Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog des Grande-et-petites-histoires-de-la-thaïlande.over-blog.com
  • : Alain et Bernard, 2 retraités, mariés avec des femmes de l'Isan,veulent partager leurs découvertes de la Thaïlande et de l'Isan à travers la Grande Histoire et ses petites histoires,culturelles,politiques,sociales ...et de l'actualité.
  • Contact

Compteur de visite

Rechercher Dans Ce Blog

Pourquoi ce blog ?

  Il était une fois Alain, Bernard …ils prirent leur retraite en Isan, se marièrent avec une Isan, se rencontrèrent, discutèrent, décidèrent un  jour de créer un BLOG, ce blog : alainbernardenthailande.com

Ils voulaient partager, échanger, raconter ce qu’ils avaient appris sur la Thaïlande, son histoire, sa culture, comprendre son « actualité ». Ils n’étaient pas historiens, n’en savaient peut-être pas plus que vous, mais ils voulaient proposer un chemin possible. Ils ont pensé commencer par l’histoire des relations franco-thaïes depuis Louis XIV,et ensuite ils ont proposé leur vision de l'Isan ..........

(suite cliquez)   POURQUOI CE BLOG ?

Pour nous contacter . alainbernardenthailande@gmail.com

Merci d’être venu consulter ce blog. Si vous avez besoin de renseignements ou des informations à nous communiquer vous pouvez nous joindre sur alainbenardenthailande@gmail.com

4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 22:36

 

Nous avons rencontré ces créatures semi divines qui vivent dans le monde inférieur et qui peuvent parfois prendre forme humaine ou s’accoupler avec les humains. Nous connaissons l’histoire légendaire de Phra Ruang (พระร่วง), fondateur mythique du premier royaume thaï, né des amours d’un monarque indou avec la reine des Nagas (1).

 

 

Ils sont aussi souvent associés aux plans d’eau, rivières, fleuves ou puits, ainsi ceux du Mékong dont des représentations géantes dominent la rive droite du fleuve (2).

 

 

Il existe dans la province d’Udonthani une forêt de palmiers taraw,  parfois appelé dans nos départements d’outre-mer « palmier crocodile » (le nom scientifique est Livistona saribus) dont le nom en thaï est chanot (ชะโนดฃ) (3). 

 

 

Elle s’étend sur trois tambon (sous districts) : Wang Thong, Ban Muang et Ban Chan (ตำบลวังทอง, ตำบลบ้านม่วง, ตำบลบ้านจันทร์). Elle est parfois appelée « le palais du Naga de Khamchanot » (วังนาคินทร์คำชะโนด). C’est dans le district de Ban Dung (อำเภอบ้านดุง) que se situe plus précisément le domaine du Naga sur une île arborée de ces palmiers, sur le réservoir de Kut Kam (อ่างเก็บน้ำกุดขาม). Elle est située dans le domaine du temple de Kham Chanot (Wat khamchanot - วัดคำชะโนด ou Wat Srisuttho  -  วัดศริสุทโธ)  qui s’étend sur une vingtaine de raïs,  un peu plus de 3 hectares (4).

 

 

On s’y rend en pèlerinage du pays tout entier en raison de la présence de ce Naga dont l’histoire légendaire vaut d’être contée.

 

 

Il en existe des versions diverses transmise essentiellement par la tradition orale, vous ne les trouverez guère que sur des sites Internet en thaï. Nous vous donnons quelques références en fin d’article. Elles sont probablement à l’origine du succès de ces lieux mais la ressemblance de l’arbre chanot dont le tronc ressemble aux écailles du Naga y est probablement aussi pour beaucoup ?

 

 

Autrefois (« il était une fois » !) la région était verdoyante et il y poussait un grand nombre d’arbres et de végétaux dont certains ont depuis disparu : bambou, rotin, toutes sortes de fougères, de légumes et de graminées, coriandre, banians …

 

 

Si la flore était riche, la faune ne l’était pas moins, espèces terrestres ou aquatiques. Les anciens appelaient cette région « la forêt des éléphants de Dong Sua » (ป่าช้างดงเสือ).

 

 

Aujourd’hui beaucoup de ces espèces ont disparu, notamment les porcs-épics dont nous allons parler, on ne les trouve plus que dans les zoos en Thaïlande. Le site reste toutefois un magnifique puits de verdure et un paradis pour les botanistes.

 

 

Il y avait deux Nagas. L’un d’entre eux s’appelait Sisuttho (ศริสุทโธ), c’est celui qui a donné son nom au temple, l’autre se nommait Suwannak (สุวรรณนาค).

 

 

Chacun d’eux avaient 5.000 serviteurs à sa disposition, ils vivaient tous en paix. Il était convenu que si l’un des clans partait en chasse, l’autre restait chez lui et ils se partageraient ensuite le produit de la chasse. Il s’agissait le plus souvent d’éléphants et de porcs-épics.

 

 

Malheureusement une querelle éclata au sujet d’un partage refusé par l’un des deux Nagas auquel on voulut faire prendre de la viande de porc-épic pour de la viande d’éléphant. Une guerre éclata alors entre eux, elle dura sept ans, pour savoir qui aurait la maîtrise des eaux du lac. Ils perturbèrent les créatures célestes (thevada ou deva -  เทวดา) des trois mondes (Sam Phop – สามภพ) (5). Cette référence purement hindouiste  laisse à penser que la légende est antérieure à l’introduction du bouddhisme dans la région ?

 

 

Ceux-ci allèrent alors se plaindre au grand dieu Indra. Celui-ci descendit sur terre dans le monde des marais.

 

 

Aucun des deux clans ne pouvant terrasser l’autre, les deux protagonistes  convinrent à l’instigation du dieu d’une zone neutre appelée Nong kra (l’étang de kra – หนองกระ) et creusèrent chacun une rivière de leur côté, l’une d’entre elle se dirigeant vers la mer qui s’appela  le Mékong. Ses méandres reproduisent d’ailleurs les sinuosités du corps des Nagas.

 

 

L’autre fut  la rivière Nan (แม่น้ำน่าน).

 

 

Indra ne pouvant rester longtemps sur terre remonta dans son paradis de Daodung (สวรรค์ชั้นดาวดึงส์).

 

 

L’un et l’autre lui demandèrent de leur créer une route pour relierle monde céleste, le monde terrestre et les entrailles de la terre. Indra autorisa alors la création de trois points de passage : le premier se trouve au Phrathat Luang à Vientiane (พระธาตุหลวง), aujourd’hui le lieu le plus sacré du  bouddhisme lao.

 

 

La seconde voie se trouve au temple de Nong Khanthaesueanam aux Indes (หนองคันแทเสื้อน้ำ). La troisième voie est à Khamchanot devenu l’un des  lieux les plus célèbres du bouddhisme dans la province d’Udonthani.

 

 

Dans l’enceinte du temple se trouve un étang sacré appelé Bo Kham Chanot (บ่อคำชะโนด). C’est de là selon certains, que le Naga de Khamchanot,  la dernière pleine lune du mois d’octobre rejoint le Mékong pour y cracher ses boules de feu  aux côtés de ses frères du fleuve ? (6).

 

 

]D’autres versions nous parlent d’un couple de Nagas qui vivent de nos jours au fond du lac, le père Srisuttho (ปู่ศรีสุทโธ) et la mère Yasipathumma (แม่ย่าศรีปทุมมา). Ils sortent la nuit et errent dans les jardins du temple.

 

 

Il y a une certitude, c’est que le nombre de personnes qui croient dur comme fer à l’existence de ce ou de ces Nagas ne cesse de croître comme on peut le voir le jour des grandes fêtes bouddhistes. Le jour où les Nagas crachent leurs boules de feu depuis les profondeurs du Mékong, depuis en aval de Nongkhai jusqu’à Bungkhan, les spectateurs se pressent par dizaines de milliers sur les rives du fleuve (6).

 

 

Wat Kham Chanot est célèbre car la croyance que les offrandes faites aux Nagas permettent d’obtenir des miracles est répandue chez tous les visiteurs. Ils peuvent aussi révéler aux fidèles les bons numéros de la loterie nationale. A l’approche des jours de tirage, le 1er et le 16 de chaque mois, la foule afflue. Pour atteindre l’île, il faut emprunter un pont bordé d’une balustrade en forme de Nagas. Il est nécessaire de passer la main sur la balustrade pour conserver la chance.

 

 

Près du sanctuaire sur l’île se trouve un gigantesque arbre chanot sur le tronc duquel peut apparaître au fidèle en pleine concentration spirituelle le numéro gagnant. Au retour dans l’enceinte du temple les vendeurs ambulants de tickets de loterie affluent et le plus difficile va être de trouver celui qui vend le billet au numéro présumé gagnant car on se les arrache.

 

 

Le temple est encore au centre d’une mystérieuse histoire de fantômes. La nuit apparaîtraient des femmes toutes vêtues de blanc sur le côté droit, les hommes tous enveloppés de noir sur la gauche, aucun ne disant un mot. Cette légende a même inspiré un film d’horreur ayant connu en énorme succès en 2007, พีจ้างหนัง (phichagnang). Il a suscité de nombreuses visites du site non plus de fidèles mais de curieux. N’y revenons pas, les histoires de fantômes nous sont bien connues (7).

 

 

Mais les moines du temple, ils sont une dizaine en permanence, ont-ils perdu tout sens du spirituel ? Il existe un gourou qui est ou se dit fils non physique mais spirituel du Naga, Pu Thepnimitnaga (ปู่เทพนีมิตต์นาค) qui a fondé dans la province de Khonkaen un centre spirituel de méditation (Ashram) qui ne dénie pas à Khamchanot son caractère sacré mais réprouve ce qu’il considère comme l’utilisation commerciale du site occupé par des marchands vendant des amulettes et des objets sacrés.

 

 

Il existe effectivement environ 300 stands et circulent environ 200 ambulants vendant essentiellement des billets de loterie pour les raisons que nous savons mais aussi de la nourriture ou des boissons. Il réprouve l’édification de parkings, la construction de toilettes, de boutiques de souvenirs, de salas pour que se reposent les vendeurs ou les visiteurs. Notons simplement qu’il est tout de même difficile de proscrire la construction de toilettes, les pèlerins aussi ont des besoins ! Par ailleurs, il fait foi aux légendes puisqu’il indique que le financement de son groupe provient à la fois des dons de ses fidèles et de ses gains au loto car il ne nie pas se rendre au temple pour y prier et peut-être aussi rechercher les numéros gagnants. S’agit-il d’un pieux maître à penser qui instruit des fidèles dans la foi bouddhiste ou du fondateur d’une société commerciale ? Nous nous garderons d’en discuter (8).

 

Sources en thaï :

 

 

Le moteur de recherches ตำนานคำชะโนด (la légende de Khamchanot) affiche près de 50.000 résultats que nous n’avons évidemment pas tous consultés.

http://club.sanook.com/42435/ตำนานลึกลับ-ผีจ้างหนัง/

https://www.thairath.co.th/content/813876

http://www.khamchanod.in.th/history.php

https://www.sanook.com/horoscope/103709/

https://sites.google.com/site/akanapansri/tanan

https://www.dailynews.co.th/article/801738

https://www.tqm.co.th/blog/ตำนานคำชะโนดที่คนเล่นหวยต้องอ่าน/

Relevons une source en anglais, elle ne manque pas d’humour :

http://www.giunca.com/EdWorld/2019/10/30/wat-kham-chanot-and-the-legend-of-the-giant-serpents/

 

NOTES

 

(1) Voir notre article A 392- LA LÉGENDE DE PHRA RUANG, FONDATRICE MYTHIQUE DE LA NATION THAÏE, A-T-ELLE MIGRÉ CHEZ LES AMÉRINDIENS ?

http://www.alainbernardenthailande.com/2020/09/a-392-la-legende-de-phra-ruang-fondatrice-mythique-de-la-nation-thaie-a-t-elle-migre-chez-les-amerindiens.html

 

(2) Voir notre article A 396- LES REPRÉSENTATIONS GÉANTES DES NAGAS DANS LA PROVINCE DE MUKDAHAN, ENTRE PIÉTÉ Et COMMERCE.

http://www.alainbernardenthailande.com/2020/10/a-396-les-representations-geantes-des-nagas-dans-la-province-de-mukdahan-entre-piete-et-commerce.html

 

(3) C’est une espèce de palmier dont la taille est souvent impressionnante et dont les pétioles portent de longues épines que les femmes utilisaient et utilisent peut être encore pour peigner dans le métier à tisser ...

 

 

... et dont les fruits de la taille d’une grappe de raisins ne sont pas un plaisir gastronomique.

 

 

Aujourd’hui rarissime en Thaïlande, sauf dans le sud, il y est connu sous le nom de kho ou sirong (ค้อ​ ou สิ​เหรง). Les branches sont utilisées pour couvrir des paillotes ou confectionner des chapeaux.

 

 

(4) Les coordonnées Google Earth sont plus précisément latitude 17° 44’ 41’’ et longitude 103° 21’ 40’’.

 

(5) Les trois mondes sont les trois sphères hindouistes et non bouddhistes, le ciel, la terre et l’enfer ou le monde souterrain.

 

 

(6) Voir notre article A 240 - LES MYSTÉRIEUX NAGAS DU MÉKONG CRACHEURS DE BOULES DE FEU

http://www.alainbernardenthailande.com/2017/09/a-240-les-mysterieux-nagas-du-mekong-cracheurs-de-boules-de-feu.html

Il est de la plume de notre ami Philippe Drillien.

(7) Voir notre article A151. EN THAILANDE, NOUS VIVONS AU MILIEU DES "PHI"

http://www.alainbernardenthailande.com/article-a150-nous-vivons-au-milieu-des-phi-en-thailande-123529919.html

(8) Voir à ce sujet l’article de Supee Samornammm un universitaire d’Udonthani que nous supposons ne pas être un fantaisiste « The Naga Lineage of Kham Chanod Forest and the Creation of Community » dans Journal of the Mekong societies n° 16-3 de novembre décembre 2020.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Cécile de BARBEYRAC 04/02/2021 18:58

Bien intéressant tout ça!!!

grande-et-petites-histoires-de-la-thailande.over-b 05/02/2021 05:11

Ce sont ce ces lieux ou souffle l'esprit comme disait Barrès et ils sont exceptionnels