrae, Muang Man, Muang N…, Muang, Phlua, et de l’autre côté du Khong, Muang Chawa ». Mais quelle était l’histoire de ces cités ? (Cf. *******)

 

Quelles furent les étapes  de leur migration pour arriver aux lieux d’installation définitive ? Comment ces muang s’étaient constitués en cité-Etat, plus ou moins autonomes ? Nous n’en savons rien.

 

Bref, il nous faut avouer, comme pour l’origine, nous en savions peu sur cette histoire de la migration des Thaïs en ce pays qui sera le Siam.

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?

*16. Notre Histoire : La conquête du « Siam » par les muang.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-16-notre-histoire-la-conquete-du-siam-par-les-muang-99006690.html  

** Michel Jacq-Hergoualch, Le Siam, Guide Belles Lettres des Civilisations, Les Belles Lettres 2004, ISBN 2-251-41023-6, p. 59.

Stéphane Dovert, « La Thaïlande prête pour le monde »  in Thaïlande contemporaine., IRASEC, Les Indes savantes, 2011

***5. « Notre » Histoire de la Thaïlande : l’indianisation de la Thaïlande avant les Thaïs.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-5-l-indianisation-de-la-thailande-avant-les-thais-91724671.html

6. Les États indianisés avant l’arrivée des Thaïs.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-6-les-etats-indianises-avant-l-arrivee-des-thais-91725700.html

****http://www.gavroche-thailande.com/actualites/histoire/10930-naissance-d-un-royaume)

***** (In ttp://bottu.org/histoire/histoire05.htm)

******O.W. Wolters. Cité en note p.204, par Stéphane Dovert in « Thaïlande contemporaine », IRASEC, Les Indes savantes, 2011.

*******18. Notre Histoire : Les Thaïs entrent dans l’Histoire, avec la fondation du royaume de Sukkhotaï.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-18-notre-histoire-les-thais-entrent-dans-l-histoire-avec-le-royaume-de-sukkhotai-101594784.html

27. Notre Histoire : La  formation de l’Etat du Lanna en 1262 dans le Nord de la Thaïlande.

http://www.alainbernardenthailande.com/article-27-la-formation-de-l-etat-du-lanna-en-1262-dans-le-nord-de-la-thailande-103436169.html

http://www.alainbernardenthailande.com/article-10-3-l-isan-au-temps-des-royaumes-thais-72127161.html

20. Notre Histoire : Le roi  de Sukkhotaï  Ramkhamhaeng, selon la stèle de 1292 http://www.alainbernardenthailande.com/article-20-notre-histoire-le-roi-de-sukkhotai-ramkhamhaeng-selon-la-stele-de-1292-101594410.html

On peut, si on est curieux,  voir comment procède un spécialiste de l’Ecole française d’Extrême Orient comme Charles Archambault dans un article sur l’ancien royaume de S’ieng Khwuang (Etat situé dans le Laos actuel) pour mesurer à quel point il est difficile, voire impossible de reconstituer l’histoire d’un muang, en ne disposant que de bouts de documents pétries de légendes essayant d’interpréter des traditions orales.

http://www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1967_num_53_2_5059

 

 

 

Mai

RH 3 -  LA MIGRATION DES THAÏS DANS CE QUI SERA LE SIAM ?
Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans NOTRE RÉCIT DE LA THAÏLANDE.
commenter cet article
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 18:25
RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

Nous avions appris dans notre article précédent que  les historiens et les chercheurs n’ont jamais pu (jusqu’ici ?) identifier l’origine des Thaïs ; par contre des documents chinois avaient bien remarqué qu’ils avaient une langue et une organisation sociales communes, qu’ils cultivaient le riz, vivaient sur pilotis, et étaient composés de différents groupes, avec des traits culturels et traditionnels spécifiques. Il fallut attendre la fin du XXème siècle pour certifier qu’ils n’avaient pas fondé en 737 en Chine, le royaume de Nanzhao (ou Nan Chao) mais que les différents muang s’y étaient établis.

RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

Mais si aucun historien n’avait pu proposer une origine historique aux Siamois, peut-être avaient-ils – comme de nombreuses sociétés - un mythe fondateur qui établissait leur origine, définissait leur identité ethnique particulière, le contrat social sur lequel reposait leur société ; qui expliquait la formation des clans ; et/ou justifiait la fondation des lignées dynastiques et la hiérarchie des classes sociales. 

RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

Or, une légende (Khun Borôm ou Khun Bulom), recueillie par Auguste Pavie (1847-1925) prétendait que Thaïs, Laotiens et Khas (les habitants originaires du Laos) ont eu pour berceau une même courge à Muong-Thèng (Dien-Bien-Phu) laquelle, arrivée à maturité, a donné naissance aux différentes tribus. Un ethnologue, spécialiste du Laos, Charles Archaimbault (1921–2001) avait aussi traduit et commenté cette « légende » du  Nithan Khoum Boulom.* En 2006, l’ethnologue, Olivier Evrard *(chercheur à l’IRD au sein de l’UR) revenait encore sur ce mythe fondateur, concernant dans son étude les Lao et les Kmou du Laos du Nord, ajoutant que la structure générale du mythe était commune à de nombreuses populations d’Asie du Sud-Est. (Comme le thème des humains sortis d’une courge dans la tradition indienne-Mahabarata, Ramayana).

 

RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

Evrard spécifiait par contre que ce mythe n’avait pas pour objet de raconter l’origine de ces populations, mais de justifier par la  hiérarchie des divinités, la hiérarchie terrestre, le statut particulier du souverain et de ses descendants, de légitimer « le caractère hiérarchisé typique de l’organisation sociale Taï (les fondateurs de la chefferie, d’extraction divine et la foule de leurs administrés, issus des courges originelles et répartis en deux groupes sociaux : les hommes libres et les esclaves ». (*)

RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

Evrard, de plus, nous révélait que les Kmou, spoliés par les Lao, n’avaient pas du tout le même récit de la courge. Ils avaient bien vu  que le récit Tai voulait les intégrer mais en les plaçant en bas de l’échelle sociale.

 

En 2007, Dominique Menguy, dans une thèse intitulée « Le Mythe de Khun Burôm. Les Origines du Laos d’après un Manuscrit ancien » précisait que le mythe du chef divin, commun aux Tay conquérants venus de Chine du Sud entre les Xe et XIIIe siècles pour s’imposer en Péninsule indochinoise, avait été récupéré au XIVe siècle et réinterprété pour servir à la légitimation de la prise de pouvoir par Fa Ngum** et sa politique d’expansion aux dépens des royaumes voisins.

 

RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

Nous avions certes un mythe oral servant à justifier le pouvoir d’une  ethnie sur une autre, dans le Laos du nord, ou au XIVème siècle, à légitimer la prise de pouvoir de Fa Ngum pour fonder le Lan Xang en 1354, mais nous n’avions aucune  référence typiquement siamoise à ce mythe du Khun Burôm.

RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

D’ailleurs les « Chroniques royales » ou les « Annales siamoises » étaient truffées de fables et de légendes, mais ne faisaient nulle allusion au mythe du Khun Burôm. Les différents rois légitimaient leur accession au trône par « les mérites acquis » et en suivant les rites mythico-religieux du bouddhisme theravâda et du brahmanisme et en incarnant les différents dieux et divinités : Bouddha, Rama, Shiva, Brahma, Vichnou,  etc.

RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

Or, on peut se douter que les Thaïs, comme de nombreux peuples du monde sont nés avec un mythe fondateur, qui raconte leur histoire sacrée, l'origine de leur Monde (Celle des plantes, des animaux, et des premiers hommes) et leur explique comment ils doivent vivre avec les Dieux et les esprits, dans un temps et un espace sacrés qui organise leur société et donne sens à chaque étape de leur vie (la naissance, l’initiation, le mariage, les funérailles …), mais nul  - jusqu’ici - ne l’a évoqué. (Cf. Article  13 ***)

RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

Même Monseigneur Pallegoix (1805-1862) qui a vécu 30 ans au Siam et a produit une œuvre monumentale sur ce pays n’a jamais entendu de son royal ami, le grand roi Mongkut (1851-1868) une quelconque référence à ce mythe fondateur, ni d’ailleurs à l’origine chinoise de son peuple, qu’il voyait d’ailleurs provenir du Bengale. (Cf. 124. Monseigneur Pallegoix. (1805-1862)).

 

Le roi Mongkut (Rama IV) était alors plus préoccupé à légitimer son royaume face aux menaces coloniales  anglaises et françaises, en créant l’histoire du Siam – au sens occidental – qui déclarait le royaume de Sukkhotaï (1238) comme fondateur du Siam et  berceau de la civilisation thaïe et la stèle de Ramkhamhaeng de 1292 comme  l'acte fondateur de la nation thaïe.**** Nous étions désormais dans l’Histoire et loin du mythe d’origine des Siamois, et du mythe du Khun  Burôm.

RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

Il fallait donc renoncer à connaître l’origine des Thaïs et tenter de les suivre depuis le  VIIIème siècle dans leurs migrations. Ce sera notre prochain article.

RH 2- L’ORIGINE DES THAÏS SELON LES THAÏS DU SIAM ?

Références.

 

* Charles Archaimbault (1921–2001) (Ethnologue français, spécialiste de la culture lao.), « La naissance du monde selon les traditions lao : le mythe de Khun Bulom », dans La naissance du monde, Paris, Seuil (Sources orientales), 1959, 383-416.

Olivier Evrard (chercheur à l’IRD au sein de l’UR), « Chroniques des Cendres, Anthropologie des sociétés khmou et dynamiques interethniques du Nord-Laos, IRD Editions, 2006.

Dominique Menguy, Le Mythe de Khun Burôm. Les Origines du Laos d’après un Manuscrit ancien, Collection : « Contes et légendes de l’Orient » Editeur : Seven Orients (Paris), 2007.

Grant Evans « The Taï original diaspora », journal de la Siam society 2016, pp 1-25.

 ** Le roi Fa Ngum ?

« Prince lao élevé à la cour d’Angkor, la première version du mythe lui accorde un droit d’aînesse remontant à l’ancêtre Kun Lo et l’impose comme suzerain incontesté dans la région de la moyenne vallée du Mêkhong. L’auteur a également traité des relations entre le Cambodge et le Lan Xang à cette époque, ce qui n’est pas sans intérêt. Il a situé la rédaction de la seconde version du mythe ou Nithan Khun Burôm, sous le règne du roi Vixun, en l’an 1515 EC, année de l’achèvement du Vat Vixun. Le personnage de Vixun, co-auteur du Nithan Khun Burôm, transparaissait derrière celui de Khun Burôm. Par la rédaction du Nithan Khun Burôm, il légitimait sa prise de pouvoir aux dépens de son neveu, ainsi que son système étatique en l’attribuant à ses ancêtres Fa Ngum et Khun Burôm. »

***Cf. aussi : 11. Notre Histoire : Origines des Thaïs, une courge de Dien-Bien-Phu ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-11-origines-des-thais-une-courge-de-dien-bien-phu-97767868.html

13. Notre Histoire. Les origines mythiques de la Thaïlande ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-13-les-origines-mythiques-de-la-thailande-98283503.html

 

**** Cf. Nos articles 18 et 21 sur ce sujet.

Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans NOTRE RÉCIT DE LA THAÏLANDE.
commenter cet article
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 18:06
RH 1- « UN RÉCIT HISTORIQUE DE LA THAÏLANDE » ?

Introduction.

 

Nous vous avons proposé  « Notre histoire chronologique de la Thaïlande » en 245 articles et plus de 2500 pages ! Elle s’est écrite aux meilleures sources universitaires, savantes, érudites  que nous avons pu trouver,  même si parfois ces illustres auteurs avouaient qu’elles étaient partielles, fragmentaires, contradictoires. Nous avons quand même avec les modestes moyens qui sont les nôtres (Nous ne sommes pas historiens de profession) mené à bout ce projet, dont il faut convenir la rareté dans les blogs.

RH 1- « UN RÉCIT HISTORIQUE DE LA THAÏLANDE » ?

Ne voulant en rester là, nous avons décidé d’écrire « Un récit historique de la Thaïlande » en nous servant librement de ce que nous avons appris.

 

Il s’agit ici comme l’implique ce genre, de respecter la chronologie de cette histoire thaïlandaise, dans une fiction « réaliste » qui va rendre compte des faits historiques ou des légendes vécues comme « réelles » et des personnages ou des héros, témoins de leur époque. Ce récit s’imposera des articles courts (3,4 pages maximum), dans un style qui ne refusera pas différents points de vue, l’anecdote, des dialogues, l’humour, un ton léger parfois, dans sa volonté de se rendre accessible à un plus large public.                                           

 

RH 1- « UN RÉCIT HISTORIQUE DE LA THAÏLANDE » ?

Un récit des origines des Thaïs.

 

Nous connaissons peu de choses sur l’origine des Thaïs. Les meilleurs spécialistes jusqu’au début du XXème siècle évoquent des fables, des légendes, des traditions populaires qui n’ont rien d’historiques, comme si même, comme le dit l’historien François Turpin, les Thaïs se faisaient un scrupule de déchirer les voiles mystérieux  de leur origine.

 

RH 1- « UN RÉCIT HISTORIQUE DE LA THAÏLANDE » ?

Quelques généralités, de sources chinoises, évoquent au VIIème/VIIIème siècle, leur présence dans les vastes espaces du sud et du sud-ouest de la Chine, et qu’ils se distinguent par une langue commune, la culture du riz,  leurs maisons sur pilotis, et  une organisation sociale en muang, s’intégrant dans une hiérarchie politico-religieuse, dans un espace où des muang/villages sont composés d’une dizaine de familles sous l’autorité d’un chef, ou regroupés parfois sous l’égide d’une famille plus puissante, jusqu’à former quelques muang/principautés afin de mieux pouvoir assurer leur défense, dans une Chine où les raids et les guerres sont nombreux.

RH 1- « UN RÉCIT HISTORIQUE DE LA THAÏLANDE » ?

Mais on apprendra peu sur cette organisation pourtant essentielle pour comprendre la vie et la culture des Thaïs, ni d’ailleurs sur leur localisation et leur identification. Ce qui fait peu, vous l’avouerez.

 

Il faudra attendre le milieu du XIXème siècle et la nécessité de se défendre contre les  menaces colonisatrices anglaise et française pour que les Thaïs commencent à écrire leur histoire, sans pour cela identifier leur origine. (Le roi Mongkut (1851-1868) croyait que les Thaïs provenaient des Indes, pour dire que la question  des origines ne préoccupait pas trop les Thaïs)

 

Mais au début du XXème siècle des historiens thaïs et étrangers proposeront plusieurs versions parmi lesquelles on avancera l’idée que les Thaïs avaient formé le royaume de Nanzhao (ou Nan Chao) dans le Yunnan Chinois au VIIIème siècle. Cette thèse sera encore soutenue par certains historiens thaïs jusqu’en l’an 2000.

RH 1- « UN RÉCIT HISTORIQUE DE LA THAÏLANDE » ?

Mais depuis peu, certains chercheurs ont pu démontrer que les muang thaïs vivaient certes au sein du royaume de Nanzhao fondé en 737, mais dans un royaume fondé par l’unification de six zhao,  composé de six  tribus de Mengshe, Mengsui, Langqiong, Dengtan, Shilang, et de Yuexi, constituées essentiellement  de deux ethnies de langue tibéto-birmane : les Bai et les Yis. Nous avions  certes un repère, mais pas une origine.

 

De plus, nous étions toujours au niveau des généralités sans pouvoir dénombrer les principautés, nommés des chefs,  pour évoquer « des » rapports commerciaux, et/ou « des » alliances et/ou « des » rapports de vassalité avec ce royaume (Quels étaient-ils ?) ; Qui les a conduit à participer à certaines de leurs guerres (Lesquelles ?) pour défendre le royaume contre les « ennemis » (tibétains, chinois, vietnamiens) ou à les attaquer ou à s’allier. Mais pour en savoir plus, il faudrait entrer dans l’histoire de ce pays jusqu’à sa chute en 902, puis celle de trois brèves dynasties et  du royaume de Dali fondé en 937, pour ne rien apprendre de particulier sur les Thaïs. Nul héros thaï de cette période « chinoise » n’est connue.

 

Toutefois chaque bouleversement provoqua des migrations par vagues successives à partir du VIIIème siècle, effectuées dans des directions différentes pour s’installer dans le nord-est de la Birmanie, au Laos pour descendre jusqu’au bassin du Chao Phraya (Le nom Syam apparait pour la 1ère fois en 1050), dans les hautes terres du Nord-Vietnam, le Cambodge,  et dans le nord-est de l’Inde.

 

Mais là encore, si émigrations successives il y a eues, nul ne peut dire leur nombre, leurs dates, ni pourquoi les Thaïs ont pris des chemins migratoires différents, si ce n’est que bien que partageant une même langue, des mythes communs, ils se partageaient en différents groupes avec des traits culturels et traditionnels spécifiques, distinguant ainsi les Thaïs, immigrant au Siam (Dont, les Thaïs Yuans du Nord), les Shans ou Thai Yai de Birmanie, les Zhuangs du Yunnan en Chine du Sud, les Thai Lue du Laos et de Chine, encore appelés Dai, les Nung de Chine, du Laos, de la Thaïlande et du Viêtnam, les Tai Dam ou « Thai Noirs » du Laos et du Viêt Nam, les Tai Daeng ou « Thai Rouges », les Tai krao ou « Tai Blancs » …

RH 1- « UN RÉCIT HISTORIQUE DE LA THAÏLANDE » ?

Mais comment ces différents groupes étaient-ils à l’époque chinoise du royaume de Nan Zhao, nul ne l’a dit. Et on ne peut même pas opérer des déductions, tant ils se sont transformés au fil des migrations, conquêtes, alliances, occupations,  « greffage culturel » et «  mélange » jusqu’à ce que leur langue même soit devenue quelque peu différente.

 

Pourquoi si peu d’informations historiques sur l’origine des Thaïs ?

 

On dit que l’histoire commence avec l’écriture. Or il faudra attendre la fin du XIIIème siècle pour voir apparaître l’écriture thaïe.

RH 1- « UN RÉCIT HISTORIQUE DE LA THAÏLANDE » ?

Ensuite, « les Chroniques royales » ou les « Annales siamoises », comme nous le verrons par la suite,  écrites par les Thaïs qui étaient censées raconter les mérites des rois et leurs hauts faits, sont – comme l’ont rappelé de nombreux savants comme  Monseigneur Pallegoix - sont truffées de fables et de légendes et présentent peu de faits historiques.

 

Mais peut-être tout simplement, que l’histoire – au sens occidental - n’a jamais intéressé les Thaïs jusqu’à la fin du XIXème siècle, car ils savaient que leur « vérité »  était dans les mythes et que leur origine venait de Khum Borom, le concombre géant qui a poussé après l’inondation du monde à Muong-Thèng (Dien-Bien-Phu).

RH 1- « UN RÉCIT HISTORIQUE DE LA THAÏLANDE » ?

Ce sera notre prochain récit.

-----------------------------------------------------------------------------------

Pour en savoir plus, Cf. Nos articles de 10 à 14 de « Notre Histoire de la Thaïlande » :

10. Origine des Thaïs ? Mais de quels Thaïs  parlons-nous ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-10-origine-des-thais-mais-de-quels-thais-parlons-nous-97697254.html

12. Origine ou origine(s) des Thaïs ?

http://www.alainbernardenthailande.com/article-12-origine-ou-origine-s-des-thais-98281976.html

RH 1- « UN RÉCIT HISTORIQUE DE LA THAÏLANDE » ?
Repost 0
Published by grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b - dans NOTRE RÉCIT DE LA THAÏLANDE.
commenter cet article